RSS

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

23 Nov

Afficher l'image d'origine

Quand je pense qu’on nous bassine depuis des mois à propos de la laïcité et du burkini et que nous en sommes réduits à voir les deux candidats en tête de la future présidentielle en train de se battre pour savoir qui a l’onction papale, en se revendiquant proche de Civitas (philosophiquement ) ou du pape François (qui comme on le sait est un grand défenseur de l’avortement et du mariage gay). En un tour de primaire on est passé de la triple portion de frite à la cantine à la France fille ainée de l’Eglise…

Sur le plan de la politique étrangère si personne ne peut battre l’atlantisme débridé de Hollande surtout quand se profile Trump, la haine entretenue contre Poutine peut encore être utilisée avec le mariage pour tous pour départager des camps que rien n’oppose réellement en matière de cadeau au patronat.

Parce que tout cela n’est qu’amusette, art de nous occuper pour répondre aux voeux du patronat, et là ça se bouscule au portillon, au point que Hollande se dit ça y est j’ai ma chance et je leur referai le discours du Bourget, Macron frétille et Valls se croit de gauche, parce que c’est bien grâce à Valls, Hollande, Macron et compagnie, que les deux mêmes  futurs présidents autoproclamés, Juppé et Fillon, peuvent désormais se battre pour savoir combien de fonctionnaires, combien d’infirmières, combien de profs il faut éliminer et jouer les progressistes à la Juppé en assurant un programme minimum de démantèlement du service public, alors que l’autre propose quelque chose de plus radical.

Bref de la laïcité nous sommes passées à l’onction papale, de la défense du service public aux limites de son démantèlement et à la réduction du code du travail à la portion congrue en un quinquennat socialiste…

Merci la gauche qui nous a conduit vers une telle situation et vous les 60 bobos, les copains de Julie Gayet qui voulez défendre le bilan de la dite gauche, rassurez-vous vous aurez encore la ressource de voter Fillon pour éliminer Le Pen. Enfin vous trancherez simplement entre Marion et Marine… Voilà où nous mène la gauche la plus bête non pas du monde mais comme l’est cette gauche dans le monde.

Il ne me reste plus qu’à vous parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre (1) celui où il existait un PCF qui empêchait la dérive de tout ce beau monde. Sans lui on est passé du vote pour ses opinions, de l’engagement militants aux « combinazzione » et au vote utile et maintenant on en est au vote futile, aller voter Juppé pour battre Fillon comme la semaine dernière on a voté Fillon ou Juppé contre Sarkozy. Une certaine conception de l’entrisme chère à nos amis trotskystes et qui in fine produit les Cambadelis…

Danielle Bleitrach

(1) Effectivement dans le PCF d’aujourd’hui en matière d’entrisme on rencontre quelques curiosités, comme ces gens se proposant de voter Mélenchon pour aller créer une section locale du PCF dans la France insoumise:

…Dans ce contexte, un candidat issu des rangs du PCF – c’est-à-dire de sa direction – ne permettrait pas aux idées du communisme « d’exister » et de « s’affirmer » pendant la campagne. Ce serait un candidat réformiste de plus et qui serait perçu comme un facteur de division dans une situation où c’est Mélenchon qui, de toute évidence, cristallise la radicalisation vers la gauche. Alors que se dessine la possibilité que Mélenchon passe devant le PS au premier tour, voire se qualifie au deuxième, une candidature du PCF serait très mal perçue par les éléments les plus radicalisés de la jeunesse et du salariat. A l’inverse, une participation énergique du PCF à la campagne de la France insoumise permettrait au parti d’entrer en contact avec ces éléments radicalisés qui soutiennent Mélenchon. Une preuve en a déjà été apportée par la fédération du PCF des Deux-Sèvres, qui est la seule à s’être engagée dès le mois de juin dans la campagne de la France insoumise. Résultat ? 30 % de croissance des effectifs militants du parti, dans cette fédération, comme nous l’explique son secrétaire Bruno Bonin. Certes, la fédération des Deux-Sèvres est petite. Mais la même dynamique peut se développer à l’échelle nationale. Cela permettrait d’inverser la tendance à la chute des effectifs du parti, encore attestée par les chiffres du dernier Congrès national. Les intérêts organisationnels du PCF sont clairement du côté de sa participation active à la campagne de Mélenchon….
On peut sourire devant une telle littérature mais dans le fond dans l’esprit elle n’est pas très éloignée de celle de mes deux vieux camarades et amis Roland Leroy et Claude Mazuric… Claude et Roland si l’on m’avait dit que vous seriez un jour contaminés par le trotskysme: seule la mort transforme une vie en destin et heureusement vous êtes bien vivants et donc l’évolution n’est pas terminée de hourrah l’oural à Vive Léon… …
 
10 Commentaires

Publié par le novembre 23, 2016 dans Uncategorized

 

10 réponses à “Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

  1. Frank

    novembre 23, 2016 at 2:59

    soumise,est un groupe sous la houlette unique d’un individu unique La destruction du Parti Communiste,est au bout de France Insoumise,parce que un individu unique,Mélenchon, décide de tout.C’est la définition même du trotskysme.Aucune place pour une organisation de masse d’éducation populaire comme le PCF,avec Mélenchon.Aucune diversité n’est possible comme par exemple le non-rejet d’une énergie nucléaire sécure,pour les habitants.
    Salut à toi,Danielle pour ta franchise;ce n’est pas facile…

     
  2. lairderien

    novembre 23, 2016 at 10:10

    Une autre vision d’un vieux communiste que je respecte, comme vous même si vous me désespérez: C’est un billet de Jean Ortiz, dicté à Maxime Vivas par tel depuis son lit d’hôpital à Pau

    https://www.legrandsoir.info/pourquoi-je-voterai-pour-jean-luc-melenchon.html

    Mon Grand-père qui fut communiste dès la création du Parti et jusqu’à sa mort, serait désespéré de voir ce qu’est devenu son Parti !

     
  3. histoireetsociete

    novembre 23, 2016 at 10:33

    je pe nse qu’on aura besoin d’un parti communiste, quand le temps de l’électoralismde autour de l’homme providentiel aura fini son cercle vicieux… Je regrette pour Jean Ortiz que j’estime, je n’en dirai pas autant par expérience personnelle de Maxime Vivas dont la vision toute personnelle de ses propres intérêts doit très bien coïncider avec ceux d’un Méllenchon… Nous ne sommes pas de la même étoffe, libre à lui de jouer les sergents recruteurs pour être sur la photo, il edst dommange que des gens s’y laissent prendre… Moi aussi il fut un temps… Ce que je souhaite plus que tout c’est conserver avec ceux que j’estime indépendamment de leurs choix des relations de camaraderie et pour cela je n’ai pas besoin d’avoir eu un père républicaqin espag,olm, ke me suis personnellement contenté avec mon époux, torturé par la gestapo , qui a déclenché la révolte de la centrale d’Eysse et a été déporté à Dachau, donc avec cet homme du temps où Franco garottait les dix de Burgos, nous franchissions les pyrennées avec du matériel, entre autres mundo obrero et nous le transportions à nos risques et péril à Mataro… Alors que chacun garde les exploits des siens et les siens propres et se contente de dire en son âme et conscience ce qui est meilleur pour le parti, pour la classe ouvrière et pour notre pays…

     
  4. pedrito

    novembre 23, 2016 at 12:05

    « Je n’appelle pas à voter pour un homme…. », écrit Ortiz en désignant Méluche.
    OUAIS! Sauf qu’il appelle quand même à voter pour un homme qui ne rêve que de liquider le PC, comme d’autres avant lui, dont son maître Mitterrand, et comme d’autres liquidateurs aujourd’hui qui se prétendent communistes parce qu’ils ont toujours la carte, mais qui en réalité veulent seulement continuer à vivre de leur métier de politicien béquille du PS, par lequel ils continuent d’exister

    A gerber…………..

     
  5. lairderien

    novembre 24, 2016 at 5:18

    Anastasie et ses ciseaux, me semblaient être réservés aux vieux réacs de Droite. Il semble que non et qu’un simple lien vers une pensée différente, soit considéré comme nuisible. Dommage, mais finalement ce billet aurait il frappé en plein cœur ?

    NB: vous pourrez effacer ce commentaire comme le précédent, ce n’est pas grave, je continuerai à vous respecter pour votre combat.

     
    • histoireetsociete

      novembre 24, 2016 at 7:18

      deux fait ont commandé la non parution de votre dernier post:
      le premier, fondamental, était le côté assez nauséabond de la dénonciation des personnes que vous nous proposiez, ce n’est pas le genre du blog. Le second était votre volonté systématique d’utiliser ce blog pour y faire passer votre propagande en faveur de mélenchon. Il ne s’agit plus d’un échange d’argument mais de la délation au service d’un candidat. J’ai laissé passer le premier texte parce qu’il était correct et parce qu’il s’agissait d’une information, mais le second était différent tant sur le fond que sur l’intervention systématique.

       
      • lairderien

        novembre 24, 2016 at 8:31

        Chère Madame, manifestement nous n’avons pas la même appréciation de ce qui compte vraiment.
        Mon commentaire était aussi en réaction du mot « gerber » du commentaire auquel je réagissais.
        Je regrette beaucoup votre susceptibilité dans cette période qui pour moi est la fin d’un cycle, dans lequel l’existence ou non du PC français n’a finalement que peu d’importance, par rapport à la véritable lutte entre la vision mondialiste ou globalisante et la vision multipolaire qui implique un retour des souveraineté nationales et dans ce retour, le risque d’un basculement vers les thèses dont le FN est le champion franco-français, pendant que le pire s’exprime en Ukraine et en Pologne, pour rester seulement en Europe.
        Je ne suis rien, qu’un déplorable, un fils d’ouvrier, un pas éduqué, un sans diplôme, probablement indigne de même oser s’exprimer, face à vous que je respecte. Mais du fond de mon incompétence, je sens que vous faites fausse route et que vous participez sans le vouloir à la disparition de ce parti, avec tout ce qu’il a représenté.

        J’éviterais dorénavant de vous importuner, puisque je ne suis pas dans la ligne.

         
      • histoireetsociete

        novembre 25, 2016 at 3:47

        monsieur, n’en rajoutez pas, je n’ai malheureusement pas le temps (c’est mon dernier jour de cure) de vous répondre longuement mais sachez qu’il y a pas mal de temps, alors que personne même pas mes co-auteurs (Vivas et dedaj) comprenaient ce que j’avançais (2004), je subodorais l’apparition d’un monde multipolaire. Je ne vous ai pas attendu pour écrire les seules pages qui témoignent de cette prescience dans Les Etats-Unis de mal empire,cela dit comme d’habitude Mélenchon et vous même en êtes resté à ce stade et vous prenez des allures de prophète pour proclamer (quelle nouveauté) qu’un parti léniniste est dépassé face aux « mouvements » avec un leader charismatique ayant tout pouvoir… L’exemple de ce qui se passe en Amérique latine où tout a paru commencer prouve que la principale force de résistance reste Cuba avec son parti, comme on devrait plus s’interroger sur la Chine…
        Votre seul argument et je vous l’offre bien volontiers est que le PCF est devenu l’ombre de lui-même, certes mais je vous répondrai que tous les groupuscules qui ont prétendu le remplacer n’ont abouti à rien et sont aujourd’hui comme vous en train de se ranger derrière ce machin dominé par un seul homme qui ne consulte personne et s’entoure de gens comme Clémentine Autain, alors détruire le PCF pour ça ne me parait pas aller dans le sens d’une reconstitution du parti dont nous avons besoin. Là encore l’hypothèse est que mélenchon nous débarrassera du PS, comme son maître Mitterrand nous a débarrassé de la SFIO? De deux solutions où il continue le seul contre tous et votre vision d’un mélenchon au second tour battant le FN est pure hallucination ou l’ambition le pousse vers des alliances et il a déjà donné l’exemple de ses errances dans ce domaine…
        La seule réalités est que dans les élections qui suivront, il n’y aura plus de PCF, ni même de Front de gauche… Donc si j’avais un conseil cynique à donner à mes camarades – qui j’espère ne m’ont pas attendu- c’est de commencer dès maintenant la campagne en faveur des candidats communistes… Aux élections qui suivront ces présidentielles…
        Bon je n’ai pas le temps d’aller plus loin, mais par pitié arrêtez le coup de l’ouvrier confronté à l’intellectuelle, là encore ce qui compte plus que l’origine c’est la position de classe et celle-ci n’est pas une disposition à agir individuelle mais bien l’existence d’un parti que vous prétendez détruire au nom de dieu sait quelle fumeuse théorie… Cela dit le fait que je vous réponde prouve que je ne renonce pas au dialogue, simplement il existe pas mal de site qui expose l’adhésion à Mélenchon souffrez donc que dans ce blog nous exposions sans acrimonie, ni insulte notre propre vision.

         
  6. jehaislescookies

    novembre 24, 2016 at 8:47

    c’est sûr que notre époque devient de plus en plus intolérante (en fait il s’agit d’un racisme, le racisme social, qui par ailleurs se retrouve au fond de tout les autres racismes il suffit de gratter un peu) envers les ouvriers et les « sans diplômes universitaires » !
    Je ne pense pas que ce soit ce qui est en cause ici, mais il faut profiter de l’occasion pour dénoncer ce phénomène typique de l’époque actuelle et de nos maîtres.

     
  7. josephhokayem

    novembre 27, 2016 at 6:11

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :