RSS

Les sénateurs communistes déposent une loi pour l’abrogation de la loi Travail Mercredi 7 Décembre 2016

08 Déc

Afficher l'image d'origine

photo: Michelle Demessine

Si j’ai un mal fou à découvrir « le programme du PCF », ce qui est un problème évident si je veux mener une campagne autonome de soutien à la candidature de Mélenchon, il est au moins une chose dont je suis totalement convaincue c’est de la nécessité d’avoir à l’Assemblée Nationale et au Sénat un maximum d’élus communistes. Tout laisse en effet penser que quelque soit l’enthousiasme que je mettrais à défendre un candidat de gauche, malheureusement plus issu du PS que de nos propres rangs, on risque d’avoir à choisir entre la peste et le choléra, entre marine le Pen et Fillon. Dans ce cas il faut un maximum d’élus communistes (comme il faut un parti et pas un mouvement électoral autour d’un homme) pour faire face avec ténacité et vision de classe. Donc même si je n’ai toujours pas compris ce que veut Pierre Laurent, le programme que nous devons défendre, je connais l’urgence. Ce que font aujourd’hui les élus communistes témoigne de la nécessité d’avoir un groupe communiste, ce qui n’a rien d’évident dans la débâcle que le PS est en train d’imposer à la gauche tout entière. Par parenthèse déposer une proposition d’abrogation de la loi travail est bien joué dans le moment où chaque socialiste y compris Valls se présente comme opposé à la politique menée par son gouvernement.  (note de danielle Bleitrach)

Avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, Michelle Demessine a déposé une proposition de loi d’abrogation de la loi Travail, qui vient d’être inscrite dans l’espace qui leur est réservé à la séance du 11 janvier prochain

Les sénateurs communistes déposent une loi pour l’abrogation de la loi Travail
Avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, Michelle Demessine a déposé une proposition de loi d’abrogation de la loi Travail, qui vient d’être inscrite dans l’espace qui leur est réservé à la séance du 11 janvier prochain.

Cette loi, imposée à coup de 49-3 au printemps dernier et par une mobilisation policière hors norme contre le mouvement social, demeure rejetée par une majorité de l’opinion publique et sa mise en application progressive par décret démontre, semaine après semaine, les coups d’une exceptionnelle gravité portés contre le monde du travail, les salariés et leurs organisations syndicales.

Cette loi de casse du droit du travail, cette loi de soumission aux desideratas du Medef, est l’un des points clef du bilan de François Hollande et de son premier ministre Manuel Valls. Elle figure au tableau du déshonneur de ce quinquennat aux côtés de la loi Macron, du CICE, de la ratification du Traité budgétaire ou du projet de déchéance de la nationalité. L’heure est, à la veille d’importantes échéances électorales, au projet, aux choix de société.

Michelle Demessine, avec les sénatrices et les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen, estime que l’abrogation de cette loi travail constituerait un marqueur essentiel de rupture avec la démarche libérale qui a prévalu ces dernières années.

C’est pourquoi ils proposent de débattre le 11 janvier de cette proposition de loi qui permettra à chacun de prendre ses responsabilités pour l’avenir.

Michelle Demessine

Lu sur le blog de Nicolas Maury

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 8, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :