RSS

Pourquoi dimanche je l’embauche…

20 Avr

Résultat de recherche d'images pour

Je viens d’écouter Mélenchon dans entretien d’embauche et je dois dire que je vais voter avec plaisir pour l’homme… Je ne crois pas partager en totalité son programme économique, sa vision du rapport des forces et de ce qu’il faut pour y faire face. En particulier il y a l’Europe et la possibilité de la changer sans en sortir. Le discours devient insensiblement conforme et l’homme aimable. Mais je peux toujours me consoler en me disant qu’il est sur le sujet le moins pire de ceux qui peuvent battre le trio infernal du libéralisme: Fillon, Le Pen et Macron. Que son programme soit conforme à celui d’un social démocrate, ce qu’il n’a jamais caché être, est ce qui peut aider à une prise de conscience, à l’élargissement des possibles.

Il y a les limites d’une campagne électorale… Dans une campagne électorale on ne refait pas le terrain on utilise celui qui existe et il a été complètement pourri par le manque de courage politique, par les batailles qui n’ont pas été menées pour affronter l’anticommunisme. L’impossibilité d’expliquer dans une campagne en France ce qu’est une contre-révolution mais Mélenchon a le mérite d’avoir encore le refus aussi de céder… à sa manière ne renie rien… De ce point de vue il me paraît plus courageux que certains dirigeants de mon parti ne le sont depuis des années…

On peut construire à partir de là, mais il faut d’abord que nous nous reconstruisions nous-mêmes et ne pas exiger de Mélenchon et des insoumis plus qu’ils donnent… Ce système politique fait eau de toute part et rien ne se fera dans sa logique y compris électorale mais il y a des choix qui peuvent ouvrir le champ des possibles et d’autres qui les referment.

Il y a aussi l’homme et je partage totalement ce qui le fait aimer le cinéma, la science fiction. A savoir ce qu’il décrit cette rationalité, ce besoin de clarté que Marx disait être gauloise… ce qui fait qu’un Français selon le mot de Politzer ne se laisse pas avoir par le galimatias fasciste à la manière de l’idéologie nazie, cette résistance et ce goût des faits… Une sorte de gouaille qui s’alimente à Diderot entre autres.  Et dans le même temps plus je rationalise plus les failles de « l’âme » exigent de la magie, il y a l’art mais aussi l’astrophysique, l’histoire de l’humanité.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
17 Commentaires

Publié par le avril 20, 2017 dans Uncategorized

 

17 réponses à “Pourquoi dimanche je l’embauche…

  1. Christian Reinkingen

    avril 20, 2017 at 9:07

    Alain Badiou n’a pas tord. Et la décision de vote du PARDEM (Parti de la mondialisation) pour ce 1ier tour de la présidentielle (Issu de son programme) et bien le seul vote utile pour celles et ceux dont le Socialisme reste une idée neuve en Europe.

    http://www.pardem.org/presidentielle-2017/668-dimanche-votons-carton-rouge

     
    • ALAIN EUGENE VICTOR

      avril 20, 2017 at 10:16

      Le PARDEM parti de la mondialisation ! Ce lapsus est révélateur du royal appel à voter blanc !!!

       
  2. Cotty Jean-Louis

    avril 20, 2017 at 9:45

    Je partage !

    Envoyé de mon iPhone

    >

     
  3. Dieselito

    avril 20, 2017 at 11:15

    « La construction de la nation européenne est un idéal qui nourrit notre passion. Nous sommes fiers, nous sommes heureux de participer à cette construction. Nous sommes fiers de savoir qu’il va en résulter des éléments de puissance, qu’un magistère nouveau va être proposé à la France, à ma génération, dans le monde futur, qui est un monde en sursis, injuste, violent, dominé pour l’instant par une seule puissance. Demain, avec la monnaie unique, cette monnaie unique de premier vendeur, premier acheteur, premier producteur, représentant la première masse monétaire du monde, l’Europe sera aussi porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité »

    (Jean-Luc Mélenchon, débat au Sénat, mardi 9 juin 1992, compte-rendu officiel, page 17)

     
    • Rhodine

      avril 20, 2017 at 12:49

      Cher Monsieur,

      prenez une de vos prises de positions personnelles d’il y a 25 ans genre la plus radicale et publiez-la. Vous constaterez qu’à moins d’être un fieffé imbécile, un menteur ou un extrémiste de la plus belle espèce seuls les crétins ne changent jamais d’idée ou ne se trompent.
      Et s’il vous arrive par le plus grand des hasards de lire l’intégrales des centaines de posts publiés par Mélenchon sur son blog, ou -si vous êtes plus « multimédia »- de visionner les dizaines et dizaines de vidéos, vous constaterez également que ce poncif (« Méluche a voté pour Maastricht ») est un des plus éculés et les plus marqués FN qui soit.
      Bref: vous êtes ridicule.Et malhonnête -intellectuellement bien sûr.

       
      • etoile rouge

        avril 20, 2017 at 9:48

        Cher RHODINE. Soyez un peu plus humble. Hélas l’histoire regorge de politiques trahissant les intérêts du peuple et particulièrement des travailleurs. MELENCHON sera-t-il celui là? Je n’en sais rien. Il a bien appuyé de toutes ses forces le traité assassin de la République Française, le traité dit de MAASTRICHT. Il a aussi dit qu’il s’était trompé. Les généraux qui se trompent lors de batailles essentielles sont-ils de bons généraux? Je voterai MELENCHON alors qu’il faut avancer vers le socialisme, au moins un pas en avant , cela ne peut se conjuguer avec la mise en cause radicale de traités et d’institutions européennes qui ont donné au capitalisme euro américain une force politique, économique, militaire considérable et la possibilité à ceux-ci d’éradiquer toute tentative socialiste, toute tentative favorable aux intérêts profonds de la classe ouvrière et de l’ensemble des travailleurs Une dictature.. Ce sont les peuples qui font l’histoire à condition que ces peuples reconnaissent la nécessité de s’organiser et de détenir une analyse révolutionnaire de la situation, de la société, des sciences, des techniques, de la philosophie, de la politique etc…Cette conception existe, elle est vivante, seul un monceau d’immondices et de mensonges, de lacheté et de trahison empêchent son rayonnement. Pour cela il faut un vrai Parti Communiste fidèle et critique de son immense histoire. C’est la responsabilité de tous les communistes lesquels appellent à se regrouper avec un candidat non communiste mais donnent aux travailleurs et à la classe ouvrière l’image et la réalité de la division interne, de la destruction de l’œuvre communiste par ses propres mains, de trahison de certains de ses dirigeants. Nous devons d’urgence remettre en état de combat ce parti qui est un phare qui n’émet plus par manque de communisme , de marxisme et même de Léninisme c’est à dire de respect pour une œuvre ,de courage pour la défendre et de vision pour l’avenir.

         
  4. Rhodine

    avril 20, 2017 at 12:52

    Chère Danielle,
    Je partage entièrement votre point de vue. Certes je préférerais voter pour un candidat communiste mais vu la configuration -et surtout le niveau de la direction actuelle- Jean-Luc Mélenchon est le mieux qualifié et le plus honnête candidat qui soit.
    Sa position internationaliste est la meilleure et ses interventions en faveur du dialogue diplomatique et de la paix en font le seul réaliste.
    amitié

     
  5. Pedrito

    avril 20, 2017 at 6:41

    Je ne partage pas l’ enthousiasme ambiant qui semble grossir….. Ce jeudi soir 20 avril 2017, j’hésite encore: mon choix sera certainement pour Poutou, qui n’a eu aucune retenue de botter le cul de ces crapules qui se vautrent dans le marigot du système corrompu…..J’ai une telle peur d’être une nouvelle et sans doute DERNIÈRE fois trahi par un socialiste qui continue d’emboiter le pas de Mitterrand, ce fossoyeur des espérances populaires…..Comment OUBLIER les mille trahisons de nos « alliés » de la gauche caviard

     
  6. jehaislescookies

    avril 20, 2017 at 7:34

    il y a aussi le choix de Edmond Janssen et Antoine Lubrina : https://www.youtube.com/watch?v=4G3T2jfZh3U

     
    • JYA

      avril 20, 2017 at 8:04

      Je ne partage pas ce nouvel engouement pour la personnalité de Mélenchon même si je pense que c’est un grand politicien qui sait très bien manier les foules.Je crois que l’on est en train de créer de nouvelles illusions ce qui pourrait être dramatique pour la suite.Comme il l’a dit dans son dernier meeting il ne veut pas sortir de l’UE ni de l’Euro par contre il veut sortir du nucléaire.
      Alors j’hésite entre aller à la pêche ou voter Asselineau, le seul qui va dans le sens du rassemblement du Peuple de France pour sortir de l’UE , de l’Euro et de l’OTAN.Ce qui est primordial pour toute politique progressiste et encore plus si on veut avancer vers le socialisme.C’est une guerre de libération nationale qu’il s’agit et pour cette guerre on a besoin du plus grand rassemblement possible.

       
      • jehaislescookies

        avril 21, 2017 at 8:57

        « C’est d’une guerre de libération nationale qu’il s’agit et pour cette guerre on a besoin du plus grand rassemblement possible. » oui, tout à fait ! on est, mutatis mutandis, comme en 44 au moment du CNR.
        Et comme disait Wolinsky « avant d’ouvrir une porte il faut l’entre-ouvrir », et moi j’ajouterais : et même avant ça il faut mettre la main sur la clinche ! sinon bernique ! (vous vous souvenez de Tsipras ?)

         
  7. Bernard Malfon

    avril 20, 2017 at 9:04

    Je voterai Mélenchon mais vraiment sans enthousiasme. Sa conception de l’union n’est pas du tout la mienne Et il veut faire la peau des députés communistes, ne l’oublions pas. Certes, il nous faudra reconstruire le parti communiste, mais la disparition des députés communistes ne nous aidera pas. Quand à sa démarche de se situer en dehors des partis, elle est analogue à celle de Macron.

     
  8. histoireetsociete

    avril 21, 2017 at 4:41

    je crois que vous ne comprenez pas ma position. je choisis de voter Mélenchon non seulement par défaut, ça c’est à peu près clair, mais parce que je souhaite mettre l’accent justement sur le défaut. je considère que nous assistons à un cas de suicide de la part du PCF et de ceux qui se prétendent communiste. Ce suicide vient de loin pour moi disons de la destalinisation complètement ratée et qui a consisté à partir de là de se mettre à la remorque de la social démocratie sous ses diverses formes.

    N’êtes vous pas frappés qu’il y ait au moins trois candidats qui sont des trotskystes comme si l’effacement des communistes qui demeurent au plan international dans la tradition des révolutions du XXe siècle qui ne sont pas trotskistes. pourquoi nous retrouvons-nous avec ces trois tendances trotskystes Mélenchon, Arthaud et Poutou. Quel communisme qui n’a jamais pu réaliser son projet et qui se voue à la marginalisation quelle que soit la force du militantisme?

    La Social démocratie dans sa tendance qui se confond avec la droite et est profondément atlantiste par haine là encore de l’expérience du XXe siècle? La SFIO qui mèe la guerre froide et les luttes coloniales, le roccardisme tout aussi atlantiste, les faux gauchistes à al Cohn-Bendit plus proche de la CIA que de la révolution et tout ce beau monde portant Mitterrandau pouvoir et avec lui qu’on le veuille ou non une certaine revanche de la france de Vichy sur la résistance.

    Ou encore retour au syndicalisme révolutionnaire à la Proudhon y compris avec son antisémitisme violent parfois? L’anarchisme, l’ouvriérisme produit à la fois du refus de tous les compromis à leurs dépends et de l’incapacité à prendre le poivoir, être hégémonique, représentant toute la société. La réponse malheureuse de la classe ouvrière trahie qui consiste à vouloir ressembvler au service d’ordre de la fête de l’Humanité faute d’avoir une projet politique.

    Non seulement de la destalinisation ratée sont sortis tous ces fantômes de l’impuissance mais la direction du PCF ou plutôt les directions successives se sont acharnées à détruire ce qui restait du parti léniniste. la mutation de Robert Hue a détruit tout ce qui pouvait l’être en matière d’organisation, MG. Buffet très proche de fait des refondateurs socialistes a consacré le primat de ces courants sur le parti communiste et Pierre Laurent, le fantôme incapable d’aller vers les travailleurs, homme d’appareil a perdu son mandat a tenter de faire tenir ensemble tout cela, en vain.

    La Destalinisation ratée puisque la seule chose que les communistes ont conservé a été le pire le légitimisme des directions quelles que soient leurs errances, une vusion religieuse des directions et la capacité de jeter les chiens sur celui qui proteste. Il y a eu cet éclatement et l’impuissance du congrès a faire un choix clair y compris d’un candidat communiste. Puis l’acceptation de n’importe quoi, l’incapacité à s’unir pour conserver un parti tout cela nous a conduit à nous ranger derri-ère un nouveau Mitterrand qui finissait par être plus courageux que nos directions ce qui n’était pas très difficile. Personne n’a voulu lire complètement ce qui m’a fait choisuir à Marseille de voter pour mélenchoin.

    Il y a eu le discours sur la paux, il ne reste plus que ça avec la sortie de l’OTAN, tout le reste en particulier l’Europe est abandonné avant même l’épreuve du feu. Oui mais quelle alternative réelle, le fantomatique Pierre laurent et le parti qui pourtant représente un potentiel de militants de dévouement sans équivalent incapable d’exister dans de telles conditions. Il y a encore l’implantation locale, le rôle des élus communistes qui n’a rien a voir avec la légèreté et l’inconsistance de ceux qui entourent mélenchon, alors au moins sauvons cela. Donnons à la France ce minimum de protection. Il faut que les législatives sauvent les meubles.

    Si je réagis c’est à cause de l’imbécile qui tente de nous attribuer, de m’attribuer le fait que mélenchon ne sera pas président… Et un de plus pour les communistes, ces gens sont insupportables, ils ne mesurent même pas comment ils ont brisé l’élan en prétendant présenter des candidats contre les députés du PCF. Non tout est toujours de la faute des communistes comme les petits bourgeois qu’ils sont.

    Voilà je pose de ce que je pense avant l’élection ou plutôt les élections… et je développeraiu quand le temps de la réflexion et des débats viendra enfin.

     
  9. Christian Reinkingen

    avril 21, 2017 at 12:26

    « seuls les crétins ne changent jamais d’idée ou ne se trompent.» Pas gentil pour JLM2017. Il est le même que celui de 1992, l’adorateur du traité de Maastricht. Le temps passant, les contraintes de la guerre idéologique, lui ont imposait des changements de formes, le fond reste le même. L’européiste convaincu (Pas de l’Europe des nations) se réclame pour la circonstance, de de Gaulle et de Mitterrand. Pour le second, c’est une évidence, et l’ont connaît l’intérêt de celui-ci pour les communistes. Visiblement, ils l’ont oublié et même p… lus, ils pensent, politique de casino, pouvoir se refaire si Mélenchon est élu. L’ex encarté (durant 23 ans) que je suis est convaincu de l’inverse.

    Aucun des candidats in fine ne veut s’attaquer à la mondialisation capitaliste. Aucun ne veut clairement combattre l’idéologie néolibéral cause de la crise de l’économie capitaliste particulèrement au sein de l’Union Européenne, par ailleurs la plus belle réussite dudit capitalisme dans le monde , de cette idéologie. Il ne suffit donc pas de vouloir en sortir tel François Asselineau (bien qu’il est le mérite d’être seul à poser la 1ière condition incontournable, mais pas suffisante) pour sortir la France de la déliquescence dans laquelle les pouvoirs politiques, maîtres d’œuvre des politiques européennes, l’ont plongée. Au – delà des canditatures c’est ce système économique, horriblement antisocial, inhumain, qu’il faut défaire, abattre. En conséquence, votez carton rouge comme le préconise le Pardem ( action qui découle de son programme que jacques Nikonoff s’est efforcé de le présenter) est sans nul doute ce dimanche, le geste le plus efficace pour pousser, aider a un développement conséquent des luttes, pour inciter les victimes de CE système économique à prendre vraiment leurs affaires en mains. Sans elles les estrades électorales restent théâtrales. La violence de la crise, ses effets dévastateurs sont une porte pour les illusions. Danger.

     
  10. leca

    avril 21, 2017 at 3:44

    En réalité ces élections sont un triomphe pour la nouvelle social-démocratie à la sauce Blair-Schroeder-Renzi etc etc.. la liste est longue. Le tout sous égide Hillary Clinton/ Obama pour faire court. Ce courant d’ idées a réussi le tour de force de placer trois de ses poulains dans la course : Macron fils de Hollande, Hamon fils de Rocard et Mélenchon fils de Mitterrand, avec chacun leur feuille de route. Celle de Mélenchon étant de mettre le PCF sous l ‘éteignoir (c ‘est fait), siphonner les scores électoraux trotskystes d’ Arlette et du facteur ( c ‘est fait ) , vassaliser les ‘plus-communistes -que-moi-tu -meurs’ ( PCOF, RCC et récemment PRCF..) C ‘est fait aussi.
    Chapeau l ‘artiste !
    Hamon amuse les bobos post-modernes et Macron réussit là où DSK avait échoué: faire l ‘omelette droite-gauche au service du CAC 40.
    Oui il est sexy Mélenchon, tout comme l ‘étaient (quand ils étaient dans l ‘opposition) Mitterrand Jospin, Ségolène et même Hollande,
    Comment ? Quitter l ‘ UE? L ‘euro ? Allons soyons sérieux nous dit JLM. Sérieux comme Tsipras et Varoufakis. sérieux comme Sanders et Corbyn, sérieux comme Gysi.
    Marre des sérieux.
    Je m ‘abstiendrai.

     
  11. ALAIN EUGENE VICTOR

    avril 21, 2017 at 4:40

    PIQURE DE RAPPEL – 14 Novembre 2016

    ANDRE CHASSAIGNE AURAIT PU CHANGER « LA DONNE » SI, COMME LAURENT, IL N’ETAIT PAS UN EUROPEISTE CONVAINCU !
    Il a eu entre les mains la possibilité d’être le candidat reconnu des Communistes de France . Son positionnement sur l’europe et l’euro, son souci primordial de ne pas rompre avec les élus socialistes et écolologistes, nous conduisent aujourd’hui à des chamailleries sans noms alors qu’un vote Communiste était à notre portée !

    Lettre ouverte à André Chassaigne, éventuel (pré) candidat à la (pré) candidature présidentielle du PCF PGE

    Léon Landini, Pierre Pranchère, Georges Gastaud, Antoine Manessis
    Cher André Chassaigne,

    Vous avez récemment fait acte de candidature à la candidature au titre du PCF. Dans votre déclaration, vous accusiez Jean-Luc Mélenchon de diviser « la gauche » ; vous déclariez en outre que votre candidature n’aurait pas une signification communiste « identitaire » mais qu’elle viserait à « rassembler la gauche » (on ne saisit d’ailleurs pas bien s’il s’agit de la gauche de la gauche ou de l’union avec le PS, soit au second tour, soit dès le premier). Vous ne précisez rien du contenu politique et programmatique de cette éventuelle candidature, en particulier, vous ne dites rien de la nécessaire sortie progressiste de l’UE (le « Frexit »), ce bloc impérialiste, néolibéral, anticommuniste et supranational qui s’associe à l’OTAN pour menacer la Russie, broyer les acquis sociaux et détruire les souverainetés nationales. En revanche vous exprimez votre souci primordial de ne pas rompre avec les élus socialistes et écolos de base dont vous précisez qu’ils « souffrent » de la politique de Hollande. Nous aurions plutôt tendance pour notre part à réserver notre compassion aux travailleurs et à leur famille qui souffrent de la politique de Hollande dont les choix euro-atlantiques pavent la voie de la droite thatchérienne et du fascisant FN.

    Par ailleurs, la conférence nationale récente du PCF (6 novembre) a suspendu le rapprochement que, sur des bases bien floues à vrai dire, Pierre Laurent voulait favoriser entre le PCF et la « France insoumise » de J.-L. Mélenchon. Des camarades qui espèrent ainsi susciter un sursaut « identitaire » du PCF après tant de dérives social-démocrates et de « mutation » euro-constructive », ont aussitôt pensé très sincèrement que la perspective d’une candidature étiquetée PCF aux présidentielles leur permettrait de sauver ce parti très mal en point et d’y raviver l’identité communiste de plus en plus imperceptible après des « décennies » de « mutation » et de ralliement au PGE euro-constructif. Dans ces conditions, les communistes, membres ou pas du PCF, et plus généralement les progressistes – spécialement ceux qui se prononcent pour une rupture progressiste avec l’UE et l’euro – ont le plus grand besoin d’une clarification politique. En effet, il est clair qu’une candidature « PCF » n’est pas pour autant, en l’état actuel des choses, une « candidature communiste » si ceux qui s’interrogent sur elle ne savent pas clairement, comment le PCF en général et vous-même en particulier, vous répondez aux trois questions suivantes :

    1°) Si vous-même, ou un autre candidat officiellement désigné par le PCF, allez à l’élection, votre programme comportera-t-il, oui ou non, l’idée d’une rupture progressiste rapide et franche avec l’euro et l’UE-OTAN dans la perspective du socialisme pour la France, avec, pour amorcer le changement, la nationalisation des secteurs-clés de l’économie ? Si tel n’était pas le cas, si le candidat PCF continuait à se référer platement à l’introuvable « Europe sociale » DANS LE CADRE de l’U.E. ou d’on ne sait quelle « économie mixte » répartissant l’argent « autrement », force serait alors de constater qu’un tel candidat se situerait à la droite de JLM sur ces questions stratégiques. En effet, J.-L. Mélenchon défend la formule « l’UE, on la change ou on la quitte ! ». Formule qui certes, est insuffisante et qui laisse subsister des illusions sur la possibilité de réformer du dedans l’U.E., ce dispositif supranational et totalitaire du grand capital, mais qui a du moins le mérite de briser le tabou de toute la gauche et de toute l’extrême gauche établies en soulevant au moins la question décisive d’un FREXIT PROGRESSISTE. Et si, de manière bien improbable dans le cadre de ses orientations de congrès, le PCF acceptait enfin une telle perspective, sortirait-il du très euro-réformiste Parti de la Gauche Européenne dont Pierre Laurent est le président supranational ?

    2°) Si vous-même, ou un autre candidat officiellement désigné par le PCF, annonciez votre candidature ou votre pré-candidature, les communistes et les progressistes auraient-ils votre engagement écrit que vous maintiendrez jusqu’au bout ladite candidature sans vous effacer derrière le candidat du PS choisi par la « primaire socialiste », y compris s’il s’agit du revenant Montebourg ? Ce serait en effet une tromperie politique que de mettre sur la table une pré-candidature PCF de pure forme, uniquement pour occuper le terrain, continuer de jouer la montre, plomber la dynamique de la France insoumise (dont certains sondages montrent qu’elle peut talonner ou devancer le candidat PS au 1er tour) dans le seul but inavouable de rabattre sur le PS au dernier moment. Nous rappelons en particulier que Montebourg a servi Hollande durant la majeure partie du quinquennat, qu’il s’est piteusement couché quand la question de nationaliser Florange s’est posée, qu’il accepte sans états d’âme et sur leur principe l’UE, l’euro et l’OTAN, qu’il combat le syndicalisme de classe, qu’il n’a pas soutenu l’exigence syndicale d’un retrait des contre-réformes (loi Travail, collèges, hôpitaux…), qu’il a cautionné toute la politique extérieure belliciste de Fabius, qu’il se présente lui-même comme un « réconciliateur » du MEDEF et des travailleurs, et qu’il a déjà annoncé qu’il appellerait à voter Hollande ou Valls dès le premier tour si d’aventure la primaire désignait l’un de ces hommes de droite inavoués comme le candidat « socialiste » officiel. Ajoutons que l’idée que Montebourg, soutenu par le PCF qu’il appelle publiquement à sa rescousse, pourrait figurer au second tour et faire gagner « la gauche », est une vue de l’esprit dans l’état actuel des choses puisque l’aile droite du PS lorgne ouvertement sur Macron notamment pour pouvoir torpiller toute candidature qu’elle jugerait, à tort ou à raison, insuffisamment euro-libérale et atlantique.

    3°) Il est impossible de soutenir une candidature PCF à la présidentielle si l’idée inavouée des dirigeants du PCF est, après avoir plombé toute candidature progressiste anti-Hollande au 1er tour, d’escompter obtenir du PS en contrepartie de ce « service rendu » des candidatures uniques PS/PCF au 1er tour des législatives dans le but de sauver quelques sièges de sortants PCF. Ce serait sacrifier le combat de classe à venir à une insoutenable lutte des places, empêcher l’électorat de gauche de châtier comme il le mérite ce PS qui tourne le dos à Jean Jaurès et abattre au décollage toute tentative de préserver et d’élargir un espace politique progressiste indispensable aux luttes sociales et syndicales de demain. En conséquence, pouvez-vous nous assurer qu’aucun marchandage n’aura lieu avec le PS pour mettre en place de telles candidatures qui stériliseraient à jamais ce qui reste de l’espace électoral communiste pour autant qu’il est aujourd’hui occupé par le PCF ?

     
  12. k.e guillon

    avril 23, 2017 at 10:59

    Je me suis permis d’utiliser votre article comme support de mes commentaires.
    Si vous jugez cela « incorrect » soyez gentil de me le signaler et j’agirai comme il se doit.
    Je fais actuellement l’objet d’une traque (style Decodex en jeu de « juge et partie » – voir « launedekeg » du 03/02/2017, tant que c’est encore visible….)… de la part d’un particulier, très particulier !
    —–

    C’est beau d’avoir son avenir d’assuré. S’il est recalé à l’oral de rattrapafe ce dimance ou dans 15 jours, il pourra causer dans le mico co(s)mme chez lui…

    http://wp.me/p4Im0Q-1Ea

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :