RSS

Newleaks révèle l’étendue des liens de Clinton avec les médias des États-Unis

12 Oct

Personne n’est étonné par les révélations des liens entre les campagnes électorales et les médias qui, plus encore qu’en France s’affirment officiellement un pouvoir indépendant, cela dit cette grande manipulation de l’opinion publique aboutit à un écoeurement généralisé qui est récupéré pour faire monter la volonté belliciste entre les peuples. Inquiétant (note et traduction de Danielle Bleitrach)

© Brian Snyder

Ces faits sont mis à nu dans le dernier lot d’emails de la campagne Clinton diffusés par Le Intercept, qui à son tour les a reçues de Guccifer 2.0 – le pirate qui est censément derrière plusieurs intrusions de haut niveau.

Les courriels montrent des stratégies de campagne visant à maintenir une perception du public favorable à Clinton, en mettant particulièrement l’accent sur sa transparence, en particulier à la lumière de l’enquête du FBI dans son utilisation d’un serveur de messagerie privée. Les stratégies révèlent parfois la campagne qui préside les points stylistiques et met l’accent sur ce qui doit être décrit comme « sur le dossier. »

On notera en particulier en janvier 2015 un document qui inclut des références à Maggie Haberman. Autrefois de Politico, Haberman couvre désormais l’élection présidentielle pour le New York Times.Selon le document divulgué, elle est une «journaliste sympathique » qui n’a « jamais déçu » dans la peinture d’une image positive de Clinton.

Haberman a apparemment été utilisée à bon escient, auteur en particulier de deux histoires qui ont été destinées à mettre en lumière, entre autres, la façon dont le processus de pensée de Hillary Clinton fonctionne et comment  les membres du cabinet étaient compétents. Le New York Times intitulé «Hillary Clinton commence un processus de vetting – Elle-meme», parle des manières ouvertes de Clinton par rapport aux investigations qui la concernent et comment elle a choisi la transparence. Surtout étant donné la façon dont ses adversaires se concentrent principalement sur l’activité de sa fondation, ou les millions qu’elle a reçus dans les conférences privées, ainsi que sa relation à Wall Street.

Ni Merrill, ni Haberman n’ont répondu aux demandes de Intercept sur le sujet, pas plus qu’ils ne nient que le document existe.

L’un des documents, intitulé «La presse et le Plan Surrogate», fait état d’un personnel bien disposé dans les médias qui pourraient toujours être utilisées à bon escient, à CNN ou ailleurs les membres du personnel Clinton ont également pris soin de distinguer entre les «aides progressistes» et ceux qui étaient potentiellement sympathiques, mais pourraient encore être contraints.

Ces remarques incluent souvent des experts de télévision dont le rôle semble être neutre, mais qui ont été recrutés par la campagne. Les métadonnées du document «de substitution» remonte à son auteur Jennifer Palmieri –  directeur de la communication de la campagne Clinton.

En outre, comme il est décrit dans une note d’avril 2015, il y aurait des rencontres secrètes impliquant les plus importants médias et des personnalités, des  célébrités de la  télévision – une notable aurait eu lieu à la suite de l’annonce de l’entrée en course de Clinton à la maison par  l’un de ses stratèges. Le cocktail, une rencontre informelle était complètement destiné à coordonner la façon dont la campagne de Clinton serait présentée au public américain.

Les stratégies ne sont pas spécifiquement formulées pour la campagne Clinton, cependant. Selon un mémo en mars 2015 du directeur de campagne Robby Mook, la tactique éprouvée était de nourrir constamment la presse d’histoires positives afin d’enlever leur capacité à réagir à des accusations venues de dehors.

Ces stratégies controversées ont également été utilisées par les républicains, bien que ces derniers cachent les documents mais ce qu’on a pu en entrevoir témoigne à quel point est coordonné l’effort d’utilisation des médias pour avoir un avantage politique.

Les révélations d’Intercept sont venues en même temps que le second tour de débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, un niveau de débat caractérisé par le refus des deux candidats de se serrer la main.

La fuite a été attribuée à la Russie par la dernière attaque officielle de ce pays par le Department of Homeland Security (DHS) et le Bureau du directeur du renseignement national. Vendredi, ils ont publié une déclaration affirmant qu’ils sont  » sûrs que le gouvernement russe a dirigé «  les hacks de courriels et de documents et leur affichage sur WikiLeaks, DCLeaks, et le blog du pirate se faisant appeler ‘Guccifer 2.0’.

La Russie a nié toute complicité. Les États-Unis n’ont encore présenté aucune preuve d’un lien officiel avec le gouvernement russe.

 
Poster un commentaire

Publié par le octobre 12, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :