RSS

Vu de Russie : Les tanks d’Assad marchent sur Raqqa ou quelles sont les chances pour Damas et Moscou d’infliger à Washington une défaite politique majeure par Anton Mardasov

06 Juin

Танки Асада идут на Ракку

Quelles sont les chances pourDamas et Moscou d’infliger à Washington une défaite politique majeure, voilà une question qui a le mérite de poser les problèmes de fond… Mais l’article traduit par Marianne démontre surtout le caractère inextricable d’une situation où périodiquement des alliances conjoncturelles peuvent apparaître sur un fond d’antagonisme (note de Danielle Bleitrach)

Anton Mardasov

Photo: AP / TASS

http://svpressa.ru/war21/article/150054/

Chaque jour, la confrontation entre les deux coalitions autour de la « capitale » de l’ « Etat islamique » * Raqqa devient de plus en plus imprévisible. Ce n’est pas pour rien qu’est apparue dans les médias une comparaison avec le  « Berlin de 45 » lorsque l’Allemagne était également attaquée des deux côtés. Mais à l’époque, il y avait une alliance au moins formelle entre l’Union soviétique et les Anglo-Saxons, alors qu’en Syrie il n’y a en pour le moment pas.

Le 5 juin, après une tempête de sable, les troupes gouvernementales syriennes ont repris leur offensive dans l’ouest de la province de Raqqa, frappant immédiatement les positions de l ‘ «Etat islamique». La nature a contraint à des ajustements dans le plan d’opération, qui a dû être arrêté le 4 juin. Actuellement, les troupes syriennes sont à environ 30 kilomètres à l’ouest de la base aérienne stratégique Tabka – c’est la première fois qu’elle s’approche à une telle distance de cette installation militaire depuis sa capture par les rebelles en août 2014.

« SP » a déjà donné la nouvelle que le 30 mai à la frontière entre les provinces de Raqqa et Hama  le groupe des troupes gouvernementales a reçu des renforts pour la préparation de l’offensive. Il s’agit d’environ 4.500hommes de la 4ème Division d’élite mécanisée, que, selon certains rapports, supervise personnellement le frère du président Maher al-Assad, la Syrie et de l’infanterie de marine syrienne, ainsi que la division commandée par le général à la retraite Mohammed Jaber « les faucons du désert »,  des forces de défense nationale, le parti social nationaliste syrien (PSNS), ainsi que des milices palestiniennes. Selon certains rapports, il y a aussi des conseillers militaires russes.

 

Dans la nuit du 3 juin, ces forces ont lancé une offensive dans la direction de Raqqa, dont la capitale est déclarée par des militants de Daesh «capitale du Califat ». Ayant repris un carrefour de route près du village Zakia, les troupes syriennes sont entrées sur le territoire de la province et avancé en profondeur le long de la route Salaam-Raqqah (Route 42), malgré la présence de bombes et engins explosifs artisanaux.

 

Les médias syriens et russes se sont précipités pour gonfler l’importance de ce fait, au moment où, disent-ils, les «forces pro-américaines kurdes-arabes démocratiques de la Syrie» (FDS) sont au point mort dans la province du nord de Raqqa. Par souci d’équité, nous notons que, d’une part, la coalition pro-américaine, en dépit de la résistance rebelle, continue lentement mais sûrement à «grignoter» les zones habitées. Malgré le fait qu’une partie des forces de la coalition soit occupée à l’assaut de Manbij dans la province d’Alep – un couloir de transit pour les militants de Turquie en Syrie, – et au transfert de renforts sur le fleuve Euphrate.

 

Deuxièmement, les Syriens en février de cette année étaient déjà environ 40 kilomètres de la base aérienne de Tabka (le 16 février l’armée syrienne est fière d’annoncer qu’ils avaient réussi à prendre une autre hauteur dans la province de Raqqa – la hauteur numéro 7 à Jebel Ahed près de Zakii). Déjà alors, les Syriens avaient annoncé la prise imminente de cette installation militaire, mais plus tard y avaient renoncé prétendument en raison de l’accord sur le cessez-le-feu de la fin février. Ce qui est peu probable, car la trêve n’a pas empêché à la fin de mars avec le soutien des forces russes et étrangères de chasser Daesh de Palmyre – plus important du point de vue médiatique, même si c’est aussi une position stratégique (située au carrefour dans le centre du désert syrien). La prise de contrôle de la ville a ouvert la voie pour l’armée syrienne à Deir ez-Zor, où depuis plusieurs années reste bloqué un groupe de l’armée syrienne. Cependant, l’attaque annoncée n’a pas eu lieu. Au lieu de cela, les troupes syriennes ont intensifié à nouveau les combats dans la direction de Raqqa, en dépit de la nécessité de se regrouper dans le sud d’Alep, où les militants de la coalition djihadiste continuent de mener des raids réussis dans le secteur de Tuman Khan.

 

Paradoxalement, les manœuvres des troupes de Bachar al-Assad à Raqqa dans cette situation sont moins dangereuses que les opérations à Alep. Sans parler de l’attaque sur le nord de la province, où le couloir entre la frontière avec la Turquie et les villes de Azaz Jarabulus les rebelles continuent de recevoir des renforts. En outre, il est peu probable que les Syriens et leurs alliés prennent d’assaut directement Raqqa. Au contraire, leur objectif –est de reprendre la base aérienne de Tabka,un objectif réaliste, étant donné le relief plat et la faible densité de population.

Fait intéressant, la direction du FDS a modifié à deux reprises ses plans pour l’attaque de Raqqa, qui a commencé le 24 mai: d’abord, a été décidée une offensive supplémentaire sur la quatrième direction dans la zone de la base aérienne Tabka qui, par une étrange coïncidence, est attaquée aussi par les Syriens, et ensuite seulement se lancer à l’assaut de Minbej.

 

Pourquoi la ville Tabka et la base aérienne située à côté est-elle si importante, à la fois pour les Syriens, et SDF? Tout d’abord, il est important de saisir ces objets à partir d’un point de vue politique – en termes de qui se bat mieux contre le terrorisme dans la région. Deuxièmement, le contrôle de la ville de Tabka par les forces gouvernementales est un avertissement à la coalition d’opposition SDF, en premier lieu aux Kurdes et aux Américains qui sont derrière eux. Troisièmement, Tabka est un tremplin commode pour l’attaque future sur Raqqa. Quatrièmement, dans la région sur le fleuve Euphrate se trouve le plus grand barrage hydroélectrique de Syrie(construit en 1968-73, avec l’aide active de l’Union soviétique), le barrage qui forme un grand réservoir. Et l’eau est connue pour être une ressource importante dans le climat aride de la Syrie …

 

Dans ce contexte, dans la communauté des experts et les médias se sont multipliées les discussions sur le fait que la présence militaire russe en Syrie peut être augmentée. Tout d’abord, le groupe mixte de la base aérienne Hmeymim peut être complété par un certain nombre de bombardiers Su-24M et Su-34. Deuxièmement, des détachements supplémentaires de forces spéciales peuvent être déployés dans la RAS, ainsi que la formation des volontaires, ou comme on les appelle, «pèlerins». Pour rappel, le 25 mai a expiré l’ultimatum du ministre de la Défense Sergueï Choïgou pour la démarcation de l’opposition syrienne par rapport aux troupes de l’organisation terroriste « Al-NusraDzhebhat » **. Plus tard, le porte-parole du département militaire Igor Konashenkov a dit que le Ministère de la Défense a décidé de reporter les frappes–jusqu’à la démarcation des formations armées face à « an-Nusra ».

 

– Les forces gouvernementales en l’absence d’un front continu doivent combattre sur plusieurs fronts à la fois. Mais une offensive en profondeur dans la province de Raqqa est maintenant considéré évidemment comme prioritaire, – a déclaré le directeur adjoint de l’Institut d’analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine.

 

– Et puis, la comparaison avec la bataille de Berlin est vraiment appropriée, car on observe une volonté de chacune des parties de dépasser l’autre dans le rapprochement du centre administratif, puis dans l’assaut final. Ainsi, on voit une situation paradoxale – tous en Syrie se battent contre tous, bien que souvent les rivaux s’aident indirectement.

 

Les Américains et les Kurdes ont apparemment surestimé leurs forces, c’est pourquoi ils ont dû changer leurs plans et maintenant faire valoir que l’attaque sur Minbej est plus importante. En ce qui concerne l’armée gouvernementale, il est clair qu’elle n’est pas assez forte pour s’attaquer à Raqqa. En ce sens, un renforcement de la présence militaire russe en Syrie aurait l’air logique. Si nous nous sommes engagés dans cette guerre, il est nécessaire de la terminer plus ou moins de succès. Cependant, à notre époque, il est difficile de dire quels sont les critères de succès, parce que maintenant les guerres sont de type postmoderniste. Beaucoup croient qu’il est plus important de se déclarer le vainqueur, que de gagner vraiment. Cependant, à côté des images médiatiques, il existe quand même une sorte de réalité qui doit être observée, et qui dicte le renforcement de l’aide russe « sur le terrain ». Encore une fois, puisque nous avons été entraînés dans la guerre, il est nécessaire de la mener à bien, sinon il sera difficile de la présenter comme victorieuse, malgré tous les efforts des professionnels de la communication.

 

– La chose principale maintenant, c’est qui seront les premiers à parvenir au centre administratif de la province de Raqqa. À ce jour, les positions avancées des troupes d’Assad sont à moins de 100 km de la ville, tandis que le FDS est à environ 30 km, – remarque le directeur du Centre pour l’étude du Moyen – Orient et Asie centrale Semen Bagdasarov.

 

– Mais le problème est que les Kurdes ne sont pas désireux de prendre Raqqa, de subir des pertes pour cela, dans la mesure où il faudra de toute façon en partir pour la laisser aux Arabes laisser aux Arabes. Par conséquent, ils tentent de ralentir le rythme de l’offensive. Un objectif beaucoup plus important pour eux est Minbej, qui ouvre la voie à Jarabulus, qui est important pour les Kurdes en termes de connexions des trois cantons.

 

Par conséquent, avec notre soutien les Syriens ont encore une chance de prendre Raqqa, car il est clair que si elle prise par l’autre coalition, Damas aura peu de chances de récupérer ces territoires. J’imagine aussi que nos diplomates et conseillers ont clairement fait savoir aux Kurdes que s’ils prennent Raqqa, la force aérienne russe ne mènera pas d’opérations dans le couloir entre Azaz et Jarabulus–dans la mesure où c’est, pour ainsi dire, notre espace aérien de responsabilité, et non un secteur américain. En général, la situation est difficile avec beaucoup de courants souterrains. En effet, nous n’avons pas accepté le cessez-le-feu de gaîté de cœur – Moscou, apparemment, a décidé de ne pas risqué une grande guerre régionale. Mais tôt ou tard, le couloir à la frontière syro-turque devra être fermé.

 

* « Etat islamique » (IG LIH), reconnu par la Cour suprême de la Fédération de Russie du 29 Décembre 2014 comme une organisation terroriste, ses activités sur le territoire de la Russie sont interdites.

 

** « Dzhebhat en-Nusra » reconnu par la Cour suprême de la Fédération de Russie du 29 Décembre 2014 comme une organisation terroriste, ses activités sur le territoire de la Russie sont interdites***.

*** Mentions obligatoires dans toute la presse russe [NdT]

 Traduit du russe par Marianne Dunlop pour histoire et societe

 
2 Commentaires

Publié par le juin 6, 2016 dans Amérique, Asie, Europe, guerre et paix

 

2 réponses à “Vu de Russie : Les tanks d’Assad marchent sur Raqqa ou quelles sont les chances pour Damas et Moscou d’infliger à Washington une défaite politique majeure par Anton Mardasov

  1. salimsellami

    juin 6, 2016 at 10:16

    A reblogué ceci sur salimsellami's Blog.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :