RSS

Dans les ténèbres, Sergei Chargounov au sujet de ses électeurs laissés sans électricité

22 Fév

Жизнь в российской глубинке

 

La vie dans la province russe (Photo: DmitryFeoktistov / TASS)

http://svpressa.ru/society/article/166462/

 

Sergei Chargounov est un jeune écrivain russe, membre du comité de rédaction de « Svobodnaia pressa », récemment élu à la Douma au nom du Parti communiste [note et traduction de Marianne Dunlop pour H & S]

– Le soleil se couche derrière l’horizon, et la vie dans les villages s’arrête. Au milieu des montagnes, les kichlaks* sont plongés dans l’obscurité… Quelle image négative! Où sont passés les bienfaits de la civilisation!

C’est ce que me racontait un jour d’une voix indignée un homme d’âge moyen, un concierge. Il m’a parlé de l’Afghanistan, que l’on pouvait voir depuis son village natal tadjik.

– Chez nous on construisait des routes, les villages étincelaient de leurs feux, et là-bas… ils étaient en plein Moyen Age! C’étaient les années quatre-vingt. Et nous ne pensions pas que nous connaîtrions le même sort… Et puis ça a commencé …

Ces paroles ont produit sur moi une grande impression.

Le fait est que la réalité de l’Afghanistan des années 80 se reproduit aujourd’hui dans notre pays. Au milieu des montagnes, des villages privés d’électricité sont plongés dans le noir dès que le soleil se couche.

Des habitants de la région de Tchemal dans l’Altaï se sont adressés à moi. Les gens se sont plaints que la distribution de l’électricité était très irrégulière, on observe en particulier une « situation critique » dans le village d’Uznezya. Critique, cela signifie qu’on a droit à de la lumière pendant 2-3 heures, puis elle est coupée.

Essaie d’imaginer une minute, toi, habitant des villes: pas de télévision, pas d’internet, pas de téléphone. Mais c’est encore un moindre mal. A cause des pannes de courant, il y a également pénurie d’eau. Tu n’as plus qu’à rester là, t’asseoir, te coucher, ou pourquoi pas danser sans lumière et sans eau. Et comme ça tout le temps. Jusqu’à ce que tu commences à la lueur d’un tison à écrire des lettres à tous les ministères, sans beaucoup d’espoir d’être secouru…

Bien sûr, je suis intervenu en tant que député auprès du président de région. La réponse est venue du ministère du Développement régional de la République de l’Altaï. Et, franchement, j’ai été frappé par sa franchise.

Il se trouve que, en mai l’année dernière à une certaine réunion de travail avec le directeur général de la Société « IDGC de Sibérie » (société de distribution), il a été décidé de réduire les réseaux électriques du segment Elikmanar de la région Chebalinsky.

Et la conclusion est contenue dans la phrase suivante: « En fait, cette réduction des capacités a conduit à une détérioration de l’approvisionnement en électricité des habitants de l’arrondissement de Tchemal ».

Les gens vivaient tranquilles, se considéraient comme citoyens à part entière de la Fédération de Russie, et tout d’un coup a été prise une décision conduisant en fait à les plonger dans l’obscurité.

Qui a-t-il derrière tout cela? Peut-être le manque de professionnalisme de ceux qui auraient dû soigneusement calculer les conséquences. Comme on le sait, la technique aime la précision. Ou bien c’est le désir d’économiser de l’argent? Laisser tomber l’entretien du réseau de cet immense territoire (environ comme quatre fois Moscou), où vit juste un peu plus de 13.000 habitants… Et donc, selon cette logique déficiente, le nombre de personnes touchées par une telle décision n’est pas tellement grand, si on raisonne à l’échelle du pays.

Seulement voilà nos citoyens, où qu’ils habitent, ne doivent pas vivre comme au temps jadis. À une époque on a trouvé le moyen d’équiper les zones reculées, d’y apporter la lumière. Qu’est-ce que c’est que ces raisonnements selon lesquels il est impossible d’entretenir l’infrastructure existante?

Actuellement, comme il est dit dans la réponse à ma réclamation, « est initié un processus pour la restauration des réseaux électriques dans la zone qui a subi une réduction. »

Je veux espérer que l’électricité et l’eau seront distribuées aux gens sans à-coups. C’est une bonne chose que l’on ait apparemment réussi à accélérer cette décision vraiment vitale.

Mais qui répondra des préjudices subis? Et c’est partout pareil, on réduit les hôpitaux, les écoles, l’électricité. La vie.

On voudrait voir apparaître un antonyme à ce mot destructeur « réduire. »

Promouvoir, développer, améliorer, créer.

 

* hameau, mot d’origine turque signifiant « quartier d’hiver des nomades »

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le février 22, 2017 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Dans les ténèbres, Sergei Chargounov au sujet de ses électeurs laissés sans électricité

  1. josephhokayem

    février 22, 2017 at 6:29

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :