RSS

La logique stratégique de l’État islamique

16 Août

Toujours national interest qui procède à une analyse de l’avenir de l’Etat islamique même en cas de victoire militaire. Notons le calme avec lequel l’auteur envisage la situation française qui selon lui ne peut que se dégrader parce que le mal est interne. Mais cette analyse est également à mettre en relation avec l’intervention de lavrov sur la persistance de groupes terroristes en Syrie même s’ils changent de nom que nous présentons aujourd’hui. Comme d’habitude National interest met en cause les Saoudiens dans leur rivalité avec l’Iran, ce qui parait assez exact, mais n’accorde qu’un faible intérêt au rôle pourtant central joué par les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux dans la croissance d’un tel phénomène (note et traduction de danielle Bleitrach pour histoire et societe)

http://nationalinterest.org/blog/the-buzz/the-strategic-logic-the-islamic-state-17351

Fawaz A. Gerges
14 août 2016

L’État islamique soi-disant (ISIS) continue de poser un sérieux défi non seulement au Moyen – Orient, mais dans le monde entier. Alors que les efforts d’une coalition menée par les USA ont affaibli ISIS, détruire le groupe a été difficile et il a continué à inspirer des attaques dans des endroits éloignés, de Bruxelles au Bangladesh.

Pour comprendre comment vaincre ISIS une fois pour toutes, nous devons d’abord comprendre sa stratégie. Et ne vous méprenez pas: même si les attaques internationales  des associés d’ISIS- semblent aléatoires, la  croisade globale du groupe a une logique stratégique.
ISIS se bat pour sa survie. Il n’a ni l’argent ni la main d’oeuvre pour lutter an quoi  que ce soit dans  une guerre traditionnelle contre la coalition menée par les USA et ses alliés locaux  du moins pas pour longtemps. Ce qu’il a c’est un message qui résonne vers certains groupes généralement marginalisés, désenchantée et tourmentés de jeunes hommes au sein d’un large éventail de pays, au Moyen-Orient, en Europe et ailleurs. Et il est devenu très compétitif dans l’exploitation  de ces sources de main-d’œuvre.

Les porte-parole du groupe ont appelé à plusieurs reprises ses partisans et sympathisants à travers le monde à frapper ses ennemis, en particulier dans l’Ouest. loups solitaires et groupies qui restent à la maison ou des cellules locales très soudées pour lancer des attaques dans des endroits imprévisibles, éloignés telle est l’arme ultime de la faiblesse dans les conflits asymétriques. Il permet ISIS de récolter tous les avantages d’une attaque, sans  encourir aucun des coûts.

Les avantages sont considérables. De telles attaques détournent l’attention des pertes de ISIS en Syrie et en Irak, et peuvent même faire croire que le groupe se renforce. Cela améliore non seulement la capacité d’ISIS à recruter et à inspirer plus de terroristes; il pénètre aussi la pensée des citoyens dans les pays de la coalition. ISIS espère que, comme les coûts humains et économiques de la lutte contre ISIS s’accumulent dans ces pays, notamment en Europe, l’opinion publique peut se retourner contre l’engagement militaire en Irak et en Syrie.

Comme la pression sur ISIS en -particulier à Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak, et Raqqa, la ville syrienne qui est devenu de facto sa capitale-ses appels de l’auto-proclamé califat pour les attaquess’ intensifieront. Une campagne de San Bernardino  à Nice- généralisée qui tiendrait  compte de ces appels, poyrraitavoir des  résultats  dévastateurs.

Bien sûr, ISIS ne compte pas entièrement sur l’inspiration locale. Il recrute également des combattants qualifiés d’un peu partout, y compris la Tunisie, le Maroc, la Libye, la Jordanie, la Turquie, la France, la Belgique et la Grande-Bretagne-qu’ il envoie alors  lancer des opérations spectaculaires, comme celles à Istanbul, Bruxelles et Paris. Il y a des rapports crédibles que ISIS a même créé une branche externe responsable du suivi des opérations terroristes à l’étranger.

Si Mossoul et Raqqa tombent dans l’année à venir, comme cela semble probable, des milliers de survivants combattants ISIS retourneront dans leur pays d’origine, où ils sont susceptibles de continuer à mener leur guerre avec des attaques terroristes. En conséquence, l’année à venir est risque d’être au moins aussi sanglante que lcelle-ci.

Qui va supporter le poids du désespoir d’ISIS? Les États-Unis sont en tête de liste des ennemis d’ISIS. Mais l’envoi de combattants là depuis le Moyen-Orient constitue un défi logistique. Et il y a seulement environ 100 Américains qui combattent avec ISIS, ce qui signifie que, aux États-Unis, l’inspiration individuelle sera la tactique principale de ISIS.
Les pays européens et musulmans sont  des cibles beaucoup plus pratique , et pas seulement en termes géographiques. La plupart des combattants ISIS sont du monde arabe, et 4000 hommes et des femmes européennes ont rejoint le groupe.

Parmi les pays européens, la France, qui a assumé un rôle de leadership dans la lutte contre ISIS, est la plus vulnérable.Elle l a déjà subi plus de pertes que tous ses voisins ensemble, avec 235 personnes tuées au cours des 18 derniers mois.

Une raison à cela est que le sentiment d’exclusion et d’aliénation ressenti par une grande partie de la communauté musulmane de France a rendu plus facile pour ISIS de recruter dans le pays. Quelque 1.200 ressortissants français ont rejoint en tant que combattants d’Isis, c’est -le plus gros contingent des Occidentaux dans le groupe. Ajoutez à cela de graves lacunes dans la sécurité intérieure de la France, et les chances de nouvelles attaques semblent élevés.

Mais autant que ISIS veut faire du mal à l’Ouest, les pays des régimes du Moyen-Orient, en particulier les chiites de l’Irak et la Syrie, ainsi que leur allié iranien, demeurent sa principale cible. Après tout, l’effort d’ISIS pour construire un Califat oblige à contrôler le territoire. La lutte contre l’Amérique, l’Europe, et même Israël doit être différée jusqu’à ce qu’un état islamique sunnite soit construit dans le cœur de l’Arabie.

Compte tenu de cela, il est crucial que la menace sécuritaire posée par les attaques terroristes n’ occulte pas , en particulier pour les dirigeants occidentau, l’impératif de démantèlement pseudo-état d’ISIS en Irak et en Syrie. Mais même si cette tâche est terminée, ISIS sera toujours en situation de brandir son idéologie comme une arme pour attirer les combattants à se livrer à la guérilla en Irak et en Syrie, et  au terrorisme à l’étranger.

Voilà pourquoi il est également nécessaire de couper l’oxygène social et idéologique qui a nourri la  montée spectaculaire d » ISIS. Cela signifie voir la politique  erronée  du Moyen – Orient, y compris ses deux causes (comme la rivalité géostratégique entre sunnite gouvernés par  l’ Arabie Saoudite et chiite dirigé par l’ Iran) et ses symptômes (y compris les guerres civiles propagées depuis  le cœur de l’ Arabie). C’est seulement alors que le monde arabo-islamique et la défaite de la communauté internationale  face à ISIS et d’ autres comme eux pourra être envisagée. .

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le août 16, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “La logique stratégique de l’État islamique

  1. Xuan

    août 16, 2016 at 9:40

    Je ne suis pas certain que la chute de l’EI n’ait aucune conséquence sur le terrorisme en dehors du « califat ».
    Il existe une certaine similitude avec le jeu de GO puisque l’EI trouve en France un terrain propice à la subversion, encerclant l’ennemi qui l’encercle, comme l’auteur le signale justement. Mais la comparaison s’arrête là parce que le terrorisme n’a pas d’avenir ni en France ni ailleurs. Le terrorisme ne remplace pas la volonté des peuples et sert les intérêts de l’impérialisme, le « grand satan » qu’il prétend combattre.

    Nous avons la responsabilité d’appeler les masses à l’unité contre le capitalisme et l’impérialisme. Seuls les communistes peuvent parler ce langage. L’unité de classe passe les communautarismes. Cela signifie que les contradictions au sein du peuple ne doivent pas primer sur celles entre le peuple et le pouvoir bourgeois. Et cela vaut pour toutes les communautés, qu’elles soient athées, chrétiennes ou musulmanes.
    Le discours « antiraciste » ou oeucuménique préconisant l’apaisement ne vaut rien tant que les racines de l’exploitation et de l’oppression ne sont pas arrachées. Mais pour briser l’oppression toutes les énergies doivent se rassembler. Cela vaut pour tous les prolétaires des diverses communautés.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :