RSS

Quelques nouvelles partielles du Congrès du PCF dans les Bouches du Rhône

24 Mai

21

Il m’est impossible de rendre compte de la totalité de ce qui se passe ans les Bouches du Rhône. Ayant été bloquée par une double sciatique que des infiltrations dans les lombaires ont à peine améliorée je n’ai pas pu suivre la totalité de ce qui se passait dans ce département. Il s’agit donc d’une impression tout à fait partielle et qui mériterait d’être complétée par d’autres.

Il y a eu dans certains endroits une tentative de la part de la direction de dévoyer tout débat en interdisant de fait à ceux qui défendaient notre texte de s’exprimer. Ce fut fait en ce qui me concerne avec une brutalité que je connaissais bien puisque les mêmes avaient déjà organisé en 2003 mon départ du parti en allant jusqu’au coups, j’avais été stupéfaite alors, mais e j’étais désormais vaccinée et sans illusion sur ces gens là.. J’ai retrouvé les mêmes, des obligés de la fédération qui ont commencé une campagne contre moi. J’étais l’ennemie à abattre, « une intellectuelle qui voulait donner des leçons »,, j’étais revenue pour semer la division. Je n’étais pas la seule, d’autres camarades ont subi la même pression dès qu’ils étaient « repérés », on les marquait à la culotte comme on dit en langage sportif.

J’ai compris que j’étais devenu un leurre et je me suis retirée de l’affaire ce qui a limité les dégâts, la question a pu être posée par les camarades au niveau où elle devait l’être: l’avenir du PCF, la nécessité d’un bilan des stratégies menées depuis tant d’années, l’inquiétude des militants devant cette situation, la confusion qui régnait dans les esprits et l’absence totale de perspective.

Bien des conférences de section ont pu avoir lieu sur le fond, des sections qui avaient choisi la base commune n’en avaient pas pour autant renoncé à poser les problèmes. Dans la plupart le débat a pu être mené dans le calme et sur le fond, même si on assistait à de faibles participations dans les conférences et une collecte des voix par procuration, l’appareil fédéral paraissait mobilisé autour de cette collecte contre notre texte en particulier. Mais le ébat avait lieu dans bien des sections malgré les tentatives de bloquer certains camarades.

Mais le fond comme partout a été la montée du mouvement contre la loi Khomery. Le fait que le parti se reconnaissait dans la position des députés courageux qui choisissait de voter la motion de la droite, tandis que l’opération leurre des frondeurs apparaissait pour une diversion liée aux primaires en faveur d’u candidat socialiste. Tandis que le secrétaire du PCF et l’appareil du parti fédéral suivaient l’étrange ligne qui consistait à croire que la motion de censure dite de gauche avortée miraculeusement faute de deux voix était la base d’un rassemblement électoral et de primaires, le parti renforçait son refus de toutes ces manoeuvres et s’interrogeait sur la manière de se joindre à ce mouvement.et d’y être utile. Tout ce que proposait la direction était cet invraisemblable questionnaire que l’on était censé faire passer au peuple pour connaître son opinion, ou aller porter la bonne parole à nuit debout. Tandis que la rue, puis enfin le grand mouvement syndical qui aujourd’hui culmine dans le blocage des raffineries n’avait pas besoin d’un questionnaire pour crier leur colère.

Il y a quelque chose d’extraordinaire aujourd’hui au moment où j’écris ces lignes entre la situation réelle et ces dévoiements vers lesquels on dirige les communistes. Ce matin même, les CRS sont en train de tenter de chasser les grévistes de la raffinerie de Fos, il n’y a pas besoin de questionnaire pour aller les soutenir, les jeunes de la JC du département l’ont compris et un appel au soutien de tous les communistes de la fédération s’imposerait. L’idée même d’aller faire passer un questionnaire au lieu de mobiliser est déjà une incongruité, mais quand cela se double de l’errance d’un secrétaire général qui continue à chercher SES primaires tel Soubise cherchant avec une lanterne les restes de son armée alors que la police des socialistes charge  sans sommation dans les Bouches du Rhône est omplétement folle.

Depuis plusieurs jours je reçois des coups de téléphone, ils s’adressent à ceux qui ont lancé notre texte, les camarades de vénissieux, ceux du nord et du Pas de Calais. Tandis que la direction fédérale s’excitait sur quelques tigres de papier, organisait ou tentait d’organiser le légitimisme contre eux, en l’occurrence deux ou trois camarades dont moi, partout le débat avait lieu et témoignait de cette inquiétude des camarades devant l’absence totale de bilan, de critique des erreurs tactiques pour mieux les renouveler, et percevait mieux que jamais l’état d’un parti que l’on privait des moyens d’être réellement utile à cette colère ouvrière et de la jeunesse.

Dimanche il va y avoir la conférence fédérale, j’ignore comment elle se passera, si d’une manière totalement imbécile la direction fédérale va continuer à marquer les camps, je n’y serai pas mais je crois que ceux qui y seront de notre texte ne veulent pas de cette stratégie à la Pyrrhus qui détruit le parti chaque jour plus, ils sont en accord sur le fond sur une question: la nécessité de l’existence du parti et ils ont d’abord battu ceux qui prétendaient lui substituer un conglomérat auquel on pourrait adhérer directement.

Malheureusement ce Congrès, en particulier dans les Bouches du Rhône,  n’aura pas été à la hauteur de ce que la situation exigeait, de ce que les communistes défendaient et dont on a vu à l’Assemblée nationale comme sur les lieux de travail représentaient, mais il n’a pas non plus été la liquidation qui s’annonçait avec une direction divisée sur la manière de liquider le parti, les uns se ralliant directement à Mélenchon, les autres acceptant de devenir des espèces de radicaux de gauche d’un PS de plus en plus honni par les Français.

Je crois que les combat courageux de ceux qui ont lancé notre texte alternatif « unir les communistes » a joué un rôle essentiel dans cette résistance à la liquidation, malgré les divisions, malgré ceux qui ont cru défendre le parti en votant pour une base commune à laquelle ils ne croyaient pas, parce qu’il s’est avéré qu’effectivement elle était le plus en accord avec la volonté des communistes de conserver leur parti, d’ouvrir le dialogue avec tous ceux qui se reconnaissaient dans cet idéal et le plus en accord avec le mouvement qui secouait le pays. C’est ce que je veux retirer personnellement des rencontres de Vénissieux. Même si une direction qui représente au vu des chiffres 28% des adhérents n’a pas choisi les mesures qui s’imposaient et même a agi a contrario de ce qu’il aurait fallu, à fait des conférences de section un espace raréfié où comme dans ma propre section, à laquelle je n’ai pas participé un lieu où une dizaine de camarades (13 exactement)  ont prétendu représenter des adhérents qui ont déserté cette comédie antidémocratique et brutale. Fort heureusement cela s’est passé autrement ailleurs et les questions demeurent, la volonté de les poser aussi.

Combien de communistes en approuvant la position d’André Chassaigne se sont -ils souvenu que la direction nationale avait incité l’ensemble des communistes à soutenir plutôt la candidature de melenchon que la sienne. Comment la même direction aujourd’hui prétendait faire du dit Mélenchon le diable en personne pour mieux soutenir un autre socialiste. Comment ce 37 e Congrès a été dévoyé sur ces questions au lieu de tout faire pour construire l’unité des communistes autour de leur utilité à cette magnifique résistance des travailleurs et de la jeunesse de notre pays.

J’ignore comment cela s’est passé dans d’autres département, mais dans les Bouches du Rhône, il fallait abattre notre liste, isoler ceux qui la défendaient et pourtant tous les échos qui me parviennent témoignent du renforcement de nos idées, de la volonté d’unir les communistes autour de quelques grandes questions plutôt que derrière le petit jeu des amendements. Par parenthèse, dans leur volonté d’isoler quelques « têtes », les représentants de la direction fédérale sont allés jusqu’à interdire tout amendement qui mettrait en cause l’Europe et la nécessité d’un combat national qui pourtant tous les jours se déroulait devant eux, il était pourtant difficile de confondre désormais ceux qui s’opposaient à la loi Khomery et aux diktats européens qu’elle véhiculait avec les thèses nationalistes d’un extrême-droite qui en appelait à en finir avec les manifestations et les luttes ouvrières.

Voilà le bilan partiel que je peux faire  et il est clair que nous avons perdu beaucoup de temps, mais même là où le blocage et les manoeuvres stupides d’une direction aux abois ont été les plus poussées, il est clair que quelque chose a surgi, il faudra compter avec je puis vous l’assurer.

Danielle Bleitrach

PS. Grace à ce blog, je reçois des  nouvelles de divers départements dans lesquels nous étions minoritaires, parfois isolé, et l’état d’esprit que je note dans les Bouches du Rhône est assez comparable, le désir de continuer à se battre, l’avancée de nos idées, la nécessité de se centrer sur quelques questions, la conscience de la difficulté de ce que nous affrontons, l’absence de bilan qui correspond à une absence de perspective non seulement pour les élections à venir, mais face à la colère populaire qui monte, la combativité des travailleurs et de la jeunesse. La demande est forte en matière de liens, de mise en relation, ce blog et d’autres sont devenus des pôles de résistance, de ralliement et en ce qui me concerne je dis aux camarades qui hésitent encore:non seulement je ne regrette pas d’avoir réadhéré au parti communiste mais je conseille à tous d’en faire autant et de contribuer à ce qui est en train de naître.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 24, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :