Le proviseur d’un lycée de Taïwan où des élèves avaient organisé une parade controversée sur un thème nazi a démissionné dimanche. Il a déclaré qu’il assumait toute la responsabilité de l’évènement qui a déclenché la colère des responsables locaux et a été condamné par Israël et l’Allemagne.

Cheng Hsiao-ming, qui dirige le lycée Hsinchu Kuang Fu, s’est excusé auprès de la population et des victimes du régime nazi.

Samedi, le bureau présidentiel de Taïwan a demandé qu’un lycée s’excuse auprès d’Israël et de l’Allemagne après que des photos montrant des dizaines d’élèves habillés avec des uniformes nazis, agitant des croix gammées et faisant le salut nazi lors d’un événement de l’école, ont été publiées.

L’école s’est conformée à cette demande. Le proviseur et le doyen se sont inclinés en public pour exprimer leurs remords, mais Chen a ensuite remis sa démission.

« Pour assumer toute la responsabilité de cette affaire, j’annonce ici ma démission de mon poste de président [de l’école] », a déclaré Chen dans un communiqué, publié par le site internet Focus Taïwan.

Le proviseur a souligné qu’il fournirait au ministère taïwanais de l’Education une liste des responsables de l’incident.

Selon le Taipei Times, les administrateurs de l’école et Liu Hsi-cheng, professeur de du lycée, figurent sur la liste. Aucun élève n’est cité.

Cheng a ajouté que le lycée organiserait des cours spéciaux sur l’histoire nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, et  pourquoi les symboles nazis sont toujours considérés comme offensifs à ce jour.

La projection des films « La Liste de Schindler » et « La vie est belle » est notamment au programme, ainsi que des discours de représentants du Bureau économique et culturel d’Israël à Taïwan, a-t-il déclaré.

Cheng devait quitter son poste en février 2017 et être remplacé par Huang Duen-huang, le directeur des affaires académiques du lycée, a annoncé le Taipei Times. Le conseil de direction du lycée lui a cependant demandé de se retirer prématurément avant de limiter les dégâts causés par la parade.

Les photos de la fête du lycée ont été publiées en ligne sur le compte Facebook d’un utilisateur nommé Pixar Lu, ce qui a attiré la condamnation d’officiels israéliens et allemands locaux.

En réponse, le Bureau économique et culturel d’Israël à Taipei et l’Institut allemand à Taipei ont publié des communiqués pour condamner l’incident sur leurs pages Facebook.

Cheng a déclaré qu’une fois que sa démission aurait été approuvée par le conseil de direction, il comptait dédier sa future carrière à l’enseignement des évènements historiques importants. Il a souligné que les enseignants et les élèves du lycée avaient appris de l’incident, et a demandé qu’ils ne soient pas jugé trop sévèrement.

Sur les photos, on peut notamment voir les élèves se tenir en formation derrière un tank allemand en carton tandis que des élèves à son sommet font le salut nazi.

L’enseignant Liu a expliqué que les élèves avaient choisi le thème Adolf Hitler après deux tours de vote, malgré sa suggestion d’une parade sur les personnages historiques arabes. Il a reconnu que ne pas s’être opposé au thème nazi était une grande erreur.

Selon les médias, certains des élèves impliqués ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que leur créativité attirerait l’attention sur la parade, mais ils n’ont pas pensé que les nazis étaient responsables de la mort de millions de personnes innocentes. D’autres ont noté que les uniformes noirs de l’école avaient facilité leur transformation en nazis pour l’évènement.

L’administration de l’école a expliqué que les élèves pouvaient choisir n’importe quel thème à condition qu’il n’implique pas de sang ou de violence. Les enseignants ne connaissent en général que quelques détails sur le thème choisi, et les lycées tiennent à tenir top secret les « résultats de leur créativité ».

Samedi, le ministre de l’Education taïwanais Pan Wen-chung s’est également excusé officiellement, et le ministère de l’Education envisagerait de couper les financements de l’école privée.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Taïwan était une colonie du Japon, allié de l’Allemagne nazie.