RSS

Financement libyen de la campagne de Sarkozy : le fils de Guéant en garde à vue

28 Avr

tout ce beau monde pue… Et dire qu’il s’est trouvé des dirigeants communistes comme jacques Fath pour appuyer une telle intervention sous couvert de  défense des droits de l’homme… Ces dirigeants communistes n’ont même pas l’excuse rationnelle d’y avoir trouvé quelque intérêt personnel? non ils sont attachés au capitalisme et à ses horreurs par pure incapacité à penser la réalité… Et vous voulez mener un congrès avec des gens pareils et ceux qui les suivent… Souvenez vous de la belle unanimité autour de l’expédition libyenne, du PS à l’extrême-droite, sans oublier les crétins de l’extrême gauche, les trotskistes en particulier et ceux du PCF, tous unis derrière Sarkozy défenseur des droits de  l’homme. (danielle bleitrach)

Le Monde.fr avec AFP | 31.03.2015 à 18h05 • Mis à jour le 31.03.2015 à 18h23

Le fils de Claude Guéant, François Guéant, est en garde à vue depuis lundi 30 mars au matin dans l’affaire portant sur les accusations de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye de Mouammar Kadhafi, ont confirmé des sources judiciaire et proche de l’enquête à l’AFP, confirmant une information d’i-Télé. Il est notamment interrogé sur « des mouvements financiers ».

Plusieurs dignitaires libyens ont porté ces accusations de financement par la Libye de la campagne électorale présidentielle victorieuse de 2007, d’autres ont démenti. L’ancien chef de l’Etat nie avec force un tel financement.

Vente suspecte de deux tableaux

Dans ce dossier, Claude Guéant a lui-même été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée, faux et usage de faux. Les faits qui sont reprochés à l’ancien ministre de l’intérieur sont en lien avec la cession de deux toiles du peintre flamand du XVIIe siècle Andries van Eertvelt.

Les enquêteurs s’interrogent sur un virement de 500 000 euros parvenu en 2008 sur le compte de Claude Guéant, qui explique avoir cédé ces tableaux à un avocat malaisien qui n’a pu être interrogé. Plusieurs experts ont en effet estimé ces toiles à une somme très inférieure, évoquant 20 000 à 30 000 euros pièce.

Selon l’une des sources proches de l’enquête, la garde à vue de François Guéant porte sur des faits distincts de la vente des tableaux flamands.

Lire nos explications : Que reproche la justice à Claude Guéant ?

Un homme d’affaires saoudien, Khalid Bugshan, a aussi été mis en examen dans ce volet du dossier, les juges financiers se demandant s’il n’est pas le véritable émetteur des 500 000 euros. Le nom de Khalid Bugshan était apparu dans un autre dossier politico-financier, celui dit de Karachi, portant sur le financement de la campagne présidentielle malheureuse d’Edouard Balladur en 1995 à travers des rétrocommissions présumées sur un contrat d’armement avec l’Arabie saoudite, dit « Sawari II ».

Les Décodeurs

Naviguez dans les affaires Sarkozy

«

FINANCEMENT LIBYEN

Amende du financement libyen supposé de la campagne de 2007
  • Date des faits présumés : 2005-2007
  • Nicolas Sarkozy pourrait être inquiété
  • Type d’affaire : Financement
  • Motifs de l’enquête : Corruption active et passive, trafic d’influence, faux et usage de faux, abus de biens sociaux, blanchiment, complicité et recel de ces délits

Résumé de l’affaire :

Le clan sarkozyste, alors à l’Elysée, est soupçonné d’avoir organisé un financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par le dictateur libyen Mouammar Kadhafi. L’homme d’affaires Ziad Takieddine, ancien très proche de plusieurs responsables de droite comme Brice Hortefeux et Jean-François Copé, aurait servi d’intermédiaire. Le site Mediapart a révélé l’affaire pendant l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle de 2012 et met en avant un document d’un ex-dignitaire libyen censé prouver ce financement illégal, dont la validité est contestée.

De quoi Nicolas Sarkozy est accusé :

Nicolas Sarkozy n’est pour l’instant pas mis en cause directement dans cette affaire, dont l’instruction est encore en cours. Il a porté plainte contre Mediapart pour « faux et usage de faux » ainsi que pour « publication de fausses nouvelles » après la révélation de la note libyenne.

Où en est l’affaire :

Une information judiciaire contre X a été ouverte par le parquet de Paris en avril 2013. Le juge Van Ruymbeke, qui enquête déjà sur l’affaire Karachi, a auditionné Ziad Takieddine, qui, s’estimant trahi par ses anciens amis de l’UMP, a affirmé qu’il« existe des preuves » du financement illégal.

Pour en savoir plus :
Sarkozy et la Libye : si vous n’avez rien suivi
Financement libyen de la campagne de Sarkozy : des accusations mais pas de preuves
Affaire Karachi : Ziad Takieddine, l’embarrassant ami des proches de Sarkozy

Advertisements
 
1 commentaire

Publié par le avril 28, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Financement libyen de la campagne de Sarkozy : le fils de Guéant en garde à vue

  1. Victor

    avril 28, 2016 at 3:55

    Bien d’accord avec vous. Mais s’il vous plaît arrêtez avec les abus de langages et amalgames que vous reprochez souvent fort justement à d’autres : parlez de « trotskystes » en les situant et non pas « des trotskystes » (tous crétins) comme on parlerait « des communistes » (tous staliniens).

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :