RSS

le Figaro : Expulsion des agents russes: un règlement de compte entre Obama et Trump ? par l’amiral Jean Dufourcq

31 Déc
  • Par Jean Dufourcq
  • Mis à jour le 30/12/2016 à 19:54
  • Publié le 30/12/2016 à 16:37
 Afficher l'image d'origine

FIGAROVOX/TRIBUNE.-Jean Dufourcq, amiral (2S), voit dans l’expulsion d’agents russes la volonté de Barack Obama de gêner les premiers pas de Donald Trump, en empêchant un rapprochement avec la Russie. Avouez que quand une nation qui se veut d’exception, phare du monde, exceptionnelle et à ce titre se donne le droit d’intervenir partout en imposant des dirigeants et des politiques, en être non seulement arrivé à élire un Trump, mais successivement un Bush et un Obama, on peut se dire que c’est la chute de l’empire américain. Le dernier s’avérant capable de régler ses querelles au prix d’une crise constitutionnelle et de légitimité majeure pour son pays et en prenant le risque de provoquer un conflit avec l’autre puissance nucléaire, l’impression d’assister au déclin et à la chute d’un empire né il y a peu se confirme (note de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)


Jean Dufourcq, contre-amiral en 2e section, est aujourd’hui est Rédacteur en chef de La Vigie, lettre d’analyse stratégique. Il est membre honoraire de l’Académie de marine et ancien rédacteur en chef de la Revue Défense Nationale.

Par un décret présidentiel, Barack Obama vient de prendre des mesures de rétorsion contre la Russie accusée d’avoir mené des cyberattaques contre les États-Unis pour influencer le cours de l’élection présidentielle américaine. Il s’agit d’une des dernières décisions du président partant qui donne l’impression de profiter de sa fin de mandat pour lâcher des coups qu’il avait longtemps retenus: c’est ce que suggère aussi la récente abstention aux Nations-Unies lors d’un vote condamnant la colonisation israélienne. Quelle est la portée de ces mesures antirusses?

À l’origine de l’affaire, le site Wikileaks publie une série de courriels du Parti Démocrate qui montre que celui-ci favorise Hillary Clinton aux dépens de Bernie Sanders. Personne n’a depuis contesté la véracité de ces courriers. En revanche, il semble que le site du Parti Démocrate ait bien été piraté et que des données sensibles aient été transmises à Wikileaks. Cela a pu influencer la campagne électorale certes mais on ne peut sérieusement considérer que cela a fait pencher la balance du côté de Donald Trump: celui-ci aurait été élu de toute façon, même si les fuites ont renforcé le sentiment de tromperie méthodique dont était régulièrement accusée H. Clinton.

L’ire de B. Obama repose en fait sur l’origine du piratage. Un article du New-York Times citait une «confidence» d’un responsable de la CIA qui désignait les Russes (avec le crédit des «fuites» qu’organise la CIA). Plus récemment, un rapport du FBI et du ministère de la sécurité intérieure désigne nommément deux groupes de pirates russes, accusés d’être liés aux services de la Fédération de Russie. Les spécialistes restent comme souvent circonspects. En effet, bien que technique, le cyberespace ne permet pas d’apporter la preuve technique des agents à l’origine des actions répréhensibles. Autrement dit encore, il n’y a pas d’attribution scientifiquement sûre. L’attribution d’un acte repose sur un faisceau d’indices et sur l’intime conviction de l’accusateur. Dans le cas présent, le rapport du FBI ne mentionne que des indices habituels et de fait guère probants: quelques bouts de code qui seraient cyrilliques, une activité se déroulant lors du fuseau horaire de travail en Russie, des matériaux antérieurement attribués aux Russes. Tout ceci est aisément falsifiable et ne désigne pas à coup sûr des Russes. Cela ne les disculpe pas non plus.

En revanche, il est probable que la durée de l’espionnage, l’ampleur des moyens techniques et humains consacrés et la cible visée constituent le signe d’une activité soutenue par un acteur étatique. On ne prête qu’aux riches et Moscou devient évidemment alors un candidat sérieux. Autrement dit, le faisceau d’indices est suffisamment solide pour qu’Obama ait l’intime conviction qu’il fait face à des Russes. L’attribution est une décision politique, comme toujours.

Une autre décision politique consiste à rendre publique cette accusation, une autre encore à prendre des mesures en conséquences. Il faut expliquer ici le contexte de ces deux décisions.

La première (rendre publique l’accusation, faire de l’affaire une affaire) tient justement à la fin de mandat. Deux considérations entrent en jeu: l’une intérieure, l’autre extérieure. La plus importante tient à la politique intérieure. C’est peu dire que B. Obama n’apprécie guère son successeur, D. Trump. Il s’était engagé à fond pour sa rivale. Or, D. Trump a annoncé qu’il se rapprocherait des Russes afin d’obtenir un «bon accord». B.Obama cherche ainsi à gêner les premiers pas de son successeur, en installant une crise assez profonde pour que le rapprochement ne soit pas aisé. Accessoirement, en invoquant un piratage, il instille le doute sur la légitimité de l’élection de D.Trump: de façon subliminale, il suggère que celui-ci a été élu avec le soutien russe, qu’il est donc un agent de l’étranger, qu’il ne défend donc pas les intérêts de l’Amérique. Nul doute que les adversaires de D.Trump broderont sur cette ligne tout au long des mois à venir.

Dans le même temps, et voici la politique extérieure, B.Obama avait également eu cette ambition du rapprochement avec Moscou quand il avait évoqué, au début de son premier mandat, un reset, c’est-à-dire une remise à plat des relations avec la Russie. Cela n’avait en fait rien donné. Au fond, Obama a subi beaucoup d’avanies de la part des Russes et conduit des négociations ardues qui, pourtant, ont pu donner des résultats: pas forcément en Ukraine mais en Syrie lorsque Lavrov trouva une porte de sortie à la «crise de la ligne rouge» en 2013 ou plus tard lorsque, nolens volens, les Américains s’accommodèrent de la projection militaire russe en Syrie aux côtés de Bachar El-Assad. Les relations furent souvent tendues et B.Obama s’aperçoit, au bout de huit ans, que V. Poutine a mieux su influer sur le cours des événements du Levant que lui-même. Son orgueil a pu en être affecté et il y aurait une sorte de dépit et de revanche dans cette rétorsion tardive contre les Russes.

La troisième décision, celle d’expulser des diplomates ou d’interdire certaines organisations, ne doit être prise que pour ce qu’elle est: un niveau d’enchère, assez haut pour que ça paraisse sérieux, suffisamment bas pour que cela reste contrôlable. On a connu cela tout au long de la Guerre froide, la syntaxe de ces décisions est bien maîtrisée et ne trompe vraiment personne.

Finalement, cette affaire devrait s’essouffler assez rapidement car ni D.Trump ni V.Poutine n’y feront longtemps attention. C’est le destin des présidents en fin de mandat: ils crient fort mais ne font guère peur. D’ailleurs, Moscou ne s’y est pas trompé en gazouillant un tweet avec un canard boiteux.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 31, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :