RSS

Ou toutes ces mauvaises raisons de finir par nous infliger la grande troisième guerre mondiale?

23 Oct

C’est peu de dire que les relations américano-russes mettent en danger la sécurité internationale. Le plus extraordinaire de cette crise est la manière dont elle est vue par les protagonistes, en particulier les Etats-Unis, comme si l’Union soviétique existait toujours. Cela peut aller jusqu’à ces cartes publiées par les tabloïds britanniques où la Russie, hérissée à sa frontière de missiles, est peinte en rouge avec faucille et marteau. Poutine est incontestablement un clone de Staline. Est-ce parce que l’occident n’en est toujours pas revenu de sa « victoire » historique? Est-ce parce que le capital a conscience que les périls révolutionnaires demeurent?  Ou parce que comme dans le bon vieil antisémitisme avoir une caricature haïe sur laquelle s’acharner est pratique ? Ou encore parce que dans le fond reste visé le véritable adversaire de l’hégémonie occidentale : la Chine?

Ou toutes ces mauvaises raisons de finir par nous infliger la grande troisième guerre mondiale?

La seule réalité dans cette propagande qui recycle celle de la guerre froide, est l’armement hérité de ladite  guerre froide qui veut que les deux pays ont assez d’armes nucléaires pour mettre fin à la vie sur la Terre et ce pas une fois mais de nombreuses… Ce qui devrait inquiéter n’importe quel individu doué d’un minimum de bon sens. Surtout si l’on considère la méconnaissance profonde que les plus hauts dirigeants des Etats-Unis ont de la Russie, du pays et de ses dirigeants. Je n’ai vraiment pas envie de rire quand je vois madame Clinton accuser Trump, comme argument de choc, d’avoir « la santé du cheval de Poutine ». Nous Français emboîtons le pas et l’on ne peut qu’être atterré devant la Russophobie stupide qui règne dans nos médias et qui veut que tous ceux qui tentent de rompre avec une présentation aussi caricaturale puisse être accusés d’appartenir à la cinquième colonne de Poutine.

sans parler, mais je n’insisterai pas- du front anti-Daech, la coalition américainedans laquelle l’armée turque paraît plus occupée à traquer les alliés kurdes que l’Etat islamique et voulant à toute force envahir la Syrie pour les traquer et asseoir la position de rebelles dont on ignore les accointances réelles avec les dits terroristes,qui fait quoi avec qui alors même que la Syrie menace qui envahira son territoire, les casus belli ne manquent pas et la mèche allumée se retrésit de jour en jour. Tout cela en nous gorgeant de bons sentiments contre les atrocités des bombardements sur une partie d’Alep, ignorés à Mossoul et au yemen.

La lecture du chapitre de ce que notre président ne devrait pas dire sur les relations internationales ne peut que nous faire craindre le pire… Quand on voit ce paltoquet se vanter d’avoir fait au passage assassiner quelques gêneurs… C’est toute une conception du monde… Parfois si on fréquente trop les réseaux sociaux on peut même se dire qu’il n’y a pas de hasard entre l’élection de ce type d’individu et ce qu’ont lit dans les forums en matière de haine primaire de l’adversaire supposé.

Jusqu’ici on était accusé aisément de soutenir des tyrans de seconde zone quand on s’élevait contre une entreprise hasardeuse comme l’invasion de l’Irak ou de la Libye. On risquait de devoir contrebalancer la propagande du sieur Ménard en ce qui concerne Cuba, c’était irritant mais là il s’agit de tout autre autre chose: à savoir la possibilité d’en finir avec la planète.

Quand on criait jusqu’ici devant les délires qui s’emparaient périodiquement, dans le sillage de la CIA de nos compatriotes feignant de savoir ce qu’ils ignoraient, et adoptant une mentalité de croisé humanitaire : « mais vous n’y connaissez rien! », l’indignation restait souvent intellectuelle. Mais là c’est tout autre chose. J’insiste.

Ce que nous apprend la crise syrienne, c’est que Washington et ses alliés ne sont plus en situation à eux seuls à faire face au chaos qu’ils ont créé. Pourtant l’occident derrière les Etats-Unis continue à s’affirmer la seule superpuissance en situation d’apporter LEUR solution aux défis mondiaux. C’est une folie qui va bien au-delà de la tension actuelle entre la Russie et les Etats-Unis. C’est l’apprentissage d’un monde multipolaire et aider l’occident à le réaliser est indispensable, l’intervention de l’opinion publique en ce sens est nécessaire en regard des risques courus.
Le mouvement de la paix aurait tout intérêt à recadrer ses objectifs et à bien voir où est aujourd’hui la menace principale et la manière dont la propagande tend à nous habituer à la pire des catastrophes qui risque de se déchaîner contre l’humanité.

J’allais oublier, il semble que notre foutriquet vient de remporter un triomphe en matière de diplomatie européenne, il a réussi à durcir les positions de l’UE contre la Russie en matière de sanctions : on croit rêver.

Danielle Bleitrach

 
1 commentaire

Publié par le octobre 23, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Ou toutes ces mauvaises raisons de finir par nous infliger la grande troisième guerre mondiale?

  1. josephhokayem

    octobre 23, 2016 at 3:16

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :