RSS

Nous sommes tous de plus en plus excédés, toutes opinions confondues

14 Jan

En ce moment je suis prise d’une frénésie de cinéma… je m’interrogeais donc sur le film de Fanny Ardant avec Gérard Depardieu dans le rôle de Joseph Staline… Après Raspoutine et quelques nanar, je dois dire que je craignais le pire… Gérard Depardieu est capable de vous faire avaler n’importe quoi, mais était-ce bien raisonnable? Que penser de Fanny Ardent en tant que réalisatrice, n’était-ce pas tenter le diable…

Je dois dire que  je n’ai aucune antipathie pour elle, mais j’ai souvent le plus grand mal à l’écouter, elle a une sorte de hennissement dans la voix qui me rend l’écoute pénible, et son passage à la Grande Librairie sur la 5, toujours sur le thème les heures et malheurs de Joseph Staline m’a si peu convaincue que j’ai changé de chaîne. S’agit-il bien de la voix? J’arrive à vaincre le problème que j’ai avec certaines voix si je retrouve comme chez Pablo Neruda et Aragon, un lien entre le texte, l’assemblage des mots qui déstabilise et bouleverse et ces voix incongrues qui brisent la virtuosité, la facilité de la « chanson ». Mais en ce qui concerne Fanny Ardant , l’autre soir dans la grande librairie elle n’arrivait pas à me convaincre: cette voix était séduction en pratiquant ce que méchamment j’appelle l’almanach de la culture, une manière de sauter d’une idée à l’autre, de multiplier les références, les citations, inaugurée par Malraux. Au PCF, j’ai connu de vrais critiques comme Claude Prévot, j’ai découvert entre autre à cause de lui la culture allemande. Il y avait chez ces critiques communistes, une volonté un peu scolaire mais une érudition et une véritable sensibilité et Claude Prévost  n’était pas le seul à manifester ce respect pédagogique. La règle était de parler exclusivement de ce que nous aimions parce qu’il y avait si peu de temps pour faire connaître la richesse de la création. Puis il y a eu les afféterie de Jack Lang, les confusions de toutes sortes de la cour autour de Mitterrand, l’art de se mêler de tout et le plus souvent de ce qu’on ignore, la superficialité, cela allait avec le mépris du peuple, l’esbroufe, l’art de l’impressionner par des allusions et l’obscurité. J’hésitais, je la découvrais par instant et en même temps, il y avait ce fatras contemporain, ce mépris manifesté par des références à une vaine culture. La peur de ne rencontrer que des madame Verdurin, le salon bourgeois des bobos de toujours…

Bon pour faire court dans la grande librairie Fanny Ardant, parlant de son film, ne m’était pas apparue désagréable, mais je ne la croyais pas, elle ne mentait pas vrai et sa voix devenait une barrière. Tant je ne crois plus à ces gens là… Et puis je l’ai retrouvée différente sur le plateau de 28 minutes et même sa voix ne susurrait plus, elle sortait ses griffes, elle combattait, pas pour Poutine ou la Russie mais pour ce que l’on faisait du public français. Il y avait peut-être l’influence de Depardieu mais aussi quelque chose qui est en train de monter dans le peuple français toutes tendances confondues, l’absence de crédibilité de tous ces donneurs de leçons qui traitent de haut le vain peuple.

La conversation a abordé la politique de l’ère moderne, avec des questions sur la Russie en particulier. Bien que le film de Ardant soit purement sur Staline et sa maîtresse, les journalistes n’avaient qu’une idée en tête identifier Staline et Vladimir Poutine « Je pense que l’Occident aime donner des leçons, il est autorisé à donner des « bons »ou« mauvais »grades, » dit Ardant. « Et les journalistes ont besoin de diaboliser quelqu’un. Mais personne ne tente de diaboliser l’Amérique.  »

Les médias ont toujours «boucs émissaires» , selon l’actrice française – et cette fois ils ciblent la Russie.

«Êtes-vous heureux qu’il y ait un contre-pouvoir à l’ Amérique, ou êtes-vous laquais des Etats-Unis? » a-t-elle demandé aux journalistes rassemblés sur le plateau de ’28 ‘minutes , apparemment en référence non pas seulement à ceux qui étaient là mais à tous ceux  qui travaillent dans les médias.

Est-ce une illusion mais la voix de l’actrice avait changé, elle avait conservé ses tonalités métalliques mais elle ne susurrait plus, n’étirait plus le verbe comme les courtisanes de la belle époque jouaient avec leur boas… Elle ne séduisait plus, elle affrontait, pensait et prenait le risque de déplaire en assurant la promotion de son film, un certain courage quand on connaît les lois du genre…Ce n’était pas un nouvel oracle montant au firmament du ciel des people, mais quelqu’un qui peut-être par hasard disait ce que nous pensions tous et qui était si excédée qu’elle ne pensait plus à sa carrière… Rien de plus, rien de moins…

C’est là que j’ai décidé d’aller voir son film dont je continue à attendre le pire, parce que notre ami Gérard Depardieu s’il est un de nos plus grands acteurs tourne à peu près n’importe quoi, mais je vous dirai honnêtement ce que j’en pense. En tous les cas, il me semble que Fanny Ardant a traduit quelque chose qui va bien au-delà de ce que l’on pense de Poutine…

Danielle Bleitrach

 
4 Commentaires

Publié par le janvier 14, 2017 dans Uncategorized

 

4 réponses à “Nous sommes tous de plus en plus excédés, toutes opinions confondues

  1. Beyer Michel

    janvier 14, 2017 at 9:09

    Danielle, je suis en total accord avec ce commentaire sur Fanny Ardant. Elle me fait le même effet.
    Bravo; à elle, pour cette réplique aux « journaleux d’Arte

     
  2. frank

    janvier 14, 2017 at 10:45

    Je partage aussi totalement,une fois de plus,mais ne te fais pas trop d’illusions sur le film..Bises Frank

     
  3. Pedrito

    janvier 14, 2017 at 12:06

    Pour sa question aux « laquais » des États Unis, je lui ferais un énorme poutou! Merci mille fois, belle créature, « pour ce bon-court- moment », pour paraphraser V.T. qui vous savez, mais qui n’a pas tout faux, puisqu’elle parraine le Secours Populaire ……

     
  4. lefroggy01

    janvier 14, 2017 at 4:54

    Excellent! Fanny Ardant ne se laisse pas faire par les journalistes. Ca me remonte le moral. Merci de partager.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :