RSS

Le mépris de classe a de multiples dimensions…

10 Nov

Afficher l'image d'origine

Une amie qui à l’ordinaire est moins stupide que ça même si elle s’est récemment prononcé pour Macron hurle son désespoir devant la bêtise d’un peuple capable de voter Trump. Ce qu’elle semble complètement avoir oublié c’est que la politique d’Obama et celle de Clinton c’est justement celle d’un Macron, celle qui méprise un peuple « illettré » et qui préconise la précarité, l’exploitation comme le moyen de renforcer l’économie. Quand j’ai lu ses lamentations j’ai pensé il y a des gifles qui se perdent… Le seul problème est que ce genre d’imbécile est celle qui provoque les Trump et les Le Pen tout en feignant de s’y opposer et après comme le dit Brecht elle hurle que le peuple vote mal et qu’il faut donc changer le peuple plutôt que de mettre en question son gommeux, vide qui n’a su que mépriser et défendre la banque d’affaire dont il est issu… Elle devrait aller voir le film de Ken Loach: moi Daniel Blake, mais je me demande si elle a les capacités de le comprendre.

Certes le héros de ce film est un ouvrier qui a conservé sa conscience de classe et qui refuse le système, celui d’un Macron, de tous ceux qui l’adulent, parce qu’il est jeune, beau et diplômé, parce que les médias nous le présentent comme une marque. Ce système c’est l’art de transformer le peuple en auteur de ses propres malheurs, le mettre dans des situation où on le convainc d’être un imbécile, un incapable, de le transformer en sujet de mépris… Cet homme, Daniel Blake, est un vieux révolutionnaire qui se bat pour sa dignité alors qu’on a réussi à pervertir cette conscience de classe chez l’électeur de Trump  par « le rêve américain » qui n’est rien d’autre que le « enrichissez-vous » de Guizot à Macron, celui qui se moque de qui n’a pas un costard…

Je n’aime ni Trump, ni les Le Pen, ceux qui dévoient le malheur dans lequel ces gens ont été réduits, ceux qui transforment le patriotisme de ceux qui n’ont rien, leur dernière richesse,  en haine de l’autre, mais je déteste encore plus les imbéciles, ceux qui méprisent sans chercher en eux la source de cette intolérable situation.

C’est à cause de cela que je veux un candidat communiste et pas quelqu’un qui méprise les militants communistes, les Daniel Blake en prétendant leur apporter un sauveur suprême qui sait causer mais dont chacun ignore ce qu’il fera exactement.

Danielle Bleitrach

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 10, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :