RSS

inconséquence

25 Juin

Depuis hier tout le monde parle de « choc », on a été jusqu’à constater comme Sarkozy, Hollande, Valls et consort que l’Europe ne fonctionne pas, mais je n’ai pas entendu un de ces types mettre en relation le refus de l’Europe avec le dumping social qui est imposé aux travailleurs et leur nouvelle loi travail… Pas un pour faire le lien entre ces mois de manifestations, de refus d’une loi de dégradation de leurs conditions, le rôle des diktats européens, la surdité de ce gouvernement, de ces « élites » médiatico-politiques et de ce vote britannique, et pourtant… Non il leur faut encore traiter comme des abrutis, des racistes ceux qui subissent de plein fouet leur politique… Rendez-vous compte les jeunes, ceux qui sont beaux, diplômés, les golden boys de la City, les nôtres quoi! ont tous voté pour l’Europe, les vieux, les moches , les édentés sont pour le Brexit…Il sont de plus en plus écœurants dans leur mépris du peuple…

Mais comment s’étonner d’une telle dérive quand je vois Pierre Laurent se vanter d’une position proche de celle du leader travailliste faisant campagne (incompréhensible) contre le Brexit, je me dis que tant qu’on aura ce gars-là à la tête du PCF, la rupture du PCF avec les couches populaires sera consommée. Ce mépris, cette vision politicienne est intolérable et fait monter le FN. Ce galimatias du pour l’Europe, pas celle-là, non celle que l’on va inventer on vous le jure… Comme Tsipras… Sans voir que tandis qu’il cherche la pierre philosophale de l’Europe rêvée, ils sont déjà tous en train de battre monnaie d’une réponse en terme d’intégration technocratique de l’Europe du capital et que c’est ce constat qui a poussé les masses britanniques à refuser le discours de leur leader et préférer celui des trublions de droite… Décidément ce dirigeant du PCF qui continue à pleurnicher après des primaires avec des « bons » socialistes » tous plus pro-européens que Tsipras, frondeurs, écolos ou n’importe quoi d’autre, alors que n’importe quel dirigeant conscient aurait déjà un candidat… ce gars qui nous a déjà infligé un congrès pour rien va nous mener jusqu’où derrière ces folies?

Bon je pars à Paris, des vacances amicales, un débat aux mille feuilles autour du bouquin sur Brecht et Lang, le nazisme n’a jamais été éradiqué… Titre prémonitoire, une gauche inconséquente, des bobos qui refusent de voir la réalité et qui se la jouent belles âmes nobles sur le dos de ceux qui n’en peuvent plus mène dieu sait où…

Ils ne veulent pas de l’Europe, ils en auront encore plus telle est leur conclusion… Parce que l’invraisemblable Barbier a donné le la médiatique: sans la Grande Bretagne on va pouvoir aller plus vite vers l’Europe fédérale, des institutions toujours plus coupées du peuple, le dumping social érigé en dogme et tous plus soumis que jamais aux diktats des commissaires… Ils se sont même réunis avec Moscovici qui n’a aucun titre à être présent dans un gouvernement français si ce n’est qu’il est commissaire européen..? Et pendant ce temps-là le responsable du PCF continue à proclamer qu’il faut comme Tsipras boire cette Europe-là jusqu’à la lie, comme le leader travailliste que sa base n’écoute plus.

Danielle Bleitrach

 
7 Commentaires

Publié par le juin 25, 2016 dans Uncategorized

 

7 réponses à “inconséquence

  1. daumy

    juin 25, 2016 at 6:34

    valls son maitre à penser est clemenceau le boucher de fourmis il fit tirer par l’armee les mineurs grevistes

     
  2. Jeanne Labaigt

    juin 25, 2016 at 6:41

    Ils reprennent aujourd’hui toute leur propagande.
    – E.Guigou fait la leçon sur France info pour réclamer, exiger docilité et soumission à des règles technocratiques renforcées, pour le bien des « sans dents « qui ne comprennent rien.
    – Un représentant anglais des expatriés de Dordogne dit qu’il ne s’en fait pas trop car ils vont bien trouver un moyen de s’en sortir comme cela a pu être fait en France en 2005.
    Bref, les grandes manoeuvres de contournement des résultats sont commencées.
    Le pire c’est bien sûr que le PCF de Laurent n’a aucune vision de classe et attend une réforme de l’Europe grâce à Podemos …

    Bon séjour à Paris, Danielle, merci de tes articles lucides et de ta détermination.

     
    • BEYER Michel

      juin 25, 2016 at 7:52

      De toute façon la « City » qui a plusieurs siècles d’existence, en a vu et subi des crises bien plus fortes que le « Brexit ». Il serait étonnant que dans les cartons ce résultat n’est été envisagé. Attendons-nous à des manoeuvres d’envergure pour retarder la mise en place des mesures à prendre, ou sinon refaire le coup de 2005. Je ne serais pas étonné de voir les « footeux » en première ligne dans cette affaire.

       
  3. brise-menu

    juin 25, 2016 at 8:42

    Apres des analyses considérant cet évenement comme une victoire de classe voici les thèses maoïstes nettement plus pessimistes :
    http://lesmaterialistes.com/pcfmlm-declaration-85-theses-brexit
    On peut ne pas partager leur différenciation entre capital industriel et financier ni croire a un futur bloc européo-russe s’opposant militairement à un bloc Anglo-Saxon mais le reste est intéressant et idéologiquement structuré.

     
  4. hervacacia

    juin 25, 2016 at 9:59

    FRABRICS is my slogan!

    ( in English and in French)
    The FRABRICS solution
    A few hours after the BREXIT victory, my reaction for France is : »Let’s get out of UE, that imperialist jail for the Peoples, uneasy accomplice of United States Imperialism.
    Let’s get closer with the other pole of globalization, around Socialist China (The BRICS, i.e. Brasil, Russia, Socialist China, South Africa). »
    My slogan is FRABRICS (France with the BRICS)!

    La Solution FRABRICS!
    Quelques heures après la victoire du BREXIT, ma réaction pour la France est :
    « Sortons de cette UE « Prison des peuples » impérialiste, plus ou moins complice des Etats-Unis impérialiste. Rapprochons nous de l’autre pôle de la mondialisation, autour de la Chine socialiste( les BRICS, soit Brésil, Russie, Chine socialiste, Afrique du Sud) . »
    Mon slogan, c’est FRABRICS (France avec les BRICS)!

     
  5. Serge BELLEMAIN

    juin 25, 2016 at 11:09

    Ce matin je lis le journal L’Humanité…désespérant! C’est ailleurs, dans Marianne, que je trouve une analyse de classe du Brexit.

    http://www.marianne.net/probleme-europe-c-est-peuple-100243883.html

    Comme disent mes amis algériens…quand on arrive au fond du trou, on continue de creuser ! Où s’arrêtera la direction du PCF et du PGE?

     
  6. Le Duff Jean

    juin 26, 2016 at 7:31

    Bonjour Danielle Bleitrach,
    Je vous connais de réputation, du temps où nous étions l’un et l’autre au PCF. J’y suis encore. Je ne sais pas si c’est encore votre cas mais ce n’est pas ce qui me préoccupe. Le PCF a perdu de son influence. Je pense que les causes en remontent aux années 60. Nous nous sommes embarqués dans le programme commun avec le PS en postulant que le niveau de conscience des électeurs serait suffisant pour contraindre le PS à respecter ses engagements. Nous nous faisions des illusions parce que notre analyse de la situation créée par l’avènement de De Gaulle n’a pas été suffisante.
    Nous avions bien observé l’osmose au niveau de l’État entre la haute fonction publique et les conseils d’administration des milieux d’affaires mais nous n’avons pas suffisamment prêté attention aux conséquences de la création de la CFDT qui fût de fait un instrument essentiel de la guerre idéologique qui provoqua de fait un recul des consciences quant à la reconnaissance de la lutte des classes comme fait objectif. Ne perdons pas de vue qu’un artisan essentiel de cette opération fût Jacques Delors qui adhéra au PS après avoir servi l’état gaullien et devint ministre des finances du premier gouvernement Mauroy en mai 1981
    Après moins de 21 mois d’existence pendant lesquelles quelques mesures progressives furent engrangées le PS rejeta de fait le projet politique du programme commun et de fait se plia idéologiquement au néo-libéralisme.
    33 ans plus tard je conçois qu’on puisse être critique à l’égard du PCF et de ses responsables mais je ne suis pas sûr que ce soit très constructif. J’observe en effet qu’aucune autre force politique révolutionnaire n’a pris sa place dans l’opinion sur le terrain qu’il n’occupait plus. Il faut donc admettre que les ravages idéologiques ne relèvent pas seulement de la responsabilité du PCF. Aujourd’hui les courants de pensée qui se réclame d’une politique alternative sont multiples et adoptent bien plus des postures de rivalité pour diriger le mouvement qu’ils ne pratiquent d’élaborations constructives.
    Dans ces conditions je me demande si les critiques de personnes contribuent à une évolution positive du rapport de forces. Je pose d’autant plus naturellement cette question qu’il me paraît que depuis le début de cette année, les gens qui discutent sont plus préoccupés de la méthode et des moyens pour remettre en question la politique de l’UE que des questions de personne. Dans le même temps, la diaspora communiste continue d’être présente sur tous les terrains de lutte.
    Pour rassembler n’est-il pas urgent de rechercher sur quels pré-requis devra être fondée une politique alternative pour pouvoir être efficace.
    Je me risque à proposer entre autres et sans chercher à être exaustif:
    – 1/ Le développement de l’Humain doit en être l’axe central.
    – 2/ La suprématie du champ politique sur tous les autres champs de l’activité humaine doit être affirmée. Les bonnes décisions opérationnelles en dépendent
    – 3/ Notre réalité s’inscrit dans un contexte de lutte des classes menée par une oligarchie de plus en plus prédatrice dont l’UE est une des superstructures opérationnelles.
    – 4/ Cette oligarchie ne règne que parce qu’elle s’appuie sur un certain nombre d’institutions administratives dont les agents de base sont confrontés aux même problèmes que les autres citoyens.
    – 5/ Reste à repérer les défauts de l’armure administrative de l’UE pour devenir capable de la paralyser.
    La suite se construira nécessairement en marchant. Il me semble qu’en histoire il est toujours illusoire de penser qu’on peut contraindre le réel à se conformer à une épure aussi parfaite soit-elle.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :