RSS

Avis aux lecteurs comment retrouver le désir d’être?

23 Sep

Afficher l'image d'origine

Chers lecteurs comme j’imagine que vous n’êtes pas loin d’éprouver ce que je ressens, je me permets de vous expliquer à la fois mon besoin de vacances et celui de vous transmettre d’autres textes que ceux habituels.

Marianne a besoin de repos, moi aussi mais dans un genre différent : j’ai besoin en fait de travailler en alimentant le désir et pas en l’épuisant par la routine et en perdant tout sens de mes actes en parlant de choses qui ne m’intéressent pas réellement. Peut-être est-ce parce que j’ai quitté ma mère enfin apaisée, convaincue d’être aimée, que j’éprouve cette aspiration à la plénitude. Je me souviens de la lecture des  mémoires de Simone de Beauvoir, à un âge presque aussi avancé que le mien, elle s’exclame « j’ai été flouée ». J’étais jeune en lisant ces mots, j’ai éprouvé un recul et je me suis jurée de ne jamais les prononcer.  Je n’en voulais pas, j’aurai été responsable de ma vie et il ne serait jamais question d’incriminer qui que ce soit par un aussi terrible bilan. Pourtant en ce moment, dois-je l’avouer, dès que je m’approche du « politique » en France et même des engagements qui ont gouverné ma vie, j’éprouve une espèce de nausée, un mépris global qui fait monter à mes lèvres la protestation du Castor: « j’ai été flouée ». Pourquoi ai-je perdu tant de temps avec des gens pareils? J’ai du mal à me souvenir du temps des évidences et j’hésite entre l’irritation et l’ennui pourtant je considère toujours comme indispensable le refus de l’injustice et pour l’intellectuel, l’artiste, la conscience de la vanité de ses efforts s’il n’y a pas derrière l’exercice de sa soif d’agir et de connaître une certaine conception de l’humanité qui ne peut s’accommoder du monde tel qu’il est. Cela je ne le renie point, l’urgence au contraire s’impose et c’est de ne savoir comment m’y conformer avec sincérité que j’éprouve ce vide. J’ai beau sélectionner pour ce blog ce que je crois être le meilleur ou le moins pire, demeure cette impression que tout cela ne mène nulle part. Je ne m’y résigne pas. Dans nos conversations avec Marianne, avec les gens que j’aime dans la vie quotidienne, je sais que c’est un mauvais moment à passer. Il n’empêche aujourd’hui,  quel moyen d’action ai-je? L’action collective ? Cette impuissance fait de nous tous des vieillards floués. Que faire?

Dans ces cas là rien de tel qu’un stage dans le silence des bibliothèques après une activité physique, nager marcher. L’activité physique ne doit pas être négligée, en classant les papiers de ma mère, je tombe sur des tranches de ma vie que j’avais oubliées et qu’elle avait conservées. Des photos de moi en train de skier avec une coiffe de chasseur alpin et ma carte de « coureur » parce que j’ai été monitrice et j’ai été inscrite dans des courses. J’étais sensée préparer mon bac de philosophie au lycée de Barcelonnette, je n’y ai jamais mis les pieds et suis restée au Sauze à me livrer au sport d’hiver. A la fonte des neiges, en avril je suis redescendue et me suis enfermée dans la bibliothèque de la place Carli pour me gorger de philosophie et j’ai réussi. J’avais oublié cet épisode au cours duquel je me suis initiée à Lucrèce, à Kant et à Sartre soi-même. Spinoza ce fut quelques années après dans un petit village de Kabylie où j’ai découvert au galerie de Tizi Ozou le traité théologico politique. Si le corps a sa part,  dans une bibliothèque depuis ma plus tendre enfance je retrouve quelque chose de la joie de Spinoza, les passions sont éliminées pour mieux attiser le désir de connaître, de comprendre, le dialogue avec ceux qui ont fait l’effort de penser, de travailler, loin du vide médiatique et surtout celui abyssal de l’aréopage politique. Pour Spinoza, le Désir n’est pas une quête de l’impossible ni un manque indépassable, mais un dynamisme qui est la source de ses propres valeurs et qui peut accéder à la plénitude, c’est-à-dire à la satisfaction. Et chacun de nous à ses propres chemins pour entretenir cette dynamique qui est la vie même. Il faut sortir du « flottement de l’âme » et restaurer, toujours selon Baruch, l’amour de soi et le commerce avec des esprits libres et il est un temps où on ne le trouve que dans la lecture, dans une bibliothèque pleine de gravité et de lumière dont les rayonnages sont promesse de liberté d’expression, dans cette république là chacun est libre, il peut penser et dire ce qu’il veut dire et dire ce qu’il pense. On se sent libre dans la joie d’être et d’agir avec des compagnons qui ne trahissent pas à cause de quelque passion indigne pour le pouvoir, pour des choses qui ne nous mènent nulle part.

Je ne connais qu’une manière de lire et je ne puis l’exercer avec les textes d’internet: copier en le résumant le texte qui est ainsi capable de vous ouvrir les portes de ce désir d’être. J’ai à l’index une bosse due à ces efforts de copiste, chaque stage en bibliothèque avec un cahier et un stylo la fait repousser comme une sorte de verrue studieuse. Voilà tout cela pour vous dire que je me suis lancée dans la lecture de certains articles des annales et que si j’en trouve le courage, je vous recopierai mes notes au moins pour le week end, ce qui ne m’empêchera pas d’aller à la manifestation pour la paix samedi.

Danielle Bleitrach

 

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le septembre 23, 2016 dans Uncategorized

 

6 réponses à “Avis aux lecteurs comment retrouver le désir d’être?

  1. facebook

    septembre 23, 2016 at 4:46

    Bonjour Danielle Bleitrach belles pensées que je me plais à dévorer comme mon plat préféré!

     
  2. frank

    septembre 23, 2016 at 7:21

    Bonjour Danielle,
    oui,mais pour avoir un fils philosophe qui se retrouve en fait inadapté à 26 ans,le pur domaine des idées me semble sclérosant.
    La vie est plus mordante avec l’idée que la politique est une fournaise cruelle,blessante , le sel sur nos blessures,qui ramène à l’actualité.
    Avec mon père âgés de 86 nous arrivons à communiquer ainsi,pas avec ma mère,81ans et demi,en HP pour l’instant à cause d’une dépression trés sévère.Oui la politique rattache à la vie.Ainsi hier soir Montebourg engaussé,gauche était à la TV sur la 2.Ce matin J.Sapir le critique en faisant l’apologie de Mélenchon.
    Montebourg semble si maladroit par rapport à Mélenchon.
    Comme en 2012,JLM,brille de mille feux d’autant plus qu’il a la posture d’un communiste du 20ième siècle.Alors que Pierre Laurent soutient JLM car il ne veut pas d’un candidat PCF,comme en 1965,1974,2007.
    Jacques Sapir sur son blog Sapir-Russie,présente trés clairement la comparaison entre Montebourg et JLM.
    JLM y est encensé,non?
    Merci encore pour tes textes qui font souvent échos à mes ressentis.Bien à toi.

     
    • je hais les cookies

      septembre 23, 2016 at 10:52

      Mélenchon a écouté (auditionné) Bernard Friot. On verra bien s’il en retient quelque chose !

       
    • jehaislescookies

      septembre 23, 2016 at 4:42

      « Montebourg parait maladroit à côté de Mélenchon » alors qu’est-ce que ce doit être ! Parce que Mélenchon lui-meme qu’est-ce qu’il paraît empoté et vagouillard face à Bernard Friot !

       
  3. histoireetsociete

    septembre 23, 2016 at 8:11

    certes moncher Franck, je donne un peu dans le sublime, mais c’est peut-être justement pour tenter d’éviter la question qui tue: qui de mélenchon ou MOntebourg est le meilleur ersatz d’un candidat communiste et est-ce un hasard si nous sommes dans le temps des ersatz? Est-ce dû à la malignité d’un groupe d’imbéciles et traîtres où faut-il pour comprendre cela s’en référer à l’étude beaucoup plus complète des rapports sociaux en France où un Sapir peut alternativement faire l’apologie de mélenchon et celle d'(un bloc souverainiste au frontières indistinctes?… Bref, c’est une mauvaise période à passer. Quant à vous « je hais les cookies » comment pouvez-vous intéresser à pareilles aneries… L’aventure Melenchon n’aura aucune incidence sur l’avenir si ce n’est qu’elle va sans doute encore diminuer la représentation parlementaire des communistes, mais ce n’est pas de sa faute… pour le reste, il est incapable de construire une force politique dans laquelle les idées de Friot ou de qui que ce soit d’autre péseront…

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :