RSS

«Nous devons étudier aux rayons X l’expérience soviétique», interview de Camilo Guevara

13 Jan

Afficher l'image d'origine

Interview de Camilo Guevara

« Si tous les gens de gauche, oubliant leurs différences, s’unissaient au moins le temps d’une seconde, s’en serait fini du statu quo actuel ».

8 septembre 2016

http://liva.com.ua/guevara-camilo.html

Préambule d’Oleg Yasinski : L’idée de cette interview est née il y a plusieurs années à Kiev. Mon ami, le journaliste Andrei Mantchouk, avec l’aide de l’Institut cubain d’amitié entre les peuples, avait rencontré Camilo lors d’un voyage à Cuba. Camilo lui avait raconté quelques histoires du temps où il faisait ses études en Union soviétique, démontrant d’ailleurs des capacités remarquables dans la maîtrise de l’argot russe. Je pensais que ce serait intéressant de lui poser quelques questions sur la pérestroïka et les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique.

A l’époque, nous ne pouvions imaginer un seul instant que le pouvoir en Ukraine serait usurpé par les ultra-nationalistes, qu’il y aurait des morts parmi nos amis et connaissances, que les livres d’Andrei seraient mis à l’index et que lui, ainsi que de nombreux autres citoyens honnêtes feraient l’objet de menaces et de harcèlement.

Entre autres manifestations de leur démence, certains idéologues du nationalisme affirmaient que Che Guevara était un de leurs héros, qu’il admirait aussi l’UPA et avait même acquis chez elle ses tactiques de guérilla. Je l’ai pris comme une insulte personnelle, et ai décidé de contacter le plus vite possible quelqu’un de la famille du Che pour qu’il puisse apporter un démenti.

Quelque temps plus tard, ayant été invité à Cuba par des amis colombiens impliqués dans la lutte pour la paix, j’ai repensé à ce sujet et écrit à Camilo. Enfin, après quelques tasses de café sur son lieu de travail à La Havane au Centre d’études Che Guevara, j’ai pensé que ce serait intéressant de transformer cette conversation en interview et aborder non seulement le sujet de l’Ukraine, mais aussi parler de la situation présente des forces de gauche en Amérique latine et à l’échelle mondiale.

C’est ainsi qu’est née cette conversation, réalisée par e-mail. Assurément, elle sera un témoignage supplémentaire du moment historique complexe que nous vivons aujourd’hui, si éloigné de nos rêves. Je ressens ces paroles non seulement comme des opinions, mais aussi en tant que matériau possible pour la construction de ponts entre les temps et les mondes, fragmentés aujourd’hui par le néolibéralisme.

Ernesto Guevara était le père de mon interlocuteur, et peut-être aussi de toute une génération de gens capables de donner leur vie et leur mort pour la construction d’un monde meilleur, sans rien demander pour soi-même, l’une des rares personnes qui n’ayant pas accumulé dans la vie un grand nombre de succès matériels tangibles, a réussi à illuminer l’humanité d’une clarté qui est restée avec nous pour toujours.

Le grand poète cubain José Martí, dans un article écrit en exil a déclaré que «la patrie c’est l’humanité ». L’opinion de Camilo Guevara nous semble une contribution importante à la construction ou au salut de cette patrie, en effet il faut dire que, outre le fait qu’il est le fils de Che, il est aussi le fils ordinaire d’un peuple si particulier, le peuple Cubain. Ordinaire, parce que nombreux sont sur l’île ceux qui continuent le chemin dans la même direction et c’est peut-être la seule chose qui importe vraiment.

– Camilo, tu as vécu et étudié en URSS. Quels moments ou quelles histoires de cette période t’ont le plus marqué?

– Ma première rencontre avec Moscou a été tout à fait particulière, je m’en souviens toujours clairement, malgré le fait que ma mémoire ne soit pas très bonne. En outre, c’était mon premier voyage à l’étranger, je me trouvais dans un état quelque peu euphorique, même si, du moins je l’espère, cela ne se remarquait pas.

Tout ce que je savais alors à propos de l’Union soviétique provenait des histoires qu’on m’avait racontées, d’informations trouvées dans les journaux, plus une bonne dose de littérature soviétique et pré-soviétique, principalement russe, et toutes sortes de documentaires et de longs métrages. Et aussi, quand j’étudiais à « Camilito » (école militaire cubaine que l’on appelle familièrement du nom de Camilo Cienfuegos, où sont formés les futurs officiers, NDT) nous avions des professeurs de russe.

C’était comme une sorte de reflet de quelque chose d’important, quelque chose de sublime. Je n’avais jamais été en Russie et me faisais une image quelque peu exagérée et édulcorée de ce grand pays.

Je suis arrivé à Moscou en septembre 1981, quand j’avais à peine dix-neuf ans. Tu sais ce que c’est que cet âge. J’étais assailli de toutes sortes de rêves. Certains tout à fait terre-à-terre, d’autres  plus élevés. Ce soir-là était frais, presque froid, et à respirer l’air de Moscou j’éprouvais un sentiment très étrange. Je m’imaginais plus ou moins la façon dont les choses fonctionnaient ici, tout ce que l’on peut voir et toucher, mais je voulais goûter les odeurs, respirer l’air, sentir le changement des saisons.

L’arrivée de notre groupe n’a pas été quelque chose de particulièrement exceptionnel. Au contraire, personne n’a remarqué notre arrivée, il n’y a pas eu de rassemblements festifs ou discours de bienvenue. Néanmoins, comme je l’ai dit, ce fut un moment très spécial dans ma vie.

Puis il y a eu beaucoup d’épisodes heureux, dont le souvenir me fait chaud au cœur. Une expérience de vie qui vous marque à jamais. Beaucoup de ce sans quoi aujourd’hui je serais probablement une personne complètement différente.

Je ressens une très grande proximité par rapport à ce peuple, si hospitalier, si solidaire et amical pour les Cubains. Son histoire, sa littérature, son art me sont chers. Ses défaites et ses victoires, je les vis comme les miennes. J’ai appris à les aimer comme une partie de moi.

– La restauration du capitalisme dans l’ex-Union soviétique a été une surprise pour tous ceux de ma génération. Nous ne savions pas que dès le début des années 60, le Che avait averti du danger. Pour toi aussi, ce qui est arrivé a été une surprise?

– Oui, parce que toutes les prédictions, en dépit de la justesse des arguments, dépendent toujours de nombreux facteurs. Nous parlons d’un grand pays qui a développé sa propre révolution, malgré l’opposition de tous les éléments hostiles. Elle a vaincu les hordes fascistes au prix d’énormes sacrifices de son peuple, rendant un précieux service à l’humanité. Les Soviétiques ont accompli beaucoup d’exploits et réalisations dans divers domaines. Je pense que cela ne peut être nié, même par les plus grands critiques et les pires ennemis, s’ils ont un minimum d’objectivité. J’ai toujours été convaincu qu’il n’y avait pas de force dans le monde qui puisse détruire ce travail titanesque. Mais j’ai sous-estimé la puissance destructrice de la bureaucratie politique, le poids des erreurs accumulées et l’influence capitaliste sur la mentalité de certains dirigeants.

L’avalanche, qui depuis longtemps amassait de l’énergie, s’est enclenchée. La perte croissante de confiance dans le projet socialiste soviétique et le Parti communiste tombé en léthargie a créé un terrain fertile pour le scepticisme universel et conduit, par voie de conséquence, à des mesures suicidaires stupides. Je pense, même si aujourd’hui cela ne sert plus à rien, que dans ce cas particulier, certains des problèmes pouvaient être résolus sans qu’il ait été nécessaire de tout bouleverser. Mais toutes ces réflexions ne sont que des hypothèses. Néanmoins, je suis d’avis que vraiment on pouvait et devait apporter les modifications nécessaires, sans tomber dans le chaos.

Le Che a averti qu’au sein de l’Union soviétique avait déjà commencé une coexistence avec le capitalisme. Et surtout, il voulait alerter sur cette situation les révolutionnaires, supposant que cela risquait de donner un coup d’arrêt aux efforts pour construire une société plus juste et plus humaine. Il savait quels dégâts cela pourrait entraîner pour les forces progressistes dans le monde entier. En effet, l’Union soviétique pendant une longue période et pour beaucoup de gens a été une grande ligne directrice idéologique.

– Quelles étaient selon toi les principales faiblesses ou contradictions du modèle soviétique du socialisme qui ont permis de le vaincre? Dans la gauche post-soviétique ce sujet se réduit souvent à un débat entre partisans du trotskisme et du stalinisme. Y a-t-il un autre point de vue, plus en profondeur?

– Je pense que nous avons encore à faire une analyse de tout cela, et la plus scientifique possible. En d’autres termes, une analyse sans sentimentalisme ou sympathies idéologiques, afin de parvenir à un résultat plus ou moins juste. Je ne demande pas que l’on considère le sujet en abandonnant nos positions militantes ou de classe, c’est impossible. Mais je veux que l’on essaye d’examiner attentivement cette expérience, qu’il convient de mettre complètement à nu, d’ausculter et d’explorer aux rayons X – jusqu’au moindre recoin, pour comprendre les racines de tout ce qui a été bien ou mal fait. Parce que cette expérience, dans sa version améliorée, est peut-être notre seule chance de salut en tant qu’espèce.

A qui revient cette tâche? Bien sûr, à ceux qui sont convaincus que le capitalisme c’est la barbarie et que le moment historique actuel doit être surmonté.

Beaucoup pensaient que le socialisme était la solution, mais quel socialisme? Celui qu’avaient commencé les révolutionnaires soviétiques avec Lénine, ou celui qui était à l’époque de Staline? L’expérience vietnamienne, chinoise ou cubaine? Elles sont toutes différentes. Le socialisme s’est adapté aux différentes réalités, montrant parfois des réalisations exceptionnelles, et parfois des échecs lamentables. Par conséquent, nous voyons une très large gamme de versions du socialisme – si large que nous pouvons nous demander ce que peut être chacune d’entre elles et si toutes ensemble elles ne sont pas qu’un pâle reflet de ce qui pouvait être atteint. Nous voyons toute cette gamme, qui n’est probablement rien d’autre qu’une merveilleuse tentative de changer le monde qui n’a pas encore donné jusqu’à présent les fruits attendus.

Nous devons soigneusement et sans crainte explorer toute cette expérience. Nous devons séparer ce qui a été bien fait, de ce qui a été mal fait, sur la base des critères de l’humanisme révolutionnaire et de la plupart des nobles valeurs humaines. Il est de notre devoir de faire d’une nouvelle expérience quelque chose de cent pour cent positif afin que le système fonctionne, et résiste à l’épreuve du temps.

Si toutes ces questions pouvaient être réduites à un différend entre trotskistes et staliniens, la solution serait relativement simple. Je crains que cette question soit beaucoup plus complexe. Elle exige la résolution d’une myriade de problèmes économiques, psychosociaux, politiques et autres, qui sont innombrables, et qui ont empêché la formation d’une nouvelle société, qui en plus de tout le reste ne pouvait jamais se reposer sur ses lauriers, le lit a toujours été garni d’épines, toujours sous la pression d’une masse de difficultés et d’urgences, exigeant des décisions difficiles. Par conséquent, malgré les erreurs, nous avons beaucoup de réalisations dont nous pouvons être fiers.

Et je dois te dire que malgré tous les échecs évidents, ce n’est pas la fin. Le socialisme n’a été vaincu que dans les cas où, au cours de sa construction, les constructeurs se sont éloignés de son essence. Mais il y aura de nouvelles révolutions. Certaines répèteront les vieilles erreurs. D’autres feront mieux. Et ainsi progressivement nous arriverons à quelque chose. Personnellement, je pense que les réponses peuvent venir par différentes voies, parce que chacune d’elles sera spéciale. Mais en même temps quelques principes obligatoires dans tous les cas seront respectés. Par exemple, toujours chercher une alternative au capitalisme, rechercher le bien commun, être profondément humain, faire preuve de solidarité, être noble et juste, rationnel, etc.

– Les nationalistes ukrainiens d’extrême-droite qui ont pris le pouvoir à Kiev ont affirmé dans de nombreuses publications et déclarations officielles que le Che était un fan des partisans anti-communistes de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA), avait étudié leur tactique, s’était appuyé dans la bataille pour Santa Clara sur les recommandations de ses conseillers et même avait invité leur chef Stepan Bandera à participer à la lutte contre Batista. Je pense qu’il est important que tu fasses un commentaire à ce sujet.

– C’est absolument impossible et ridicule. Et bien sûr, cette affirmation est loin d’être innocente. C’est une tentative d’utiliser au profit de la réaction la force symbolique que représente l’image du Che. Malheureusement, il y a beaucoup de gens crédules qui sont prêts à croire n’importe quoi, sans chercher un instant à réfléchir. Et les réactionnaires le savent bien et en profitent.

Ce n’est pas un accident et pas non plus un cas isolé. On m’a raconté un jour qu’à une manifestation néo-fasciste en Italie, il y avait des pancartes avec le portrait du Che. Et comme je pensais qu’il s’agissait d’une contre-manifestation de gauche qui était descendue dans les rues contre les fascistes, j’ai demandé à mon interlocuteur, « il y a eu du grabuge, hein? ». Mais il m’a corrigé en expliquant que les nazis eux-mêmes avaient apporté des pancartes à l’effigie du Che, comme matériel de propagande. Nous pouvons dire que ceci est le résultat des tentatives constantes pour séparer l’histoire et les idées du Che de son image, qui a fait l’objet d’une diffusion universelle et reçu une signification particulière.

Ceci est un type courant de manœuvre tactique. La confusion est un outil très efficace pour attirer les masses, qui déterminent la direction des événements, de son côté. Ces tentatives se distinguent généralement par la grossièreté et la malhonnêteté, pour ces gens-là le but justifie toujours les moyens. Après un certain temps, ou bien s’ils ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs, ils sont capables d’expliquer cyniquement que ce mensonge était nécessaire pour un plus grand bien. Ce plus grand bien, en règle générale, sera accaparé par une petite poignée de privilégiés.

Je ne critique pas les sentiments sincères des gens pour leur terre. A ce stade du développement de la civilisation, c’est tout à fait naturel. Pour nous, Cubains, ce sentiment est parfaitement familier. Mais en même temps, nous avons vu aussi des «patriotes» qui au nom du prétendu mal qui menacerait leur patrie sont prêts à se vendre corps et âme au premier venu qui leur promet des villas et des palais. Et si nécessaire – vendre leur patrie, aussi.

Nous sommes toujours très jaloux de notre souveraineté et de notre indépendance. Ce sont pour nous des choses sacrées pour lesquelles de nombreux Cubains sont morts depuis des siècles. C’est ce qui nous permet d’être ce que nous sommes aujourd’hui. L’un des symboles du XIXe siècle était notre cher général Mambi (guérilleros cubains qui ont combattu pour leur indépendance vis-à-vis de l’Espagne, en grande majorité des descendants d’esclaves africains) Antonio Maceo, connu sous le nom de « Titan de bronze ». Je le mentionne ici à titre d’exemple, parce que je pense que son intégrité et sa sagesse pourraient être utiles aujourd’hui aux Ukrainiens, malgré les grandes différences qui existent entre nous. Lorsque les États-Unis lui ont proposé leur «aide» dans la lutte contre la métropole espagnole, il a répondu : «nous devons compter entièrement sur nos propres efforts, il est préférable de nous soulever ou de tomber sans votre aide, plutôt que d’acheter une dette de reconnaissance à un tel voisin influent ».

L’OTAN n’est pas intéressé à l’indépendance ukrainienne, ni aux Ukrainiens eux-mêmes. Ce que veut l’OTAN c’est obtenir ces zones uniquement en raison de leur richesse et leur situation géographique. Et si l’Ukraine en fin de compte tombe entre leurs mains, vous verrez combien il sera difficile alors de se débarrasser d’eux. Ou bien ils laisseront l’Ukraine tranquille – mais quand elle sera dans un tel état qu’il sera difficile de la relever, et cela apportera beaucoup de malheurs pour le peuple ukrainien. Il serait utile que les Ukrainiens tirent les leçons de l’Irak, de la Libye et de la Syrie.

– En dépit de la trahison de Cuba par les dirigeants de la perestroïka, je suis impressionné et profondément touché par l’amour des Cubains pour nos peuples, qui à leurs yeux restent soviétiques. Que penses-tu des derniers développements là-bas et de la guerre actuelle en Ukraine? Comment cela a-t-il pu arriver?

– Parfois, je ressens une grande impuissance, quand je vois comment sont manipulés les sentiments des peuples dans l’intérêt des empires. Il est évident que la guerre en Ukraine est dirigée contre la Russie. Pour certains patriotes, il peut être très désagréable de voir ou d’apprendre que d’autres considèrent les choses de cette façon, mais c’est ainsi. En tout cas c’est comme ça que je le perçois.

Toute cette zone qui est divisée par des frontières d’aujourd’hui, a été le berceau de trois nations slaves, qui à un moment donné ont été réunies dans une république soviétique. Mais leur relation étroite a commencé bien avant la création, selon tel ou tel événement, d’un empire ou d’un pays. Leur sang et leur culture sont mélangés. Ils ont été alliés et frères beaucoup plus longtemps qu’adversaires ou ennemis. Par conséquent, et aussi pour d’autres raisons politiques et historiques, je ne peux toujours pas comprendre comment ils se sont laissés mener par des forces extérieures, qui profitent de leur querelle.

Dans l’histoire post-soviétique il y a eu un moment où régnait un équilibre délicat entre des forces qui voyaient les problèmes avec des positions opposées. Faisant son travail de sape, l’Occident – appelons-le ainsi, même si le terme n’est pas exact – a créé à travers sa clientèle locale des conditions pour changer radicalement la situation et réaliser un coup d’Etat. Immédiatement après, on a tenté de réprimer toute résistance – par la terreur, la propagande nationaliste et raciste, en utilisant une campagne de style nazi. En conséquence, la chaudière a explosé, et différents projets se sont clairement positionnés sur les territoires en conflit. Et certains d’entre eux ont même déclaré leur indépendance.

Le nationalisme est l’un des extrémismes les plus nuisibles, qui réveille les plus viles passions d’un homme. Le fait que ses représentants étaient des alliés des Allemands dans la Seconde Guerre mondiale, et que leur discours et leur propagande soient si réactionnaires, ce n’est pas une coïncidence. Ces gens n’ont absolument rien à ajouter au trésor des valeurs humaines universellement reconnues.

Je considère que Rosa Luxemburg a injustement accusé Lénine de la création du problème du nationalisme ukrainien. Nous savons que l’indépendance a été accordée à l’Ukraine conformément à la volonté clairement exprimée par le gouvernement bolchevique léniniste. Rosa Luxemburg est une grande autorité et une brillante intellectuelle. Étant une révolutionnaire polonaise qui a vécu et a été tuée en Allemagne, elle considérait que les Ukrainiens n’avaient jamais eu leur propre État, et donc qu’il n’était pas nécessaire de le créer artificiellement. À son avis, il aurait été préférable de joindre ce territoire, sur lequel vivait un peuple slave ethniquement proche, à la Russie, où, comme on sait, est survenue la révolution. Lénine n’était pas d’accord avec cette idée, parce que la révolution ne pouvait ignorer la volonté de toute une nation, et il fallait une décision démocratique. Remarque une chose : l’Ukraine était si importante pour les révolutionnaires russes que, selon les mots de Lénine, une condition nécessaire pour la construction du socialisme était le contrôle sur les ressources du bassin du Donbass. En outre, on connaît bien le rôle stratégique joué par l’Ukraine dans toutes les guerres menées contre la Russie. Et, malgré tout cela, il a été décidé de lui accorder l’indépendance.

Quelle que soit l’approche de l’analyse des événements historiques, la réalité est qu’aujourd’hui, l’Ukraine est un État en raison de ces circonstances. Et aujourd’hui, il n’y a pas le moindre soupçon que les Russes veuillent changer cela ou qu’ils aient quelque intérêt caché. S’il y a une chose dont les Russes n’ont pas besoin, ce sont des territoires. Ils ont besoin d’autre chose, de sécurité, mais cela peut être résolu par des accords et la bonne volonté réciproque. Donc, je ne comprends pas comment un vrai patriote peut soutenir ce conflit idiot, qui ne peut qu’apporter des maux incalculables aux habitants de la région? N’est-il pas préférable d’essayer de parvenir à un accord raisonnable et calmer le jeu? Et je suis sûr que la communauté internationale, les Russes et la majorité des Ukrainiens appuieraient une telle idée. Je veux dire les gens, parce que l’intérêt de certains centres de pouvoir et de leurs représentants locaux pour rapprocher la guerre des frontières russes est bien connu.

Les problèmes de ce type ne peuvent pas être résolus simplement. Tact et patience sont nécessaires. Il faut faire appel à la raison. Il faut être prêts à serrer l’autre dans ses bras, sans armes cachées. Lorsque se réveillent les passions les plus malsaines, lorsque tant d’erreurs et de crimes sont commis, cela n’a plus d’importance qui au départ avait tort ou raison. Le mal sera déjà fait et les principales victimes seront à la fois le peuple ukrainien et le peuple russe. Il ne faut jamais oublier les paroles qui sont adressées souvent à Cuba aux enfants prétentieux: « ce ne sont pas ceux qui provoquent qui se battent. »

– Les médias mondiaux, qui se proclamaient les yeux de l’humanité, proclament presque tous les jours depuis 20 ans la chute imminente du système cubain. Pourquoi le socialisme cubain n’a pas eu le même sort que le «socialisme réel» européen, qui s’est effondré immédiatement après la disparition de l’URSS?

– Je ne jurerais pas que ma réponse est la plus juste, mais il me semble que cela a à voir avec l’instinct de conservation, qui est très développé chez les Cubains. Le processus de colonisation a été à l’origine de l’émergence de notre peuple, divers ethniquement et religieusement. Néanmoins est apparue une culture commune, unie, en dépit du fait qu’elle est très ouverte aux influences différentes et qu’elle n’a pas de dogme, nécessitant la domination d’un seul modèle. C’est la principale caractéristique de notre identité. A quoi il faut ajouter la langue qui, comme vous le savez, est la même pour tous les Cubains.

Nous sommes un peuple uni par la menace extérieure. Notre existence est menacée parce que notre deuxième colonisateur, les États-Unis, ne reconnaît pas l’idée même de l’indépendance d’un pays si petit et géographiquement si proche du leur, qui, pardessus le marché, leur a résisté avec succès et depuis si longtemps. Cela nous oblige à être constamment en alerte. Et quand nous nous détendons un peu, l’Empire accourt pour nous rappeler que cela peut être une erreur mortelle. Notre histoire nous a toujours confrontés à un choix : être un protectorat, ou quelque chose comme ça, soumis aux caprices d’une «grande» nation, ou rester une république d’hommes et de femmes libres qui ont leurs propres intérêts et les défendent. A Cuba il y avait une bourgeoisie, et certains de ses membres ont réussi dans un sens où ils considéraient cela comme un succès, c’est-à-dire qu’ils avaient des propriétés, des ressources financières, et ainsi de suite. Mais cette bourgeoisie n’a jamais eu un projet national. Ses intérêts ont toujours été étroitement liés à d’autres, presque toujours avec les Yankees, qui étaient mille fois plus puissants et en même temps un point de référence idéologique pour ceux qui, en fait, représentaient leurs intérêts sur l’île.

Et cela a amené les Cubains les plus avancés à réfléchir, et ils ont décidé de créer quelque chose qui nous mènerait au bon port, sans trahir les idéaux de nos ancêtres, qui ont combattu pour l’indépendance. Et c’est pourquoi les vrais révolutionnaires (certains même avant la naissance de Fidel) avaient déjà considéré la possibilité de la route vers le socialisme et l’insurrection armée, afin de donner à notre peuple une chance pour l’avenir et pour en finir avec le statu quo colonial existant.

Et donc, après la chute de l’Union soviétique et du camp socialiste dans son ensemble, Cuba a continué à se battre pour ses idéaux. Le camp socialiste était pour nous un guide, mais pas la seule raison pour laquelle nous voulions et nous voulons continuer à nous battre. Les conditions sont réellement très compliquées et pourraient se détériorer davantage, mais même en étant pessimiste et si nous ne parvenions pas à ce que nous voulons, cela ne signifie pas que d’autres dans l’avenir ne réussiront pas. Bien que cela puisse ne pas plaire aux adversaires du socialisme, il est impossible d’arrêter le changement. Le capitalisme ne pourra pas éternellement aplanir ses contradictions, et plus la transition vers une nouvelle société tardera, plus il sera difficile de rétablir l’équilibre perturbé et plus la menace sera grande pour l’existence de l’humanité.

Le socialisme est encore très jeune dans le sens de l’expérience pratique. Il serait étrange qu’il soit parfaitement réussi dès le début. Toute l’histoire de l’humanité nous montre que ce n’est pas ainsi. Pour acquérir des connaissances il faut expérimenter, et cela implique inévitablement des erreurs et d’essayer à nouveau, jusqu’à ce que le but soit atteint. Et quand il sera atteint, il y aura certainement de nouveaux défis et il faudra leur chercher des solutions.

– Compte tenu des énormes progrès et des nombreux problèmes non résolus auxquels fait face aujourd’hui le peuple cubain, quels sont à ton avis les principaux risques et défis actuels?

– Tout d’abord, il faut sauvegarder et développer avec succès notre projet national, dont nous avons parlé plus haut : c’est extrêmement difficile, parce que les conditions ne sont pas propices. Nous devons survivre en tant que pays – et cela, à mon avis, ne peut être possible que dans le cadre d’un projet économique, politique et social, différent du capitalisme, comme le prouve toute notre histoire.

Il convient d’ajouter à cela le récent rétablissement des relations diplomatiques avec les États-Unis, qui pour les deux parties est un défi. Pour la première fois en tant que pays indépendant, nous avons la possibilité de nouer des relations avec eux. A Washington, ils ont été tout à fait francs, en disant que leur objectif dans les relations avec Cuba révolutionnaire restait inchangé. Juste évolue leur tactique, et ils essaient de nouvelles méthodes pour atteindre leur objectif souhaité, qui est notre destruction. Je ne vois pas très clairement ce qui nous a incités à prendre cette mesure, peut-être notre désir de montrer une volonté de dialogue. Des efforts internationaux ont été faits pour que les États-Unis changent leur attitude intolérante envers Cuba. En conséquence, ils se sont retrouvés dans l’isolement, et il faut reconnaître qu’ils ont effectué une manœuvre politique intelligente, présentant leur contreproposition pour normaliser nos relations. Par conséquent, le seul fait que nous ayons accepté ce défi devra avoir des conséquences politiques et économiques. En tout cas, il me semble que la tentative d’établir une relation constructive et mutuellement bénéfique et respectueuse sur un pied d’égalité – qui est notre objectif ultime – sera un véritable exploit si à un moment donné, on réussit à obtenir des résultats significatifs.

De notre côté, il y a beaucoup de demandes justes auxquelles les USA ne sont pas très disposés à répondre. De leur côté, en tant qu’Empire, ils essayent de nous présenter des exigences absurdes afin de rétablir l’équilibre. Donc, nous sommes en ce moment dans une sorte de purgatoire, et le résultat de tout cela manque de clarté. Je fais confiance à nos diplomates et au gouvernement, qui, dans des circonstances défavorables ont obtenu des victoires très importantes. Je souhaite qu’en dépit de tous mes doutes, cette fois encore cela se passe ainsi.

Une autre tâche urgente est la nécessité de renforcer les positions de l’Alliance de l’Amérique latine et des Caraïbes et de contribuer au processus d’intégration régionale. C’est encore plus difficile parce que de puissantes forces font tout le possible et l’impossible pour fomenter des conflits sur notre continent. Et puisque le rapport des forces est changeant, la voie choisie par tel ou tel peuple dépend souvent d’intérêts qui sont étrangers à l’unification des forces progressistes. Alors parfois notre unité d’intégration faiblit.

L’Empire a en Amérique latine et dans les Caraïbes des alliés idéologiques et de classe, et notre région, qu’ils considèrent comme leur arrière-cour depuis leur création comme un état, est à nouveau une priorité pour leurs politiques – et pour la contrôler, ils n’épargnent ni la force ni les ressources. En ce moment ils s’activent particulièrement, leur objectif principal est le développement du bloc Pacifique, une manœuvre par laquelle ils veulent obtenir un marché énorme et des alliés obéissants pour contrebalancer la Chine et d’autres concurrents ou adversaires. Le potentiel de ce projet est utilisé par eux comme une incitation – ils distribuent généreusement des sucres d’orge à leurs serviteurs régionaux, font des promesses à droite et à gauche aux naïfs, qui, comme de coutume, sont nombreux.

Dans le même temps, il me semble absolument nécessaire de renforcer les liens politiques et économiques avec le reste du monde. Sur le plan politique, je pense que nous devrions jouer un rôle actif dans tous les forums internationaux, en y défendant les plus justes et nobles objectifs. Il est nécessaire de maintenir et, si possible, de renforcer notre soutien aux pays pauvres, que personne d’autre n’aide, où vont nos médecins, enseignants et techniciens – parce que nous devons défendre le principe humaniste de faire le bien et d’aider les personnes le plus dans le besoin. Cela ne doit pas être une politique politicienne, mais un acte sincère de sacrifice pour les autres – parce que ce faisant, nous grandissons et devenons meilleurs. Si nous croyons qu’un monde meilleur est possible, et que nous devons y parvenir, alors nous devons prêcher par l’exemple. Comment nous l’avons toujours fait.

– L’Histoire est une école où on ne cesse d’apprendre. Quels changements sont nécessaires aujourd’hui pour protéger le choix socialiste de Cuba?

– Je ne sais pas s’il existe des recettes ou des vérités définitives. Toutes les modifications possibles doivent être étudiées très attentivement et en détail – et en même temps, en toute sécurité et sans émotion excessive. Dans l’analyse de toutes les propositions doit prévaloir la clarté mentale. Il sera nécessaire d’examiner la sagesse et la volonté du peuple et, en même temps, compter sur l’expertise de nos spécialistes.

Ces décisions comportent une énorme responsabilité. Ceci est une question délicate et épineuse – elles doivent être prises très efficacement et avec une extrême prudence. Par conséquent, j’admire ceux qui en sont conscients et décident, en prenant sur eux tout le poids de la critique et des conséquences possibles.

Indépendamment de cela, personnellement, je voudrais que la recherche de nouvelles voies s’engage plus dans une direction qui ouvre de réelles possibilités pour des entreprises socialistes ou communautaires (coopératives, NDT), les libérant des schémas périmés. Si on ne les libère pas du costume étroit des schémas périmés, des mécanismes obsolètes qui ne fonctionnent plus et qu’on les met en «concurrence» avec des entreprises privées qui ont les mains complètement libres, et qui peuvent agir entièrement à leur discrétion – dans ce cas, vous pouvez être sûr que les gains seront entièrement en faveur d’une société privée, au détriment de l’entreprise d’Etat, qui ne pourrait dans ces circonstances réaliser son potentiel. Je voudrais voir ces expériences menées ouvertement, sans crainte, et que les personnes impliquées dans cela ne reçoivent pas de fausses promesses. Pour rendre les gens conscients de la possibilité d’erreurs et qu’ils soient prêts à revenir au point de départ, pour essayer de le faire différemment – mais sans jamais renoncer à nos rêves et espoirs.

La tentation d’ «aller à coup sûr» – par exemple, en donnant une chance aux rapports de production capitalistes – pourrait signifier un recul irréversible, ce qui ouvrirait la voie pour que nous devenions encore une fois quelque chose comme une colonie yankee. Je vois cela comme une grande menace. Dans ce cas, le projet national de Cuba, dont le monde a besoin comme un modèle alternatif de société, peut être reporté à un avenir incertain.

– Les gouvernements considérés comme progressistes d’Amérique latine connaissent aujourd’hui de graves problèmes – même si nous parlons de réalités et situations très différentes. Quel est selon toi le principal problème à résoudre par les forces de gauche dans la région?

– Sans un projet alternatif, sans plate-forme révolutionnaire, nous ne pouvons offrir que la répétition de l’existant. Par conséquent, tout d’abord, il faut avoir un projet alternatif. S’il existe déjà, il faut de manière urgente l’analyser de façon critique pour découvrir ses faiblesses et lacunes – afin d’être en mesure de le transformer en quelque chose de vraiment révolutionnaire. Et lorsque le projet commence à être mis en pratique, il est nécessaire de le surveiller en permanence et le corriger parce qu’il n’y a pas d’action humaine qui soit parfaite.

Beaucoup de gens font des choses valables, mais trouver maintenant une conception adéquate et équilibrée n’est pas facile. En outre, il est nécessaire de la rendre efficace, équitable, rationnelle, lui donner un idéal. Il est relativement facile de parler des défauts, de soi-même ou des autres. Il est beaucoup plus difficile d’élaborer un plan d’action pour les surmonter.

Une autre difficulté rencontrée par la gauche à travers le monde est sa désunion. Ce n’est pas par hasard si Marx s’est adressé à la gauche avec le slogan «Prolétaires de tous les pays – unissez-vous ». Tous les empires de l’histoire ont suivi le principe de «diviser pour régner», la division sape le potentiel des forces de gauche et rend possible une réalité dans laquelle l’exploitation et la répression sont de plus en plus mondialisées et chaque seconde causent de nouvelles victimes, en même temps que le nombre de privilégiés diminue.

L’une des réalisations les plus impressionnantes de la Révolution cubaine est le niveau actuel de l’unité de notre peuple. Le manque d’unité était autrefois le talon d’Achille de tous les mouvements révolutionnaires, y compris les mouvements du XIXe siècle qui ont précédé la révolution de 1959, dirigée par Fidel et le Mouvement du 26 Juillet. Vous me demandez les raisons qui nous ont permis de survivre à la disparition du camp socialiste. Ainsi, l’une des raisons importantes que j’oublié de souligner est l’unité de notre peuple.

Si toute la gauche, oubliant ses différences, s’unissait au moins une seconde, le statu quo actuel disparaitrait instantanément.

– Parmi toutes ces gauches d’hier, rénovées et honteuses de leur passé, et celles enlisées dans les dogmes d’hier, les nouvelles générations cherchent de nouvelles voies. Selon toi, en quoi le nouveau socialisme sera-t-il différent du socialisme du XXe siècle?

– L’essentiel est qu’il doit devenir réel. Si nous regardons de près la variété de modes de production qui se succèdent dans le cours de l’histoire de l’humanité, nous voyons qu’elles s’engendrent les unes les autres. On suppose que le socialisme rompt avec cette règle, il est lui-même un pont, une période de transition vers l’objectif principal, qui est censé être le communisme. Ce dernier n’a jamais été atteint, même si certains pensent que, à un moment donné, ils ont vécu sous le communisme – quand il y avait suffisamment de tout avec une juste répartition. Mais le communisme est bien plus qu’une répartition équitable des richesses, c’est une société sans crises et sans classes entrelacées dans leur combat mortel incessant. Le communisme suppose un autre mode de vie et d’autres relations qui nourriront mutuellement une société où prévaudront une morale et une éthique, visant à une solidarité globale entre les gens, pour qui les principes de l’humanisme deviendront la norme, où le travail ne sera pas un lourd fardeau dans un but de survie, mais un plaisir spirituel. Sans ces caractéristiques, nous ne pouvons pas parler de nouvelle société. Et nous ne devons pas oublier que notre objectif est le communisme, pas le socialisme, qui est une étape qui doit être surmontée avant l’ascension au sommet convoité.

Mais cela ne tombera pas sur nous, comme une manne du ciel. Pour y parvenir, il faudra beaucoup de travail et de luttes. Les gens au pouvoir ne connaissent pas de remords. Ils ne vont pas changer l’ordre établi, le fait que les enfants meurent de la pauvreté. Ils dorment paisiblement. Ils sont le produit et le résultat des relations industrielles qui les créent, et leur nature de classe leur dit comment se comporter. Ils peuvent être plus ou moins impitoyables, selon le niveau de résistance, selon qu’ils sont acculés ou non, ou s’ils sont matures en termes de classe. Cela signifie qu’ils cessent d’être une classe en elle-même pour devenir une classe pour elle-même, qui maintient son pouvoir et cherche à se perpétuer dans la subjectivité idéologique. Ils ont leurs philosophes, qui justifient la nécessité de l’assujettissement des masses. Ils dominent l’appareil d’Etat et le gouvernement, pour la destruction de tout ce qui leur est hostile. Cependant, ils ont une grande faiblesse: contrairement à nous, ils ne sont pas autorisés à vivre sans ennemi de classe, parce que c’est lui qui garantit leur existence. Sans plus-value pas de capitalisme. Par conséquent, il est nécessaire de leur ôter le pouvoir, de détruire toutes les formes de leur domination économique (la plus-value) et idéologique, vaincre leur armée, briser les mécanismes qui recréent l’ordre établi des choses.

On suppose que l’on pourra parvenir un jour à une paix relative, mais je pense qu’à mesure que les révolutions se radicalisent, mûrissent et prennent des mesures réelles vers la destruction de l’ancien système, il devient évident que l’agonie et les convulsions du monde qui meurt peut être mortelle. Et alors gagne le représentant de ta classe ou bien revient immédiatement ou progressivement au pouvoir le gouvernement déchu des oppresseurs, avec tout ce que cela signifie. C’est l’étape de la violence la plus réactionnaire.

Et la dernière chose que je veux dire à cet égard. Toutes ou presque toutes les véritables révolutions après avoir surmonté de grandes difficultés sont entrées dans une période de prospérité – faisant penser que tout continuerait de soi-même à se développer dans la même direction – mais ensuite elles ont commencé à expérimenter de nouvelles circonstances, pour des raisons internes, externes ou les deux, qui finalement les ont amenées à dévier de leur route. Mais je suis optimiste, et je pense que la plupart des vraies révolutions, celles qui sont le résultat d’un vrai besoin des peuples ont de plus grandes chances de survie. La révolution cubaine est l’une d’entre elles.

– Pour moi, le plus révolutionnaire dans les idées du Che est son concept de l’homme nouveau. S’il n’y a pas le rêve et le travail sur la création d’un homme nouveau – cohérent, solidaire, sans doubles standards, dénué de la petitesse que nous apprend au quotidien le système capitaliste – aucun changement économique n’a de sens. Peut-être l’échec du modèle soviétique en est-il la preuve la plus évidente. Selon toi, qui fait naître ou produit cet homme nouveau?

– Avant et après notre ère, et j’y inclue le Christ, l’humanité a connu de nombreux hommes et femmes en avance sur leur temps, avec des qualités personnelles particulières qui les distinguaient des autres et les transformaient en exemple à suivre. Peut-être ces hommes étaient-ils des messagers des temps nouveaux, de nouvelles valeurs, d’un comportement plus humain, un nouveau mode de vie qui donnaient de l’espoir aux autres; tout ce que leurs contemporains aimeraient voir plus souvent. Il est naturel que beaucoup aient pensé initialement que la diffusion mécanique de ces vertus dans la société était une solution possible à ses problèmes. D’autre part, ces paradigmes étaient une preuve remarquable de la possibilité d’être différent, même lorsque les conditions ne sont pas favorables. Ici se manifestait la volonté de la personne à surmonter les circonstances. Peut-être que ce modèle de vie est le point d’origine de l’idée dont tu parles, mais le concept de l’homme nouveau utilisé par Che est fondé sur des principes modernes et scientifiques. Beaucoup de révolutionnaires – et tout d’abord, les classiques du marxisme – attachent une importance particulière au rôle de transformation de l’homme dans la société, en la présentant sous la forme d’un dialogue permanent et riche entre l’individu et l’ensemble, puisque la société n’est pas une entéléchie conceptuelle. C’est un ensemble d’intentions, qui vivent ensemble, et il est supposé que leur enrichissement mutuel avec le modèle socialiste devrait être plus harmonieux.

Les Soviétiques aussi ont accordé une place au rêve d’un homme nouveau – dans les premiers stades de la révolution. Mais d’après ce que disent certains, cet idéal a été plus tard bridé par l’étau du stalinisme. Pour autant que je le comprenne, sans en être tout à fait sûr, Che a été le premier qui mettre un accent particulier sur cette idée, et personne d’autre n’a été si cohérent par rapport à elle en termes théoriques et pratiques. Non seulement il en rêvait, ce qui est plus ou moins évident pour quiconque croit que l’homme doit devenir meilleur et que nous ne pouvons pas nous arrêter à ce que nous sommes aujourd’hui, mais aussi il essayé de créer pour cela un milieu de vie, de la société et de l’économie, qui pourrait favoriser cette nouvelle approche. En outre, il était conscient du rôle joué par l’éducation dans la formation de l’homme nouveau. Malheureusement, il n’a pas eu le temps d’étudier la question plus en profondeur, afin de mieux affiner l’idée.

Bien sûr, ce concept d’un «homme nouveau» n’a de sens que dans une société socialiste ou communiste. Il existe entre eux une interdépendance inévitable, qui les contraint à la symbiose. Une telle société «obligerait» à agir selon la volonté libre de personnes instruites, conscientes de leurs besoins. Les possibilités s’élargiraient avec le développement de la société, qui à son tour serait le résultat de l’action des individus. Le Che a toujours insisté sur le fait que, sans l’éthique et la solidarité humaniste, ce processus serait incomplet et voué à l’échec. Bien sûr, au fur et à mesure de la construction d’une société communiste, beaucoup de ces exigences deviendraient inutiles, parce que les nouvelles conditions engendreraient automatiquement l’homme nouveau.

Ainsi, nous voyons d’une part une société juste, équilibrée et humaine, et de l’autre – l’individu, comme son centre et son résultat, avec sa capacité à l’auto-amélioration et la correction des erreurs et des contradictions, et, si nécessaire – la direction du vecteur de développement de la société. Cela peut sembler trop théorique ou utopique, mais le Che et d’autres camarades ont vraiment essayé d’en faire une réalité. Aujourd’hui même on peut avoir un aperçu de l’image de l’homme nouveau, un reflet puissant de l’impact de la révolution sur la conscience de la personne – par exemple, chez de nombreux médecins engagés dans des missions internationales dans les endroits éloignés du continent africain, en Amérique latine, dans une partie du monde où ils risquent quotidiennement leur vie, pour sauver la vie des autres.

– Quelles sont les modalités possibles de réunions et d’assistance mutuelle entre le Centre de recherche cubain Che Guevara et les mouvements sociaux et les organisations des autres pays?

– Nous sommes un modeste centre de recherche, qui a des relations avec de nombreuses organisations dans le pays et le monde, mais nous ne cherchons pas à embrasser l’immensité. Nous travaillons à une étude approfondie de l’héritage théorique et pratique du Che, à répandre ses idées – afin de les présenter dans toute leur profondeur et leur ampleur. Nous menons des travaux universitaires avec toute l’objectivité et la rigueur scientifique que cela comporte. Et notre centre participe au programme « Mémoire du monde » de l’UNESCO ce qui montre l’importance largement reconnue de ce patrimoine, qui peut être utile pour de nombreuses personnes à travers le monde. Bien sûr, nous aimerions apporter notre grain au moulin pour contribuer à changer le monde en mieux. Et si cela nous rassemble et fait de nous des camarades dans les mouvements et les organisations de lutte, c’est un grand honneur pour nous et nous sommes prêts à partager cet héritage enrichissant.

Interview réalisée par Oleg Jasinski

Traduction Marianne Dunlop

 
1 commentaire

Publié par le janvier 13, 2017 dans Uncategorized

 

Une réponse à “«Nous devons étudier aux rayons X l’expérience soviétique», interview de Camilo Guevara

  1. Frank

    janvier 13, 2017 at 5:38

    Merci pour cette traduction.Passionnant.Fraternellement.Frank

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :