RSS

Faut-il limoger François Lenglet (et David Pujadas) ?

02 Juin

Je suis d’accord avec l’article, si ces deux individus qui déshonorent le métier de journaliste étaient limogés, le système de propagande qui tient lieu d’information en France les remplacerait bientôt… Il faut en finir avec nos naïvetés sur ce qu’on peut attendre de ces gens-là et de ceux qui les emploient. Comme nous disions jadis, l’idéologie est toujours celle de la classe dominante et ceux qui sont considérés comme aptes à la diffuser par les capitalistes doivent toujours plus ou moins donner des gages. Apprendre à lire les médias est plus utile que rêver qu’en remplaçant le petit personnel odieux on aboutira à quelque chose (note de Danielle Bleitrach)

David Pujadas et François Lenglet lors de l'émission Des Paroles et des actes du 20 mai 2016.

« Des paroles, des actes et des omissions », écrivais-je ici  vendredi dernier. Et des élucubrations, dois-je ajouter aujourd’hui. En attaquant Jean-Luc Mélenchon dans l’émission politique de France 2, François Lenglet a provoqué rien moins qu’un incident diplomatique avec la Bolivie. Obligeant la chaîne et le chef du service éco à publier un piteux démenti et à couper le passage de l’émission contenant des accusations mensongères contre Evo Morales.

François Lenglet avait en effet accusé Jean-Luc Mélenchon de soutenir un dirigeant « corrompu » : « La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques. » Or, la « petite amie de M. Morales » ne l’est plus depuis dix ans, « le fils du président » n’a jamais existé et la justice a totalement innocenté le président bolivien, en réalité victime d’une machination destinée à lui faire perdre le référendum du 21 février dernier.

Résultat, l’ambassade de Bolivie publie un communiqué  condamnant les « propos démesurés, le manque d’information et de prudence de François Lenglet » le conduisant à répandre des « calomnies sans fondement ». De leur côté, des téléspectateurs de France 2 adressent une pétition à la présidence de France Télévisons pour demander le « limogeage de François Lenglet ». Et pourquoi ne pas réclamer celui de David Pujadas, tant qu’on y est ?

« Une donnée centrale : qu’en pense l’opinion publique ?,demande le présentateur lundi dernier. Quel avis sur la loi travail ? Quel avis sur les grèves ou les blocages ? » C’est très simple, pour savoir ce que pense l’opinion publique, il suffit de réaliser un micro-trottoir. « Un conflit qui n’en finit plus et des Français qui ont bien du mal à savoir ce qu’il faudrait faire pour y mettre un terme », prévient le commentaire.« Continuer, arrêter, négocier ? », demande un reporter. « C’est difficile… », tergiverse un Français. « On voit parfois des combats de titans, là c’est un combat de vermisseaux entre un gouvernement faible et une CGT faible », observe un autre Français qui a bien suivi les JT. « Je suis contre aussi bien le gouvernement que la CGT qui est provocatrice », s’insurge une Française hostile à la radicalisation du syndicat.

Le micro-trottoir s’interrompt pour laisser place à une autre mesure de l’opinion publique, le sondage. En l’occurrence, celui réalisé par l’Ifop pour le JDD, que le commentaire de France 2 reprend en transformant comme d’habitude les sondés en « Français » : « 46 % des Français estiment qu’il faudrait retirer la loi travail, 40 % qu’il devrait être modifié, seuls 13 % le garderaient en l’état. » C’est insensé, il y a seulement 1 % d’indécis ! Pourtant, le commentaire assurait que « les Français ont bien du mal à savoir ce qu’il faudrait faire », témoignages à l’appui. Les « Français » auraient donc dû se ruer sur la réponse : « Ne se prononce pas ».

Brice Teinturier, brillant sondologue de l’Ifop, livre une analyse aussi pertinente que celle du journaliste du JT : « Cette loi est rejetée parce qu’elle n’est pas comprise… » Traduction : les gens sont trop cons pour comprendre. « … Parce qu’elle suscite des inquiétudes [irrationnelles, ndlr] et qu’elle n’apparaît pas comme un levier efficace pour améliorer la situation de l’emploi. » Là-dessus, tout le monde est d’accord, du Medef à la CGT. « Mais paradoxalement, reprend le commentaire, celui qui porte cette colère ne suscite pas l’adhésion : 67 % des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez, 33 % apprécient le leader de la CGT. » Cette fois, France 2 reprend un sondage d’Odoxa pour Le Parisien. Un sondage publié avec une petite note de la plus grande importance : « 32 % ne le connaissent pas assez pour s’exprimer. »

Affirmer que « 67 % des Français ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez » s’apparente donc à une grossière manipulation. Mais ça prenait trop de temps de dire : « Si l’on retire les 32 % de Français qui ne se prononcent pas, 67 % ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez. » « Alors gouvernement ou syndicats, à qui la faute ? », reprend le commentaire pour introduire… un nouveau micro-trottoir ! Surnommé le « degré zéro du journalisme ». Alors, quand un micro-trottoir a pour objet de vérifier auprès des « Français » les opinions exprimées dans les sondages par les « Français », c’est le degré zéro au carré.

« Ici, à Nice, voici la réponse la plus entendue » à la question « A qui la faute ? ». « Un peu des deux, juge  un passant. Le gouvernement ne veut pas discuter et les syndicats prennent les Français en otage. » Il ferait beau voir l’inverse. Sur des images de devantures de magasins martyrisés, le commentaire interroge : « Que faut-il faire ? » Un micro-trottoir. « A Rennes, où de nombreux commerces portent encore les stigmates des manifestations violentes, la lassitude a gagné mais les avis pour en sortir divergent. » Un opposant et une zélatrice de la loi travail s’expriment à égalité, la voix off conclut : « En tout cas, l’inquiétude s’est installée dans le pays. » Une inquiétude mesurable : « Qu’il soient pour ou contre la loi, les deux tiers des Français craignent une paralysie générale du pays. » Une fois n’est pas coutume, je me garderais de critiquer cette donnée : elle n’est pas sourcée. Une bonne manière d’éviter d’en discuter.

David Pujadas réapparaît peu après pour rappeler qu’« une branche de la CGT avait fait polémique en diffusant des affiches contre les violences policières. Une enquête préliminaire est ouverte. Le responsable du syndicat a été entendu. » Enfin, la justice se décide à sévir, il était urgent de m’en avertir. « Ces affiches ont fait scandale parmi les forces de l’ordre, commence la reporter. Il s’agissait d’une campagne de la CGT qui dénonçait des violences policières soi-disant commises au cours de ces dernières semaines dans les manifestations. »

« Soi-disant commises », effectivement, puisqu’aucun blessé n’est à déplorer depuis janvier – selon les experts de BFMTV, seule une entorse de l’auriculaire aurait été causée par les forces de l’ordre. Ceux qui prétendent que la police éborgne les manifestants se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Et après, ils viennent se plaindre d’avoir reçu un tir de flash-ball.

La reporter laisse dix secondes pour s’exprimer au syndicaliste auditionné par les policiers suite à une plainte pour diffamation. « On n’acceptera pas qu’on nous grignote le moindre centimètre de liberté d’expression. » Survient une image de policiers livrés aux flammes des casseurs :

« Pour les syndicats policiers, cette audition n’est qu’une première étape, elles souhaitent que les affiches disparaissent du site Internet de la CGT », reprend la journaliste, laissant dix secondes pour s’exprimer aux « syndicats policiers », représentés par Alliance : « Nous ne sommes pas des brutes épaisses comme le laisse entendre cette affiche. » Survient une image de casseurs cagoulés dans la fumée des lacrymogènes. Ce que laissent entendre les images de France 2, c’est que les policiers sont les seules victimes de violences lors des manifestations.

Ces deux sujets le prouvent, David Pujadas n’est pas seul en cause. Il faut toute une hiérarchie, une rédaction (complice ou malmenée) et un ensemble de conditions de production pour parvenir à un journal aussi désolant. C’est ce que décrit brillamment Usul dans sa dernière vidéo,  que je vous conseille vivement. « David Pujadas n’est pas le problème, diagnostique le vidéaste. Mettez n’importe qui à sa place, vous obtiendrez le même résultat. » Pareil pour François Lenglet. A quoi sert donc de le limoger ? Celui qui serait choisi pour prendre sa place ne ferait sans doute pas mieux.

« En attendant, que faire du JT de France 2 ?, s’interroge Usul en conclusion.Moi, je l’ai trouvé plutôt intéressant. Il nous renseigne très bien sur les préoccupations et l’opinion des journalistes dominants, parisiens, plutôt proches du pouvoir politique et économique. Et c’est tout ce qu’il faut en attendre. » Quand même, consacrer chaque jour quarante minutes à la compréhension des préoccupations de nos élites, n’est-ce pas exagéré ?

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le juin 2, 2016 dans Uncategorized

 

3 réponses à “Faut-il limoger François Lenglet (et David Pujadas) ?

  1. simione alain

    juin 3, 2016 at 1:54

    Il faut se faire respecter! C’est important!Il est logiqueet nécessaire de demander le licenciement de LENGLET et de le justifier! Pour PUJADAS idem! Si les journalistes sont nazis sous prétexte que leurs remplaçants le seront aussi on se tait et on attend? Quoi, le déluge? Là comme ailleurs il faut se battre , agir, convaincre…et se faire respecter! Licenciement de LENGLET mise en cause de la rédaction!

     
  2. simione alain

    juin 3, 2016 at 1:57

    Il faut former un observatoire des médias du pouvoir politique et économique et attaquer tout déraillement et manipulation. La question de terme d’otages contre un syndicat dont nombre de militants ont été assassinés y compris comme otage par les nazis, la gestapo, la milice ou les socialistes cela doit être attaqué! cela suffit!

     
  3. simione alain

    juin 3, 2016 at 2:01

    De même en ce qui concerne la politique étrangère notamment le soutien au régime pro nazi- pro USA d’UKRAINE! En France existe la loi interdisant la banalisation du nazisme et HOLLANDE les soutient ! Il faut envisager un comité pour attaquer ces politicards véreux favorables aux salopards nazis soutenus par les USA. Les représentants US doivent être mis sous pression aussi!

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :