RSS

La réflexion du jour: les blanchisseurs d’opinion et les « Panama Papers »

06 Avr

Castafiore
A propos des révélations de Panama papers, je ne peux  m’empêcher de penser à la pièce de théâtre  de Brecht : Turandot ou le congrès des blanchisseurs : c’est l’histoire d’une Chine impériale où l’abondante récolte de coton a été brûlée sur les ordres de l’empereur pour faire monter le prix. Le peuple gronde. L’empereur convoque les Tuis, intellectuels acquis à sa cause et professionnels de la langue de bois, pour expliquer au peuple cette situation extraordinaire d’une récolte abondante et du manque. Accessoirement, la fille de l’empereur cherche à tout prix un mari parmi ces « blanchisseurs d’opinion ».

En fond, il y a un intellectuel qui a lancé la longue marche pour démettre l’empereur. Il y a aussi un paysan qui a toujours rêvé d’être un Tui et qui vient à la ville avec ses économies pour apprendre. L’empereur et sa fille lancent le concours d’éloquence et chaque Tui vient expliquer l’inexplicable. Chaque fois qu’il remplit sa mission de blanchisseur de l’opinion, un panier avec du pain descend vers lui. Mais il y a toujours un moment où emporté par son éloquence il dit une part de la vérité et le panier remonte et il est chassé du concours.

A l’issue dudit Congrès, l’empereur et sa fille finissent par élire une brute qui sort son revolver au premier mouvement de protestation. Le paysan lui éclaire qu’il y a du bon chez les Tuis, ce qu’ils disent est toujours riche d’enseignement et il va rejoindre le grand intellectuel qui a entamé la longue marche.

On pourrait résumer le sujet de la pièce en disant que la question est celle de la liberté de la pensée dans un monde du tout-marchand.

Comme dans l’affaire des Panama papers.

D’abord le regroupement des Tuis, blanchisseur d’opinion et spécialiste de la langue de bois:  l’ICIJ (The International Consortium of Investigative Journalists), un collectif international de journalistes d’investigation. Confrontés à un matériel de 11 millions de fichiers provenant des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore. Parmi les 109 médias du monde entier concernés (dont « Le Monde » en France), on peut dire que nous avons affaire au système de propagande bien rodé avec chacun une ligne éprouvée de soutien à l’impérialisme américain.

Ainsi, il y a la curieuse affaire de la photo de Poutine utilisée pour illustrer les nouvelles de la «papiers Panama» par The Guardian, the Washington post et bien d’autres médias. Et ce , alors que son nom, apparemment, n’a pas même été mentionné dans les 11 millions de pages des documents. Et la non moins curieuses omission en revanche du père de David Cameron qui lui se trouvait bel et bien dans la liste des évadés fiscaux.

Mais le plus étonnant est l’absence totale de fraudeurs en provenance des Etats-Unis. The Guardian interrogé a reconnu qu’il a limité ses recherches à ceux qui sont susceptibles de violer les sanctions votées par les Etats-Unis. Comme si dans le monde du libre marché la seule chose qui importait était de dire au ministère de la justice américaine là où ses services avaient échoué par exemple dans les embargo qu’il imposait à la planète. Dans la même logique s’il n’y a pas de nord-américains dans la liste c’est parce qu’il y a eu un accord en 2010 entre les Etats-Unis et le Panama, donc les données de ce cabinet sont ouvertes aux Etats-Unis, rien à révéler que le ministère de la justice de ce pays ne sache… On voit le tri sélectif opéré entre dès le départ les corrompus et les autres… La CIA ou Soros, ce qui revient au même aurait contrôlé les choix que l’on n’aurait pas fait mieux…

Et pourtant ces journalistes qui se sont pris un instant pour de vrais journalistes, ont tenu le secret, et ils ont fini par dévoiler la pointe de l’iceberg et cela a suffi. Certains d’entre eux étaient loin d’imaginer l’ampleur de la fuite et elles ont parfois découvert à quel point elles étaient concernées par cette révélation qui impliquait beaucoup de monde.

Imaginez les états d’âme d’un journaliste de BMTV dont le patron est désigné comme un des acteurs de l’évasion fiscale et vous comprenez mieux leurs contorsions sur le plateau. Leur intérêt tout à coup pour le port du voile musulman ou pour le nombre de salafistes en France. Non que le sujet manque d’intérêt mais rarement il a joué d’une manière aussi évidente le rôle de leurre.

Et ce alors même que la France entière faisant fi de tous les états d’urgence défile pour protester contre le démantèlement du code du travail…

Donc ce consortium de blanchisseurs d’opinion a joué un rôle parfaitement contradictoire, d’un côté il a continué à avoir les mêmes cibles, au-delà de la logique et dans le même temps il a aidé les journalistes d’investigation à faire leur métier, ils ont dépassé leurs propres frontières, il a renforcé sa sécurité professionnelle et est devenu une réelle force de frappe face à une opinion qui commence à se dire que trop c’est trop, que suivant que vous serez puissant ou misérable, les jugements, l’impôt et la répression vous traitent différemment.

L’évasion fiscale est en effet un sujet explosif qui concerne la démocratie, le droit de chaque citoyen à être traité à égalité. Le contribuable ordinaire doit tout déclarer et il voit de riches industriels ou des sportifs millionnaires qui sont protégés. L’impôt est un sujet explosif qui prélude à bien des révolutions.

Le bon peuple découvre à quel point on lui ment. En 2012, lors d’une commission d’enquête sénatoriale, le président de la Société Générale affirmait, sous serment, que sa banque n’avait plus d’implication direct ou indirecte dans les paradis fiscaux. On découvre que la banque a continué jusqu’en octobre 2015, à administrer des comptes offshore tout en refusant de livrer l’identité des bénéficiaires.
Pour une fois les blanchisseurs d’opinion livrent des faits, encore partiel et parfois partiaux, mais il reste au peuple adulte à faire un choix par rapport à ce qui lui est révélé. Il ne subit pas la story stelling d’un candidat qu’on lui vend, mais des faits concernant la manière dont on bafoue la liberté, l’égalité et la fraternité inscrite sur les frontons de nos mairies.

Les blanchisseurs d’opinion disent parfois une petite part de la réalité et cela prouve qu’il n’y a ni liberté, ni égalité, ni fraternité entre les riches et les pauvres… Et ils peuvent même si l’on pousse la réflexion un peu plus loin faire comprendre que l’extrême-droite est cul et chemise avec les riches, elle appartient à leur monde…

A lui de choisir, nouveauté extraordinaire.

Danielle Bleitrach

P.S.je ne croyais pas si bien dire en affirmant que le fascisme, l’extrême-droite avait toujours fait cul et chemise avec les grandes fortunes, le capital…L’histoire ne dit pas précisément comment les deux avocats fondateurs de la firme, Jürgen Mossack et Ramon Fonseca Mora, se sont rencontrés ni le pacte qui les lie. Mais elle met en perspective leurs passés chargés. L’un, Jürgen Mossack, est un Panaméen d’origine allemande, fils d’un ancien officier de la Waffen-SS, selon des documents des services de renseignement de l’armée américaine, obtenus par Le Monde et ICIJ. L’autre, Ramon Fonseca Mora, est panaméen, depuis toujours proche des milieux politiques, y compris sous la dictature. Il est vice-président du Parti panamiste, le parti nationaliste arrivé au pouvoir mi-2014, et lié à l’actuel chef de l’Etat, Juan Carlos Varela. On comprend mieux à la lecture de l’article pourquoi les journalistes ont été jetés sur cette piste par la CIA. ou Soros. Il s’agissait pour eux de voir qui rompait avec les sanctions imposées par les USA… Mais il y a eu les dommages collatéraux, les cibles n’étaient pas évidentes même si, comme pour Poutine, on forçait le trait, en revanche on découvrait une clientèle de haut vol et y compris les turpitudes de la Société générale ou de la famille Le Pen pour la France… Mais ce n’est pas fini, c’est l’arroseur éclaboussé…

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le avril 6, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :