Dans un communiqué publié sur son site internet, le ministère russe des Affaires étrangères indique qu’il pense que Jérusalem Est devrait être la capitale d’un futur état palestinien. Voici une rapide traduction de ce communique:

« Parallèlement, nous devons établir que dans ce contexte, nous voyons Jérusalem Ouest comme la capitale d’Israël », a indiqué le ministère.

Moscou continue de considérer la formule pour la négociation d’un règlement à deux Etats comme la meilleurs et la plus amicale  pour le peuple palestinien et le peuple  israélien, ainsi que favorable aux intérêts de tous les pays de la région et de  la communauté internationale dans son ensemble.
Nous réaffirmons notre attachement aux résolutions de l’ ONU sur les principes du règlement, y compris le statut de Jérusalem – Est comme capitale du futur Etat palestinien. En même temps, nous estimons qu’il est nécessaire de dire que dans ce contexte , nous considérons Jérusalem – Ouest comme la capitale de l’Etat d’Israël

Les paramètres spécifiques pour aborder l’ensemble des questions du statut final des territoires palestiniens, y compris le problème de Jérusalem, devraient être l’objet de  négociations directes entre les parties.

Commentaire de danielle Bleitrach:

Cette déclaration nous parait devoir être  doit être vue dans le contexte de la guerre contre la Syrie et les menaces que Donald Trimp a mis hier à exécution et que nous analysons également dans . le contexte des négociations de ce dernier avec la Chine.

.la déclaration reprend les anciennes déclarations de la Russie mais y inclut une  reconnaissance de la capitale jérusalem ouest mais la subordonne  à la création d’un Etat palestinien ( « dans ce contexte »)

Donc cette affirmation nouvelle doit être lue selon nous également comme une tentative de réduire les tensions en Syrie.  La pression sur le président Trump pour lancer une guerre contre le gouvernement de la Syrie ne cesse d’augmenter et l’accusation apparemment absurde et obsessionnelle d’une élection de Trimp qui serait le produit de l’intervention russe en fait partie, elle est même centrale, elle vise d’ailleurs non seulement la Syrie mais l’Iran.  Et l’affaire de l’attaque chimique attribuée au gouvernement syrien alors que l’on ne voit pas qu’elle serait son intérêt semble entrer dans ces manoeuvres. L’intervention cette nuit contre le gouvernement syrien témoignerait de la victoire de ce camp.

le ministre de la Défense israélien Lieberman, qui a toujours eu d’excellent rapport avec Poutine,  a accusé la Syrie et a relayé les accusations contre Bachar El assad.: :

Lieberman a dit que les avions syriens ont effectué les deux attaques chimiques, qui ont été « directement ordonné et planifié par le président syrien Bachar el-Assad. » Il a souligné qu’il était « 100 pour cent certain. » Le ministre de la Défense a dit qu’il ne savait pas si la Russie était impliqué dans l’attaque.
La Russie et la Syrie ont nié que l’un d’eux utilisé des munitions chimiques. Ils disent que la force aérienne syrienne a bombardé un dépôt de munitions d’Al-Qaïda qui, à leur insu, peuvent avoir inclus des armes chimiques.

Hier le premier ministre israélien Netanyahoo a appelé le président russe et on sait qu’il y a eu une discussion orageuse alors que jusqu’ici les relations étaient positives (Tel Aviv a même à l’inverse de paris été illuminée aux couleurs russes après l’attentat de saint Petesbourg) M. Poutine a souligné, en particulier, qu’il est inacceptable de faire des accusations sans fondement contre toute partie jusqu’à ce qu’une enquête internationale approfondie et objective ait été menée.A-t-il été question de l’évolution de la position russe sur Jérusalem Ouest? on l’ignore… En tous les cas c’est une offre qui légitimerait la décision parallèle de Trump d’installer l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, même si la déclaration russe la subordonne à la reconnaissance d’un Etat palestinien. Ne pas oublier qu’en 2013, l’intervention russe aux côtés des Syriens a débuté par l’obtention de la démolition par la Syrie de son arsenal chimique sous contrôle international, par cet acte la Russie a marqué ce qui demeure sa position être le garant de l’existence de la Syrie mais aussi d’Israêl. On ne comprend rien au coup d’Etat peu de temps après en Ukraine si on ne le lie pas à ce relatif succès et à l’implication de la Russie dans une solution qui préserve l’existence des Etats et leur souveraineté. A la même époque, aux Etats-Unis la pression montait de la part d’une partie des juifs américains les plus à droite et des néo-conservateurs pour qu’il y ait intervention en Syrie. En tous les cas, le choix de Trump n’a pas été de saisir le rameau d’olivier mais bien d’affirmer la volonté des Etats-Unis d’intervenir partout ou les intérêts des Etats Unis et de ses alliés paraissaient menacés. C’est un choix qui remet en cause tout position internationale et qui revendique le rôle de gendarme sans la moindre caution internationale. Nul doute qu’elle ravisse l’aile la plus extrémiste partout mais elle est auto-suicidaire.

Un million d’Israéliens sont d’origine russe. Ils ont émigré en Israël dans les années 1980 et 90. Ils  votent en majorité pour les conservateurs. Ils admirent aussi et chérissent Poutine. C’est une raison pour laquelle aucun homme politique israélien, en particulier Netanyahoo,jusqu’ici ne pouvait se permettre un grand conflit politique avec la Russie. le cas Liberman est particulièrement illustrateur de ce groupe. Jusqu’à présent tout a été fait pour préserver l’équilibre de cette politique de la part des uns et des autres,et il est clair que ce qu’avait obtenu le gouvernement israélien avec cette reconnaissance est désormais éclipsé par l’intervention de Trump.Est-ce qu’elle a été accomplie avec l’accord ou sans l’aval du dit gouvernement israélien? Nul ne peut le dire mais il est clair qu’une bataille diplomatique a été perdue au profit de l’exercice de la force dont nul ne peut prévoir l’issue.

l’intervention hier de Domald Trump qui selon nous s’explique beaucoup plus dans le cadre des relations avec la Chine et les négociations entamées en Floride pourraient bien remettre en cause ce qui a été jusqu’ici un facteur d’équilibre tout à fait relatif  au Moyen orient dans une transaction permanente où les alliances étaient préservées et le donnant-donnant la règle. ici aussi la stratégie du fou de la nouvelle administration est devenue l’inauguration d’un nouveau far west. Apocalypse now!

danielle Bleitrach