RSS

The Guardian : à Davos, Xi Jinping signale que la Chine sera le champion du libre-échange si Trump construit des barrières

18 Jan

Le Premier ministre chinois défend la mondialisation au WEF à Davos, en disant qu’il n’y aura pas de gagnants dans une guerre commerciale. Il est à noter que si XI affirme qu’il n’y a pas de retour en arrière possible dans l’ouverture du marché, il met un double bémol : le premier est quand il dit que les problèmes ne viennent pas de la mondialisation mais de la recherche excessive du profit et d’autre part la dénonciation toute nouvelle des effets sur l’environnement. Le leadership de la Chine face à des USA qui l’abandonne doit donc être aussi analysé dans la réponse apportée à ces deux « nuisances » de la mondialisation. Que veut dire dans un tel contexte pour les Chinois : le socialisme de marché? ne pas se faire d’illusion mais non pas non plus voir la spécificité chinoise. (Note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)

Xi Jinping de la Chine: «Personne ne va émerger comme un gagnant dans une guerre commerciale.
Xi Jinping de Chine: «Personne ne va émerger comme un gagnant dans une guerre commerciale. Photo: Michel Euler / AP

Le premier ministre de la Chine, Xi Jinping, s’est livré à une solide défense de la mondialisation, il a lancé une mise en garde à Donald Trump sur le fait que Pékin va chercher à usurper le rôle traditionnel de l’Amérique comme le champion du libre-échange et des marchés ouverts.

Xi a fait une intervention d’une heure au Forum économique mondial (WEF) en lançant surlques missiles au président américain élu, en attaquant les vues protectionnistes de Trump sans le nommer.

Peu après, il rencontrait le vice-président US Joe Biden en marge du sommet de Davos, Xi a déclaré que le monde avait besoin que la Chine et les États-Unis aient une relation stable et coopérative.

Il a ajouté que les liens entre les deux pays avait «résisté au vent et la pluie, mais en général ont continué à aller de l’avant », en disant que sous Barack Obama, il y a eu un développement « correct » dans les relations.

Dans le premier discours d’un président chinois à l’assemblée annuelle de Davos, réunion des dirigeants politiques et économiques mondiaux, Xi dit que la Chine maintiendrait ses frontières ouvertes, il  a souligné qu’il n’y aurait pas de gagnants d’une guerre commerciale, et a demandé instamment que tous les pays continuent   à soutenir l’accord de Paris de 2015 sur le  changement climatique.

Alors que Trump se prépare pour l’inauguration de vendredi à Washington, Xi a utilisé l’occasion de préciser que la Chine tient à prendre un rôle plus important sur la scène mondiale alors que les  États-Unis sont en train de tomber dans l’isolationnisme.

«La poursuite du protectionnisme est comme vouloir s’enfermer dans une pièce sombre, » a-t-il dit. « Le vent et la pluie peuvent être gardés à l’extérieur, mais il en est de même de la lumière et de l’air. »

Trump a fait campagne sur un programme fortement protectionniste, promettant de protéger les entreprises américaines de la concurrence déloyale de l’étranger et menaçant les droits de douane sur les marchandises en provenance de Chine et du Mexique.

« Personne ne va émerger gagnant dans une guerre commerciale, »a dit Xi devant une salle comble au WEF.

Xi a dit qu’à l’origine la mondialisation avait été considérée comme un trésor de trésor de la caverne d’Ali Baba, mais pour beaucoup c’était devenu une «boîte de Pandore». Il a ajouté, cependant, que la libéralisation économique du dernier trimestre ou du siècle n’a pas été la cause des nombreux problèmes du monde et que le krach financier de 2008 a été le résultat de la poursuite excessive du profit.

L’économiste en chef de Markit IHS, Dr Nariman Behravesh,a déclaré:  » Le président Xi a mené une défense très rigoureuse et argumentée  de la mondialisation.

« Ce qui est très important, il a pris des engagements sur l’ouverture de la Chine à l’augmentation des importations et des investissements directs étrangers et de faire en sorte que la politique de taux de change de la Chine ne déstabilise pas  l’économie mondiale. Tout cela est très encourageant.

« Cependant, les actions parlent plus fort que les mots. Beaucoup dépendra de ce que fera la Chine. C’est un bon début. Ceci est un bon ensemble d’engagements de sa part. C’ est encourageant, mais nous allons voir ce que la suite donne « .

Xi a comparé l’économie mondiale à un grand océan auquel  il était impossible d’échapper. « Toute tentative de couper le flux de capitaux, des biens et des personnes entre les économies, et de canaliser les eaux dans l’océan pour qu’elles retournent dans des lacs et des ruisseaux isolés n’est tout simplement pas possible.

La décision de la Chine vers l’ouverture au marché a été débattue, avec beaucoup de jacuzzis et de barrages le long du chemin, « a ajouté Xi . « Mais nous avons appris à survivre, et nous devons avoir le courage de continuer à nager sur le marché mondial. »

Xi a cherché à contrer les craintes que les États-Unis et la Chine se dirigent vers une guerre des monnaies ou une guerre commerciale. Pékin gardera ses portes ouvertes et ne cherchera pas à faire baisser la valeur de sa monnaie, le yuan.

Le fondateur du WEF Klaus Schwab a déclaré que la présence de Xi était un signe du passage d’un monde unipolaire dominé par les Etats-Unis à un système plus multipolaire dans lequel les puissances émergentes comme la Chine devront intensifier et jouer un rôle plus important.

Li Shuo, conseiller principal de la politique mondiale de Greenpeace pour l’Asie- Orient, a salué l’engagement sur le réchauffement climatique.

«Compte tenu de la volatilité actuelle de la politique mondiale, le discours du président Xi Jinping a aidé calmer les nerfs. Sa référence au changement climatique met en évidence un sentiment croissant de la responsabilité internationale de la Chine, et l’évolution du pays vers un calcul pour prendre des mesures sur la question.

« Comme Trump conteste l’héritage sur le climat d’Obama, Xi pourrait bien établir sa propre vision. 2017 présente une réelle opportunité pour la Chine de relever le défi du leadership responsable climatique. Après être passé du rôle du méchant climatique à un leadership réticent pour cinq courtes années au cours de la première moitié de cette décennie, il est raisonnable de penser que la Chine va devenir un véritable leader par son radicalisme  »

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 18, 2017 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :