RSS

Le New York Times exprime la fureur de Washington sur la débâcle en Syrie par Bill Van Auken

03 Déc

Afficher l'image d'origine

https://www.wsws.org/fr/articles/2016/dec2016/nyta-d01.shtml
1 décembre 2016

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les liens du New York Times avec le gouvernement démocrate, avec Obama et Hillary Clinton, voici une analyse (du courant trotskiste le plus intelligent et le mieux informé en général). S’il est vrai que l’on peut avoir toutes les inquiétudes du monde sur l’imprévisible milliardaire un tantinet cinglé qui vient d’être élu, il ne l’a pas été par hasard, Obama non seulement n’a pas mérité son titre de prix Nobel de la paix, mais il a laissé une situation catastrophique (note de Danielle Bleitrach)

Les remarquables défaites militaires subies par les « rebelles » soutenus par les États-Unis dans la ville d’Alep depuis ce week-end ont déclenché une vague de récriminations démoralisées au sein de l’establishment politique de Washington, des appareils militaires et des renseignements, et des médias du grand patronat qui ont instigué et défendu ensemble cinq ans et demi de guerre sanglante pour obtenir un changement de régime contre le gouvernement du président Bashar al-Assad.

Les troupes syriennes, soutenues par les combattants du Hezbollah du Liban et les milices chiites d’Irak, ont réussi à envahir près de la moitié de la partie orientale d’Alep, que les « rebelles », une coalition des milices dominée par la filiale syrienne d’Al-Qaïda, le Front al-Nosra, avait tenu pendant plus de quatre ans.

La consolidation du contrôle gouvernemental sur l’ensemble d’Alep, désormais presque universellement reconnu comme inévitable, priverait ces forces soutenues par les Américains de leur dernier bastion urbain et placerait tous les principaux centres de population de la Syrie sous le contrôle du gouvernement.

Parmi les réactions les plus amères à ce développement, il y a un article publié en première page mardi par le New York Times intitulé « Le trophée d’Assad s’il gagne : la Syrie en miettes », qui reconnaît à contrecœur que « le président Bashar al-Assad commence à paraître capable de survivre à l’insurrection, même dans l’estimation de certains de ses adversaires les plus inébranlables ».

Pour le Times, c’est vraiment un choc. Depuis que le président Barack Obama a déclaré en 2011 qu’« Assad doit partir », et que la CIA et le Pentagone, travaillant avec les dictatures monarchiques les plus réactionnaires au Moyen-Orient – Arabie saoudite, Qatar, Émirats arabes unis – afin de fournir des armes et de l’argent pour soutenir les mercenaires djihadistes, le Times, « le journal de référence » des États-Unis, a fonctionné comme le principal propagandiste pour un changement de régime en Syrie.

Ses pages éditoriales sont supervisées par James Bennet, une personne qui entretient les liens les plus étroits avec l’appareil d’État et les échelons supérieurs du Parti démocrate. (Son père est un ancien chef de l’USAID, une façade pour la CIA, et son frère est sénateur du Colorado depuis plusieurs mandats). Le Times a publié d’innombrables éditoriaux et chroniques hypocrites de la part d’écrivains comme Nicholas Kristof et Roger Cohen justifiant le bain de sang lancé par l’impérialisme américain en Syrie comme une croisade pour les « droits de l’homme » et promouvant une intervention plus agressive, y compris une confrontation avec le principal allié de la Syrie, la Russie.

L’article de première page le plus récent ne fait que souligner que la ligne entre la propagande éditoriale et la couverture médiatique dans ce journal a depuis longtemps cessé d’exister. Le Times a utilisé sans vergogne ses reportages pour justifier les attentats terroristes et les atrocités sectaires commises par les islamistes soutenus par la CIA comme des actes légitimes des révolutionnaires démocratiques, tout en diabolisant Assad de la même manière que Saddam Hussein et Muammar Kadhafi afin de préparer l’opinion publique aux guerres américaines d’agression en Irak et en Libye, qui ont impliqué toutes deux l’assassinat des dirigeants ciblés.

L’auteur de l’article de mardi est Alissa Rubin, qui a servi comme chef du bureau de Bagdad pour d’abord le Los Angeles Times, puis le New York Times entre 2003 et 2009, une période dans laquelle on estime que l’invasion illégale des États-Unis a conduit à la mort d’environ un million d’hommes, de femmes et d’enfants irakiens.

On ne devinerait jamais que l’indignation morale feinte des correspondants du Times comme Rubin contre l’utilisation par l’armée d’Assad de « bombes barils » et du bombardement russe des positions d’Al-Qaïda dans les zones urbaines habitées que le même journal a promu une guerre impliquant des crimes beaucoup plus importants en Irak ainsi que l’opération américaine de changement de régime qui a déclenché le carnage en Syrie.

La majeure partie de l’article de Rubin se compose de citations de défenseurs bien connus de l’intervention syrienne pour un changement de régime et de son escalade, tels que les anciens ambassadeurs américains Ryan Crocker et Robert Ford.

Crocker prédit que les combats en Syrie vont « continuer pendant des années », même si le gouvernement reprend l’ensemble d’Alep. Il le compare à la guerre civile de 15 ans au Liban avoisinant, suggérant que le bain de sang en Syrie est susceptible de continuer encore plus longtemps.

Ford remarque que même si le gouvernement consolide sa domination sur toute la Syrie, le pays sera réduit à « un cadavre à demi mort […] cette blessure béante qui s’étend à perte de vue ».

Rubin écrit : « La victoire d’Assad, s’il l’atteignait, pourrait bien être à la Pyrrhus : il gouvernerait une friche économique entravée par une insurrection de basse intensité mais durable ». Elle prédit également que le pays serait privé de moyens économiques pour reconstruire ce que la guerre pour le changement de régime a détruit.

« Le Congrès américain n’est que peu susceptible d’y contribuer, les institutions comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international non plus puisque les opposants de M. Assad comme les États-Unis et l’Arabie saoudite y ont une influence considérable », écrit-elle.

Sans doute, ces prévisions sont compatibles avec des options politiques spécifiques actuellement à l’étude à la Maison Blanche, au Pentagone et à la CIA. Même si Assad réussit à arrêter pour l’instant la tentative américaine de le renverser, tous les efforts seront faits pour continuer à saigner le pays à blanc.

Derrière la colère ouverte et le ton vindicatif de la pièce de Rubin se trouve la connaissance que la campagne de propagande menée par le Times pour promouvoir l’intervention impérialiste en Syrie avec une rhétorique hypocrite sur les « droits de l’homme » et la « démocratie » s’est révélée un échec. Ce même sentiment est sans doute partagé par toute une partie de la pseudo-gauche, tendances telles que l’Organisation socialiste internationale et d’autres, dont les arguments à l’appui de la guerre pour le changement de régime étaient pratiquement indiscernables de la ligne dictée par la CIA au Comité de rédaction du Times.

La démoralisation de ces couches est aggravée par l’ascension à la présidence de Donald Trump, qui a remis en question l’armement des « rebelles » islamistes et a suggéré que son administration chercherait à coopérer plus étroitement avec la Russie pour supprimer l’État islamique et Al-Qaïda en Syrie.

Cependant, quiconque interprète les remarques de Trump comme un signe avant-coureur d’une nouvelle ère de paix au Moyen-Orient ou ailleurs sur la planète déchantera rapidement. La logique objective de la crise prolongée du capitalisme américain, ainsi que la politique de « l’Amérique d’abord » propre à Trump, conduit à une escalade explosive du militarisme américain.

Quels que soient les commentaires semi-cohérents du milliardaire-escroc sur la Syrie, il s’est entouré de bellicistes de droite qui sont déterminés à poursuivre la guerre dans toute la région, y compris contre l’Iran et la Russie. En outre, il a déjà établi des plans pour une expansion majeure de l’armée américaine et de la Marine ainsi que l’arsenal nucléaire de Washington.

Si le gouvernement entrant change la rhétorique justifiant une telle escalade en passant des clichés sur les « droits de l’Homme » et la « démocratie » des années Obama à la « guerre mondiale contre le terrorisme », ou simplement à la défense avouée des intérêts américains, on peut compter sur le Times pour opérer les adaptations nécessaires à sa propagande journalistique.

(Article paru d’abord en anglais le 30 novembre 2016)

Advertisements
 
4 Commentaires

Publié par le décembre 3, 2016 dans Uncategorized

 

4 réponses à “Le New York Times exprime la fureur de Washington sur la débâcle en Syrie par Bill Van Auken

  1. leca

    décembre 3, 2016 at 8:41

    Oui c’est bien écrit et argumenté. Du coup je suis allé sur le site en français et lu quelques articles assez croquignolets ; je vous recommande entre autres la seconde partie de celui ci :https://www.wsws.org/francais/News/2009/nov2009/bsa1-n13.shtml
    bel exemple de délire trotskyste réinterprétant la réalité.
    ce groupe semble bizarrement moins véhément à l’égard de Poutine et d’Assad qu’il n’était d’Honecker ou des dirigeants chinois à l’époque .

     
  2. histoireetsociete

    décembre 3, 2016 at 8:47

    moi je les suis depuis pas mal de temps, parce qu’ils ont toujours eu le bon goût de soutenir la révolution au Venezuela, ce qui n’était pas le cas d’autres groupes trotskistes…

     
  3. leca

    décembre 3, 2016 at 2:09

    Bah.. si c’est le groupe trotskyste le plus intelligent et le plus informé on se demande comment sont les autres.
    Personnellement je lis qu’ils ont soutenu Tien an men, les contre-révolutions dans tous les pays socialistes dont l’Ukraine et traitent Gorbatchev de stalinien en chef. Leur soutien tactique selon moi à Chavez venait du fait que le PCV étant faible ils pensaient pouvoir manœuvrer à leur aise.
    Mais comme disait ma grand-mère ‘ les trotskisses c’est des communistes qui disent que le communisme c’est pas bien ‘
    Reste que l’article est bon, je te remercie de l’avoir mis en ligne mais critiquer leur auteur n’est pas te critiquer.

     
    • histoireetsociete

      décembre 3, 2016 at 2:18

      Bien sûr, d’ailleurs il y a aujourd’hui un article que j’ai traduit du new York Times et c’est ausi pour avoir une critique de cet « oracle » américain que j’ai placé celui-ci. Cela dit le chef des trotskistes vénézuéliens répond au doux prénom de Staline… Comme quoi il n’est pas facile d’avoir des parents communistes me disait Ben Said… J’aime bien placer sur ce blog des gens inattendus pour contribuer à éclairdr une situation… marianne a aussi une passion coupable, un russe monarchiste qui écrit des articles passionnants et qui selon elle est complètement marqué par l’URSS… Mais c’est bien parce que nous avons dans ce blog des lecteurs critiques, intelligents, capables d’avoir une opinion que nous agissons ainsi (mais sur le nombre nous n’en contrôlons qu’une infime minirité).

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :