RSS

L’ambassadeur russe à l’ONU révèle les détails de l’accord sur la Syrie

18 Sep

 

Si vous avez suivi la question depuis les accords entre les USA et la Russie à propos de la Syrie, puis la réaction russe à l’attaque par la coalition dirigée par les Etats-Unis contre l’armée syrienne qui a fait plus d’une soixantaine de morts, vous savez quelques faits: 1) Les Etats-Unis ne voulaient pas divulguer les termes de l’accord signé entre Kerry et Lavrov alors que les Russes le souhaitaient. 2) Après l’attaque meurtrière contre l’armée syrienne qui avait permis à l’armée islamique une avancée que seule une intervention de l’aviation russe avait pu stopper, les Russes ont réclamé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité. 3) Ils ont accusé clairement les Etats-Unis d’être en cheville avec Daech et d’autres terroristes. Après ce qui vient de se passer cette nuit à Manhattan, nul doute que de telles accusations sont graves en particulier pour l’opinion américaine en pleines élections.. 3) cette intervention du représentant de la Russie à l’ONU divulguant certains termes de l’accord enfonce le clou 4) le situation est extrêmement grave et la tension internationale à son comble.. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Affiché le 18 Septembre 2016 04:52 GMT | Dernière mise à jour: 18 septembre 2016 4:55 GMT

 

60422

Auparavant les USA ont refusé de rendre public le texte du document, ce qui a empêché le Conseil de sécurité de prendre une résolution en faveur de l’accord.

représentant permanent de la Russie à l'ONU, Vitali Tchourkine

Le représentant permanent de la Russie à l’ONU, Vitali Tchourkine Carlo AllegriReuters

Le 9 septembre le ministre russe des Affaires étrangères,  Sergueï Lavrov et son homologue américain  John Kerry , ont approuvé un ensemble de cinq documents qui devraient jeter les bases du processus politique en Syrie.

Le représentant permanent de la Russie à l’ONU, Vitali Tchourkine, a lu samedi deux fragments de l’ accord américano-russe sur la Syrie lors d’une conférence de presse après une session d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU, rapporte TASS . Auparavant , Washington avait choisi de ne pas divulguer l’accord même parmi les membres du Conseil de sécurité, ce  qui met en danger la résolution de cet organisme en faveur du pacte.

Les points révélés par Churkin

  • Selon le préambule du document signé par les deux pays le 9 septembre, les États – Unis et la Russie sont prêts à entreprendre des efforts conjoints pour stabiliser la situation en Syrie, en particulier dans la région d’Alep, et à établir une distinction entre les forces de l’opposition «modérée» et le Front Al-Nusra, a révélé Churkin.
  • Le deuxième fragment se réfère au Groupe de mise en œuvre conjointe, qui vise à « faciliter une large coordination » entre la Russie et les Etats-Unis pour vaincre al-Nusra et l’État islamique et soutenir le processus de transition politique, a déclaré le diplomate russe.

Les Etats-Unis  ne devraient pas faire des attaques conjointes

« Le début des travaux du Groupe conjoint de mise en œuvre est prévu pour le 19 septembre Par conséquent, si les États-Unis voulaient attaquer Al Nusra ou l’État islamique, à Deir ez-Zor ou ailleurs, ils pouvaient attendre deux jours et  coordonner leurs actions avec celle de  nos militaires », a déclaré Tchourkine.

« Cependant, les USA ont décidé de mener à bien cette opération irresponsable », a souligné le diplomate, se référant à l’attaque  des positions de l’armée syrienne par les Etats-Unis – conduit par coalition internationale qui a fait au moins 62  morts parmi les soldats syriens.

L’accord est en question

Vitali Churkin ne croit pas que l’accord entre la Russie et les Etats-Unis sur la Syrie soit pour autant brisé, mais il estime que sa mise en œuvre est en question. « Maintenant, nous pouvons poser une question », a déclaré l’ambassadeur russe à l’ONU en réponse à la question sur l’avenir du plan de paix en Syrie réalisés par les deux pays.

Selon le diplomate, si les autorités américaines suivent l’exemple de leur représentant à l’ONU, Samantha Power, qui a quitté la salle pendant l’intervention de la délégation russe pour critiquer la politique « hypocrite et cynique » de Moscou  devant les journalistes, il peut apparaître de sérieux problèmes. «J’espère que nous allons trouver un moyen de nous convaincre qu’ils veulent sérieusement lutter contre les terroristes », a-t-il dit.

S

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 18, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :