RSS

Un débat : Pour éviter d’avoir une droite ou une gauche, ils ont tourné en rond. 

21 Mar

Résultat de recherche d'images pour
Disons tout de suite à chaud quelques impressions, à notre manière du moment, qui est celle non de la neutralité comme l’affirmait ici un de nos interlocuteurs, mais de l’impression étonnante de ne pas avoir de candidat à la présidentielle qui me représente. Un exemple, Jean-Luc Mélenchon! Sur bien des points, c’est de lui que je devais me sentir le plus proche, mais  Mélenchon perd de plus en plus toutes les caractéristiques qui font qu’un communiste se sentirait en adéquation avec lui. Il s’éloigne même de ce que nous avons en commun avec Cuba, l’Amérique latine, il reste la question de la paix, ce n’est pas rien. Sa proposition de négocier. Très important, mais à ce moment-là je dois dire que la démonstration de Fillon est tout aussi claire. Un point essentiel et qui est le seul à emporter ma décision est  la sortie de l’OTAN. Il reste l’avenir, ce qu’il construit et de fait ce qu’il détruit, une campagne électorale présidentielle, cela devrait tracer l’avenir et pas seulement celui qui sera élu ou non! … Cela peut paraître anecdotique, mais voir cet homme qui n’est pas sans qualité au plan intellectuel toujours flanqué de quelqu’un comme Corbière ou Simmonnet alors même que tout dans sa posture dit que c’est sa dernière campagne, c’est à chaque fois se demander qui il intronise et quelle serait la postérité d’un tel vote? La fin du PCF pour qui et pourquoi? C’est ma principale réserve et rien ne la lève bien au contraire. Il y a Corbière comme une craie qui raye un tableau noir, mais son couplet sur l’Europe qu’il faudrait à la fois contester et ne pas détruire, c’est à peu près aussi clair que du Macron. Honnêtement je ne peux même pas lui en vouloir à lui, c’est un socialiste, le vrai problème est pourquoi les dirigeants communistes nous ont-ils voué à ce débat interne au PS pour tout potage avec en prime notre effacement, non seulement le temps d’une campagne électorale mais pour ce qui concerne une restructuration durable des forces, des programmes et des représentations de classe?

Pourquoi être voués à ces jeux tacticiens?  On se demande exactement ce que Mélenchon  attend justement de Macron, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne l’a pas attaqué. Une illustration: une brève escarmouche, la seule, sur la question des affaires, il proteste cette accusation concerne deux d’entre nous, Fillon et le Pen, tous les autres nous ne sommes pas concernés. C’est un véritable cadeau qu’il fait à Macron dont il sait pourtant qu’il est lui-même soupçonné de conflit d’intérêt. Mais ce n’est pas le seul cas alors que Macron représente théoriquement tout ce à quoi il s’oppose, il se montre intéressé et curieux, le tirant vers la gauche. Pourquoi? Il a affaibli ce faisant les molles tentatives de Benoît Hamon. Est-ce que ce n’est pas là la réponse: son seul adversaire c’était Benoît Hamon?

Qu’est-ce qu’on joue exactement, une présidentielle ou la reconstruction de la gauche sans les communistes, et dans ce cas l’adversaire c’est le partenaire Hamon, ce qui n’a rien de rassurant tant nous sommes dans les chamailleries de Solférino.

Ce dernier a du mal, avec sa position européenne qui le colle à Macron, à se dégager de celui-ci. Il lui fait sans le vouloir le cadeau de le dédouaner du quinquennat, des expéditions militaires, de ses catastrophes sur le plan social à la place du dit Macron qui peut de ce fait déployer son « vide pragmatique », Macron a bien parlé mais il n’a rien dit.   Marine Le Pen qui a eu du mal à s’accrocher a marqué un des rares bons points de la soirée en disant à ce dernier: « personne ne peut se souvenir d’une seule de vos propositions. Moi on peut ne pas m’aimer mais on sait ce que je dis, vous il n’y a rien, des phrases creuses. » Macron effectivement ne dépasse pas la droite et la gauche, il pêche dans les marais stagnants de leur croupissement. Le tout en utilisant les techniques du management. Celles du chef de service motivant ses troupes par des activités du week-end ou la promesse d’embauche aux plus insécurisés des stagiaires, il s’agit de « motiver », de faire miroiter un avantage personnel sans trop s’engager… Mais c’est aussi le démarchage plaçant des polices d’assurances auprès des retraités en leur parlant de l’avenir des petits enfants. En fait ce type n’argumente pas, il hypnotise… avec le ronron médiatique qui répète c’est lui le meilleur, la nouveauté, une habileté diabolique…je suis d’accord avec Hamon, Mélenchon, Fillon et même Le Pen, c’est pour cela que je suis tellement différent…
Bernard Hamon rame comme il peut mais il épuise  « la nouveauté » de ce qui lui a permis de gagner les primaires en restant au niveau des gadgets, ce qui laisse de la crédibilité à Macron qui n’a à son actif que les voyages en car concurrents de la SNCF et dont les entreprises ferment les une après les autres.Benoît Hamon assume l’Europe, les armées, le quinquennat, bref le PS, et Macron peut hypnotiser à son gré le couple de retraité qui pense à leur petit-fils qui lui aussi fait des études et peine à trouver un emploi. Si certains d’entre vous suivent les sketchs de scènes de ménage sur la 6, Fillon c’est le pharmacien, Macron la femme arriviste qui exploite ses stagiaires jusqu’à l’os et Benoît Hamon c’est le prof d’histoire qui s’évanouit devant la réalité et ne sait pas dire non aux pique assiette. Benoît Hamon, le révolutionnaire qui crée l’égalité, la lutte contre la misère non sur les profits patronaux mais sur nos impôts et qui de surcroît roule les mécaniques face à Poutine, s’évanouit effectivement devant la réalité… laissant croire que Macron l’incarne. En fait le problème est là ces trois enfants du PS, Hamon, Mélenchon et Macron n’osent pas la gauche tant le dit PS l’a déconsidérée, et comme le PCF a disparu du paysage, c’est bonnet blanc et blanc bonnet ou plutôt comment sauver l’Europe à la mode de Hollande ou à celle de Tsipras…

Dans un tel contexte, ce qui était plutôt réjouissant était la contre performance de Marine Le Pen, elle aussi paraissait en train de se dégonfler sans que personne n’en profite réellement. Le renchérissement sur le budget de l’armée, pas 2% mon brave homme 3%, a permis à Fillon de froncer les sourcils et avoir un sourire sarcastique sur les milliards que l’on distribue sans les avoir. L’avare était crédible. Derrière elle, il y avait Philippot comme derrière Mélenchon il y avait Corbière, dans le même rôle celui de la figurine qui hoche la tête pour approuver, mais Philippot aurait été nettement plus convaincant, ce qui n’est pas le cas de Corbière. Cette présence et pas celle de Marion-Maréchal Le Pen dit à quel point le FN aura du mal sur la longue période à tenir deux lignes, bref il y avait quelques cruautés dans la démonstration qu’elle n’était pas présidentiable. Fillon littéralement transparent dans la première partie a peu à peu réussi à s’imposer face à ce glissement de la favorite.

Bon il est clair que nous n’avons plus en magasin de Maurice Thorez, de Jacques Duclos ou de Georges marchais pour ancrer le débat, rendre incontournables un certain nombre de questions, et ce n’est certes pas Marine Le Pen qui soit en capacité de jouer ce rôle. A gauche non plus d’ailleurs. Ce camaïeu de rose pâle veiné de bleu, réversible en bleu veiné de rose macronien jusqu’au rouge, bleu blanc, bleu mélenchonien en passant par la rose flétrie de Hamon, agite d’autant plus ses drapeaux que l’on est loin de cette capacité à dire les choses simples d’un peuple malmené. Au moment même où chacun s’évertue à s’affirmer « hors système », au-delà de la gauche et de la droite, c’est pour mieux témoigner de l’incapacité à faire autre chose qu’à poursuivre l’existant.

Bref oserai-je vous avouer que je n’ai pas avancé d’un pouce tant les positions tactiques ont commandé le débat autant que l’art de prétendre faire du neuf avec du vieux. Ma seule certitude est qu’il y a – quels que soient les cas de figure – trois candidats pour lesquels je ne voterai pas: François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, au premier comme au second tour.

Danielle Bleitrach

Advertisements
 
6 Commentaires

Publié par le mars 21, 2017 dans Uncategorized

 

6 réponses à “Un débat : Pour éviter d’avoir une droite ou une gauche, ils ont tourné en rond. 

  1. Thierry

    mars 21, 2017 at 10:58

    Derrière les discours de Hamon se cachant la plume de Glucksmann fils, fauteur de guerre notoire sous ses airs de blanche colombe, je m’étonne que vous, inlassable partisante de la paix, n’existez pas de voter pour lui

     
  2. Thierry

    mars 21, 2017 at 11:05

    *partisane de la paix, n’excluez pas de voter pour lui* (le correcteur ortho fait des siennes, désolé)

     
  3. histoireetsociete

    mars 21, 2017 at 11:17

    Certes le discours belliciste d’Hamon me donne envie de fuir, mais je remarque aussi le changement d’attitude des médias aux ordres face à Mélenchon, ils lui font les yeux doux pas pour lui accorder des suffrages mais pour dégager du terrain à macron en tapant sur Hamon. J’ai un vbieux principe quand ces gens là tapent sur qurelqu’un il me devient presque sympathique.

     
  4. sam

    mars 21, 2017 at 9:35

    Toujours de bonnes remarques et de belles intuitions ; d’accord aussi avec les limites objectives de Mélenchon (ne serait-ce que par rapport au candidat de 2012); mais poser le PC en victime, c’est oublier sa lente « mutation » (que vous avez su si bien analyser et dénoncer) et le dresser comme objet d’un « mélenchonisme destructeur » ça me paraît limite parano, étant donné que l’état d’incohérence et de faiblesse du PC est essentiellement le produit du PC… Il va de soi que je ne saurais confondre Thorez, Frachon et consorts avec Hue, Laurent et dartigolles…

     
  5. etoile rouge

    mars 22, 2017 at 1:10

    Sans parti des travailleurs, une théorie révolutionnaire qu’est et demeure le marxisme, engels, lenine et l’expérience du socialisme réel dont staline tant que les communistes fuient leur passé ils fuiront leur présent et n’auront aucun avenir.Pour le monde du travail c’est un débat catastrophe MELENCHON faible et minable, hamon un rigolo, MACRON c’est guizot.
    Ils ont réussi à empêcher la discussion de la seule question qui vaille après le BREXIT du peuple anglais: le droit au BREXIT pour le peuple français et donc sortie de l’Euro et l’OTAN créer un état social sur ce fait et souverain. Sinon ces salopards nous mèneront de lacheté en lacheté à la guerre.

     
  6. Xuan

    mars 24, 2017 at 7:22

    Chère camarade, tu as oublié un autre personnage de scène de ménage : José !
    Blague à part, un texte plein d’actualité bien que centenaire :

    « Un organisme « non parlementaire mais agissant » , voilà qui s’adresse on ne peut plus directement aux parlementaires modernes et aux « toutous » parlementaires de la social-démocratie Considérez n’importe quel pays parlementaire, depuis l’Amérique jusqu’à la Suisse, depuis la France jusqu’à l’Angleterre, la Norvège, etc., la véritable besogne d’ « État » se fait dans la coulisse; elle est exécutée par les départements, les chancelleries, les états-majors.

    Dans les parlements, on ne fait que bavarder, à seule fin de duper le « bon peuple ». Au parlementarisme vénal, pourri jusqu’à la moelle, de la société bourgeoise, la Commune substitue des organismes où la liberté d’opinion et de discussion ne dégénère pas en duperie, car les parlementaires doivent travailler eux-mêmes, appliquer eux-mêmes leurs lois, en vérifier eux-mêmes les effets, en répondre eux-mêmes directement devant leurs électeurs.

    Les organismes représentatifs demeurent, mais le parlementarisme comme système spécial, comme division du travail législatif et exécutif, comme situation privilégiée pour les députés, n’est plus. il ne saurait être question de supprimer d’emblée, partout et complètement, le fonctionnarisme. C’est une utopie.

    Mais briser d’emblée la vieille machine administrative pour commencer sans délai à en construire une nouvelle, permettant de supprimer graduellement tout fonctionnarisme, cela n’est pas une utopie, c’est l’expérience de la Commune, c’est la tâche urgente, immédiate, du prolétariat révolutionnaire. » (LÉNINE : ouvrage cité, tome XXV, pp. 457-460.)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :