RSS

La réflexion du jour : A propos de l’obstination de ce gouvernement et de la lutte des classes en France…

11 Mai

Marianne me signale ce commentaire d’un Russe tirant bilan de l’expérience soviétique:

« Tant que la bourgeoisie n’aura pas la peur de tout perdre, elle ne lâchera rien »

Pendant toute une période la présence de l’Union soviétique a signifié « la peur de tout perdre » pour le capital tant au plan international que dans les pays occidentaux, désormais il mesure l’adversaire et il sait à quel point il est peu menacé, tout au plus un renversement de gouvernement vite remplacé par plus servile encore si faire se peut… Il est en situation de créer des maïdan à partir de  la colère populaire, d’en faire l’instrument de la montée de toutes extrêmes-droites.

Alors le capital s’obstine… Il réprime, semble faire fi de la prudence électorale, la droite roule les mécaniques mais elle ne veut pas d’élections anticipées… La collusion est manifeste malgré les discours…

Donc la véritable question est la création de conditions politiques où la bourgeoisie craint de tout perdre et c’est cela le plus fondamental… Un peuple combatif qui ne veut pas de cette loi, symbole de toutes les régressions sociales et de l’injustice comme mode de gouvernance. Ça on l’a, et la colère monte, alors pourquoi le gouvernement s’obstine-t-il? Est-il suicidaire?  .

On me transmet la photo d’un bourgeois qui cette nuit insultait les manifestants à Paris en les traitant de « communistes ».

Cela me fait souvenir de cette adhésion d’un ouvrier à la section d’Aix-en Provence en mai 68. Il zozotait légèrement et il a expliqué, j’ai porté nos revendications au patron, il m’a traité de communiste, alors je suis là… Il avait tout compris, il est vrai qu’il y avait un parti communiste…

Ils ne se tiennent pas mal les députés communistes et Front de gauche  à l’Assemblée nationale, alors que tous les autres, je dis bien tous les autres cherchent le moyen de ne pas déboucher sur une dissolution de l’Assemblée nationale… Ce qui laisse subodorer une bien risible conclusion…

Je comprends bien tous mes camarades qui crient aux députés socialistes: « Allez un peu de courage! Après, il sera trop tard! »

Alors quelle est l’urgence?

Danielle Bleitrach

Advertisements
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 11, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :