RSS

Le visage tendu d’Hillary lors de l’investiture n’est pas seulement la preuve de son abnégation

22 Jan

D’abord, il faut savoir que de diverses sources intéressées, la nouvelle parvient que la Fondation Clinton de Washington DC serait en plein marasme (Daily Caller). 22 membres du personnel sont mis à la porte cette semaine (date de départ le 15 avril) et le reste va suivre très rapidement. Beaucoup avaient déjà pris les devants et présenté leur démission.
Fait significatif: depuis qu’Hillary a perdu les élections, les donateurs ont totalement disparu. Peter Schweizer, l’auteur du livre « Clinton cash » prédit que la Fondation fermera très prochainement ses portes.

Cela dit Peter Schweizer a été un ancien consultant, pour l’écriture des discours, de l’ancien président républicain George W. Bush, a révélé le « New York Times ». Harper Collins, la maison d’édition de « Clinton Cash », appartient au même groupe que Fox News, a rapporté le Washington Post.Ses révélations faisaient donc partie des chausses trappes entre candidats démocrates et républicains « normaux ». Incontestablement la montée en puissance de Trump d’abord dans le camp républicain où il a éliminé le favori, Jeb Bush, dont on pouvait penser qu’il serait bénéficiaire des dites révélations et ensuite son élection ont bousculé la donne.
La Fondation Clinton est gérée par Bill et présidée par Chelsea (la fille), pour permettre à Hillary de récolter de l’argent pour sa campagne et pour accroître leur fortune personnelle. Bill Clinton a fondé l’ONG en 2001 après son dernier mandat présidentiel, achevé la même année. La fortune des Clinton s’élevait à au moins 127 millions d’euros (136,5 millions de dollars) entre 2001 et 2012, rapporte l’auteur de « Clinton Cash ».

Certaines transactions leur ont permis de se mettre des millions dans les poches », a écrit Peter Schweizer. Le livre est paru aux Etats-Unis  le 22 avril 2015 et les bonnes feuilles en ont été publiées au premier trimestre 2015. La presse américaine s’est intéressée de très près au financement de la Fondation Clinton. Pour le « New York Times », »Clinton Cash » « se révèle comme le livre le plus attendu et le plus craint d’un présidentiable ». Le journal, comme le « Washington Post » et la chaîne Fox News, a signé un accord avec Peter Schweizer pour avoir un accès au livre avant publication. Les révélations vont être désormais au cœur de la campagne présidentielle, ce que la presse française ne traduit pas nécessairement dans toute son ampleur. Si les E-mails de la secrétaire d’Etat sont scrutés à ce point c’est parce qu’en filigrane, il y a non seulement les inconséquences d’une responsable au plus haut niveau qui utilise un canal personnel pour des affaires d’État, mais bien les accusations d’enrichissement personnel. Mais les médias qui révèlent l’affaire assurent avoir poussé plus loin l’investigation : « Nous avons eu accès à des éléments du livre, mais nous voulions faire nos propres recherches [sur le possible conflit d’intérêts] », a précisé le « New York Times » sur le site de Politico. Dans des propos rapportés par le « Washington Post », les dirigeants de Fox News annoncent également avoir conduit leur propre enquête. Déjà les républicains et la chaîne de télévision Fox News utilisent le livre pour attaquer Hillary Clinton. Comme aux médias américains, plusieurs éléments de « Clinton Cash » ont été diffusés aux parlementaires républicains. Le sénateur républicain Rand Paul, lui même candidat pour la présidentielle de 2016, avait annoncé début avril 2016, que des « grandes révélations » seraient faites sur la Fondation Clinton.

Selon l’enquête de l’auteur, les rémunérations des discours de Bill Clinton ont augmenté quand Hillary Clinton s’occupait de la diplomatie américaine.

La candidate démocrate s’est contentée d’ironiser sur l’obsession du camp républicain la concernant. Mais on ne comprend rien à ce qui s’est passé dans l’équipe de campagne, les E-mails échangés et piratés avec le directeur de campagne si l’on ignore le contexte de ces révélations et la manière dont Bill Clinton était mis en cause. Si à cette époque la candidature Trump éliminant peu à peu tous ses rivaux crédibles est vécue comme une bénédiction puisqu’il parait être le candidat républicain que madame Clinton peut battre malgré son image dégradée dans le grand public y compris par ces révélations, il faut éliminer Bernie Sanders par des manœuvres que révèlent la publication des E-mails. Cette fièvre malsaine qui pétrifie l’équipe de campagne de Clinton explique peut-être ce que ne cesse d’affirmer Wikileaks à savoir que c’est un membre de cette équipe écœurée et non les Russes qui lui ont transmis les correspondances qui auraient d’ailleurs selon les spécialistes été piratées par un adolescent.

Quelle que soit l’inquiétude du camp démocrate, le discrédit de Trump et l’élimination de Sanders leur garantit l’élection, du moins le pensent-ils. Cependant le renversement de situation qui va aboutir à l’élection de Trump commence à devenir une hypothèse crédible mais qui plongera néanmoins tout l’établissement dans le désarroi.
Et à partir de là, la campagne s’est emballée, atteignant les délires complotistes que l’on sait qui paradoxalement faisaient passer au second plan « les révélations » sur la fondation et la corruption de la candidate au profit de la question du piratage russe au profit de Trump.

Il était devenu clair au cours de la campagne, notamment grâce aux emails supposés « hackés par les Russes » et rendus publics par Wikileaks, que les Clinton vendaient les services d’Hillary contre des donations par des lobbies et des gouvernements étrangers (Algérie, Arabie saoudite,…) à la Fondation. De plus, le salaire de Bill était monstrueusement élevé et les frais de fonctionnement énormes. Le mariage somptueux de Chelsea avait été payé en partie par la Fondation.

Tout un contexte qui n’a été révélé que très partiellement par les médias français qui ont préféré emboîter le pas sur le rôle des Russes et la série de « révélations » fournies par une direction de la CIA en voie de départ comme le président Obama, qui en pleine panique et en proie à une colère qui ne l’a pas quitté et qui le pousse à rester à Washington pour y surveiller son successeur, ce qui ne s’est jamais vu. Colère contre Trump sur les pas duquel il n’a cessé de jeter des grenades dégoupillées, mais aussi contre le couple Clinton. Il a fini par s’exclamer « moi j’aurais gagné les élections, ce qui a dû être un baume on s’en doute sur le cœur de la candidate battue.

On comprend mieux le visage tendu de Clinton, dont quelques commentateurs ont loué l’abnégation et le courage d’être présente. Le véritable problème est que tout ce que les Etats-Unis compte de progressistes – et ce n’est pas négligeable – toute la colère de ceux qui ont perdu emploi, logement à partir de manipulations bancaires ou délocalisation, toute cette colère a été dirigée vers le milliardaire réactionnaire, brutal, faute d’alternative crédible. Si les russes n’y sont sans doute pas pour grand chose, l’établissement, médias inclus ont tout fait et continueront à agir en ce sens, comme chez nous où ils sont en train de nous fabriquer un Macron, si par hasard le piège que constituait une pseudo alternative extrême-droite et PS avait cessé de fonctionner.

Danielle Bleitrach.

 

 

Advertisements
 
2 Commentaires

Publié par le janvier 22, 2017 dans Amérique, politique

 

2 réponses à “Le visage tendu d’Hillary lors de l’investiture n’est pas seulement la preuve de son abnégation

  1. josephhokayem

    janvier 22, 2017 at 3:13

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     
  2. etoile rouge

    janvier 29, 2017 at 6:38

    Ben oui la dictature de la classe capitaliste a d’immenses ressources ce qui prouve à contrario qu’on ne les battra pas avec des bricolages à la va vite

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :