RSS

Vingt millions de personnes qui  risquent  la famine ont besoin de nourriture, pas de bombes

21 Mar

enfant-faim-afrique

Sept millions de personnes au Yémen sont menacées par la famine, dont 2,2 millions sont des enfants. Photo: lastampa.it

Par: Amy Goodman et Denis Moynihan

http://www.cubadebate.cu/especiales/2017/03/19/veinte-millones-de-personas-en-riesgo-de-inanicion-necesitan-alimentos-no-bombas/#.WM9zBm_hC71

Le monde est confronté à la pire catastrophe humanitaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vingt millions de personnes sont menacées de famine au Yémen, en Somalie, au Nigeria et au Soudan du Sud. La réponse du président Trimp face  à cette situation  a été de  claquer  la porte face aux  réfugiés  et de couper le  financement à l’ aide humanitaire , tout en proposant une expansion importante de financement pour l’armée américaine.

António Guterres, le nouveau secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a récemment déclaré: «Des millions de personnes peinent  à survivre entre la malnutrition et la mort, vulnérables aux maladies et épidémies, forcés de tuer leurs animaux pour manger et manger le grain entreposé pour semer  l’année prochaine ». António Guterres a poursuivi: « Ces quatre crises sont très différents mais ont une chose en commun. Tous sont évitables. Toutes viennent de différents conflits, pour lesquels nous devons faire beaucoup plus en termes de prévention et de résolution « .

Alors que des Nations Unies se débattent pour trouver  5,600 milliards nécessaires qui permettraient de réduire  le pire impact de ces crises, le gouvernement du Trump coupe des fonds provenant du Département d’Étatdes etats-Unis  et, selon un projet de décret de direction obtenu par Le New York Times, également l’Organisation des Nations Unies. L’ordre, tel qu’il est rédigé (même s’il  n’a pas  encore été  signé ou officiellement publié) indique « qu’il va y avoir au moins 40% de réduction globale »  des contributions volontaires des États – Unis à des programmes des Nations Unies comme le Programme alimentaire mondial, le Haut Commissaire Nations Unies pour les réfugiés et l’ UNICEF .

« Franchement, ceci est une attitude enfantine qui n’est pas digne de la seule superpuissance dans le monde», a écrit M. Stewart Patrick, un ancien fonctionnaire du département d’Etat sous la présidence de George W. Bush, maintenant membre du Conseil des relations étrangères .

Cette attitude, qui pourrait être décrit comme enfantine, a un impact létal sur les vrais enfants. Sept millions de personnes au Yémen sont menacées par la famine, dont 2,2 millions sont des enfants. Près de la moitié d’un million de ces enfants sont  en éta de «malnutrition aiguë et sévère », ce qui implique que déjà endommagé le développement, probablement  pour la vie, en raison de la faim.

Le directeur du siège américain du Conseil norvégien pour les réfugiés, Joel Charny a déclaré dans une interview sur Democracy Now: « Si la guerre continue, beaucoup de gens vont mourir de faim. Je ne pense pas qu’il y s ‘ un doute là-dessus . Nous devons trouver des moyens pour que  la guerre s’arrête « .

Pour cela il faudrait commencer  par mettre fin à la livraison d’armes à l’ Arabie Saoudite, le Yémen bombardant sans pitié. Au lieu de cela, le président  Trump  a rencontré mardi à la Maison Blanche c le prince héritier saoudien et ministre de la Défense Mohammed bin Salman, il y a été question   de reprendre la vente de  missiles guidés de précision – à la dictature saoudienne. Amnesty International a exhorté Trump de bloquer les ventes d’armes. L’organisation a publié une déclaration, dans laquelle il a écrit: «Armer  les gouvernements de l’ Arabie Saoudite et Bahreïn représente le risque d’être complice de crimes de guerre, et le faire tout en interdisant les gens en provenance du Yémen de  se rendre à l’ États-Unis serait encore plus irrecevable « .

La guerre au Yémen est considéré principalement comme un conflit de pouvoir entre l’ Arabie Saoudite et l’ Iran, dans lequel  les États-Unis sous l’administration Obama et maintenant avec une plus grande intensité dans le cadre du Trump, fournit des armes aux Saoudiens et le soutien logistique de son  bombardement au Yemen . « Notez que cela n’a pas commencé le 20 Janvier. Ceci est une politique menée par les États-Unis depuis  un certain temps , a déclaré Joel Charny responsable humanitaire en  se référant aux prises de positions  politiques de Trump et à celles d’Obama. Tout au long de ses deux mandats, le président Obama a vendu des armes à l’ Arabie Saoudite  à un niveau  record de 115.000 milliards $. Il a Seulement suspendu les ventes après qu’un avion saoudien ait attaqué un enterrement yéménite avec une série de bombardements  successifs, qui ont  fait  140 morts et 500 blessés.

Evitar la situación de hambruna en estos cuatro países es posible. El presidente Trump debería financiar totalmente los envíos de alimentos –no los envíos de armas– y liderar la tan necesaria diplomacia para evitar la inmensa catástrofe de 20 millones de muertes terribles a causa del hambre. Eso es lo que haría grande a Estados Unidos

Des millions de personnes affrontent la faim   et une mort douloureuse par inanition  en Somalie, au Soudan du Sud et lau Nigeria. Selon Charny, au Soudan du Sud, malgré les revenus pétroliers et ses terres fertiles, «les conflits politiques non résolus  au sein de la classe dirigeante du Soudan du Sud, datant des années 1990 et ont été cachés pendant la lutte pour l’indépendance, ont commençcé à refaire surface »et ont conduit le pays à la famine. Dans le nord du Nigeria, le conflit armé entre le groupe Boko Haram et le gouvernement fait que la livraison de l’aide humanitaire est très dangereuse. En ce qui concerne la Somalie, où la famine menace les populations qui peuvent être atteintes par le  fragile gouvernement central  et l’aide des organismes d’aide humanitaire, Charny a exprimé des commentaires plus optimistes: «Si nous pouvons mobiliser rapidement la nourriture et l’argent, nous pouvons surmonter la situation en Somalie … si nous nous mettons à l’oeuvre.  »

Évitez situation de famine dans ces quatre pays est possible . Le Président Trump devrait financer entièrement les  livraisons alimentaires – pas les expéditions armées- et diriger la nécessaire diplomatie  pour éviter l’immense terrible catastrophe 20 millions de morts de la famine . Voilà ce qui grandirait  l’ Amérique

 

(Tomado de democracynow.org/es)

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le mars 21, 2017 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Vingt millions de personnes qui  risquent  la famine ont besoin de nourriture, pas de bombes

  1. etoile rouge

    mars 22, 2017 at 1:23

    Lorsqu’on organise une guerre mondiale il est logique de laisser d’abord crever les réfugiés, les pauvres, les étrangers, les chômeurs, ne pensez-vous pas? Car la guerre c’est la poursuite de la crise capitaliste par d’autres moyens. S’ouvrir des marchés, conquérir entreprises, peuples, gouvernement par la force lorsque les lois économiques du capitalisme n’y suffisent plus. Les classes ouvrière et les classes moyennes ont intérêt à conjurer cette politique si elles ne veulent pas de l’extermination.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :