Ce mois de novembre aura été riche en évènements – pour le meilleur, et sans doute, hélas, le pire.

Bien sûr, je ne vais pas gouter le plaisir de chanter un beau « Au revoir, Président (Sarkozy) », qui tourne une page du pays – et pas une des meilleures…

primaire-10

(P.S. : comment on fait pour avoir 0,3 % des voix quand on a présidé un parti ? Sérieux, mais qui a voté Copé ? Bon, 12 000 voix ce sont surement sa famille, ses amis, Bygmalion et les personnes à qui il a rendu service à Meaux…)

Donc :

sarko

primaire-8

primaire-9

Voilà, ça, c’est fait… Encore un peu de patience pour virer le socialiste, et on aura réglé le cas 2012…

 

Ceci étant dit, nous venons de connaître un petit moment « Trump » – le « n’importe quoi » en moins.

Car à ce stade, il semble clair que François Fillon devrait remporter haut la main la primaire (un retournement sera difficile, mais enfin, nous verrons…) dimanche prochain.

Alors comme il y a 15 jours, je dirai que je suis très heureux que Sarkozy ait perdu, mais que je suis inquiet que Fillon l’emporte ainsi.

Bien entendu, il y a des choses intéressantes chez lui – essentiellement au niveau international (un type sérieux ! Qui devrait vraiment lutter contre le terrorisme) et européen (il a voté Non à Maastricht – ce qui est une sacrée nouveauté).

qatar

qatar-2

qatar-3

Et bon, un Président n’ayant pas ou n’ayant pas eu de soucis sérieux avec la Justice, c’est bien aussi. Et j’ai confiance sur le fait que lui nous horripilera sans doute (c’est de la politique), mais au moins ne nous fera-t-il plus honte…

 

Mais autant j’ai pu penser pour Trump : « Pour le reste, la vie intérieure américaine, eh bien c’est désormais surtout le problème des Américains », autant ça va être difficile de le dire pour Fillon. Et là, autant le programme des Républicains est une sacrée folie sur certains points, autant Fillon a réussi l’exploit d’apporter des petits plus qui vont encore plus dans la mauvaise direction, économique, sociale, sociétale…

S’il applique un tel programme, j’ai bien peur qu’on s’aperçoive qu’il allait bien au delà de ce que pouvait supporter le corps social de la France.

On notera d’ailleurs qu’un tel résultat m’étonne peu dans un pays qui a pu supporter sans bouger le scandale Zemmour en septembre – mais je n’y reviens pas…

Enfin, nous verrons bien, après tout le pire n’est jamais sûr…

 

En tous cas Todd avait (encore) raison : le pays se dirige vers un cure Thatchérienne, à un moment où le reste du monde va faire le contraire… Cure qui sera en totale phase avec les diktats de Bruxelles – mais il est vrai que l’année prochaine aura principalement lieu l’élection visant à désigner le Président de la Région France de l’UE…

Hélas, il est clair qu’il y a des périodes où un pays cherche la pays civile, et d’autres périodes où il cherche l’inverse – et là, le nôtre est bien parti pour l’avoir…

P.S. Un dernier point : il va être urgent d’interdire les sondages politiques, qui outre leur inutilité montrent aussi leur sévère pouvoir manipulateur ; le vote est secret, les opinions doivent l’être aussi (boycottez en tous cas tout sondeur qui vous contacterait…)

[L’Obs] Ce que contient le programme très conservateur de François Fillon

Source : L’Obs, 20/11/2016

Il avait déclaré la France en faillite. Aujourd’hui, François Fillon préconise une rigueur toute thatchérienne et offre une vision très réactionnaire.

Personne ne l’attendait là. Surtout pas Nicolas Sarkozy. François Fillon a doublé tout le monde. Son programme, lui, va ravir les conservateurs et réactionnaires de tous poils.

Il avait déclaré la France en faillite. Aujourd’hui, François Fillon préconise une rigueur toute thatchérienne. Les propositions de l’homme de fer sont un voyage en terre de droite, très à droite.

Primaire de droite : mariage homo, voile, impôts… Ce qui divise les 7 candidats

  • L’emploi : travailler plus et licencier plus

François Fillon souhaite mettre en place un contrat de travail avec des modalités de rupture prédéfinies et progressives. Concrètement, il veut introduire le motif de réorganisation de l’entreprise dans les procédures de licenciement collectif « pour faciliter l’adaptation des entreprises à leur contexte concurrentiel ».

Dans le cadre du dialogue social dans les entreprises, l’ancien Premier ministre veut que celui-ci s’appuie, en cas d’échec, sur le référendum d’entreprise.

Il veut simplifier le droit du travail autour de « dispositions fondamentales » et « renvoyer le reste » à la négociation au niveau de l’entreprise ou des branches.

Le Thatcher français veut supprimer « la contrainte » des 35 heures et laisser les salariés et chefs d’entreprise négocier librement la durée de travail hebdomadaire. Le tout dans « la limite des 48 heures » posée par le droit européen. Il veut aussi supprimer un jour férié.

  • Le chômage : plafonnement et dégressivité

François Fillon veut pourvoir les 300.000 emplois « qui ne trouvent actuellement pas de candidats dans notre pays malgré le chômage de masse ».

L’ancien Premier ministre veut plafonner les allocations chômage à 75% et les rendre dégressives « afin que l’indemnisation chômage permette un vrai retour à l’emploi ». Enfin, il veut que la loi sanctionnant les refus successifs d’emploi soit appliquée.

  • Fonction publique : la saignée

Premier objectif de François Fillon : augmenter le temps de travail des fonctionnaires de 35 à 39 heures. Cette augmentation du temps de travail effectif « sera mise en œuvre en un an », fait-il valoir.

« Le passage du temps de travail à 39 heures des trois fonctions publiques proposé dans mon projet permettra à terme de réduire le nombre de postes de fonctionnaires jusqu’à 500.000 », assure François Fillon. Gain d’économie, selon l’ultra-libéral : 15 milliards d’euros d’économie .

François Fillon n’aime pas trop les fonctionnaires. « Le statut de la fonction publique sera passé à la paille de fer pour en gommer tous les avantages injustifiés », assure-t-il. Comme « les mises en disponibilité sans justification », « les réintégrations dans leur corps d’origine des fonctionnaires ayant commis des fautes ».

  • Budget : 100 milliards d’euros sur cinq ans

François Fillon ambitionne de réduire les dépenses publiques de 100 milliards d’euros sur cinq ans et de « réformer de fond en comble la gouvernance publique ».

  • Terrorisme et sécurité : le retour de la déchéance

Face à la menace terroriste, François Fillon veut s’emparer de la proposition de François Hollande : la déchéance de nationalité. Il veut retirer la nationalité aux Français partis en Syrie ou en Irak et leur interdire de revenir sur le territoire.

Il veut créer un grand ministère de l’intérieur rassemblant toutes les forces qui concourent à la sécurité : police, gendarmerie, administration pénitentiaires, douanes. Par ailleurs, il souhaite que la police municipale soit armée.

François Fillon veut construire 16.000 places dans les prisons.

Il propose aussi la création d’une carte nationale d’identité biométrique.

Enfin, le candidat veut interdire les rassemblements publics que les forces de l’ordre ne seraient pas « capables de protéger ».

  • Laïcité : revoilà le burkini

Le candidat Fillon n’a pas oublié la triste polémique sur le burkini sur les plages de France cette été. « La décision du Conseil d’Etat impose de clarifier la situation par la loi. Je serais prêt à voter une loi anti-burkini car on ne peut pas laisser les maires et les policiers seuls avec leur liberté d’appréciation », déclare-t-il au « Monde » en août.

  • Famille : réécrire la loi du Mariage pour tous

La position de François Fillon est simple : La GPA restera interdite à tous et les sanctions pénales sur le recours ou la promotion de la GPA seront renforcées. La PMA restera interdite aux couples de femmes et aux femmes seules.

Toutefois, François Fillon n’entend pas remettre en cause le principe du mariage des couples de même sexe, il veut réécrire le texte. Il souhaite que « les règles concernant la filiation doivent être réexaminées, car il y va de l’intérêt de l’enfant et cela prévaut pour moi sur toute autre considération ». Il veut supprimer la possibilité d’adoptions plénières pour les parents homosexuels.

François Fillon propose de rétablir l’universalité des allocations familiales et porter le plafond du quotient familial à 3.000 euros.

« La famille est le fondement de notre société, et il ne saurait être question que les familles soient pénalisées par une politique fiscale injuste à leur encontre », affirme-t-il.

Ce sont ces positions qui lui ont permis de rallier les militants de Sens commun, émanation politique de la Manif’ pour Tous.

  • Education : la fin de la « caste des pédagogues prétentieux »

François Fillon veut la guerre. Contre qui ? Les « pédagogues prétentieux ». C’est ce qu’il a affirmé lors de son dernier meeting :

« L’échec de l’école est lié à l’échec de l’apprentissage des fondamentaux. Ce n’est pas la faute des enseignants. C’est la faute d’une caste de pédagogues prétentieux qui ont imposé des programmes jargonnants et qui ont pris en otage nos enfants au nom d’une idéologie égalitariste »

Alors, François Fillon propose de suspendre les allocations familiales pour les parents d’élèves absentéistes. L’ancien Premier ministre veut supprimer l’interdiction des devoirs à la maison, fixer le début de la scolarité obligatoire à cinq ans.

Il veut réformer la direction des établissements en donnant aux chefs d’établissement des pouvoirs dans la gestion des enseignants.

  • L’environnement : la pensée nucléaire

François Fillon veut consolider la filière nucléaire française et prolonger l’exploitation des centrales de 40 à 60 ans. Il n’entend pas fermer la centrale de Fessenheim.

Enfin, l’ancien Premier ministre veut supprimer de la Constitution « un principe de précaution dévoyé et arbitraire ».

  • Coucou la Russie, coucou l’Iran

François le Russe. Le député de Paris veut renouer avec la Russie de Poutine, lever l’embargo et coopérer avec la Russie dans le conflit en Syrie et contre l’Etat islamique. L’ancien Premier ministre veut aussi renforcer les relations avec l’Iran.

Vidéo en réaction :

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01435628/src/8qqufz/zone/12/showtitle/1/

Source : L’Obs, 20/11/2016

François Fillon est bien plus à droite que vous ne pensez

Claude Askolovitch, Slate, 19/11/2016

François Fillon vient d’une France douce, tempérée, modérée, mais où flottent des vapeurs réactionnaires, jamais totalement dissipées. Il n’est pas d’homme qui exprime mieux ce que deviennent les droites: libérales ultra et réactionnaires d’évidence, en mal de restaurations et de provinces.

[…]  Il n’est pas besoin de crier pour être de droite. Francois Fillon est souriant, urbain, poli, vengeur, et vrai. Il rencontre la droite dans ses aspirations. La purge libérale en économie, la restauration identitaire en société. Il le dit en élégance. Pourquoi préférer l’autre, enfin! Pourquoi se priver de ce que l’on est? Seul Fillon est adéquat, si l’idéologie rencontre la société.

Si cela prend, ce ne sera que naturel. Fillon n’est pas l’alternative à Juppé pour battre Sarkozy. Quelle idée vaine et inculte! Il est l’alternative à Sarkozy contre Juppé, ce radsoc chiraquien, si vieux mais surtout prévisible, qui cherche à faire oublier en jouant les pères nobles et les burgraves de droite, tout ce qu’il a d’humain et de faible, en somme, envers la part métissée de notre monde…

Article à lire ici (si vous aimez le personnage) : Claude Askolovitch, Slate, 19/11/2016