RSS

Le premier gouverneur de la République populaire de Lougansk Valery Bolotov, un défenseur du monde russe

02 Fév

Valery Bolotov nous a quittés, il était le premier gouverneur de la République populaire de Lougansk, un des grands dirigeants du mouvement de libération dans le Donbass, et un défenseur du monde russe. Au moment où sont violés les accords de Minsk, pour forcer à la guerre, dans le contexte de ceux qui veulent empêcher le dialogue USA et Russie, en parant leur bellicisme une fois de plus de la lutte pour les droits de l’homme, au moment où ce monde politique occidental dans de pseudos élections démocratiques s’enfonce dans les scandales et la corruption, nous avons besoin de retrouver la confiance dans des individus capables de transcender leurs intérêts personnels pour mener un combat. Il était de ceux-là. Un communiste (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop pour Histoire et société)

Galina Platova, « Russie soviétique »

31/01/2017

https://kprf.ru/international/ussr/161994.html

Valery Bolotov est décédé subitement le 27 janvier. Sur comment cette catastrophe s’est produite, voici les paroles de Kazbek Taysaev (député communiste): « C’était une journée ordinaire. Valery regardait la télévision et tout à coup il s’est senti mal, il a porté les mains à son cœur. Sa femme s’est précipitée pour attraper les médicaments. Mais ce n’était plus  nécessaire.

La mort est intervenue en quelques minutes. Donc, c’est avec une télécommande en main qu’est mort Valery. Je pense que ce n’est pas un hasard. Je suis sûr qu’il a vu quelque chose de dur sur le Donbass. La situation est grave là-bas. Et ça lui a causé un choc émotionnel, un coup au cœur. Les médecins arrivés sur place ont constaté une insuffisance cardiaque aigüe.  »

Bolotov avait 46 ans. A deux semaines près, il n’a pas vécu assez pour voir son 47e anniversaire. Le Gouverneur populaire de la région de Lougansk était plein de projets, d’espoirs, il allait revenir en LNR, pour continuer la lutte contre la junte de Kiev, pour achever la victoire… Cela n’a pas eu lieu. Il laisse le Donbass orphelin, deux fils âgés de 16 et 10 ans, une veuve. Bolotov avait fondé une famille heureuse, il avait deux garçons merveilleux, une épouse aimante.

Aujourd’hui les médias se lancent dans une foule de spéculations ridicules. Soi disant que Valery serait mort dans sa maison de campagne… Non, le sergent réserviste Bolotov n’a jamais eu de maisons de campagne. Il est mort dans son appartement dans le quartier de Khimki. Il vivait dans un immeuble ordinaire dans un modeste appartement. Il attendait le moment où il pourrait revenir à Lougansk. Mais il ne perdait pas son temps en vain.

Bolotov a rejoint le Parti communiste et participé à la préparation et l’envoi de fournitures humanitaires au Donbass. Il a souvent répété: le Parti communiste est le seul parti en Russie, qui, depuis les premiers jours du blocus de la DNR et LNR et jusqu’à présent collecte et envoie des camions avec de la nourriture, des médicaments, des matériaux de construction à Donetsk et Lougansk.

Il répondait à toutes les demandes de ses compatriotes. Les habitants du Donbass lui téléphonaient constamment. Certains lui demandaient une aide pour obtenir un traitement, tandis que d’autres pour trouver un emploi, et d’autres  une maison ou tout simplement un abri pour quelque temps. Les gens racontaient au gouverneur populaire en détail ce qui se passe en LNR et DNR, le priaient ardemment de revenir à Lougansk, de restaurer l’ordre apporté par le « printemps russe ». Et Bolotov se préparait à revenir, mais pour l’instant, disait-il, «il était prisonnier des circonstances ».

Sa vie avant le coup d’Etat du Maidan à Kiev à l’automne 2013 était tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Né le 13 février 1970, il vit à Stakhanov dans la région de Lougansk. École, service dans l’armée dans le cadre de la Division aéroportée de Vitebsk (103e Guards). Il attendait d’être envoyé en Afghanistan, mais s’est retrouvé à Erevan et dans le Haut-Karabakh, en 1989-1990 il a participé à la pacification du conflit militaire. Il est retourné chez lui avec le grade de sergent-chef de réserve. Revenu à la vie civile, il a suivi deux formations universitaires – ingénierie et économie. Il s’est engagé dans les affaires, il a été président de l’Union des anciens combattants de la région de Lougansk. S’est marié.

Mais la véritable essence de l’homme se manifeste dans les crises, les fractures de l’histoire. Bolotov s’est révélé en tant que leader. Il n’a pas accepté le nouveau gouvernement en Ukraine, l’assassinat barbare des berkouts, l’idéologie nazie et la politique russophobe. Sans hésitation, comme la plupart des habitants de Lougansk au printemps 2014, Bolotov s’est engagé dans les rangs du mouvement de protestation, puis l’a dirigé. Maintenant, on dit de lui qu’il a été parmi les premiers et courageux patriotes du Donbass à soulever la bannière de la lutte contre la junte de Kiev. Il a appelé son peuple à résister ouvertement et résolument aux agresseurs de Kiev. Bolotov a pris part à la prise de contrôle du Service de sécurité ukrainien (SBU) de la région de Lougansk. Au cours d’un rassemblement populaire dans le bâtiment administratif le 21 avril 2014, il a été proclamé gouverneur populaire de la région. Une semaine plus tard, le 28 avril, non sans la participation active de Bolotov, au congrès des représentants des collectivités territoriales, des partis politiques et des organisations sociales de la région de Lougansk, a été annoncée la création d’un Etat souverain « République populaire de Lougansk ». Le lendemain, l’Union européenne a imposé des sanctions contre Bolotov, l’interdiction d’entrée sur le territoire de ses pays membres. Un mois plus tard, les mêmes sanctions ont été imposées par le Canada.

Mais Bolotov n’avait l’intention d’aller nulle part. Sa république avait besoin de lui, il l’avait créée, il était reconnu comme une personnalité publique de renom et homme d’Etat, de la résistance au fascisme de Kiev, il en est devenu le premier gouverneur populaire. Avec ces titres, son nom est entré dans l’histoire de la LNR, de tout le mouvement de libération nationale dans le Donbass.

Bolotov était l’un des organisateurs du référendum le 11 mai 2014 pour l’indépendance de la LNR. Lors du rassemblement, après le plébiscite, le gouverneur du peuple a dit: «La République populaire de Lougansk, dont 90% a soutenu l’acte de souveraineté de l’Etat, a déclaré son indépendance par rapport à l’Ukraine. La république sera gouvernée par un Conseil populaire ».

Bolotov était écouté, on croyait en lui, on s’appuyait sur lui. Il était connu comme un combattant courageux. A l’aube de la formation des unités de milice de Lougansk il a le premier enlevé sa cagoule, se découvrant devant les gens : je suis Bolotov, je suis contre le régime Banderiste. Pour son audace, il a dû payer. Il a fait l’objet d’une tentative d’assassinat le 13 mai. Le sniper était en embuscade. Il visait au cœur, mais Bolotov a été touché à l’épaule. La blessure était profonde, Bolotov a perdu beaucoup de sang. Ce sont les médecins russes qui l’ont sauvé. Il est retourné à Lougansk, ce qui n’était pas facile. Lors du franchissement de la frontière on a à nouveau tiré sur sa voiture. La milice a repoussé les assaillants.

De retour en LNR, Bolotov a commencé à construire la verticale du pouvoir et repousser les attaques croissantes des bataillons ukrainiens. Il était pour le peuple, ce qui ne plaisait pas à ceux qui cherchaient leur propre enrichissement. Bolotov a subi une nouvelle tentative de meurtre, après quoi en plein milieu des opérations de combat, le 14 août 2014, il a annoncé inopinément sa démission. «Je suis forcé de quitter, – dira-t-il dans une interview à « Russie soviétique « .»

C’était la première conversation franche du héros de Lougansk avec un journaliste de ce journal qu’il lisait toujours et en qui il avait confiance. Valery espérait poursuivre le dialogue avec cette publication patriotique. Il voulait nous en dire plus sur le projet «Nouvelle Russie», qui, comme il l’imaginait, devait inclure non seulement les républiques de Donbass, mais aussi un certain nombre d’autres régions de l’Ukraine, proches de la Russie, de la culture russe et des traditions russes. Il ne se lassait pas de répéter: la Russie, l’Ukraine et le Bélarus devraient être ensemble, ce serait le meilleur rempart pour nos peuples contre fascisme, les envahisseurs, les occupants.

Bolotov n’a pas eu le temps de réaliser ce rêve, qu’il transmet aux dirigeants survivants de la résistance du Donbass.

« Il vivait au rythme de la République. Bien qu’à distance, mais il participait pleinement à tous les processus, – dit son ami Oleg Tsarev. – Il subissait une pression nerveuse considérable ».

Selon K. Taysaev, « Valery était fort physiquement, c’était un homme robuste et il ne croyait pas que son état de santé le trahirait. Mais son cœur n’a pas supporté les épreuves terribles, qui constamment l’opprimaient ».

… Les habitants du Donbass sont en deuil. Les bombardements par les agresseurs ukrainiens sont de plus en plus fréquents et dévastateurs. Les défenseurs de la LNR et la DNR resserrent leurs rangs. A la place de ceux qui sont partis, de nouveaux combattants se dressent.

Selon l’OSCE, 10.000 personnes ont été tuées dans le Donbass au cours du conflit militaire. Mais en fait le nombre des victimes est au moins de 50.000 personnes. L’OSCE ne remarque pas tous les morts tués par l’Armée ukrainienne dans le Donbass. Les listes de l’OSCE ne comprendront probablement pas Bolotov. Bien qu’il soit véritablement mort à cause de l’agression, de la politique de régime de Porochenko. Combien d’habitants du Donbass doivent encore  mourir avant que les oi-disant hommes politiques, qui décident du destin des peuples arrêtent cette destruction folle de personnes en LNR et DNR?

Les communistes appellent les dirigeants russes à reconnaître enfin les républiques indépendantes, ce qui leur permettra de développer l’économie, le commerce, et de ne pas toujours être forcés à des compromis avec Kiev Bandériste. La reconnaissance des Républiques permettra le retour à la maison de beaucoup de ceux qui souffrent en exil. Enfin, la reconnaissance de la LNR et DNR est le meilleur monument au héros du mouvement de libération nationale du Donbass Valery Bolotov, valeureux guerrier de la région de Lougansk, parti prématurément pour l’éternité.

Honorons la mémoire du Héros, le défenseur du monde russe!

Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le février 2, 2017 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Le premier gouverneur de la République populaire de Lougansk Valery Bolotov, un défenseur du monde russe

  1. josephhokayem

    février 2, 2017 at 5:20

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :