RSS

Trump et la stratégie du fou

06 Déc

Afficher l'image d'origine

Kissinger, chef de la diplomatie du président Nixon, avait théorisé pendant la guerre du Vietnam la stratégie du fou. Faire n’importe quoi, se comporter de manière absurde, frapper à n’importe quel moment mais avec le plus de violence et de rapidité possible pour déstabiliser l’adversaire. Lui faire croire que vous êtes devenus fou et le pousser ainsi à négocier pour éviter l’apocalyspe…Au cinéma cela avait donné Apocalypse now et le docteur Fol amour.

Il m’est difficile de penser que Trump ait pu être élu sans l’assentiment de ce qu’on appelle ‘l’Etablissement, ce que Eisenhower appelait déjà « le complexe industrialo militaire qui domine les Etats-Unis » et qui en fait n’est rien d’autre que le capitalisme monopoliste à son stade financiarisé. Parce qu’il n’y a aucune autre logique à cette élection et sutout pas le choix des citoyens. En effet, la manière dont s’est opéré la sélection de leur pièce centrale sur l’échiquier politique, à savoir le président des Etats-Unis est une négation raffinée de l’électorat. Il semble que tous les sélectionnés – apparemment par des primaires mais en fait par un système sophistiqués qui mêle les investissements capitaliste dans la campagne au système de propagande que sont devenus les grands médias porte parole de ces intérêts financiers- l’aient été parce qu’ils étaient les seuls à pouvoir  être battus par l’adversaire du camps dit opposé. Les Démocrates ont élu la plus impopulaire et les Républicains ont élu le plus haissable. On est arrivé au degré ultime de la négation du vote citoyen par ces différents biais et cela abouti sans surprise à ce que le président élu ait moins de voix que celui qui est battu et qu’un tel résultat se fasse grâce à l’abstention massive d’une bonne partie de l’électorat.

Un tel mode de sélection,t arrivé à son degré de perfection ultime dans l’art de nier la démocratie dont il se prétend le seul et unique modèle planétaire, ne peut être le fruit du hasard.  Si on a aujourd’hui un parfait cinglé ou qui parait tel à la maison blanche c’est sans doute parce qu’après nous avoir imposé deux guerres mondiales, l’extermination nazie de la shoah, Hiroshima pour faire face à la décolonisation et au communisme menaçant leurs privilèges, outre l’art de régler leurs sordides intérêts dans le partage du monde,  ceux qui n’ont pu maintenir l’avantage acquis depuis la fin de la deuxième guerre mondiale malgré leur divine surprise de leur victoire dans la guerre froide, ceux qui sont aujourd’hui confrontés à la montée d’un monde multipolaire n’ont plus vu que la mise en oeuvre de la stratégie du fou.

Pourtant inaugurée avec le succès que l’on sait au Viet nam.

Un mode de production ayant atteint un certain degré de sénilité qui n’a pas de patrie mais un bras armé, les Etats-Unis et ses vassaux occidentaux est entré décadence accéléré sans qu’aucune puissance puisse réellement prendre le relais, Ce qui rend l’assaut plus incertain, vu que cherche à  construire un monde multipolaire à l’intérieur d’une mondialisation dominée par la concurrence monopoliste n’a rien d’évident. , L’hégémonie des etats-Uni,s telle qu’elle s’est construite au lendemain de la deuxième guerre mondiale, a reposé sur trois piliers, la puissance militaire sans équivalent, l’étalon monétaire que constitue le dollar et le monopole ou le quasi monopole de l’information. Cette hégémonie  est en train de vaciller sur ses bases, même si elle n’a aucun challenger à sa hauteur, même si grâce à sa puissance de tir médiatique, elle est encore capable de jouer les villages Potemkine de l’excellence démocratique confrontée à une monde hostile et dangereux dont les USA et leurs alliés  sont  le principal maître d’oeuvre. Lse voici désormais prêts à sacrifier l’humanité à un nouvel holocauste nucléaire pour conserver cette domination et Trump est peut-être l’homme de la situation, celui de la dernière carte pour le retour à l’hégémonie unipolaire.

Kissinger va partout voir les anciens adversaires pour les prévenir: « tout ce que nous avons réussi à construire d’équilibré durant et après la guerre froide certes s’est fait à vos dépends mais là il y a quelqu’un d’imprévisible », Il poursuit la stratégie du fou. Celui qui a su servir un maître paranoïaque (voir antisémite pûisqu’il le traitait de juif en manifestant sa haine) sans état d’âme et qui a été vaincu par Cuba en Angola (qui a bénéficié des conseils éclairés des Vietnamiens qui avaient l’expérience des accords de Paris) joue les sages comme il l’a déjà fait avec Nixon en proie à une crépusculaire démence. Mais si les Cubains l’ont vaincu c’est peut-être parce qu’ils ont su rassembler et aussi appliquer ce conseil de Fidel Castro: « j’ai pêché le requin et je sais que les impérialistes sont comme les requins, si vous les fuyez ils vous poursuivent, si vous faites face, il fuient ».

Trump n’est pas un accident de l’histoire, il est dans la logique de son dévceloppement, celui dont Brecht disait à propos du nazisme: la démocratie n’est pas le contraire du nazisme, ce dernier  en est le prolongement en cas de nécessité.Je ne crois pas que  Trump soit plus fou que Nixon, moins expérimenté en politique peut-être, mais la violence de son attaque contre la Chine, la manière dont il remet en cause la base des relations internationales, la reconnaissance des accords passés prouve qu’il faut lui faire face. Il semble que la Chine et la Russie aient entendu l’avertissement.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le décembre 6, 2016 dans Uncategorized

 

2 réponses à “Trump et la stratégie du fou

  1. COTTY Jean-Louis

    décembre 6, 2016 at 9:30

    Bonjour Danielle vous représentez le bon sens, la sagesse, mais la lutte de classes est un combat permanent, malheur aux vaincus, nous triompherons mais à quel prix….
    Salutations fraternelles communistes.

     
  2. samuel

    décembre 8, 2016 at 10:53

    « Je ne crois pas que Trump soit plus fou que Nixon, moins expérimenté en politique peut-être, mais la violence de son attaque contre la Chine, la manière dont il remet en cause la base des relations internationales, la reconnaissance des accords passés prouve qu’il faut lui faire face. Il semble que la Chine et la Russie aient entendu l’avertissement ». Je suis en accord avec cette phrase, et je rajouterais que sa vision des relations internationales n’est pas éloignée de l’approche russe et chinoise, comme le suggère cet article: https://forumdiplomatiquestrategique.wordpress.com/2016/12/07/la-communaute-internationale-est-coupable-dinertie/

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :