RSS

25 ans plus tard: Qui célèbre la dissolution de l’URSS?

30 Nov
 Voici un article de la station de radio RT officielle du gouvernement russe, il est très intéressant à travers cet article de voir que ce ne sont pas seulement les communistes qui dénoncent ceux qui ont détruit l’Union soviétique, mais y compris la parole officielle du gouvernement russe. A la veille de la célébration de la Révolution de 1917 se multiplient les analyses de ce type qui insistent cependant sur le caractère corrompu, paresseux et stupide « des élites » soviétiques, le rôle qu’elles ont accepté de jouer dans la destruction de l’URSS, de cet Etat-Providence autant que de cette nation regroupant de multiples nationalités. (note de Danielle Bleitrach)

 Publié le 29 novembre

Washington a accueilli une conversation avec les accords de trois participants, qui ont accepté la dissolution de l’Union soviétique.

Signature de la dissolution de l'Union soviétique et la création de la CEI.

Le Centre d’analyse américaine du Conseil de l’Atlantique, basé à Washington, a accueilli  ce mois-ci une curieuse réunion dédiée au 25e anniversaire de la dissolution de l’URSS avec l’intervention des trois personnes qui ont organisé le sommet de Belavezh le 8 décembre 1991, selon le le magazine Oriental Review..

Le 18 novembre dernier, l’ex-président du Bélarus Stanislav Chouchkevitch, l’ancien vice-Premier ministre russe Gennady Burbulis et le premier président ukrainien Leonid Kravtchouk ont  pris part à un événement organisé par le Conseil de l’Atlantique, tenu dans la capitale du pays qui a été le principal bénéficiaire de cet accord  de 1991.. ».

Les accords de Belavezh ont  été signés le 8 décembre 1991 par le président russe de l’époque  Boris Eltsine, celui de la Biélorussie, Stanislav Chouchkevitch, et l’ukrainen Leonid Kravtchouk, dans la réserve naturelle du Bélarus Belavezh. Cette réunion comprenait également la participation des chefs de gouvernement de ces pays. Cet événement historique a eu lieu malgré le fait qu’en mars 1991, 78% des citoyens soviétiques avaient voté lors d’un référendum en faveur de la préservation de l’Union soviétique. Cela  a été l’un des faits les plus décisifs dans le processus de la dissolution du pays socialiste. Encore aujourd’hui, la réunion provoque toujours de grandes controverses dans les anciennes républiques soviétiques.

Suite à cet accord, le moindre recoin de notre pays a subi les conséquences de la paresse intellectuelle, de la complaisance et l’indolence des élites soviétiques. La baisse des revenus, des projets de privatisation inhumains qui ont démantelé les industries rentables soviétiques et l’avalanche d’actions criminelles, séparatistes, extrémistes et sectaires ont frappé presque tous les citoyens de ce qui jusqu’à récemment était un Etat-providence. Tout cela a conduit l’actuel président russe Vladimir Poutine à décrire la désintégration de l’Union soviétique comme « la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle. »

Par conséquent, il est pas surprenant que quelques mois après la signature du traité de  Belavezh, ses protagonistes ont été condamnés sévèrement aussi bien par l’opinion publique  que par une opposition croissantes des nouveaux Etats indépendants.

Trajectoire des protagonistes

En juillet 1994,  Stanislav Chouchkevitch a dû abandonner la carrière présidentielle en Biélorussie dès le premier tour de scrutin où il a obtenu seulement 10% du vote. Shushkevich, un professeur de physique durant  plus de 40 ans, après avoir tenté de diriger un parti social-démocrate,  n’a pas réussi à gagner un siège au Parlement. Il vit actuellement en Pologne, où il enseigne les sciences politiques à l’université.

Leonid Kravtchouk a dû convoquer des élections présidentielles anticipées en juin 1994, au milieu d’une grave crise économique et des grèves des mineurs dans l’est de l’Ukraine. Il a perdu l’élection au second tour contre Leonid Koutchma, et a passé les 12  années suivantes à occuper un siège parlementaire jusqu’à ce que son Parti social-démocrate n’arrive même pas à atteindre 3% des voix, le minimum requis pour entrer au parlement. Depuis lors, son plus grand exploit a été sa parution sur certains timbres dédiés à son quatre vingtième anniversaire en 2014.

Le Russe Boris Eltsine, le plus heureux du trio ces leaders, a quitté cette vie paisiblement dans son lit en avril 2007. Personnage de grand charisme et d’influence, il n’a perdu aucune élection à laquelle il s’est présenté. Le 31 décembre 1999 il annonçait sa démission après des excuses à la nation russe et il a donné le commandement du pays à Vladimir Poutine.

Le proche allié de Eltsine, Gennady Burbulis était professeur de matérialisme dialectique marxiste à Sverdlovsk (maintenant Yekaterinburg). Depuis 1989, il a représenté avec Eltsine la ville de l’Oural au Soviet suprême (Parlement) de l’URSS. Selon plusieurs sources, Burbulis a fourni la base et la motivation principale dans la lutte d’Eltsine pour le pouvoir et l’autorisation ultérieure des réformes ultra-libérales en Russie.
L’échec en décembre 1992 du  gouvernement impopulaire dans lequel a sévi le vice-président a miné l’influence que Burbulis exerçait sur Eltsine. Après avoir occupé plusieurs sinécures en Russie, après avoir créé en 2010 une école de «politosofia» (selon son propre néologisme) à Moscou, où des cours se donnent dans certaines disciplines vaguement définies. Selon Review Oriental, sa figure présente plus d’intérêt  « pour les psychiatres américains que pour les politiciens ».

« Ainsi ce sont ces nains politiques invités par le Conseil de l’Atlantique pour célébrer le 25 ème anniversaire du Traité de Belavezh, l’apogée du triomphe américain sur les affaires soviétiques. Aujourd’hui, ils ne témoignent que des résultats insignifiants des aspirations à dominer  les ressources naturelles et l’esprit humain russe dans le dernier quart de siècle, « écrit le magazine.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 30, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :