RSS

Ce qui se passe dans debout la nuit…

13 Avr
toujours de la part de notre ami sur le Front des luttes… et ce qu’il voit de ce mouvement… (note de danielle Bleitrach
Pour info : j’ai pris sur moi de mettre ça sur notre site
Gilbert

___________

Afficher l'image d'origine

Le mouvement NuitDebout est certes très divers et comporte sa part de confusion et d’incertitude.

il est sans aucun doute tiraillé dans des directions diverses et des forces diverses jusqu’au pouvoir socialiste tentent incontestablement de le récupérer ou en tout cas de l’aseptiser.

D’autres constatations s’imposent :

  • ce mouvement a été lancé en lien étroit avec la lutte engagée par les syndicats contre la loi El Khomri
  • ceux qui ont joué un rôle essentiel dans sa construction sont partisans d’une convergence des luttes notamment entre monde du travail, les organisations syndicales de lutte et la jeunesse universitaire, lycéenne et des quartiers populaires.
    Il faut rappeler que l’idée d’un tel mouvement a été lancée à partir d’une réunion d’un millier de participants le 23 février à la Bourse du travail de Saint-Denis à l’issue d’une projection du film de François Ruffin « Merci patron« .
    Avec au départ l’idée qu’après la puissante manifestation du 31 mars « On ne rentre pas chez nous« .
  • A son onziéme jour le mouvement est lui aussi à la croisée des chemins et comme l’indique F. Lordon il doit se donner des objectifs poilitiques pour perdurer et gagner en efficacité et en clarté. La proposition de rester pour l’heure centré sur l’objectif du retrait de la loi travail et de viser à se doter des moyens de parvenir à cet objectif par le blocage et la grève générale nous paraît totalement légitime et converger avec les efforts des forces syndicales de lutte de classe qui depuis longtemps déjà se battent pour le TOUS ENSEMBLE en même temps.

Alors au lieu de cultiver les différences et de ne voir que ce qui fait obstacle à un rassemblement conséquent de lutte pour l’immédiat et pour la nécessaire transformation sociale agissons pour que convergent effectivement les travailleurs, les sans emploi, les précaires et la jeunesse qui prend conscience du sort que le capitalisme lui réserve.

______________________

Source de la transcription relevée sur le site de Commun Commune

Transcription du discours de Frédéric Lordon:

Où en sommes-nous ? On ne compte plus les villes de province où il y a une nuit debout, et la plaine européenne est en train de s’embraser également : Barcelone, Madrid, Saragosse, Nurcie, Bruxelles, Liège, Berlin. La place de la République elle-même s’est donnée une antenne à Stalingrad [métro Stalingrad, NDLR]. A tout moment, des actions surprise naissent spontanément. Il y a une Radio Debout, une Télé Debout, des Dessins Debout. Tout est en train de se remettre debout.

Il y a dix jours, le conditionnel était de rigueur et nous pouvions seulement dire, « il se pourrait que nous soyons en train de faire quelque chose ». Je crois qu’on peut maintenant abandonner les prudences grammaticales : nous sommes en train de faire quelque chose.

Enfin, quelque chose se passe. Quelque chose, mais quoi ? Comment un mouvement sans direction se donne-t-il une direction ? Je veux dire, comment un mouvement sans instance dirigeante se détermine-t-il à prendre une voie ou une autre ?

Il est certain en tout cas qu’il doit en trouver une. Un mouvement qui ne se donne pas d’objectif politique s’éteindra rapidement. Soit parce qu’il aura épuisé la joie d’être ensemble, soit parce qu’il sera recouvert à nouveau par le jeu électoral.

Comment échapper à cette fatalité ? Si tout commence avec les places, rien n’y finit. Or nous nous souvenons de ce qui nous a jetés dans la rue en première instance, c’est la loi El Khomri. Viser très au-delà de la loi El Khomri ne signifie pas que nous l’avons oublié. Elle est toujours là. Un mouvement a besoin d’objectifs et de victoires intermédiaires. Faire la peau à la loi El Khomri en est certainement un, il reste d’une inaltérable actualité, et nous n’arrêterons pas de lutter à son service. Mais de même que les zadistes n’ont pas seulement en vue un aéroport, mais le monde qui engendre cet aéroport, de même la loi El Khomri est le rejeton de tout un monde.

Dans le monde El Khomri, les salariés vivent dans la peur et ils sont tenus dans la peur. Il y a de très bonnes raisons à ça. Ils vivent sous l’arbitraire souverain d’un patron, qui a tout pouvoir sur eux parce qu’il tient dans ses mains les conditions fondamentales de leur survie matérielle même.

Alors il faut partir de cette expérience commune et en déduire tout ce que nous pouvons, et d’abord, en se décidant enfin à nommer les choses : le salariat est un rapport social de chantage, un rapport de chantage qui ne laisse le choix que de plier ou de se mettre en danger. Nommer adéquatement les choses, à l’encontre de tous les recouvrements idéologiques du néo-libéralisme, c’est peut-être la première étape pour trouver la force de s’en libérer.

Car tout le monde s’aperçoit alors que si pour mettre fin à la peur, il faut mettre fin au chantage et à l’arbitraire patronal, alors il faut mettre fin à l’ordre social qui arme le chantage et l’arbitraire patronal, et je veux dire mettre fin, et constitutionnellement, à l’empire des propriétaires.

Cependant, à un moment, il faut bien vouloir les conditions de ce qu’on veut. Si vraiment notre mouvement à des ambitions de cette ampleur,il va lui falloir se donner des moyens adéquats. Pour ma part, je n’en vois qu’un : la grève générale.

Qu’on ne se méprenne pas. Je ne suis pas ici en train de lancer un appel à la grève générale, je n’en ai aucun pouvoir ni aucune légitimité. Je ne lance pas un appel, donc. Mais j’énonce une condition : la condition du renversement non seulement de la loi, mais du monde El Khomri. Nous savons bien que les grèves générales ne se décrètent pas d’un claquement de doigt. Mais peut-être pouvons-nous aider à y basculer. Et pour ce faire, en rappeler les immenses vertus.

La grève générale, c’est que le pays tout entier débraye, le pays est bloqué – le pays est bloqué, disent-ils, parce qu’en vérité c’est l’exact contraire : c’est au moment précis où ils disent que tout se bloque qu’en fait, tout se débloque. La politique, la vraie, la parole, l’action, et jusqu’aux relations entre les gens. Et puis surtout le possible, l’avenir. Il faut bloquer pour que tout se débloque.

Il y avait trop longtemps que ça craquait de toutes parts. On ne tient pas éternellement une société avec BFM, de la flicaille et du Lexomil. Vient fatalement un moment où les têtes se redressent et redécouvrent pour leur propre compte l’immémoriale idée de l’insoumission et de l’affranchissement.

Ce moment, c’est le nôtre, ce moment, c’est maintenant.

Publicités
 
1 commentaire

Publié par le avril 13, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Ce qui se passe dans debout la nuit…

  1. val .pico

    avril 13, 2016 at 3:56

    bonjour,

    comme je vous lis depuis quelques temps, je vous envoie un morceau de l’AG de lundi. : https://vimeo.com/162490508

    valérie Pico

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :