RSS

Jacques François Bonaldi: comment peut-on être Cubain?

08 Déc

Funérailles de Fidel Castro

Jacques François Bonaldi, qui découvre avec stupéfaction les trolls d’Agoravox, le défouloir que sont les commentaires de ce site prend la peine de leur écrire en croyant qu’il a affaire à des êtres de raison. Ils ne sont pas plus respectueux des autres et d’eux mêmes que les députés français de l’assemblée nationale qui hier ont accueilli avec des cris et des pitreries Ségolène Royale, c’est ce qui tient lieu de débat démocratique en France, ce qui nous prépare à accepter le fascisme dont le ventre du capitalisme est toujours fécond. (note de danielle Bleitrach)

PETITE FABLE (7 décembre 2016) Commentaire pour Agoravox.

 

A Moderatus, Astérix, et autres

J’oserais vous faire remarquer qu’il en est bien plus qui vous interdisent de dire que Cuba n’est pas une dictature…

Ce qui m’étonne, au fond, c’est de constater à quel point vous êtes programmés : on appuie sur le bouton « Cuba », et hop, votre réponse s’affiche aussitôt : « Dictature ». Si quelqu’un qui a peut-être son petit bout de connaissance vécue et éventuellement quelque chose de différent à dire, vous le prenez de haut sans même l’écouter.

C’est un peu comme si un Martien débarquait chez vous. Logiquement, il a très envie de vous raconter comment c’est chez lui et ce qu’il s’y passe. Il se lance donc dans son  récit, mais finit par se rendre presque aussitôt, parce qu’il est intelligent, que ça n’intéresse quasiment personne parmi ses interlocuteurs. Un peu interloqué, parce que les Martiens ont quand même des sentiments, il vous pose gentiment la question : « Ça ne vous intéresse pas de savoir comment c’est chez moi ? » C’est alors qu’il voit se peindre sur vos visages un étonnement encore plus prononcé que le sien : « Mais nous savons parfaitement ce qu’il se passe chez toi ! » Bien entendu, le Martien, qui a sa petite logique à lui, s’exclame, de nouveau étonné : « Ah ! bon, vous y êtes allés ? Tiens, je n’avais jamais entendu dire que les Terriens étaient allés chez nous. » « Non – s’entend-il  répondre – « nous n’avons pas fait le voyage. » « Alors, vous y êtes allés par « transmission de corps » Ça alors, vous êtes plus avancés que je ne le croyais : je ne pensais pas que vous maîtrisiez cette technologie. » « Non, non, notre science terrestre n’en est pas encore arrivée là. » « Alors, comment apprenez-vous cette connaissance apparemment insondable que vous avez de Mars, puisqu’un témoignage vécu ne semble pas vous intéresser ? » « Eh bien – lui  répondez-vous – nous avons nos médias (certaines méchantes gens malintentionnés les appellent les « merdias », mais ne les croyez pas) qui nous racontent, nous expliquent, nous dissèquent, nous traduisent tout. Si bien que nous savons tout sur tout et, maintenant, avec Internet, quasiment de manière instantanée. » Et vous lui montrez, ravis de l’en convaincre, toute une série de médias où vous puisez votre savoir, en particulier ceux qui concernent directement sa planète. Votre Martien qui, lui, a très envie d’apprendre ce qu’il se passe chez vous, se jette alors sur votre échantillon de médias. Il les fait défiler devant lui d’abord avec beaucoup d’enthousiasme, puis, au fur et à mesure, avec un intérêt sans cesse décroissant. Finalement, il se tourne vers vous, interloqué (une réaction qui existe aussi sur Mars) : « Mais ce n’est pas du tout comme ça chez moi ! » Et il voit alors un énorme sentiment de commisération mêlé de tout autant de satisfaction se peindre sur le visage de ses interlocuteurs : « C’est sûr, vous en êtes la preuve vivante ! » « La preuve vivante  de quoi ? », vous demande le Martien. Mais vous ne lui  répondez pas : « Quelle technologie emploie-t-on là-bas ? » « Technologie de quoi ? », vous demande le Martien. « Mais enfin, la technologie du chip ! » « De quel chip ? », s’exclame votre interlocuteur. « Mais enfin, la technologie du chip que vous avez dans le cerveau ! » « Mais je n’ai aucun chip dans le cerveau », s’offusque le Martien. Et de nouveau le même mélange de compassion et de contentement apparaît chez vous, mais cette fois-ci, vous ne pouvez pas vous retenir de vous esclaffer : « Mais, mon pauvre ami, bien sûr que vous avez un chip dans le cerveau ! Le hic, c’est que vos vilaines et méchantes autorités vous l’implantent dès la naissance (selon nos médias, elles sont même en train de préparer la technique nécessaire pour l’implanter intra utero pour en redoubler les effets), et que vous ne pouvez donc pas le savoir. Heureusement que nous le savons, nous, grâce à nos médias… et aussi à nos hommes politiques qui les répliquent. Donc, tout ce que vous voyez autour de vous, là-bas, est faux et n’a aucune assise dans la réalité. » « Mais mes dirigeants ne sont pas du tout comme les peignent vos médias ! », – tente de rétorquer le Martien. Nous les aimons bien, nous, nos dirigeants, surtout l’un d’eux, Fi-R1959-del, qui nous a apporté, grâce à l’appui que nous lui avons offert pendant un demi-siècle, des  tas de choses que nous n’avions pas avant ! Et nous en sommes fiers, croyez-moi. » « Mais non, pauvre ami, tout ça n’est que pure illusion. Vous êtes un exemple éloquent de ce qu’on appelle chez nous le « lavage de cerveau », poussé chez vous, il faut le reconnaître, à un niveau de sophistication impressionnant. Vous ne pouvez pas comprendre votre réalité, votre chip vous programme pour que votre matière grise soit incapable de voir et surtout de comprendre le réel. » « Mais enfin, réplique un peu agacé tout de même le Martien, je n’ai pas de chip ! »  Alors, lui tapotant l’épaule – car les Martiens en ont une – à la fois compatissant et irrité devant un tel entêtement, vous lui assenez l’argument définitif : « Mon pauvre ami, vous êtes une malheureuse victime ! »

Et vous retournez, béats, à la causette avec vos concitoyens que la présence du Martien a à peine interrompue et à la consultation de vos chers médias, ravi d’avoir constaté de visu et surtout de vous être conforté dans votre conviction indéracinable que, oui, vraiment, Cuba est une épouvantable dictature dirigée par de forts méchantes gens…

Fin de ma petite fable.

En fait, je crois qu’il vous serait plus facile de comprendre un Martien que le peuple cubain en révolution !

Jacques-François Bonaldi (La Havane)

21

ne t’inquiète pas Jacques françois pour nos médias, il est évident que ce sont des touristes visitant Mars… (note de DB)

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 8, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :