RSS

Un débat partiellement éclairant mais pourquoi faire?

05 Avr

Les onze candidats à l'élection présidentielle dans «Le Grand Débat» sur BFM TV et CNEWS, le 4 avril 2017.
Les médias vont accomplir le tour de force d’évacuer ce qui est pourtant apparu évident: la manière dont Melenchon dominait le débat, tandis que s’effondraient « les favoris », en particulier Macron totalement creux et absent. J’ai suivi à partir de 5 heures ce matin les commentaires des chaînes d’info en continue, les commentateurs immédiatement après le débat soulignaient -sondage à l’appui- le caractère très convaincant de Melenchon, puis  peu à peu on a vu monter au créneau ceux qui ont jour après jour mission de nous vendre du Macron. La performance de Melenchon est devenue un duel gagné sur le seul Hamon.

Mélenchon détruisant le PS en la personne de hamon? Voilà une idée force de la période… c’est un peu vite oublier à quel point un parti social démocrate sort aisément de sa dépouille, le PS mitterrandien porté par le CERES contre la vieille SFIO. En revanche reconstruire un parti communiste suppose beaucoup de sang et de larmes et pour une part un génie politique. Si Mélenchon détruit le vieux PS bravo, mais la grande oeuvre est la marginalisation définitve du PCF sous les aspects sympathiques et caricaturaux du NPA et de LO. Mais mélenchon est allé plus loin, il y a du Chavez chez lui même s’il n’a personne derrière lui pour un tel proet et surtout pas un parti, il a su s’appuyer sur l’apport, l’assaut dirais-je des « petits candidats » pour se hiser.

Je le dis avec d’autant plus de distance que je n’ai toujours pas décidé de voter pour lui pour des raisons qui n’ont rien à voir avec ses qualités de débatteur mais bien pour sa capacité à former une majorité politique avec un parti capable de ne pas renouveler l’expérience Tsipras. Il est clair par parenthèse que dirigé par Pierre Laurent et d’autres le PCF ne représente même plus ce parti. Le véritable problème du communisme n’est-il pas ce légitimisme qui pousse des militants à suivre n’importe quel individu de Robert Hue à Pierre Laurent qui ont réussi à s’emparer de la casquette avec l’aide de quelques cadres intermédiaires auto-suicidaires. Melenchon a toujours été à mes yeux un socialiste qui s’est installé dans ce vide en l’occupant de la manière la moins désastreuse possible.

Donc, melenchon a emporté le débat haut la main en ce qui concerne sa crédibilité en tant qu’homme présidentiable. Macron, le plus vide. Oui mais voilà il faut absolument un débat final entre Macron et Le pen pour que soit assuré la poursuite d’un choix que 90% des intervenants sur le plateau récusaient, celui de la dépendance, de la perte de souveraineté française verrouillant l’austérité et interdisant tout choix issu des luttes qui l’imposerait en France. Cette fausse alternetave se faisaient unpeu jour grâce aux « petits candidats ». Ils opéraient une double remise en cause des positions défendues par les « favoris » Fillon et macron, les dons sans limite au capital sous prétexte de création d’emploi et la mise en concurrence des forces de travail, la destruction de toutes les protections sociales sous parapluie de l’UE, le bellicisme sous parapluie de l’OTAN. La présence d’Asselineau et Nicolas Dupont-Aignan qui a faut ressurgir la statue du commandeur De gaulle au delà des turpitudes de « républicains » et de l’homme des banquiers, en oubliant peut-être que ce fut De gaulle qui installé cette constitution pour en finir avec l’alternative communiste  Même Jean lassalle, qui revenait d’une marche (pas celle de macron dans les beaux quartiers) avait le mérite d’en finir avec la solidarité de classe du monde médiatique sur la défense des nantis et de leurs institutions  Tous deux n’avaient aucun mettre à mal la pseudo opposition de Marine le Pen. Celle-ci était de ce fait ravalée au « système » et pas seulement celui de la corruption et des privilèges mais bien du faux semblant d’une défense souveraine dont le protectionnisme ne concernait que les intérêts patronaux.Là l’estocade était portée par POutou et Arthaud. A ce titre oui la présence des petits candidats a été un plus que les médias vont sans doute s’employer à gommer comme la supéruorité de melenchon pour continuer à nous vendre le couple infernal Macron – le pen, pour assurer la victoire de macron, la poursuite du Hollandisme, d’une ligne UE-OTAN,austérité, soumission syndicale dont personne ne veut et que les « favoris » nous imposent. La grande force et la seule de melenchon, c’est qu’il est en capacité d’accéder à ce stade de favori, une chance sur dix, ce n’est pas beaucoup et surtout cela ne nous dit rien de l’avenir, sinon d’avoir pu dégager deux des obstacles à tout changement. Nous ne cessons de voter pour battre les précédents et ils ressurgissent sous d’autres formes. Sarkozy est battu par Hollande et aux primaires par Fillon. Hollande fait leur politique et valls lui fait la peau, mais c’est au profit de macron lancé sur orbite flanqué de le pen. L’alternative mitterrandienne dans laquelle nous sommes pris depuis près de trente ans.

L’année dernière a été marquée par une formidable mobilisation contre la loi El Khomery, macron, Valls, gattaz, comment vont-ils se débrouiller pour transformer le jeu démocratique électoral en étouffoir? Comment transformer l’art d’esquiver les coups mérités en habileté autorisant la magistrature suprême? Melenchon lui restait sur le ring non sans brio, avec une véritable culture et au fait des problèmes, une mémoire des prises de positions, de la précision même. Et après? La seule protection contre un alignement à la tsipras serait-elle dans le fait que l’économie grecque représente 2% de celle de l’UE et la France 18% ? Qu’est-ce que le plan B quand on ne met pas au centre de son projet l’alternative et à ce titre Asselineau était nettement plus clair. Comme d’ailleurs Arthaud ne manquait pas de pertinence en comparant les profits des multinationales et leur droit au licenciement. Ils étayaient un possible…

Donc mon problème demeure entier: existe-t-il une chance de battre cet horizon indépensable de la catastrophe annoncée et est-ce qu’un vote est capable d’aller vraiment a contrario ? Il y a les prestations individuelles, la prise de conscience qui peut être favorisée, mais quelles sont les solutions réelles? Quelles forces? Et j’en reste toujours là il faut battre aux deux tours Fillon, Le pen, Macron. Pour le reste je n’en suis pas à stigmatiser un choix quel qu’il soit mais à voir comment ne pas créer de fossé inutile entre ceux qui devront demain donner corps à leurs aspirations légitimes et qui ne disposeront sans doute d’aucune issue politique véritable sauf celle qui reste à construire. .

Danielle Bleitrach

Publicités
 
9 Commentaires

Publié par le avril 5, 2017 dans Uncategorized

 

9 réponses à “Un débat partiellement éclairant mais pourquoi faire?

  1. Titus

    avril 5, 2017 at 7:25

    Votre interrogation est légitime, Danièle. Le PCF, je préférerais dire le communisme , car il est sans doute aussi ailleurs que dans ce parti, peut avancer par le vote non pas pour l’homme Mélenchon, mais par la voie, la bifurcation qu’ouvre le projet de la France insoumise. A nous tous, citoyens de nous emparer de cette possibilité historique, et de ne pas laisser partis ou mouvements faire sans nous, et de la transformer en grand projet de société.

     
    • Delaroche Claire

      avril 6, 2017 at 2:43

      Vous avez raison l’idéal du communisme et du socialisme de Jaurès existe bel et bien dans la France insoumise à la composition sociale et politique si diversifiée. Par contre le choix des partis est définitivement exclu par la majorité d’entre nous, quelqu’ils soient. Nous avons autant de méfiance à l’égard du PG que du PC, quant aux autres pas la peine d’en parler. (En fait je vais aussi répondre à l’auteure en plus.)

      Nous ne voulons pas attendre le « Grand soir des diverses tendances du NPA », qui a cependant toute sa légitimité, et LO nous semble vraiment très obscure, même si Nathalie Arthaud dit des vérités incontestables, comme Poutou d’ailleurs, pour ce qui concerne le réel et le quotidien des salariés.

      Mais quelqu’un de gauche, comme elle, ne peut pas mentir à ce point en niant le barrage constitué par le « tout pouvoir du Président de la République » dans l’actuelle Constitution et encore moins les dictats, sous formes de « Conseils de la Commission », voire de l’Euro-groupe, pour ce qui concerne les réformes qu’il nous est obligatoire de respecter,(respect des Traités) en matière sociale et de réforme du Code du travail, d’où la loi El Khomri, notamment. Traiter ainsi de bavardages inutiles nos projets de changement de Constitution, (ce qui est pour moi fondamentale et est l’une des premières raisons pour laquelle j’ai rejoins le FDG, en 2011 et la FI en février 2016) , ou la nécessaire refonte de l’Europe, plan A, sinon le Frexit, plan B, vers quoi nous nous acheminerons probablement si les actuels partenaires de l’Europe, à commencer par l’Allemagne veulent en rester aux actuelles contraintes des peuples en faveur de l’austérité. Sans ces deux conditions, préalables, adieu tout projet émancipateur, quelqu’il soit, c’est bien le problème de Hamon, entre autre.

      La France insoumise est un mouvement, qui devra se structurer certes, mais notre vigilance sera aussi active à ce niveau qu’à celui de défendre contre vents et marées, c’est à dire la finance, les banques, les capitalistes de tous horizons, les pouvoirs étrangers, tous ceux qui menaceront et voudront faire barrage aux projets de transformation de la vie sociale, politique et économique compris dans « L’avenir en commun », un peu plus détaillés dans les brochures thématiques, défendus meeting après meeting, avec constance et talent par le candidat JLM (il en faut bien un), basé rappelons-le sur le programme de 2012 « L’humain d’abord », très largement actualisé et enrichi de nouvelles réflexions.

      Personne n’a dit que ce programme devait resté figé dans son état actuel, il ne peut qu’être amélioré, au fil du temps, mais commençons déjà par nous donner les moyens de le mettre en place et soyons là pour l’améliorer encore et vivre le meilleur ensuite.

      Certes dans cette vigilance des citoyens que nous sommes nous savons que nous aurons pour partenaires des militants d’autres formations de gauche, et ils seront bienvenus comme ils le sont aujourd’hui.

      Je ne crois pas que l’objectif de JLM ait été de vaincre le PCF, mais bien de le contourner puisque celui-ci s’est enfermé dans une stratégie indéfendable, à mes yeux en tout cas. Le problème des partis est par les temps actuels de défendre leur existence et ce projet a fini par prendre le pas sur toute autre priorité, à savoir le bien commun. Pour exister il faut de l’argent et pour avoir de l’argent il faut aussi des élus. Soit, mais pour avoir des élus il aurait mieux valut pour le PCF, continuer dans la dynamique du Front de Gauche plutôt que de s’allier dès les municipales de 2014 avec le PS.
      C’est le début, officiel, de la fin du FDG et une trahison à notre égard, les non encartés, que nous, nous n’avons pas digérée. Je dis officiel, mais on peut aussi considérer que dès les législatives, suite aux présidentielles, déjà la dynamique des 11% des présidentielles était rompue presque partout. Après, toutes les stratégies pour les élections suivantes, ont rendu le mouvement FDG complètement inaudible pour la majorité de la population qui aurait été prête à continuer sur cette lancée et à transformer l’essai en un mouvement incontournable. C’est sans doute de cela que le PC, et peut être les Partis, ne voulaient pas. On peut éventuellement le penser si on juge que pour les élections régionales le PG et Ensemble nous ont joué la même musique en s’alliant au second tour à la tête de liste PS, Claude Bartolone, pour les mêmes raisons.

      Alors pour conclure et aussi pour réponde à cette question de l’auteure de ce billet « Un débat partiellement éclairant, mais pourquoi faire? » Dommage que vous vous posiez cette question et que vous ayez la tentation de vous arrêter à vos rancoeurs, que je peux comprendre, je ne suis pas un perdreau de l’année je suis de votre génération, mais si je pense aux jeunes générations, à ceux de ma famille et aussi à toute cette jeunesse qui a rejoint la France insoumise, ce que je ne cesse de faire, car notre avenir est derrière nous, je dis qu’il n’y a pas d’hésitation à avoir, même si l’on sait que le chemin sera difficile et semé d’embuches, pour moi c’est Mélenchon, la 6è République et le barrage à tout ce qui nous pend au nez, l’austérité pour-de-vraie, TAFTA, CETA, les désastres environnementaux, la guerre peut-être qui couve au sein même de l’Europe avec les fascistes en Ukraine, sans parler du Moyen Orient et de l’Afrique dont nous convoitons les richesses.
      En espérant que vous trouverez pour conduire votre Parti des héritiers dignes de ses combats passés, à l’aune de Marie-George Buffet, par exemple, et que vous n’hésiterez pas trop longtemps à rejoindre dans votre vote les déterminés que nous sommes, mes très jeunes camarades et moi.

       
  2. etoile rouge

    avril 5, 2017 at 8:58

    La question immédiate c’est FREXIT. La question de proche immédiat c’est reconstruire le partides travailleurs pour le FREXIT et le socialisme. Il apparait bien que LE PEN ne sortira pas de l’UE puisqu’elle quémande à l’Allemagne le droit de le faire . Elle agit par soumission. Elle ne veut pas sortir de l’Euro ( pas de chaos , le même argument que les germano américains capitalistes) et surtout aucune sortie de l’OTAN: que voilà une belle indépendance nationale que celle où nos généraux et officiers, en anglais, sont dirigés par les intérêts et décisions d’une puissance étrangère, WASHINGTON. Il faut un véritable Front de libération nationale agrégeant les communistes véritables et tout français visant à la liberté et l’indépendance nationale. Sinon la situation va virer au fascisme

     
    • JYA

      avril 5, 2017 at 12:20

      Je pense aussi qu’il nous faut construire un front de libération nationale pour sortir de l’UE de l’Euro et de l’OTAN cela implique dans un premier temps « des alliances contre nature »(communistes/ gaullistes du CNR) mais très peu de communistes englués qu’ils sont dans l’Union de la Gauche y sont prêts.
      Mélénchon se prononce pour la sortie de l’OTAN ok mais je ne crois pas qu’il veuille vraiment sortir de l’UE son plan A et son plan B ect… il lui faudrait 10 mandats pour arriver a quoi? Pour moi c’est de l’esbrouffe. Quand à la sortie de l’EURO je ne connais pas sa position…
      Tous ses gages aux écolos sont démagogistes et irréalistes (sortie du nucléaire).

       
    • jehaislescookies

      avril 5, 2017 at 12:47

      « La question immédiate c’est FREXIT.  » absolument ! Je me souviens d’un dessin de wolinski disant « avant d’ouvrir une porte il faut l’entrouvrir », mais encore avant il faut mettre la main sur la clinche ! Et pour ça il faut sortir de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN, sans ça on parle en l’air, c’est un préalable sine qua non.

       
  3. etoile rouge

    avril 5, 2017 at 8:59

    En tout cas bravo pour votre site et merci

     
  4. hervacacia

    avril 5, 2017 at 10:43

    Il me semble que le FRA//BRICS demeure la meilleure solution pour sortir la France de l’impasse! : Les outils de la FRA//BRICS : Pour sortir la France de l’impasse
    22 SEPT. 2016 PAR HERVÉ FUYET BLOG : LE BLOG DE HERVÉ FUYET
    par Hervé Fuyet, coordonnateur de l’Humanité in English ; Peggy Cantave Fuyet, doctorante à l’Institut du Marxisme de l’Université du Peuple de Pékin (Renmin University) ; Michaële Lafontant, membre du Conseil National du Parti Communiste Français (PCF) Publié dans Unir les Communistes no 9 http://lepcf.fr/Unir-nr-9-le-congres-du-PCF-et-les-presidentielles
    FAVORI
    RECOMMANDER
    ALERTER
    IMPRIMER
    Partager
    Tweet
    Partager sur Google+
    COMMENTEZ 1 RECOMMANDÉ A +A –

    Unir les Communistes no.9
    Unir les Communistes no.9
    Introduction

    En 2016, la France en crise économique, sociale, politique est dans une impasse. L’appartenance à l’Union Européenne (UE) et le terrorisme international constituent deux facettes pivots de cette crise. Pour sortir de la crise, une partie de la gauche communiste française croit encore pouvoir changer de l’intérieur, par des luttes, la nature impérialiste de l’UE. D’autres communistes, en nombre croissant, veulent plutôt s’évader de cette UE, perçue comme une prison impérialiste des peuples. Où aller, avec qui s’allier, après l’évasion souhaitée, demeure un sujet de controverse parmi les partisans communistes de la sortie de l’UE. Peut-on agir pour Unir les Communistes membres, ex-membres, futurs membres, ou pas membres du Parti Communiste Français (PCF) avec les outils de la FRA//BRICS ? Ces outils de travail permettraient aux Communistes d’éloigner la France de l’impérialisme occidental, de la rapprocher des pays non impérialistes, de la paix mondiale aujourd’hui en péril, et de bâtir de nouvelles relations gagnant-gagnant avec les pays que la France impérialiste et néocolonialiste opprime encore aujourd’hui. Cela contribuerait aussi à appauvrir le terreau qui nourrit la relève de terroristes. C’est un rêve ambitieux, exaltant, réalisable, et nécessaire pour sortir la France de la crise actuelle. Ce serait une étape pour une transition vers une France d’un socialisme réellement existant, et vers une France communiste. Nous pourrions commencer, en préparation de cette première étape consistant à s’allier aux BRICS, par mener une lutte résolue contre la guerre froide et moins froide menée par les impérialistes occidentaux contre les BRICS.

    Deux qualifiables impostures

    Première imposture :

    Des curés, des imams, des psychanalystes, des communistes plus ou moins autoproclamés, nous prêchent de nous rallier autour des valeurs de la République française. Ils oublient un qualificatif : c’est une république bourgeoise. Pire encore, ils oublient l’attribut de cette république bourgeoise : elle est impérialiste, colonialiste et néo-colonialiste. Bien entendu un tort n’en justifie pas un autre. Par exemple, le demi million de morts algériens victimes du terrorisme d’État de la république bourgeoise impérialiste française ne justifie absolument pas les centaines de victimes du terrorisme fasciste ou islamiste en France. Les victimes des guerres du colonialisme française en Asie, en Afrique noire, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et celles des guerres étasuniennes ne justifient rien non plus. Cependant, elles expliquent beaucoup. Les procès de Nuremberg et l’Allemagne ont condamné le nazisme. Des lois d’amnistie occultent les massacres de masse commis par la France, patrie de la Déclaration des droits de l’homme, et c’est autour des « valeurs » de cette France qu’on devrait se rassembler ! Mettre fin à cette imposture provocatrice n’est certainement pas suffisant, mais c’est absolument nécessaire. Cesser d’occulter une vérité que tout le monde connaît ne mettra pas fin au terrorisme « islamiste » actuel. Par contre cela peut contribuer à raréfier le terreau qui perpétue le renouvellement des candidats au Djihad.

    Deuxième imposture :

    Le déni de l’appartenance de la France au camp impérialiste entraîne logiquement un autre déni tout aussi « à l’Ouest » dans tous les sens du terme. Il s’agit du déni de l’existence et de la montée en puissance des pays du socialisme réellement existant, principalement la Chine, Cuba, le Laos, le Vietnam, ainsi que de l’importance croissante d’alliances de pays non impérialistes, comme le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud (BRICS), la Communauté d’États latino-américains et caraïbes (CELAC) et l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Ces dénis constituent un phénomène politico-névrotique fréquent dans les partis communistes atteints d’eurocommunisme, « maladie sénile et contagieuse » qui affecte profondément la direction du PCF [1].

    Prenons un cas extrême : Dans la version française de L’Humanité, (quotidien fondé par Jean Jaurès, mais qui, depuis le virage eurocommuniste du PCF, ne se fonde plus sur la pensée de Lénine [2]), un sociologue de renom [3], issu d’une famille héroïque, bardé de diplômes et auteur de nombreuses publications, avance sans sourciller que « Paradoxalement, les choses allaient mieux quand notre vie collective était structurée par deux grands conflits  : la guerre froide au niveau international et la lutte entre le mouvement ouvrier et le patronat au plan intérieur. Je pense que si nous avons, aujourd’hui, des gens qui sont à ce point « hors tout », en rupture totale, loin de tout sens, c’est parce que nous n’avons plus de grands conflits structurants. En conséquence, nous devons nous demander, non pas comment inventer des conflits – ce qui serait absurde  ! –, mais des débats qui permettent de faire surgir des positions conflictuelles et institutionnalisables, négociables. » [4]. Comment peut-on proférer une telle absurdité en 2016, alors que la paix mondiale est en danger, que les tanks de l’OTAN menacent la Russie, que la marine de guerre états-unienne menacent la Chine, et que la lutte contre les lois anti-ouvrières du gouvernement Valls secoue la France ? Et quatre journalistes dans l’Huma du 7 août 2016 récidivent en écrivant que « Le sociologue Michel Wieviorka plaide, lui, dans l’ »Huma » du 28 juillet 2016, pour « la nécessaire reconstruction du lien social et d’une conflictualité qui débouche sur autre chose que la violence » » [5].

    Remettons les pendules à l’heure à l’occasion du centenaire du texte de Lénine « l’Impérialisme, Stade suprême du Capitalisme »

    Heureusement que les communistes russes et les communistes chinois sont léninistes et pas eurocommunistes comme la direction actuelle du PCF et de l’Humanité ! En effet, à l’invitation du Centre pour l’étude du socialisme mondial (Chine), une délégation du Parti communiste de la Fédération de Russie a pris part au séminaire scientifique dédié au 100ème anniversaire de « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme ». Le séminaire a eu lieu le 5 Juillet 2016 à Pékin dans les locaux de la revue Qiushi, une publication du Comité central du Parti Communiste chinois. La délégation comprenait le secrétaire du Comité central du Parti communiste Mikhail Kostrikov, le député de la Douma régionale de Samara Sergueï Rakitine et le secrétaire du Comité régional d’Astrakhan du Parti communiste, rédacteur en chef du journal, Pravda d’Astrakhan Alexandre Tokarev. Le séminaire réunissait des représentants de la communauté scientifique chinoise, venus de différentes villes du pays. En outre, le séminaire a été suivi par les professeurs de l’Université de Moscou Gratchikov et Tsygankov.

    Quelle est la pertinence des conclusions de Lénine il y a 100 ans ?

    Li Shenming, membre du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, vice-président de la commission des affaires judiciaires du Congrès national du peuple, ancien vice-président du Centre pour l’étude du socialisme mondial Li Shenming a déclaré dans son discours d’ouverture : « Nous vivons encore dans l’époque de l’impérialisme, dont le sujet principal est aux États-Unis. Globalement, l’écart entre les pays et les peuples riches et pauvres va croître. Toutes les grandes richesses seront concentrées dans les mains d’un groupe restreint de gens qui gouvernent le monde. Donc, la résistance à un tel ordre va augmenter. La gauche et les idées socialistes (même aux États-Unis) seront renforcées. Les gens vont agir (et agissent déjà) contre un système fondé sur l’argent ». Li Shenming ajoute : « Nous (les adversaires d’un tel ordre mondial) devons nous mettre sérieusement à l’élaboration de stratégies de résistance à l’agression impérialiste ». « Nous ne nions pas la possibilité d’une guerre majeure dans 3-5 ans, explique Li Shenming parce que lorsque d’autres moyens d’action ont été épuisés, le capitalisme a toujours eu recours à la guerre. Les adversaires probables des Américains seront la Chine et la Russie ». « Dans l’arsenal des impérialistes, souligne Li Shenming, il y a également le « soft power » : la lutte idéologique, l’imposition des valeurs occidentales (principalement américaines) de la démocratie et de l’économie de marché dans le monde entier ». Les travaux du séminaire ont souligné qu’aujourd’hui, la communauté mondiale tout entière peut être divisée en trois grands groupes : le premier monde (les États-Unis), le deuxième monde (l’Union européenne) et le troisième monde (la Chine, la Russie et tous les autres pays). En particulier, Li Shenming a souligné qu’ « Un moyen de sortir de la situation actuelle est de rassembler les pays en développement entre eux, puis avec les pays du deuxième monde (Europe) en opposition à l’expansion croissante des États-Unis. Actuellement, dans le monde existent les conditions pour l’essor du mouvement socialiste, au milieu du siècle il y aura un certain nombre de nouveaux États socialistes. Le Parti communiste russe à cet égard a de bonnes perspectives ». Tous les discours sur le socialisme et le marxisme sans approche de classe sont inconsistants, a-t-on déclaré lors du séminaire. La principale source de la prospérité capitaliste continue d’être le pillage, indique le rapport. Le séminaire scientifique tenu à Beijing est un jalon important au niveau international dans la préparation du 100e anniversaire de la Grande Révolution d’Octobre. Au vu du bilan des interventions, et par le fait même de tenir un tel événement à un tel niveau, nous pouvons dire que la Chine étudie sérieusement l’héritage théorique de Lénine et met la théorie en pratique. La Chine elle-même donne un signal concernant le fait que, dans l’avenir, elle pourra devenir le centre du monde socialiste, ce qu’était autrefois l’Union Soviétique [6]. C’est dans ce cadre théorique léniniste revu et mis à jour à Beijing que nombre de communistes français sont parvenus à plusieurs conclusions : il est essentiel pour la survie du PCF, de rejeter la déviation eurocommuniste, de lutter contre l’impérialisme de la France, de l’Union Européenne et des États-Unis, et de renouer avec la pensée de Lénine. Nous nommons FRA//BRICS une voie vers une première phase d’un socialisme réellement existant aux caractéristiques de la France. Ce serait la première fois qu’un pays développé, et impérialiste qui plus est, se démocratise assez pour être acceptable dans une coalition non impérialiste comme les BRICS. Cette notion de FRA//BRICS nous donne un objectif clair , difficile, mais réalisable. Ce sont,, en quelque sorte, des outils pour contribuer à sortir la France de l’impérialisme occidental, du colonialisme et du néo-colonialisme occidental. Sortir de l’impérialisme occidental, c’est aussi sortir du terrain qui génère à la fois le renforcement du terrorisme islamiste et le renforcement des « valeurs » impérialistes de la République française autour desquelles nos imposteurs qualifiés nous demande de nous rassembler. Luttons résolument contre la guerre froide et moins froide menée par les impérialismes occidentaux contre les BRICS

    L’attitude bienveillante de « spécialistes » occidentaux vis-à-vis des tentatives d’implantation du terrorisme islamiste dans les pays du BRICS confirme indirectement que Daesh et l’impérialisme occidental sont complices et que les peuples sont victimes [7]. Manipulation des cours du pétrole, pénuries artificielles de biens de première nécessité, boycott, etc. accompagnés de subversions politiques et d’intimidations militaires sont des manœuvres courantes du terrorisme de l’Occident à l’égard des BRICS. Ces manoeuvres impérialistes viennent se greffer à de fréquentes faiblesses endogènes de corruption, d’autoritarisme des gouvernements et de difficultés de croissance économiques.

    Penons deux cas extrêmes de désinformation :

    René Cagnat :

    Né à Madagascar, en 1942, et ardent défenseur du colonialisme français [8], René Cagnat a une longue carrière militaire derrière lui. Il est nommé attaché militaire adjoint en URSS de 1970 à 1972. Il intègre, de 1975 à 1985, le secrétariat général de la défense nationale, l’École de guerre, le cabinet du ministre de la Défense, avant d’être nommé attaché militaire successivement en Bulgarie, en Roumanie, en Ouzbékistan et enfin au Kirghizistan. Il a par ailleurs servi à la Délégation aux affaires stratégiques de 1993 à 1995. Colonel à la retraite depuis 1999 et retiré dans ce dernier pays, il se consacre à l’étude des questions centrasiatiques [9]. Cet antisoviétique et anticommuniste professionnel, comme l’indique son CV, est très étrangement invité par le journal l’Humanité comme spécialiste pour mettre en évidence une incapacité supposée de la Russie et de la Chine, membres principaux des BRICS : « Depuis la fin des années 1990, des groupes djihadistes ont émergé et se sont développés dans le Caucase et en Asie centrale. Les mouvements islamistes s’y enracinent dans la région. Selon René Cagnat, ils représentent un danger grandissant pour la stabilité d’une région dont les différents états se révèlent incapables d’endiguer la menace. Quant aux puissances voisines, la Chine et la Russie, elles ne s’entendent qu’ « au minimum » pour surveiller les terroristes » [10].

    Ursula Gauthier :

    Ursula Gauthier va encore plus loin comme le montre un excellent article de Maxime Vivas dans le Grand Soir : « Le 18 septembre 2015, des extrémistes ouïgours (que le ministre sarko-socialiste Kouchner appela les « Yoghourts ») habitants du Xinjiang, République autonome chinoise « géographiquement plus proche de Kaboul que de Pékin », armés de couperets et autres armes blanches, ont assassiné une cinquantaine de mineurs Han travaillant dans une mine de charbon. La chasse policière aux terroristes s’est soldée par la mort de 28 d’entre eux. Alors que la Chine est sous le choc, Ursula Gauthier, correspondante de l’Obs à Pékin, nie le caractère terroriste du pogrom anti-mineurs puisque, à ses yeux, ce qui s’est passé au Xinjiang n’avait rien de commun avec les attentats parisiens de janvier et novembre : il s’agissait d’une réplique à la politique de la Chine qui brime ses minorités ethniques. Le monde entier a exprimé son émotion après les attentats du 13 novembre à Paris. La Chine aussi, mais Ursula Gauthier décèle dans ce pays (et dans lui seul) une « arrière-pensée ». Arrière-pensée qui vise ici à créer « un amalgame entre la lutte contre le terrorisme international et la répression contre la minorité ouïgoure, dans le Xinjiang ». Ces partis pris de la journaliste ont indisposé les autorités de Pékin et le visa de presse d’Ursula Gauthier ne lui a pas été renouvelé [11] ». Toujours dans la lignée de sinologues devenus anticommunistes virulents comme Alain Roux ou Lucien Bianco, Ursula Gauthier publie une entrevue dans l’OBS du 18 août 2016 du sinologue (qui s’est rendu tristement célèbre en argumentant que l’interdiction de l’opium avait fait plus de mal que la drogue elle-même). Cela rapelle les historiens royalistes qui présentaient la Révolution française comme un drame. L’historienne Kathleen L. Lodwick écrit à propos de Dikötter qu’il s’agit d’un historien qui « voudrait nous convaincre que l’impérialisme n’était pas si mauvais que cela, et qu’au moins nous ne devrions pas les blâmer , dans ce cas les trafiquants d’opium qui ont amassé des fortunes, pour les problèmes sociaux créés. » [12].

    L’URSS auparavant et la Chine aujourd’hui ont des politiques très dynamiques de mesures compensatoires qui permettent aux minorités ethniques de rattraper progressivement leur retard économique par rapport à l’ethnie majoritaire. Cela n’est pas le cas de la France où les minorités ethniques venant des anciennes colonies ou du Tiers-Monde sont encore victimes de discrimination de la part de l’Etat.

    Comme le montrent ces deux exemples de désinformation anti BRICS, il est clair qu’il faut commencer par unir les communistes autour d’une lutte résolue contre la guerre froide et non froide menée par les impérialistes occidentaux . Il faut aussi contraindre la France à commencer à réparer les dommages causés par son colonialisme et à tisser des liens gagnant-gagnant avec ses anciennes dépendances. Ce serait le début du processus FRA//BRICS.

    FRA//BRICS ?

    A) FRA = France.

    B) Les deux barres obliques // = une voie pour une transition méthodique et réfléchie, politique et économique vers les BRICS.

    C) BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, République d’Afrique du Sud) veut dire, dans les mots du président chinois Xi Jinping au Congrès des BRICS à Oufa (Russie) « forger un partenariat axé sur quatre orientations fortes, à savoir la sauvegarde de la paix dans le monde, l’action en faveur du développement commun, la promotion d’une civilisation plurielle et le renforcement de la gouvernance économique mondiale » [13].

    A part pour ceux et celles qui ne veulent rien voir ni entendre (comme notre ineffable sociologue Michel Wievorka), il est clair que les impérialismes occidentaux, en particulier les USA et l’UE, pratiquent un terrorisme d’Etat pour générer et amplifier des crises chez tous les BRICS, avec malheureusement un certain succès.

    Leonardo Boff [14], qui établit un lien organique entre théologie de la libération et marxisme, disait à propos du Brésil qu’ « Il serait erroné de penser la crise actuelle au Brésil uniquement à partir du Brésil. Cette crise s’intègre dans l’équilibre des forces mondiales qu’est la soi-disant nouvelle guerre froide impliquant principalement les Etats-Unis et la Chine » [15]. C’est selon lui, un épisode déterminant de la guerre froide continuée qui oppose les États-Unis et l’Union Européenne d’un côté, à la Chine socialiste, aux BRICS et aux autres pays socialistes. Il est, selon nous, absolument essentiel qu’un parti communiste comme le nôtre décide de quel côté de cette guerre froide il se situe. Pour parler clairement de cette question, et selon nous, il le faut, il faut commencer par en parler tout court ! Dans le capitalisme mondialisé actuel, qui est en régression, il y a vraiment un risque réel de guerre chaude. Beaucoup d’économistes, même en France, pensent que les BRICS (alliés avec la CELAC et l’OCS) constituent les forces économiques montantes de la mondialisation [16]. Du point de vue politique, elles constituent le principal adversaire de l’impérialisme étasunien et de l’impérialisme de l’Union Européenne. Cela est aussi vrai en partie de la CELAC [17].

    Enfin l’élargissement de l’OCS va dans le même sens [18]. Cela est particulièrement important à un moment où l’extrême droite et le fascisme progressent sans cesse dans l’Union Européenne, comme par exemple en Autriche [19] :

    Impérialisme occidental, Daesh et compagnie sont complices et les peuples sont victimes

    Le célèbre et courageux journaliste John Pilger a bien expliqué comment, indépendamment des intentions des uns et des autres, l’impérialisme occidental et Daesh et compagnie sont objectivement plus partenaires qu’adversaires : « Initier une guerre d’agression… », dirent les juges du tribunal de Nuremberg en 1946, « est non seulement un crime international, mais c’est le crime international suprême, qui diffère des autres crimes de guerre en ce qu’il comprend tous les maux qui s’ensuivent ». « Si les nazis n’avaient pas envahi l’Europe, Auschwitz et l’holocauste n’auraient pas eu lieu. Si les États-Unis et ses satellites n’avaient pas initié leur guerre d’agression de l’Irak en 2003, près d’un million de personnes seraient encore en vie aujourd’hui ; et l’état islamique, ou ISIS, ne nous aurait pas soumis à sa sauvagerie. Ils sont la progéniture du fascisme moderne, sevrés par les bombes, les bains de sang et les mensonges qui sont le théâtre surréaliste que l’on appelle informations ». « A l’instar du fascisme des années 1930 et 1940, de grands mensonges sont diffusés avec la précision d’un métronome : grâce à des médias omniprésents et répétitifs, et à leur virulente censure par omission. La catastrophe libyenne en est un exemple » [20].

    Conclusion

    Nous pouvons conclure avec John Pilger « Notre responsabilité est claire. Il nous faut identifier et exposer les mensonges irresponsables des faiseurs de guerre et ne jamais collaborer avec eux. Il nous faut réveiller les grands mouvements populaires qui ont apporté une civilisation fragile aux états impérialistes modernes. Plus important encore, il nous faut résister à l’endoctrinement au nom de notre esprit, de notre humanité, et de notre dignité. Si nous restons silencieux, la victoire leur est assurée, et la menace d’un l’holocauste plane » [21].

    Le bel entretien de Rosa Moussaoui, grande journaliste de l’Humanité, avec l’anticolonialiste Françoise Vergès, paru dans l’Humanité du 12 aôut 2016 [22], et intitulé « Les peuples asservis privés des symboles de leur souveraineté » donne un bon exemple de ce qu’une France intégrée aux valeurs de la FRA//BRICS pourrait faire pour compenser par des mesures compensatoires « gagnant-gagnant » (souvent mal nommée « discrimination positive ») les oppressions du passé.

    On se prend à rêver de ce que la FRA//BRICS ferait pour Haïti, indépendante depuis 1804, mais toujours pas souveraine et encore asservie, avec la complicité de relais nationaux, aux impérialismes combinés et concurrents de la France, de l’UE et des États-Unis. C’est ce que les outils de la FRA//BRICS nous permettent de faire (avec, entre autres, une candidature communiste « fra//bricsienne » aux élections présidentielles de 2017).

    Travaillons avec ces outils pour « Unir les Communistes » dans la FRA//BRICS, cette version actuelle patriote et internationaliste du slogan de Lénine « Travailleurs de tous les pays et peuples opprimés, unissez vous » !

    Sculpture africaine
    Sculpture africaine
    [1] http://lepcf.fr/Comment-situer-La-France-en-Commun-dans-un-monde-en-commun-Premiere-partie

    [2] http://lepcf.fr/Jaures-versus-Lenine

    [3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Wieviorka

    [4] http://www.humanite.fr/michel-wieviorka-il-faut-liberer-le-debat-sur-les-crises-profondes-de-notre-societe-612858

    [5] http://www.humanite.fr/terrorisme-comprendre-pour-dejouer-ses-pieges-613113

    [6] http://lepcf.fr/A-Pekin-avec-la-participation-des-communistes-russes-s-est-tenue-une-conference

    [7] http://www.diploweb.com/forum/chaudet08042.htm

    [8] http://france-renaissance.org/2014/il-etait-une-france-rene-cagnat/

    [9] http://www.transboreal.fr/auteurs.php?id=18

    [10] http://www.humanite.fr/rene-cagnat-une-offensive-djihadiste-destabiliserait-toute-lasie-centrale-613533

    [11] http://www.legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html

    [12] http://en.wikipedia.org/wiki/Frank_Dikötter

    [13] http://french.xinhuanet.com/chine/2015-07/09/c_134398346.htm

    [14] http://fr.wikipedia.org/wiki/Leonardo_Boff

    [15] http://www.legrandsoir.info/la-crise-bresilienne-et-la-geopolitique-mondiale.html

    [16] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/d000534-l-emergence-des-brics-focus-sur-l-afrique-du-sud-et-le-bresil/la-montee-en-puissance-du-groupe-des-brics-bresil-russie-inde-chine-afrique-du-sud

    [17] http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2012/03/06/la-communaute-d-etats-latino-americains-et-caribeens-celac_1652410_3232.html

    [18] http://french.xinhuanet.com/alaune/2015-07/08/c_134394101.htm

    [19] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/31/97001-20160731FILWWW00033-autriche-le-fp-en-tete-pour-la-presidentielle.php

    [20] http://johnpilger.com/articles/why-the-rise-of-fascism-is-again-the-issue

    [21] http://johnpilger.com/articles/why-the-rise-of-fascism-is-again-the-issue

    [22] http://www.humanite.fr/benin-des-tresors-culturels-loin-du-pays-natal-613708

    Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n’engagent pas la rédaction.https://blogs.mediapart.fr/herve-fuyet/blog/220916/les-outils-de-la-frabrics-pour-sortir-la-france-de-l-impasse

     
  5. josephhokayem

    avril 5, 2017 at 6:14

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     
  6. Pedrito

    avril 6, 2017 at 11:45

    L’alternative miterrandienne? Beurk! J’ai consacré ma vie de militant citoyen à faire voter des récalcitrants pour « faire avancer les chose » . Aujourd’hui, d’entendre ces politiciens corrompus qui se nourrissent de notre abnégation m’ rend plus déterminé que jamais et rien ne me fera dévier de ma décision: ABSTENTION!!! Parce que nous n’avons plus AUCUNE chance d’être entendus et respectés.
    A moins que….. A moins que …..Hamon ne finisse par comprendre qu’il doit lutter et s’allier avec l’ autre socialiste faux-cul, seule chance qui reste pour risquer de faire émerger la gauche vraie.
    Mais je ne crois plus aux miracles depuis perpette

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :