RSS

Manœuvres (militaires) en Pologne par Higino Polo

25 Mai

Cet article écrit par un ami espagnol pour la revue Viejo Topo, d’une part insiste sur les menaces de guerre qui s’accumulent en Europe (et en Asie), par l’hostilité des USA, relayée par l’UE qui dans le même temps invente que cet encerclement répondrait à une menace chinoise et russe et double cette hostilité militaire d’une propagande et d’une déstabilisation manifeste dans ces pays sous le prétexte de contrer une hypothétique propagande russe. Nous avons ici le contexte de la répression qui s’abat en Europe et singulièrement en Pologne contre les communistes et les militants pacifistes. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)

Manœuvres (militaires) en Pologne

Dans cette  seconde quinzaine  du mois de mai 2016, les troupes de l’OTAN se préparent à mener des exercices militaires ( Brilliant Jump 2016 ) en Pologne il y a les «forces de déploiement rapide» de ceux qui prétendent apporter une « aide militaire à la Pologne, à l’ Estonie, à la Lettonie et à la Lituanie « .

Les fantassins, ainsi que des avions, des navires et des forces d’opérations spéciales seront déployés sur le sol polonais, ils  effectueront un atterrissage à Szczecin (sur la frontière germano-polonaise) et des manœuvres à Żagań (plus au sud, presque au sommet de la frontière entre l’Allemagne, la Pologne et la République tchèque). Ces forces de déploiement rapide, composées annuellement par des soldats d’un pays de l’OTAN, sont  des militaires espagnols cette année.

L’opportunité politique de ces manœuvres est douteuse, surtout à un moment où Moscou cherche à renforcer la voie de la négociation à Genève pour arrêter la guerre syrienne, et alors que le déploiement de bouclier antimissile américain et la méfiance croissante entre Washington et Pékin autour de différends dans la mer de Chine du Sud, compliquent les relations entre les grandes puissances, et ont accumulé  les problèmes dans une stabilité internationale précaire. Cependant, les États-Unis et l’OTAN continuent d’accumuler des  troupes près de la frontière russe, avec l’excuse de « répondre à la menace russe » dans un contexte de tension accrue entre Moscou et Washington. Le nouveau rôle de la Russie sur la scène internationale n’est pas du goût du gouvernement des États-Unis : il est clair que le Pentagone est préoccupé par les performances de l’aviation russe en Syrie, qui a permis au gouvernement de Damas de reprendre l’initiative…

L’augmentation des troupes de l’OTAN en Europe de l’Est, et la succession des manœuvres autour de l’arc qui va de l’Estonie jusqu’à la mer Noire, ainsi que le déploiement du bouclier antimissile (à la base de Deveselu, en Roumanie, et bientôt, en Pologne), trouve également son double en Asie, où les Etats-Unis augmentent leur présence et les patrouilles dans la mer de Chine méridionale (sous le prétexte de «garantir la liberté de navigation»), autour de la péninsule coréenne et dans les eaux autour des Philippines au large de la côte chinoise. Que Moscou et Pékin, tous deux,  se montrent préoccupés par la multiplication des gestes hostiles n’émeut pas le Pentagone, qui pour justifier ses actions soulève la doctrine de la « menace russe », en utilisant la crise en Ukraine (en oubliant  l’implication américaine dans la coup d’Etat en 2014, les moyens d’aide économique qui sont à l’origine du Maidan, et de la formation militaire des groupes d’opposition en Pologne pour renverser le gouvernement de M. Ianoukovitch) et l’incorporation de la Crimée à  la Russie  (niant la validité juridique du référendum populaire) et la thèse absurde « l’expansionnisme chinois », cachant que Pékin n’a pas dans le monde un seul soldat en dehors de ses frontières, ce qui contraste fortement avec le déploiement américain dans des dizaines de pays sur les cinq continents .

Manœuvres (militaires) en Pologne

Il n’est pas surprenant que Moscou et Pékin interprètent ces actions comme une menace possible de guerre, et sans doute comme une nouvelle course aux armements, à la vue de la complicité américaine ou du moins son silence, sur les actions la guerre en Syrie organisée par ses alliés turcs, saoudiens et israéliens, engagés dans des relations troubles avec Daesh et protagonistes d’attentats contre l’armée de Bachar al-Assad et l’envoi des commandes spéciales pour fonctionner à l’intérieur de la Syrie. Le gouvernement nord américain prétend ignorer les préoccupations de Moscou, dont la diplomatie n’a jamais cessé d’insister sur le fait que la présence de  l’armée  de l’OTAN  aux frontières de la Russie ne peut, en aucun cas, être interprété comme un signe de la détente, d’amitié ou avoir pour finalité la collaboration entre les grandes puissances pour maintenir la paix et la stabilité sur la planète.

En outre, l’Union européenne, toujours à la remorque des décisions des États-Unis, a approuvé la Task Force STRATCOM EAST UE , un programme qui est déjà opérationnel, avec l’intention de « contrer la propagande russe » selon les termes de  la Commission européenne. Cette initiative est destinée au territoire russe, en plus de l’Ukraine, de la Biélorussie, de la Moldavie, de la Géorgie,de l’Arménie et de l’Azerbeijan; c’est-à-dire  toutes les anciennes républiques soviétiques d’Europe ( à l’exception des trois pays baltes, déjà intégrés dans l’OTAN et les cinq d’Asie centrale). Le but de cette opération est claire: il s’agit d’assurer le financement des médias et des organisations de l’opposition, de recueillir des informations, et de  l’influence (et éventuellement se créer des activistes) chez les personnes qui travaillent dans les centres politiques, dans les associations et culturelles. La Commission européenne a admis que les réseaux qu’ils ont  l’intention de créer dans ces territoires feront aussi participer les services américains et ceux  de l’OTAN.

Le Ministère de la Défense russe a dénoncé les caractéristiques du déploiement des forces américaines et de l’ OTAN en montrant qu’ils sont une «menace pour la sécurité nationale russe» et a envisagé la création de deux nouvelles divisions militaires en Russie aux frontières occidentales, répondant ainsi à l’encerclement du dispositif militaire de  l’OTAN. Les États-Unis comptent dans la seule Allemagne environ soixante-dix mille soldats, ainsi que plusieurs milliers d’autres soldats (de nombreux analystes aboutissent à un total de plus de cent mille soldats) dans une chaîne de bases qui couvrent le continent, et ce pays a accru sa présence en Pologne et dans les pays baltes. Ce n’est pas par hasard si les incidents ont augmenté, par exemple les patrouilles du destroyer américain USS Donald Cook, envoyé par le Pentagone près de la ville russe de Kaliningrad sur la Baltique, dans un acte qualifiée par Alexander Grouchko, ambassadeur russe à l’ OTAN,  » intention de faire pression sur la Russie » et à la sortie des avions russes pour répondre à l’évidente   provocation  que constitue l’organisation en février de manoeuvres militaires américaines  en Estonie à quelques centaines mètres de la frontière avec la Russie.

Les nouvelles manoeuvres militaires en Pologne sont un autre exemple de l’objectif américain d’amener les divisions de l’OTAN jusqu’aux  frontières russes, en plus de nier que le faire, comme si les USA subissaient l’envoi de troupes russes à la frontière du Mexique et de  la côte de la Californie, et non le déploiement américain dans toute l’Europe de l’Est, de Tallinn à Constanza.

– See more at: http://www.elviejotopo.com/topoexpress/maniobras-militares-en-polonia/#sthash.iy18yt8Y.dpuf

Topoexpress relacionados

– See more at: http://www.elviejotopo.com/topoexpress/maniobras-militares-en-polonia/#sthash.ClWqWIe6.dpuf

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 25, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :