RSS

Les raisons pour lesquelles je choisis de signer le texte alternatif : UNIR LES COMMUNISTES

10 Mar

Afficher l'image d'origine

Le soleil, la foule des Grands jours (69.000) et comme l’a dit Olivier Matheu dans son discours pour la CGT: c’est une manifestation d’avertissement, la prochaine sera de sanction…

Maintenant il y faut une perspective politique… marcher sur ses deux pieds comme disait Henry Krasucki, le syndicat et le politique…

Comme un certain nombre d’entre vous, j’ai reçu le texte alternatif signé par la fédération du Pas de Calais et les camarades de Vénissieux, plus des représentants d’autres fédérations, et je crois au vu des contacts pris lors de la magnifique manifestation marseillaise qui non seulement regroupait 60.000 participants, mais présentait la particularité de s’être déroulée sous un  soleil raieux.. Ce qui favorise les retrouvailles et les contacts multiples, y compris concernant les opinions sur le texte dit commun et sur la nécessité d’un texte alternatif qui soit à la hauteur de cette massive colère.

Voici donc le texte qui me paraît à la hauteur et je pense qu’il ne sera pas difficile de trouver les trente signataires dans les Bouches du Rhône (chiffre maximum derrière chaque texte par fédération). N’oubliez pas pour le signer il faut être à jour de ses cotisations sur les trois derniers mois.

http://lepcf.fr/I-Le-capitalisme-c-est-la-crise-payee-par-les-peuples

je viens de m’apercevoir que la dernière mouture intégre certaines de mes propositions et les améliore, je remercie les camarades…

Voici le texte que j’ai proposé aux signataires, il insiste sur deux points concernant ce texte que je trouve excellent : premièrement bien situer la nécessité du parti communiste par rapport à la classe ouvrière, à tous les exploités, employés, intellectuels, chômeurs, ceux qui subissent les plus terribles effets de cette crise, la jeunesse, montrer que toute perspective de changement passe par l’existence d’un fort parti communiste, c’est la condition indispensable à un vaste rassemblement orienté vers le progrès, la justice sociale et la paix. Ce que je souhaite pour ce congrès, c’est une réorientation en ce sens de notre stratégie et pour cela il faut l’union des communistes.

Voici donc ma proposition, qui ne change rien à l’économie générale du texte qui est inscrit ici en format PDF mais dont certaines remarques seront intégrées au texte final. Donc si vous souhaitez le signer comme moi, lisez-le et donnez votre nom celui de votre fédération et section avec les timbres à jour. Fraternellement. Vous pouvez comme je l’ai fait faire part de vos remarques et expliquez ce qui vous motive à la signer.

 

UNIR LES COMMUNISTES, tout à fait d’accord, mais pour être plus utile à notre pays, à la classe ouvrière et à tous ceux qui sont prêts à se rassembler pour un changement.

 

Lors de leur 37e congrès, les communistes sont confrontés à un défi historique : alors que notre pays, sa classe ouvrière, ses travailleurs, ses intellectuels, la jeunesse, tous ceux qui souffrent de cette société capitaliste, inhumaine, n’ont jamais eu autant besoin d’un parti communiste, celui-ci est menacé de disparition, il paraît de moins en moins en état de démontrer son utilité et de favoriser l’intervention populaire vers le progrès, la justice et la paix.

 

Ce besoin d’un parti communiste est objectif, il est le besoin d’un parti révolutionnaire, capable d’être au plus près de ceux qui subissent l’exploitation, la solitude, la dureté de cette société, en développant les luttes au quotidien, la solidarité et en traçant la perspective d’un changement de société sans laquelle tous les acquis sont sans cesse remis en question.

Cette perspective c’est celle du socialisme tel que nous le construirons à travers un rassemblement de Front populaire (articulant luttes et élection) orienté vers le progrès, la justice et la paix.

Faute d’un telle perspective, ce sont les forces de la réaction, la droite et l’extrême-droite, fascisante, xénophobe, à la recherche de l’ennemi dans plus pauvre que soi, qui mènent le bal de toutes les régressions, de la remise en cause d’acquis sociaux séculaires, droit à la santé, à l’éducation, à une vieillesse digne, tout est censé céder « à la réforme » au profit du capital ; comme l’est la laïcité, la conception républicaine et celle de la souveraineté des citoyens. Face à l’offensive de la réaction qu’est-ce que la gauche actuelle? Cette gauche depuis Mitterrand est dominée par le PS. Non seulement elle s’avère incapable de résister aux exigences du capital, à la pression de la réaction, à la montée de l’extrême-droite, mais elle adopte la politique du capital, elle brade la souveraineté de notre peuple, se met à la remorque de l’Europe des profits et de l’austérité, se soumet au bellicisme des Etats-Unis, de l’OTAN. Ce qui se traduit au plan intérieur par une politique à la pointe de la remise en cause du droit du travail, du service public et qui ne craint pas d’installer durablement un état d’urgence et la répression syndicale. Cette politique accroît le désarroi de nos concitoyens, les plus frappés par la crise, ils se réfugient dans l’abstention ou se laissent tenter par l’extrême-droite de la haine.

 

La gauche paraît elle-même à deux doigts de l’éclatement mais que peut-on attendre de frondes qui ne sont que la manifestation de l’inquiétude d’élus menacés de perdre leurs places, toujours prêts à s’accommoder de compromis.

 

Cette situation de la gauche dominée par un PS hégémonique prouve à quel point il ne peut y avoir une politique de gauche sans un parti communiste fort, elle nous invite à nous interroger également sur le Front de gauche. Est-ce qu’il peut constituer une alternative? Les faits sont là, le Front de gauche n’a jamais été autre chose qu’une union de sommet entre dirigeants de groupuscules, un Front constitué sur des bases électoralistes, tirant à hue et à dia, dispersé, incompréhensible dans ses buts comme ses alliances. Alors que le PCF a fournit l’essentiel de ses forces, voire de ses moyens financiers, il conduit à l’effacement de notre parti dans des conglomérats le plus souvent coupés des réalités populaires. Il participe de ce que nous considérons comme la pire erreur d’analyse de nos directions successives, à savoir l’idée que le peuple Français ne veut plus des communistes, qu’il faudrait disparaître, notre histoire, nos fondamentaux et même nos mots derrière une réalité plus « présentable ».

 

Résultat, ce qu’on nous propose c’est de devenir des politiciens comme les autres alors même que jamais ce monde politique n’est aussi déconsidéré, alors même que monte l’exaspération face à l’incapacité d’écoute, quel spectacle donne le Front de gauche et la direction du PCF? Nous avons dans le même temps la déclaration auto-proclamée de candidature de J.L.Mélenchon et celle tout aussi peu démocratique du ralliement à des primaires à gauche imaginée par le PS. Cette double déclaration illustre bien la coupure des directions par rapport aux militants et cette coupure traduit celle de notre parti par rapport à sa base naturelle, la classe ouvrière et ceux qui ont le plus intérêt au changement.

 

Il nous est donc apparu nécessaire que ce Congrès se donne les moyens d’un changement d’orientation pour que le PCF redevienne le parti dont les exploités, notre pays ont besoin. Nous voudrions à ce propos rappeler les mots par lesquels Maurice Thorez a recréé un parti devenu groupuscule entre opportunisme et sectarisme: « Que les bouches s’ouvrent! pas de mannequin dans le Parti ».

 

Nous avons un double atout: la montée du mécontentement populaire, l’unité qui se construit dans les luttes et ce que sont les communistes, leur volonté d’union. Parce que nous savons que quels que soient les choix pour telle ou telle motion d’orientation, ce qui unit les communistes est plus fort que ce qui les divise. Tous les communistes ont conscience de la gravité du moment, tous veulent que leur parti soit à nouveau un grand parti des travailleurs, ce parti démocratique où l’opinion de chaque adhérent comptait pour un, ce parti de responsabilité et de dévouement en qui même ceux qui ne votaient pas pour lui avaient confiance. A cause de cette conviction, nous abordons ce Congrès dans un esprit de fraternité, d’écoute mutuelle.

Enfin s’il est normal que dans le cadre du Congrès, seuls aient le droit de vote les adhérents du PCF, il est clair qu’aujourd’hui par de nombreuses vagues successives beaucoup de camarades ont quitté le parti et sont soit isolés, soit organisés dans d’autres collectifs qui se réclament tous du communisme et de l’histoire glorieuse de notre parti. On ne peut pas se résigner à une telle situation et, comme je l’ai fait dans ce blog, il faut que dans le cadre de la préparation du Congrès, nous sollicitions leur avis. Le renforcement de notre parti passe aussi par cette capacité de rassemblement et il a besoin de clarté politique dans les buts comme dans les moyens. Ce texte est le seul qui y contribue.

Il faut unir les communistes pour ouvrir la perspective d’un nouveau Front populaire vers le socialisme.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
16 Commentaires

Publié par le mars 10, 2016 dans Uncategorized

 

16 réponses à “Les raisons pour lesquelles je choisis de signer le texte alternatif : UNIR LES COMMUNISTES

  1. jantcolin

    mars 10, 2016 at 7:27

    Lydia,

    Je rêve de votre pays… …mais voilà qui se passe encore du côté de chez moi :

    – Marseille se meurt (économiquement même si tape à l’œil en façade et vire de + en + à droite), mais il y a encore des sursauts… (je vous conseille ce site, monté par Daniellle Bleitrach, universitaire -comme moi « émérite »- sociologue et écrivaine, qui vient de renouer avec le PCF, dans ma section : 13 arondt. Marseille + sa périphérie, dont mon village).

    Salut & fraternité (comme disaient les anars, car pour être un bon coco il faut être un peu anar quelque part)…

    Antoine

    >

     
    • mboulet73

      mars 10, 2016 at 3:01

      S

       
    • simione alain

      mars 18, 2016 at 1:36

      salut et fraternité c’est le salut des révolutionnaires de 1793

       
      • Jean Antoine COLIN

        mars 18, 2016 at 3:13

        Des révolutionnaires de 93 et un peu aussi des anars (on n’est pas un bon coco si l’on n’est pas ana quelque part…)

         
      • Jean Antoine COLIN

        mars 18, 2016 at 3:14

        anaR !!!

         
  2. Duhamel

    mars 10, 2016 at 12:53

    Quelques réactions à ce texte qui me semble en deçà de ce que je ressens et je ne suis pas seul dans ce cas.

    L’union, le rassemblement, ne se décrètent pas, ne s’imposent pas, ils se construisent, et ce ne sont pas les reniements, les trahisons envers nos alliés du front de gauche depuis 2012 qui peuvent redonner aux électeurs de gauche la confiance en notre Parti.
    • Que nous a amené le programme commun avec le PS de 1981 : une régression à chaque élection.
    • Le front de gauche a permis de rassembler 11% et plus de 4 000 000 de voix aux présidentielles de 2012
    • Les forces 1.98 % des voix obtenues par MG Buffet. Ou étaient nos forces ?
    • et les moyens financiers : oui mais d’où proviennent ils ? nous pourrions aussi nous interroger sur L’hégémonie du PS pesant sur les candidatures Communistes ! et à l’effacement du parti. Pour être clair ne les devons nous pas à cette hégémonie.

     
  3. histoireetsociete

    mars 10, 2016 at 3:16

    les résultats sont là! A qui la faute? Je ne me prononce pas, mais comme tu le dis les choses ne se décrètent pas… Ce que j’affirme simplement c’est que les communistes qui ont fourni le gros des troupes et les moyens financiers (venus d’où, tu suggère le pS, peut-être, mais je ne crois pas que ce soit autrement que par le biais des élus dont le nombre dépend souvent de cette dépendance). mais le Front e gauche en ehors du PCF n’a malheureusement souvent été que es groupuscules avec des petits chefs sans véritable autre auience que celle que leur donnait le PCF, une présence presque uniquement dans les médias, sans travail sur le terrain de l’anticommunisme souvent… Il Y a le cas Melenchon, nul ne verra une ligne de moi le condamnant, j’ai dit l’estime que j’avais pour son courage en particulier sur les questions internationales, mais il n’a aucun sens de ce qu’est un parti, il est plus proche des médias, un orateur, ce qui n’est pas mal, mais jamais il n’aura le sens du collectif… Pour moi le pCF ce n’est pas Pierre Laurent c’est l’ensemble de ses militants, y compris Pierre Laurent… Mais nous avons au mois un point commun ou plutôt deux, le refus des primaires et la tentative d’échapper à l’hégémonie du PS. Il faut donc poursuivre la discussion.

     
    • Duhamel

      mars 10, 2016 at 5:05

      Pour continuer la discussion
      Oui évidement je parlais des élus, c’est peut-être pour cette raison que ceux-ci, qui sont aussi à la direction, au National et au Départemental, ont tant de mal à se débarrasser des oripeaux du PS.
      Ils y sont trop assujettis. C’est pourquoi ils s’arc-boutent sur le grand PCF, ils aident le PS en somme à se maintenir (Le renvoi d’ascenseur). Le PS nous a « aidés » à nous détruire.
      Que l’on me propose un homme de la trempe de Mélenchon à la tête du PCF et je signe instantanément. J’ai ai assez de gouter à la langue de bois. Le PCF s’est auto détruit, il n’a eu besoin de personne pour cela. Je suis presque sûr qu’une grande partie des militants de base en ont assez de cette politique de girouette pratiquée par la Direction. Les mêmes problèmes se sont posés au niveau départemental, le jeu d’équilibriste pour essayer de garder des sièges que l’on quand même fini par perdre, nos électeurs ont eu recours à l’abstention. Nous n’avons pas perdus ces sièges sur nos valeurs, mais en voulant défendre l’indéfendable, en critiquant et en désavouant; la politique gouvernementale du PS, tout en lui trouvant des vertus dans sa politique locale. Stratégie électorale vous dis-je. Vous avez raison, le PCF ce n’est pas Pierre Laurent, mais c’est un élu et il a autour de lui des élus comme lui et l’ensemble des militants du PCF ne sont pas les votants aux Conseils Départementaux et National, . Je sais on me rétorquera que les votants en seront l’émanation, non je n’y crois plus.
      Je le souhaiterais, mais je doute que le Congrès fasse bouger les lignes et le PCF continuera da dégringolade. Je le regrette, je suis en colère, je suis déçu.

       
  4. Thoraise

    mars 10, 2016 at 3:27

    A reblogué ceci sur Bernard Gilleronet a ajouté:
    D’accord à 99,9% avec le texte et les commentaires de Danielle

     
  5. Thoraise

    mars 10, 2016 at 4:02

    Je sais que ce n’est pas dans une texte d’orientation qu’il est possible (ni souhaitable) de réécrire l’équivalent 40 ans plus tard de « Changer de Cap » en 1970, mais je souhaiterais (appartenant en outre au « Réseau Salariat » fondé et présidé par le grand spécialiste des questions de protection sociale: Bernard Friot) que soient réaffirmés les grands principes de la Sécurité Sociale établis par Ambroise Croizat et appliquant le programme du CNR: financement de celle-ci (couverture maladie et retraite) par la cotisation, et gestion des caisses rendue aux travailleurs.

     
  6. jantcolin

    mars 10, 2016 at 9:31

    Danièle…

    Merci de m’avoir prévenu : – j’avais envoyé mon message en oubliant de changer l’adresse…!!! @ la prochaine,

    Antoine

    >

     
  7. jantcolin

    mars 13, 2016 at 4:18

    Danièle

    Extrait d’un courriel à ma secrétaire de cellule, infra. A bon entendeur : salut !

    Jean-Antoine

    MODESTIE !!! samedi 12 mars 19:47

    Paulette,

    J’ai commencé à m’atteler à la lourde tâche de lecture et d’annotation pour comprendre la fin et les moyens de tous les textes : « Projet de base », les versions longues et courtes de « Le temps du commun », « 2017 une autre voie… », « Des transformations utiles et concrètes… » (ainsi que d’autres, voir site de Pirrottina) .

    Mais sans guide de lecture je me demande comment je vais arriver à être productif, et surtout pas en étant « modeste » ! Ambitieux oui, et d’abord critique, car pas démuni de ces outils que j’ai pu acquérir en presque un demi-siècle d’expérience d’enseignement de de recherche (plus l’Ecole Fédérale au début de ces 50 ans & la Centrale à Draveil il y en aura 25)…

    Mieux vaut être exigeant que modeste devant toutes ces tartines versions longue et courte, indigestes (moi qui dans toute ma carrière d’écriture ai pris tant de temps pour faire court dans mes articles…). Aussi, toutes ces tchaches où je me sens noyé par des formules répétitives, (répétées depuis le demi-siècle où j’ai adhéré…), méritent un sérieux passage analytique, tri et nettoyage afin d’en tirer l’essentiel.

    Tu l’as dit toi-même (extrait de ton courriel du11 mars 2016 à 07:46) : comment ne pas se noyer dans cette masse d’ « Incantations et déclarations d’intention »…!

    Quoi de neuf dans tout ça ? Ça devrait sauter à la figure dès les première lignes d’un préambule… Les copains de « La Centrale » décoconnent à plein tube…!!! C’est qui celui qui a pondu tout ça…?? Salut et fraternité (comme disaient je crois certains anars…, car l’on n’est pas un bon communiste si l’on n’est pas un peu anar quelque part…, formule que j’aime répéter en fin de mes courriers aux camarades et néanmoins amis…),

    Jean

    >

     
    • histoireetsociete

      mars 13, 2016 at 6:03

      cher Jean , il ne te reste plus qu’à lire la pétition alternative UNIR LES COMMUNISTES et la signer la plus tôt possible. Parce que le problème est que ce chef d’oeuvre de novlangue que constitue « al base commune » n’est pas ainsi par hasard, elle prétend agglutiner ceux qui sont nostalgiques du Front de Gauche avec ceux qui frétillent à l’idée de se ranger derrière le PS dans une énième mouture de l’union de la gauche et donc d’éviter la question du renforcement du parti, de sa capacité dans la mélasse où se trouve le pays à élaborer une ligne originale de Front populaire articulant luttes et rassemblement politique. C’est une offensive de ce fait contre tous les fondamentaux communistes, une offensive tout azimut. Je fais partie du Comité de rédaction de la Pensée, j’ai appris que lors de la dernière réunion du comité de rédaction, le missi dominici (la voix de son maître) était venu expliquer que la Pensée ne devait pas être une revue marxiste et encore moins léniniste… Tout est ainsi balayé et dans le même temps il y a dezs diviseurs, ceux qui refusent tout rassemblement des communistes sous des prértextes fous qui frisent la diffamation pure et simple; Ce sont les flics de la direction… La direction du PCF a inventé de nouvelles procédures: présenter un texte alternatif de même format que la base commune donc illisible comme elle… Avoir 300 signatures. Et celles-ci doivent se récolter dans au moins 24 fédérations avec interdiction de plus de 30 signatures par fédération. Résultat il faut faire le plein au moins dans cinq ou six fédérations si l’on veut atteindre le quota. La pétition UNIR LES COMMUNISTES est la seule en capacité d’atteindre de telles exigences, mais il faut aller vite, tout doit être récolté avant le 31 mars. Donc il faut que dans notree fédération des Bouches du Rhône nous ayons les 30 signatures. Cela peut être facile à atteindre mais le risque est que pendant que nous déplorons les difficultés de lecture de la base commune, le temps passe. Donc la priorité est désormais de lire UNIR LES COMMUNISTES et trouver autour de nous un maximum de sqignatures. Faute de quoi, ce magma indigeste et ce chef d’oeuvre d’une novlangue destinée à effacer le communisme de la mémoire de notre peuple reste le seul texte en lice… Ce qui engendrera une masse de découragements et de nouveaux départs…
      Danielle Bleitrach

       
      • Jean Antoine COLIN

        mars 14, 2016 at 5:56

        Danièle

        J’ai retrouvé ta réponse du 13 mars 06:03 (dont je te remercie)…
        après cafouillage dans ma bécane, donc mes courriels infra même jour 11:06 & 08 = au panier !

        J’ai lu les docs « alternatifs » et je suis solidaire.
        Mais j’ai un pb avec l’€uro :
        – toute notre dette est maintenant libellée dans cette devise… si nous la quittons : qu’en faire.

        Que nos économistes (distingués comme il se doit) nous éclairent…

        Salut & fraternité

        Jean

         
  8. jantcolin

    mars 13, 2016 at 11:06

    Danièle,

    J’ai (comme un con que je suis…) perdu ton article où tu mentionnais le mien ci-dessous. Te croyant moins borélique que moi dans le fatras « net », pourrait-tu m’en retourner un exemplaire « perso » ? Salut et fraternité (cf. infra)…

    Jean

    >

     
  9. jantcolin

    mars 13, 2016 at 11:08

    erratum…

    >

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :