RSS

Les périls de Danielle

15 Nov

Afficher l'image d'origine

Depuis quelques jours l’affaire couvait, une camarade s’obstinait à me prévenir: « Vérifie ton compte, il est piraté! »

Je refusais de m’intéresser à la chose, de toute manière je n’y comprends rien aux mystères d’internet et pour moi un ordinateur n’est qu’une machine à écrire à peine améliorée, ce qui fait que j’use tous les claviers à force de taper dessus comme une sourde…

Ce matin je me réveille alerte comme je ne l’ai plus été depuis des mois, j’esquisse un pas de danse et je me dis « je suis guérie! Plus de douleurs, la canne est inutile, je l’emporte tout de même par précaution! » Je suis étonnée: est-il possible qu’une cure produise de tels effets? Gréoux les Bains n’est tout de même pas Lourdes.

Après avoir comme de coutume trempouillé dans divers bains, avoir fait de la gym, subi des cataplasmes brûlant de kaolin, je m’affale sur un transat au centre de deux files de  curistes désireux de se détendre.

Et c’est là que commence le drame. Le portable sonne, je tente de le récupérer dans un sac bourré de vêtements de bains dégoulinants, un aérosol avec des tuyaux partout, un livre, etc… Je rappelle Marianne… elle m’avise que ma boite E-mail a été piratée, qu’elle a été avisée de cette affaire par un ami qui se trouve à Kazan où me dit-elle, il fait moins 17… Nous papotons sur l’hiver russe… Sur le ministre de l’économie qui vient d’être mis en taule en Russie… les communistes doivent être contents c’était leur bête noire…

Je ne mesure toujours pas l’ampleur du problème qui m’attend. Je raccroche et à partir de là c’est l’enfer pavé des meilleures intentions… J’ai failli me faire lyncher par les curistes qui en avaient assez d’entendre le téléphone sonner et moi répondant d’un ton de plus en plus crispé: « mais non je vais très bien, mon compte a été piraté ». C’est la Montagne magique de Thomas Mann à l’ère du numérique…

Quand je rentre dans mon studio, cela se poursuit, je reçois de partout des messages… mon frère est en train de monter une expédition pour aller me chercher dans une terre lointaine où je suis seule et abandonnée… Il y a des amies formidables (enfin je les préférerais un peu moins naïves) qui ont renvoyé leur numéro de téléphone croyant que je l’avais perdu, pourquoi pas leurs identifiants bancaires?

Je suis partagée entre l’envie d’écharper mes correspondants et celle de les embrasser pour s’inquiéter autant de moi, jamais je n’aurais pensé provoquer de tels accès de solidarité. Je suis devenue quelque chose comme Pearl White dans les aventures de Pauline (voir illustration).

Alors les amis rassurez-vous je vais bien, je suis dans une petite ville de cure des Alpes de haute Provence, je vais bien étonnement bien… J’ai fini par mettre en charge mon portable et je suis partie me promener en grimpant vers la citadelle des Templiers, j’ai traversé des tas de ruelles escarpées, un recoin qui s’appelait la placette de Pauline… C’était même la première fois depuis longtemps que je pouvais faire une pareille escalade sans hurler de souffrance… Donc oui ma boîte est piratée, surtout ne répondez pas…

Une dernière remarque: oui le texte très british qui salue Trump a été écrit pour Bush, je l’avais vu comme vous et j’avais remarqué la référence à Tony Blair, mais le texte est drôle et approprié… Je l’avais d’ailleurs inscrit sur facebook sous la remarque suivant: un texte d’un impérialiste britannique à la manière des Monty Python… Donc là encore je prie les crétins qui non seulement me signalent le fait, ce qui est parfaitement leur droit et ne justifie pas en soi le terme de crétins, s’ils n’assortissaient pas leur remarque de réflexions désagréable sur mon manquement à dieu sait quelle éthique. Je les ai envoyés se balader du côté des « indésirables » et il en sera toujours ainsi avec ceux qui me croient à leur service… et jouent les pédants…

Encore un mot, vous connaissez mon style, comment pouvez-vous imaginer que je pourrais vous envoyer de geignardes supplications et appels à l’aide? Ça fait rien je vous aime de vous être inquiétés pour moi, je fais semblant de râler mais vous m’avez fait chaud au cœur…

Bonne soirée…

Danielle Bleitrach

P.S. Marianne est très occupée, si j’ai compris de quoi il s’agit elle doit traduire pour la justice française les propos d’un Chinois incarcéré… Moi j’attends des nouvelles importantes et il faut que je rédige un projet de recherche sur le cinéma soviétique… donc il est possible que le rythme de nos parutions se calme pour quelques jours.

 
2 Commentaires

Publié par le novembre 15, 2016 dans Uncategorized

 

2 réponses à “Les périls de Danielle

  1. Jeanne Labaigt

    novembre 15, 2016 at 5:28

    J’ai reçu aussi le message, mais je ne me suis pas manifestée non par indifférence, mais parce que j’ai tout de suite vu que ce n’était pas ton style.
    D’autre part ce n’était pas l’adresse e-mail que j’ai (j’ai tout de suite vérifié) d’où partait le message.
    J’ai beaucoup pratiqué » l’émission de France Culture « les papous dans la tête » et leur exercice des « lettres anonymes » ou un écrivain parmi plusieurs écrit une lettre anonyme et un autre comparse doit deviner qui est l’auteur, avec toutes les ruses qui peuvent être faites pour qu’on croie que ce n’est pas de vous et pourtant presque toujours quelque chose trahit l’auteur.
    Là c’était fastoche : ce ne pouvait être toi, malgré le tutoiement !!!
    Moi aussi j’ai quitté les cannes, j’arrive à monter et à descendre d’une voiture et je marche plusieurs km, ce que je ne faisais plus depuis longtemps.
    Continue tes balades, merci pour tout.

     
  2. pedrito

    novembre 15, 2016 at 5:51

    Très chère Danielle: mais où trouves -tu cette énergie, et tout le temps qui va avec, pour être toujours à l’œuvre, à faire vivre ce blog si utile à la réflexion de ceux qui en manquent tellement, mais qui se croient supérieurs – » S’ILS POUVAIENT T’ARRIVER SEULEMENT A LA CHEVILLE, LES PAUVRES!!! »- à nous faire partager ta sagesse, et maintenant à rassurer tous ceux qui t’aiment, et tu sais qu’ils sont plus nombreux que ces crétins mal inspirés – tant pis pour le pléonasme- qui te cherchent des poils sur les œufs!!
    Je suis très content pour toi et pour ce que tu ressens aujourd’hui.
    Je voulais te dire que si je n’ai pas mis mon petit mot lorsque récemment tu as été touchée par le deuil que tu nous as conté, j’étais et je suis encore moi-même aujourd’hui extrêmement préoccupé: je t’expliquerai bientôt pourquoi, j’attends d’être totalement rassuré sur le sort de mon épouse, pour écrire un billet sur mon blog.
    Chapeau, chère camarade, pour ton combat et ton courage exemplaires

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :