RSS

Bonnes fêtes et préparons l’avenir dans ces temps de froidure….

23 Déc

Afficher l'image d'origine

la fresque du bon et mauvais gouvernement à Sienne

Voilà à moins d’événements extraordinaires ou de textes très importants,j ‘en attends un sur la rencontre entre Chomsky et Harry Belafonte, le blog va prendre un rythme un peu plus lent… Marianne a toute sa famille, elle est frustrée de ne pas avoir le temps de traduire tous les textes passionnants mais c’est une bonne et chaleureuse frustration…

Moi voici bien des années que je ne sors plus et passe en solitaire les fêtes de la Noël, la première fois ce fut en 1986 après la mort de mon mari… A chaque deuil, et il n’en manque pas, je renouvelle cette retraite, je m’organise avec mon chat un petit festin raffiné… Ce n’est pas triste, il y a même une sorte de jubilation, comme celle de ce jour où adolescente marchant au bord de la mer, je me suis exclamée: « Quelle chance j’ai eue de naître avec moi! Comme je me serais ennuyée avec quelqu’un d’autre! » Et c’est toujours pareil, celui ou celle dont je sollicite la présence est toujours une élection et pas l’art de combler le vide. Vous me direz que c’est du pur narcissisme, peut-être,  c’est surtout cette manière d’être qui a voulu que depuis ma petite enfance je n’arrête jamais de penser, d’imaginer, de m’interroger sur tout… C’est une curiosité sans fin et un bricolage qui ne s’interrompt jamais… J’ai été longtemps fille unique et secrète, enfermée dans quelque lieu avec des livres, des piles de livres ou dans une salle de cinéma souvent déserte, je ne me suis jamais ennuyée une minute… Quand j’ai aimé un homme, il y en a eu deux, c’est qu’ils étaient à leur manière aussi solitaires et aventuriers que moi… Romantiques et réalistes, bons avant tout et leur intelligence n’était pas cynique, ils étaient humbles et héroïques, ils venaient de deux îles, la Corse et Cuba..  J’ai eu beaucoup de chance et ma solitude est souvent la seule manière de poursuivre sur cette lancée autant qu’une manière de dire à ceux que j’ai perdus que sans eux il n’y a plus de fête possible, que chacun d’eux laisse en moi le manque de ce qu’ils continuent pourtant à m’apporter, le dialogue ininterrompu que j’ai noué avec eux…

Voilà je vais lire pendant ces jours tout sur le cinéma soviétique… et peut-être vous ferai-je part de mes découvertes… J’ai aussi commandé le livre de Patrick Boucheron « Conjurer la peur. Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images » (Seuil, 2013. D’où l’illustration de cet article, le bon et le mauvais gouvernement de Sienne qu’il étudie dans ce livre).  Parce qu’un journaliste de l’humanité m’a donné à lire sa leçon inaugurale au collège de France que nous avions déjà publiée ici, en 2015 je crois:

Je me souviens pourquoi j’ai choisi d’enseigner l’histoire : parce que j’avais d’un coup compris que c’était prodigieusement amusant.

Je me souviens combien il me fut en revanche long et difficile de comprendre qu’elle pouvait aussi se déployer comme un art de la pensée.

Je me souviens de la solitude, et de la manière de lui fausser compagnie, du désir de s’assembler et de se disperser.

Je me souviens qu’il y a des temps heureux où la mer Méditerranée se traverse de part en part, et d’autres, plus sombres, où elle se transforme en tombeau.

Voilà, tout à coup je réalise que cette manière d’intense curiosité, ce besoin de découvrir et de ruminer mes découvertes n’a peut-être jamais été autre chose qu’une volonté de conjurer mes peurs enfantines…Et ce matin encore je me suis dit regardons le monde tel qu’il s’engourdit pour préparer autre chose…

Ce qui se passe en Syrie est à la fois lourd de significations quant à la transformation des rapports de force dans le monde et dans le même temps ne doit pas nous entraîner à nous faire des illusions au moins sur deux points.

Le premier est de bien comprendre que si nous entrons dans un monde multipolaire, il n’y a aucune puissance prête à reprendre à son compte le rôle jusqu’ici joué par les Etats-Unis d’abord en tant que gendarme du monde ou empire susceptible d’imposer ses intérêts et son mode de vie à la planète. Ce sont plutôt de nouveaux rapports régionaux négociés entre acteurs locaux qui sont mis en place, mais également de nouveaux rapports sud-sud susceptibles d’endiguer la puissance occidentale. De surcroît, il n’y a pas de modification de la domination capitaliste, même si la Chine a un système mixte avec le rôle de l’Etat et de la planification, c’est l’accumulation du capital qui impose son mouvement. Or celui-ci est marqué d’abord par un développement scientifique et technique impulsé par la logique capitaliste et non le développement humain et le respect de l’environnement, la course aux armements risque de croître et de rester la base de ce mouvement. Cette accumulation en particulier militaire se fera avec toujours plus de pression sur les peuples, plus de chômage, plus d’austérité, il n’y aura pas de peuples souverains sans la remise en cause de cette orientation capitaliste.

Le deuxième point est en liaison avec le premier, c’est-à-dire qu’il faut impérativement que se constitue un camp de la paix, du désarmement et de la justice sociale. Nous en sommes loin, pour le moment ce qui domine ce sont les mouvements derrière des « leaders » dont certains se rapprochent de l’extrême-droite. Il s’agit de ne pas se faire d’illusions sur les forces en présence, nous ne sommes plus au temps de l’antagonisme URSS-Occident dominés par les Etats-Unis. Il n’y a pas les bons et les méchants et à chaque moment il faut mesurer ce qui va dans le bon sens, celui de la paix.

La mondialisation multipolaire présente l’avantage d’inaugurer de nouveaux rapports et au moins pour autant de privilégier la négociation, les avantages mutuels au lieu de la force brute assortie d’un hypocrite discours sur les vertus d’une telle domination. Ceci nous conduit à une troisième réflexion, celle de construire une analyse autonome sur ce qui se passe réellement dans le monde et la nature des enjeux. Pour le moment, nous en sommes à la  très rustique opposition à l’empire américain, à l’écœurement devant ces vingt ans de guerres, d’invasion, de chaos doublé d’un discours moralisateur sur les droits de l’homme. Nous avons envie en particulier de dénoncer une gauche collaborationniste et atlantiste qui n’a cessé d’approuver et de contribuer à ce chaos, mais cela conduit aussi à des confusions avec l’extrême-droite, c’est-à-dire au dévoiement que ce capital sénile est prêt à imposer à l’humanité. Nous devons donc construire une approche autonome., comprendre pour agir, mais aussi agir si nous voulons comprendre…

Danielle Bleitrach

Advertisements
 
3 Commentaires

Publié par le décembre 23, 2016 dans Uncategorized

 

3 réponses à “Bonnes fêtes et préparons l’avenir dans ces temps de froidure….

  1. Frank

    décembre 23, 2016 at 7:41

    Bonjour chère Danielle,
    Cela fait chaud au coeur de te lire.
    Ma famille va assez bien,depuis que ma mère a été soignée.
    Mais c’est mon fils 26 ans,inadapté,qui me préoccupe à m’en gâcher la vie..Il va falloir que je me fasse aider par un psy parce que là je pars en vrille et ça me pourrit la vie..
    En attendant,je vais essayer d’aller jusqu’à Parme et Mantoue,villes italiennes que je ne connais pas.
    Merci,pour tes textes et ton activité,depuis quarante ans que je te lis maintenant..
    Salut et fraternité,Bonnes fêtes et …Bises

     
  2. histoireetsociete

    décembre 23, 2016 at 8:39

    cher Franck, je sais pour être passé par là que cela ne te consolera pas, mais tu sais que nos enfants et pas seulement les notres sont en première ligne du caractère insupportable de cette société… Chacun à leur manière paye un lourd tribut à l’échec… Nous n’en sommes comptables qu’à travers cet échec collectif et je te le dis par expérience nous avons atténué et créé chez eux ce qu’il leur reste de survie… il faut enfin se dire qu’il est un âge où pas plus que nous ne pouvons grand chose pour leur bonheur qui ne dépend plus de nous, nous ne sommes pas non plus comptables de leur malheur. Mais si je ne fête pas Noêl c’est ausi parce que le mien est mort il y a déjà trois ans d’une embollie pulmonaire… 40 ans, mon dieu cela ne nous rajeunit pas mais il est vrai… Et comme j’ai adhéré encore enfant, j’ai la mémoire politique digne de mathusalem…ça a du bon… cela prévient quelqueqs pièges… Si tu vas en italie, pourquoi palerme? J’ai hanté les rues avec un grand photographe Willy Ronis…

     
  3. Frank

    décembre 23, 2016 at 1:09

    Chère Danielle,
    J’ai Bien reçu.ton message
    Nous sommes comptables que de notre propre gouverne.
    Effectivement,Willy Ronis est un chouette photographe.
    J’ai connu Palerme mais c’est Parme que je vise.
    Je garde en effet un excellent souvenir de la lecture de la chartreuse de Parme.
    Seulement ,ma compagne est avec moi et les 400km entre Parme et la frontière l’effraie.
    Mais de toutes les façons nous passerons du bon temps..
    Ne t’inquiète pas,la lecture de ton blog à nul autre pareil,est déjà une invitation au voyage et à la réflexion critique quotidienne.
    bises

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :