RSS

Réflexion du jour: oui cela va dans le bon sens, il n’y manque qu’un parti communiste

31 Jan

13

Faire élire dans la prochaine assemblée un maximum de députés communistes et renforcer le parti communiste non seulement en élus mais en organisation, développer la formation des militants.

Comme le dit un ami, Franck, la victoire de Hamon sur Valls va incontestablement dans le bon sens. Comme on le voit ailleurs en Europe et dans le monde, une gauche populaire cherche à se reconstruire. Mais il y a beaucoup de chemin à faire. La bourgeoisie affûte ses armes et ses plans. Il faut s’organiser solidement pour la résistance et la contre offensive. Avoir des députés communistes pour s’appuyer sur eux, comme cela a pu être fait lors de la loi Khomry et en général dans la défense du monde du travail, même s’il reste en matière de compréhension de ce qu’est la mondialisation et ses conséquences pour notre pays beaucoup de lacunes, ces élus sont essentiels pour la défense des couches populaires.

Pour que nos élus soient encore plus combatifs, ils ont besoin d’un parti qui travaille une ligne de rassemblement et de combat toujours plus autonome, de classe, d’intérêt national et axé sur les collaborations internationales avec les partis communistes et les forces progressistes.

Mais l’ami Franck a raison là encore de le souligner, la situation américaine le montre, ceci ne peut pas se faire sans relier le terrain électoral et l’action militante. Pour cela, rien ne vaut un parti et des députés communistes forts et nombreux. Tout ce qui vise à priver notre pays de ces élus et de cette force indispensable n’est qu’une manière de pactiser avec le capital alors que la bataille qu’il nous livre est de plus en plus frontale. Parce ce qui a été baptisé par cet étrange vocable « le dégagisme » en fait correspond à une humeur révolutionnaire… Dans les périodes révolutionnaires tous ceux qui tentent d’arrêter la Révolution sont écartés y compris physiquement. Donc nous sommes devant un mouvement qui cherche à naître, un mouvement d’une grande radicalité et sans lui toutes les élections seront une duperie, une manière de récupération par la bourgeoisie, mais la nature de cette révolution dépend aussi de la force organisée, des buts et des moyens.

Chacun de nous doit pouvoir contribuer à ce que cette perspective devienne réalité. En ce qui nous concerne Marianne et moi, nous considérons avoir un devoir particulier, faire mesurer aux communistes ce qu’ils représentent d’indispensable dans l’histoire des conquêtes de l’humanité. En finir avec cette autoflagellation et cette manière de nous laisser convaincre que le communisme a échoué et qu’un parti communiste ne peut être qu’une force d’appoint.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le janvier 31, 2017 dans Uncategorized

 

5 réponses à “Réflexion du jour: oui cela va dans le bon sens, il n’y manque qu’un parti communiste

  1. Victor

    janvier 31, 2017 at 9:50

    « Faire élire dans la prochaine assemblée un maximum de députés communistes et renforcer le parti communiste » (…) « la victoire de Hamon sur Valls va incontestablement dans le bon sens. » dites-vous.
    Hamon vers  » le bon sens » ??? Vous pourriez nous expliquer en quoi et comment politiquement ? Au final, indépendamment de toutes considérations de programmes politiques, vous ne faites que vous rallier au petit jeu de la tambouille politicienne écœurante et désespérante entre copains-coquins que par ailleurs vous ne cessez de vilipender à longueur de textes. Vous allez tomber de haut (une fois de plus) : avec Hamon vous n’aurez ni « le bon sens » ni les députés.Et dire c’est à vous qu’il faut rappeler ça ! On ne (re)construit pas un parti du vrai changement (pour ne pas dire révolutionnaire) sur un lit de fumier(s).

     
  2. histoireetsociete

    janvier 31, 2017 at 10:00

    mais ça va pas… Apprenez à lire… Votre melenchomania vous égare… Je ne crois pas plus en Hamon qu’en melenchon… j’ai même en les voyant tous les xdeux l’impression de retrouver le couple Mitterrand (l’homme au dessus des partis, poussé par le Ceres qui a comme unique but faire la peau aux communistes) et en face de lui Roccard et ses trouvailles… Non mais je crois que le vote en faveur de hamon a ce sens comme bien d’autres manifestations… Je suis même convaincue que certains militants communistes sont allés voter Hamon et ceci pour trois raisons plus ou moins confuses. 1) pour battre Valls, son 49.3, la loi Khmry. 2) Parce qu’ils sont sincérement attachés à la gauche et veulent su’elle se rassemble et on a réussi (enfin melenchon qui les avait invités à la fête de l’humanité) à les convaincre que les frondeurs sont à gauche). 3) parce qu’à l’inverse des insoumis gros malins qui nous invitaient ici à voter valls pour dégager de l’espace pour melenchon, ils en ont marre de ce Melenchon qui leur expédie des candidats contre les communistes. je n’ai participé à rien de tout cela mais je sais que l’exaspération est grande et qu’il reste de l’espoir qui ne sait où se poser et c’est ça qui m’intéresse… Pas les manoeuvres politiciennes… Non avoir un parti digne de ce nom et des élus pour mener une contre-offensive…
    Je n’ai cessé de mettre en garde les « inspoumis » contre leur folie anti-parti… sans le PCF, Melenchon c’est nuit debout…

     
    • Victor

      janvier 31, 2017 at 11:27

      Déjà merci de m’avoir répondu. Je vous ai lue et relue avant de vous commenter. Qu’y puis-je ? C’est vous qui avez affirmé d’entrée de texte ce que je cite malgré tous les bémols et avertissements que vous donnez par la suite. Non, la victoire de Hamon sur Valls ne va pas dans le bon sens même si on peut se réjouir que Valls ait prix une bonne claque. Hamon c’est la continuité recosmétiquée du hollandisme. 0 programme, de belles déclarations qui n’engagent que lui, dès le lendemain de sa (minable) « victoire » allégeance chez le 1er ministre ce qui en dit long sur le mélange des genres et leur connivence… Mais les masques vont vite tomber car de cette politique-là une majorité de citoyens bernés depuis tant d’années ne veulent plus.

       
    • jehaislescookies

      janvier 31, 2017 at 2:25

      Hamon (et sa femme de chez LVMH) me fait carrément penser au Giscard de 1974. La génération des bourgeois bobos post 68 qui voulaient un capitalisme racoleur et « moderne ». Quand au revenu de base on a compris, depuis la critique qu’en a fait Bernard Friot, que c’est en fait non pas une réforme de gauche mais une réforme de droite

      Ce que l’élection de Hamon par le « peuple de gauche » (de même que d’ailleurs l’élection de Fillon par celui de droite) a de réjouissant, c’est que maintenant ça va se passer comme en G-B quand le peuple travailliste a élu Corbyn au grand dam des caciques social-traitres du parti. Voilà ce qui arrive quand on donne la parole au peuple !

       
  3. histoireetsociete

    janvier 31, 2017 at 10:43

    Confirmation de la manoeuvre elyyséenne au profit de Macron
    Beaucoup de gens ne savent pas que la politique c’est une question d’espaces, de place, c’est aussi la leçon que j’ai tiré de lénine qui se situait à un tout autre niveau stratégique que nos nains locaux mais qui apprenait à chaque militant qui le lisait à raisonner de la manière suivante: quel est mon meilleur terrain , quel est celui de l’adversaire? Où veut-il m’entrainer et moi vers quoi est-ce que je veux l’attirer pour le vaincre?
    Voici que le Monde rapporte des propos de Hollande qui s’y connait en place, mais ce n’est pas pour transformer le monde mais pour gagner un congrès du PS, question d’échelle… Il vient de déclarer qu’en prenant sa place valls avit pris la place du mort.
    C’est bien cette métaphore automobile que le président a choisie en privé pour parler de la candidature de son ancien Premier ministre, comme le rapporte le journal Le Monde : « Ce que Manuel ne comprend pas, c’est que me remplacer équivaut à prendre la place du mort. » aurait déclaré le président à ses proches fin 2016.
    Après avoir prononcé ses voeux en Corrèze début janvier, François Hollande aurait également envoyé par SMS « à ses fidèles », qu’il avait eu l’occasion de « mesurer la défiance et le rejet dont Valls fait l’objet » rapporte Le Monde. Des informations qui apportent un nouvel éclairage au silence, voire au désintérêt du président pour le scrutin des primaires. Cela ne fait que confirmer ce que j’avais analysé, l’Elysée et ses fidèles jouent Macron en se conformant aux voeux du patronat et de ceux qui prétendent aller vers plus d’Europe.
    le fin du fin jusqu’au sordide de ce petit président ce serait de se prononcer officiellement pour hamon… Melenchon n’espère plus qu’en ce dernier geste.
    danielle Bleitrach

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :