RSS

Derniers sondages: Record d’impopularité pour Valls. Juppé rattrapé par Sarkozy…

28 Mai

Interrogé en marge du sommet du G7 qui se tient actuellement au Japon, le président s’est montré très clair à propos de son Premier ministre : « il a dit ce qu’il fallait dire ». Une posture que confirme au Point.fr un hollandais historique : « ces trois derniers jours, le président a été totalement en phase avec Manuel Valls».

Qui sera le plus impopulaire des prétendants en situation de l’emporter? 

Mélenchon dans sa nouvelle métamorphose prétend occuper une position entre Mitterrand et Bernie Sanders, qui en France représenterait un candidat de centre gauche, mais qui a avec Mitterrand le trait commun de jouer au-dessus des partis. On peut s’interroger sur la parenté de la situation américaine et française. Au titre des ressemblances,  il y a  l’impopularité caricaturale des candidats « officiels », sélectionnés par le « système » y compris des primaires, mais qui ne sont que des filtres pour l’Etablissement, c’est-à-dire en clair le capital. De ce point de vue effectivement à la veille des présidentielles, nous avons une situation comparable à celle des Etats-Unis où celui qui a des chances d’être élu président, Clinton et Trump, bat des records d’impopularité, . Cependant comparaison n’est pas raison et la France n’est pas les Etats-Unis. C’est à la lumière de la grande colère ouvrière qu’il faut analyser les sondages: le refus d’une politique néo-libérale prônée par tous les prétendants officiels, des Républicains au PS, et le flou plus ou moins marqué des autres. Une politique symbolisée par la loi khomri dans lequel le rôle de l’Europe est essentiel. Il me semble qu’on le veuille ou non que la situation politique française continue à articuler nation et lutte des classes, et dans une certaine mesure c’est ce qui en fait un « modèle  » européen, aussi irritant que fascinant. Supprimer l’un des termes est impossible. C’est pourquoi au-delà des Institutions en crise, d’un présidentialisme et d’un bi-partisme qui fait eau de toute part, il y a vraiment une résistance qui dépasse l’opposition entre les intellos de Bernie et les couches populaires, les petits blancs de Donald, voire la clientèle afro-américaine de Clinton. Il y a au contraire dans le mouvement de résistance français, un refus non communautariste, national mais qui pointe encore et toujours les  intérêts de classe opposés, cela donne une adhésion à un mouvement contre une politique  antisociale, un autoritarisme non démocratique. C’est ça qui est en cause et qui n’a pas encore trouvé sa perspective politique et aucun candidat alternatif à la gauche officielle ne parait en situation de faire de ces élections présidentielles l’enjeu politique central qu’institutionnellement elle devrait être. Donc attention aux analogies et il faut au contraire prendre garde à la fascination qu’exerce sur nos médias la situation américaine et la tentation permanente à  l’analogie.  Mais voici quelques sondages tombés aujourd’hui 28 mai 2016.

Sondage BVA mai 2016
©Orange.fr
BVA, publié le samedi 28 mai 2016 à 18h00
Seuls 24% des Français ont une bonne opinion de Manuel Valls comme Premier ministre, soit 6 points de moins qu’en avril et 15 points de moins qu’en janvier. C’est son plus mauvais score depuis son arrivée à Matignon.
Dans un contexte de tension sociale, Manuel Valls perd surtout des points auprès des sympathisants de la gauche non socialiste (8%; -13).

Popularité: Valls au plus bas à Matignon, Sarkozy gagne 10 points chez Les Républicains (sondage BVA)
Politique
Sondage : Hollande baisse encore
Il continue en revanche de bénéficier du soutien majoritaire des sympathisants PS (59%), même si sa popularité s’érode également auprès de cette population (-3 points depuis avril, -5 points depuis mars).

La cote de popularité de François Hollande se stabilise à son plus bas niveau
La cote de popularité du président de la République demeure très faible (19%). Comme pour son Premier ministre, la cote de popularité du Président résiste auprès des sympathisants PS (57%; +1) mais recule chez les sympathisants de la gauche non socialiste (16% ; -6).

Probable cause de cette impopularité massive de l’exécutif, la politique gouvernementale n’a jamais paru aux yeux des Français aussi peu juste (17%; -4) et efficace (9%; -1).
Des sympathisants de la gauche toujours divisés
A gauche, la hiérarchie des personnalités que l’on souhaite le plus voir jouer un rôle à l’avenir est toujours très différente selon sa proximité partisane détaillée, au point que le classement général, qui place Christiane Taubira en première ligne, peut paraître réducteur. Une popularité par défaut peu susceptible de satisfaire l’électorat et surtout ceux qui aujourd’hui refusent en priorité la politique néo-libérale du gouvernement.

Les sympathisants PS continuent de plébisciter des personnalités gouvernementales (Bernard Cazeneuve : 65%, Najat Vallaud Belkacem : 60% et Jean-Yves le Drian : 58%) tandis que les sympathisants de la gauche non socialiste mettent en avant Jean-Luc Mélenchon (62%), Christiane Taubira (60%) et Martine Aubry (55%).

A droite, Alain Juppé est rattrapé par Nicolas Sarkozy. Après ses déclarations dans le sens là encore du néo-libéralisme, de l’austérité et son rapprochement avec la politique gouvernementale, il perd son aura d’homme d’Etat quasi gaullien.

Si Alain Juppé conserve la tête de notre classement des cotes d’influence auprès de l’ensemble des Français (46%; -4) et auprès des seuls sympathisants de droite (69%; -2), il apparaît en retrait par rapport à notre précédente vague d’enquête. Il perd notamment des points auprès des personnes se disant proches des Républicains (69%; -7), tout comme Bruno Le Maire (62%; -5). Il est clair que si une certaine « gauche » à la Cohn-Bendit pouvait il y a peu proclamer son intention de voter pour Juppé comme une alternative, le mouvement de résistance à la loi khomri ne peut pas se reconnaître dans le petit jeu mené par les Républicains pour savoir qui ira le plus loin dans la « réforme ».

A l’inverse, Nicolas Sarkozy bénéficie d’une dynamique positive, aussi bien auprès des sympathisants de son parti (63%; +10) qu’auprès de l’ensemble des sympathisants de droite (44%; +8). S’il ne parvient pas à dépasser Alain Juppé, il se rapproche de l’ancien Premier ministre auprès de cette cible stratégique dans la perspective de la primaire. Bref, la droite fait le plein de sa clientèle mais est en train de perdre de sa capacité à rassembler au-delà.

Et  une majorité de français ne souhaite, selon divers sondages, pas plus qu’il se représente qu’il ne souhaite voir François Hollande se représenter.

Il reste donc à approfondir ces caractéristiques de la société française si l’on veut se poser la seule vraie question qui devrait concerner des communistes, des gens de gauche; quel parti, quelle force politique peut-elle aujourd’hui non pas seulement sélectionner un candidat aux présidentielles et aux élections qui suivront, mais quelle est la force politique la plus appropriée pour favoriser l’intervention populaire…

Danielle Bleitrach

 

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le mai 28, 2016 dans medias

 

Une réponse à “Derniers sondages: Record d’impopularité pour Valls. Juppé rattrapé par Sarkozy…

  1. Gourmel

    mai 29, 2016 at 8:12

    Je m’étonne que même sur le site de BVA on ne trouve pas de détails sur ce sondage, ni l’échantillon, ni les questions vraiment posées, comme la Loi l’exige ? ! Juste un commentaire politique. Curieux, d’autant plus que l’on sait que les 2/3 des gens qui soutenaient Valls étaient de droite – évidemment les médias et politiques qui rabâchent que Valls est de gauche évitent ce genre de question gênante – qu’en est-il aujourd’hui ? Combien peut-il y avoir aujourd’hui de sympathisants socialistes ? Une infime minorité quelques dizaines de milliers qui ne sont peut être pas quantifiés dans un sondage de population globale s’ils ne sont que 1؉ ou même 1 % ? le détail de leurs opinons ne peut être mesuré correctement; c’est soit du hasard, soit inventé, soit il y a eu 2 sondage différents : 1 sur la population globale française, 1 sur les sympathisants PS.
    *Il faut rechercher une explication à ce mystère étrange !
    Source du sondage :
    http://www.bva.fr//fr/sondages/observatoire_de_la_politique_nationale/observatoire_de_la_politique_nationale_-_mai_2016.html

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :