RSS

La chinoise Tan Zhongyi proclamée championne du monde aux échecs

05 Mar

4 mars 2017 | + |

Photo: David Llada

La Chine marque pour la cinquième fois sa suprématie en matière d’échecs féminins, une discipline encore récente pour les femmes. Son adversaire était une ukrainienne. Le déroulement de la compétition a eu lieu à Téhéran ce qui s’est traduit par l’obligation pour les femmes de porter le voile. Après des millénaires de discrimination, est-ce un hasard si l’accès à ce jeu s’est réalisé dans des pays socialistes (traduction et note de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

La suprématie chinoise dans le domaine des échecs féminin a été établie vendredi après la proclamation de Tan Zhongyi (2502 points Elo) comme seizième championne du monde.

Zhongyi, 25 ans, a conservé le sceptre à son pays, précédemment détenu par sa compatriote Hou Yifan (2649)  – actuelle numéro 1 du classement orbe – après avoir battu dans le deuxième match des séries éliminatoires semirapides l’ukrainienne Anna Muzychuk (2 569). A ce titre, il faut ajouter le titre trophée aux championnats du monde dans cette discipline, aussi dans les vitrines du géant asiatique.

Après avoir conclu à égalité dans les quatre jeux classiques, les deux joueuses d’échecs se sont affrontées dans le tie-break, instance où où l’européenne partait favorite pour être le  détenteur du monde en rapide et blitz. Cependant, la Chinoise a gagné avec un  « hat trick ».

La première  confrontation (25 minutes plus dix secondes minimum par coup) a donné lieu à l’égalité. La comparaison a commencé avec une défense Muzychuk Petrov commandant les pièces blanches, mais à la hauteur du mouvement 61 les deux rivales n’avait pas d’autre choix que de se serrer la main.

Dans le deuxième match, Zhongyi a commencé avec le Gambit de la Reine, un coup très clair. Dans la lance 39, l’Ukrainienne a commis la plus grave faute du tournoi de déplacer son roi à H 6 laissant exposée à des menaces par le pion G4 de sa rivale, une décision qui au final a décidé de la couronne mondiale.Avec le règne de Tan Zhongyi, les joueuses  d’échecs chinoises emportent le titre pour la cinquième fois de championnes du monde.  Le concours avait été accueilli dans la capitale iranienne de Téhéran, ce qui a abouti à l’obligation de porter le voile par toutes les femmes.

(Extrait de Granma ) Cubadebate 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mars 5, 2017 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :