RSS

Le grand n’importe quoi des anti-impérialistes d’Internet…

06 Août

Afficher l'image d'origine

Hadrien et son bel amant Antinous et la naissance de la Palestine

Premier problème: diffuser n’importe quoi pourvu que cela conforte vos opinions

Bon je craque… Que l’on m’envoie de diverses sources sans l’avoir réellement lu le discours fleuve d’un Kennedy qui reconnait ce que tout le mode sait depuis belle lurette, à savoir le rôle joué par les Etats-Unis dans la destruction systématique de tous les gouvernements démocratiques du Moyen Orient et du monde, me parait révélateur des mœurs les plus contestables sur le pan intellectuel. Cet article décrit effectivement quelques coups d’Etat parrainé par les USA et donc nous, pour installer des dictatures sur le modèle de ce qui s’est passé en Irak avec Mossadegh ou Allende, voir des gens moins vertueux comme en Irak, en Libye et en Ukraine pour y mettre des gens encore plus décriés et surtout la guerre civile part d’un bon sentiment. Mais quand personne ne voit que ce texte en fait est destiné à faire l’apologie de la politique du clan Kennedy, y compris celle de cette vieille fripouille pro-nazi et allié de Hoover, le patriarche Joseph Kennedy c’est complètement idiot. Parce que cet article nous apporte en prime en sus de ces révélations sur les turpitudes des Etats-Unis une description de l’idéalisme saint non seulement des Kennedy mais de tous les présidents démocrates, y compris Obama, ces vertueux présidents étant malheureusement contredits par une CIA obsessionnellement attachée à des intérêts parfaitement indéfendables ceux du capital et de l’hégémonie américaine. Que personne en diffusant ce texte se soit intéressé à la propagande qu’il véhiculait non seulement pour un futur candidat à la maison blanche, mais pour l’actuelle candidate et le président sortant, tous les deux relevant d’une catastrophe en matière de paix dans le monde. Bref cette « révélation » va exactement dans le sens de la manière dont on tente grâce au repoussoir Trump de nous vendre Clinton, dans la presse occidentale.

Je crois que c’est parce que personne ne lit ce qu’il diffuse, ce qui promeut par ailleurs des sites fascistes qui non seulement ont pour unique vocation de nous faire chercher le bouc émissaire aux désastres du capitalisme chez le juif ou le musulman, mais inventent des « nouvelles » complètement délirantes et tronquent les déclarations des chefs d’État ou hommes politiques, écrivains et autres parfaitement estimables pour les tordre dans le sens de leurs obsessions. Dans le fond ils fonctionnent exactement dans le même sens que la majorité de notre presse qui semble suivra là encore la campagne présidentielle américaine  et celles ordinaires de la CIA qui transforme périodiquement un chef d’Etat vers lequel on a choisi de porter la guerre en grand Satan cause de tous nos malheurs. parfois comme chez médiapart on peut avoir les deux le complotisme d’extrême-gauche et les haines trotskistes contre tout ce qui de près ou de loin rappelle l’URSS. Vous excuserez ma véhémence mais quand on se retrouve sans droit de réponse avec une folle qui vous accuse d’être la 5e colonne de Poutine, bref vu l’atmosphère générale devenue agent de l’ennemi, on commence à trouver que la confusion entre journaliste établi et rumeur digne de « je suis partout » inquiétante. La diffusion de n’importe quoi sans veiller aux sources rentre dans le genre…

2- Utiliser l’Histoire pour entretenir les haines d’aujourdhui

Enfin il y a une catégorie qui me met hors de moi y compris quand elle s’affirme proche de mes opinions ou quand elle justifie « nos » opinions par des références tronquées à l’Histoire. Ainsi en est-il souvent de la question palestinienne et de fait la négation du droit à l’existence de l’Etat d’Israël. Disons d’abord la base de mes accords: que l’on soit convaincu que revenir au bout de 2000 ans pour dire lève-toi que je m’y mette, n’est pas fair play et que surtout mener à l’égard des gens qui étaient là une politique inadmissible est condamnable. De ce fait,  je considère que tout cela ne peut que conduire au désastre et qu’il serait temps d’entamer de véritables négociations  sur l’existence d’un Etat palestinien viable, la seule solution y compris pour ceux qui souhaitent la survie d’Israël… Pour moi cela passe par la reconnaissance de deux nécessités : reconnaître la légitimité de l’interlocuteur, par exemple faire sortir Barghouti de prison et ensuite s’employer à avoir deux états viables, c’est-à-dire également négocier les collaborations mutuelles en matière de partage de l’eau, la diffusion de services publics de santé, l’aide mutuelle et les échanges dans divers domaines y compris culturels. Il y aurait toute une œuvre de paix à accomplir dans le cadre d’une dynamique régionale et j’ai l’impression que le projet eurasiatique des Chinois et des Russes offre cette perspective, c’est même la seule issue que je vois aujourd’hui qui ne conduise pas au massacre. Tout autre politique, y compris l’idéal d’un seul Etat laïque et non confessionnel ne peut être que l’aboutissement de ce processus, anticiper sur la réalisation se heurte à l’état du terrain et ne sert qu’à exaspérer des antagonismes et à plonger les Palestiniens dans l’aporie d’une issue militaire, dans le désespoir des attentats.

Bon, si nous nous entendons sur ces objectifs élémentaires, on peut discuter, mais pourquoi faut-il qu’à cette question politique on retrouve de la part des réseaux sociaux les imbécillités les plus manifestes destinées en général à nier l’existence de l’autre en tant que peuple légitime?

3- L’Histoire ne se plie pas nécessairement à nos désirs mais elle est toujours utile pour relativiser nos démonstrations 

Ainsi cela fait la troisième fois que je reçois en prime un panneau dans lequel il est affirmé que Jésus vivait en Palestine dans un pays où les gens s’appelaient Mohamed et Mounir, ce qui me me laisse pantoise…

Je signale que le terme « Palestine », dont l’étymologie remonte au mot « Philistins », et qui désigne la région de la Judée, provient des Romains qui renommèrent ce territoire de Provincia Judea en Syria Palæstina en 135, après la révolte de Bar Kokhba vaincue par l’empereur Hadrien, ce afin d’annihiler toute trace de vie juive au sein de cette partie du monde. Ce fin lettré chanté par Marguerite Yourcenar, cet amateur d’art et des belles lettres, en tant que garant de l’ordre de l’Empire, n’hésita  pas à réprimer avec la plus grande sévérité les révoltes de ses sujets. La plus célèbre est la révolte de Bar-Kokhba, qui secoue la Judée entre 132 et 135. Celle-ci semble provoquée par la décision d’Hadrien de rebâtir sur l’emplacement du Temple de Jérusalem (détruit par Titus à la suite dune révolte des juifs) un temple dédié à Jupiter alors qu’il séjournait dans la région entre 128 et 132 (1). Il commence à bâtir la colonie Ælia Capitolina sur une partie du site de la ville, ce qui provoque la fureur des Juifs. 12 légions participent à la répression. Les pertes romaines sont si effroyables que l’empereur renonce au triomphe après la victoire. Cependant, malgré les pertes, Hadrien finit par détruire la ville fortifiée de Bétar qui est le refuge de Bar-Kokhba et la population juive en est entièrement massacrée. Par la suite, Jérusalem est rasée et interdite aux Juifs. La présence de tout Juif est interdite dans une grande partie de la Judée et la province est réunie à la province romaine de Syrie pour former celle de Syrie-Palestine. Les responsables du judaïsme palestinien se regroupent en Galilée.(2)

Donc le choix du terme de Palestine intervient bien après la naissance ou la mort de Jésus qui était manifestement Juif et mourut en faisant son repas de Pâques, le seder. En ce qui concerne Jésus la seule preuve historique de son existence  et pas seulement de l’ordre de la « révélation » religieuse  que l’on a  consiste en deux lignes chez l’historien Joseph Flavius, un historien juif, collaborateur de Titus qui loue « les chrétiens » pour leur docilité face aux dits Romains alors que d’autres ne cessent de se révolter comme les zélotes. D’ailleurs, si dans les évangiles il  est souvent insisté sur le terme « roi des juifs », cela  renvoie à des révoltes permanentes des Juifs contre le souverain (juif qu’à moitié puisque iduméen ) Hérode qui avec l’aide des Romains a dépossédé la dynastie juive reconnue sur le plan religieux.

Donc pour revenir au nom  Palestine, ce nom renvoie aux philistins, un peuple dont la Bible place la capitale à Gaza, ayant dominé la région jusqu’à la conquête assyrienne de Teglath-Phalasar III aux environs de 750 avant Jésus Christ. Comme on dit Hadrien a été chercher loin, la référence… mais ce n’était pas si bête de la part de cet homme cultivé parce que la Judée est traditionnellement une zone de conflit entre Assyriens et Egyptiens, ce qui aux yeux d’un romain avait tout de même une autre importance stratégique que cette bande de bédouins monothéistes excités qu’étaient les hébreux. Notez que par la même occasion, Jérusalem est rebaptisée Ælia Capitolina, vous pourriez peut-être vous acharner à réclamer le retour à ce nom au point où vous en êtes de fureur iconoclaste et partisane sur l’histoire de cette contrée…

L’usage géographique du terme désignait des territoires à l’ouest et à l’est du Jourdain, ce qui effectivement renvoie au royaume d’Israël et à celui de Judas, mais aussi aux deux Etats. Les Romains désignèrent la région sous le nom de Palestina prima au sud et de Palaestina secunda  au nord. Durant l’époque des croisades, elle fut appelée « Terre sainte » par les croisés. Les Empires mamelouk et ottoman n’utilisaient le nom « Palestine » sous aucune forme, mais là où ça devient cocasse c’est que le terme a été exhumé sans doute par un fin lettré, après la Première Guerre mondiale, les principales puissances alliées ont appliqué le nom au territoire du foyer national juif  (San Remo, 1920) sous mandat britannique… Donc c’est pour désigner le foyer juif que l’on retrouve ce terme en tentant peut-être d’éliminer celui de Judée ou Israël un peu trop connoté.

Enfin je voudrais signaler que si je partage l’analyse de Maxime Rodinson qui dit que les palestiniens actuels à savoir les chrétiens, musulmans et juifs installés depuis toujours sur ce territoire sont probablement les descendants des anciens hébreux puisque à chaque répression et à chaque exil étaient concernés les rebelles et surtout les élites, les fellahs restaient sur leur terre. Il n’empêche à partir de là nier l’existence d’un peuple est une ânerie qui peut ravir les internautes anti-impérialistes ou les autres mais qui repose sur une définition inexacte de ce qu’est un peuple.Un peuple est TOUJOURS une construction historique, voir mythique (3) qui prélude à la nation. refuser lexistence dun peuple palestinien sous prétexte que sous l »empire Ottoman, il n’y a jamais eu de nation oupeuple de ce nom est une ânerie ne serait ce que parce qu’aujourd’hui dans leur lutte à l’existence  politique contre les Israéliens, ils ont acquis ce droit historique. De même vouloir faire des juifs une simple religion sans voir ce que l’existence de communautés familiales avec des relations de communautés à communautés et surtout l’abominable répression subie depuis des millénaires a créé cette réalité dont personnellement je pense qu’elle ne se confond pas avec Israël. Nier que cette répression, cette stigmatisation ait engendré une réalité historique, ait engendré un peuple qui ne se limite pas à une pratique religieuse, ni d’ailleurs à la reconnaissance d’israêl est accepter une définition « génétique » stupide de ce qu’est un peuple. Il est clair quune population qui tous les soirs de seder répète pendant deux mille ans : « l’an prochain à Jérusalem » et qui s’obstine à s’affirmer juive malgré l’aspect peu enthousiasmant d’une telle reconnaissance identitaire s’est construite historiquement, et que toute négation de cette identité ne peut que réveiller le sentiment de l’oppression. C’est Chomsky qui parlait du complexe de Samson, en notant la capacité suicidaire homicide dans ce cas. Peut-être qu’il faut si faire se peut arrêter de jouer avec le feu et de construire des solutions « politiques », sans manipulation identitaires.

Je sais bien que je suis une maniaque de l’Histoire et que j’aimerais que ma passion fut plus partagée, mais je vous en prie faites un effort et ne m’envoyez pas n’importe quelle élucubration… Quels que soient les nobles sentiments anti-impérialistes qui vous animent.

Danielle Bleitrach

(1) Pour la petite histoire et on sait combien les romains de Suétone à Pétrone en étaient friands, Hadrien était éperdument amoureux de son bel amant Antinoüs et ce grand bâtisseur s’obstinait à donner à chaque ville une statue dudit Antinoüs. Alors on peut effectivement rêver au malentendu… Non seulement Hadrien a voulu dédier le temple à Jupiter qui lui paraissait le plus proche parmi les dieux de celui de ces bédouins excités mais encore il leur a offert une statue d’Antinoüs pour décorer l’ensemble… On peut effectivement se dire que connaissant les manies de la région qu’il s’agisse des juifs orthodoxes, du Hamas au meilleur de sa forme ou d’un catholicisme disons polonais le cadeau aurait provoqué la révolte et donc la création de la Palestine, et sa recréation sous mandat britannique par un disciple de Lawrence dont les relations avec Fayçal Ibn Hussein furent peut-être tout aussi passionnelles… Ce qui valut la création de l’Irak dont le découpage correspondait exactement aux intérêts de BP… L’ancienne Assyrie…

(2) La Galilée qui se trouve être aujourdhui le lieu où l’on trouve les palestiniens Israéliens et souvent de confession chrétienne, avec une influence importante du parti communiste. Qui peut dire le mystère des descendances? Sans parler du fait quil y a toujours eu en « terre sainte » une importante présence juive, il suffit de lire larrivée des croisées à jérusalem ou encore le récit de voyage de Chateaubriand et d »autres…Eu tous ces pauvres bougres n’étaient citoyens de nulle part mais sujets de l’empire Ottoman, paradoxalement mais ce peut-être aussi positif c’est aujourdhui que tout le monde revendique une conscience nationale.

(3) le peuple français a ses propres mythes et la troisième république a été un grand moment y compris de la construction du mythe de la nation de Clovis à jeanne d’Arc en passant par Charlemagne (qui était plutôt allemand), avec les enjeux autour de ces personnalités que l’on tire vers la réaction ou vers le progrès. Ce qui ne signifie pas que l’histoire n’est pas une réalité mais qu’elle est aussi comme la mémoire un enjeu du présent.

Advertisements
 
4 Commentaires

Publié par le août 6, 2016 dans Uncategorized

 

4 réponses à “Le grand n’importe quoi des anti-impérialistes d’Internet…

  1. Candide

    août 6, 2016 at 8:24

    Je comprends totalement votre colère face à l’expression d’une inculture généralisée et à la fainéantise crasse de cette plèbe ronflante ((cultivée ou pas). Je partage fréquemment votre impression du jour quant au fait que les articles ne soient pas tous lus dans leur entièreté (je soupçonne même qu’il n’y ait que le titre seul pour d’aucuns) mais qui autorise toutefois beaucoup de commentateurs à étaler leur connaissances tronquées mais péremptoires. Je suis aussi fatigué que vous de me battre contre ce moulin à vent. Je me sens complice dans ce coup de gueule exutoire. Merci pour vos lumières. Cordialement.

     
  2. PATRICK GUILLOT

    août 6, 2016 at 12:11

    petite coquille irak (iran) de mossadegh

     
  3. histoireetsociete

    août 6, 2016 at 6:31

    merci, je vais corriger… mon clavier n’a plus de lettres inscrites, je tape au petit bonheur…

     
  4. Thoraise

    août 6, 2016 at 7:33

    Merci pour ce cours magistral d’Histoire: passionnant!
    (un nommé Michel Benoit, curé défroqué de droite et blogueur, confirme dans un de ses anciens billets que Jésus était un juif)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :