RSS

New York Times: la peau irritable du président Erdogan par Carol Giacomo

06 Mar

Afficher l'image d'origine

Je dois dire que quel que soit l’humour de l’auteur de l’article, je ne suis pas convaincue par sa chute sur le caractère démocratique des primaires où le niveau de l’insulte et des coups bas entre candidats est d’une extraordinaire vulgarité et d’un vide abyssal quant au programme. Même si Bernie Sanders lutte vaillament pour maintenir l’intérêt de la course chez les démocrates, ses chances de l’emporter sont nulles. Avoir le choix donc entre la très corrompue et belliciste Hillary Clinton et de l’autre côté entre l’extrême-droite évangéliste Cruz, comme cela se dessine et le raciste ubuesque Trump prouve à quel point la sélection par l’injure ne vaut pas mieux quant aux résultats que celui qui a présidé à l’élection de l’atrabiliare Erdogan. Tout cela nous promet simplement des jours d’angoisse et de folie guerrière, d’un côté comme de l’autre. (note de danielle Bleitrach)

4 MARS 2016 13H46 4 mars 2016

photo
Président Recep Tayyip Erdogan de la Turquie.
Président Recep Tayyip Erdogan de la Turquie. Crédit Piscine photo par Yasin Bulbul

Comme d’autres dirigeants autoritaires, le président Recep Tayyip Erdogan de la Turquie s’est fait un point d’honneur de montrer son peuple qui est le patron. Il a fait la guerre sur les séparatistes kurdes, il a emprisonné  les critiques , pris le contrôle de la plupart des médias, intimidé l’armée et convaincu  son peuple qu’il est indispensable.

Le discours ferme, l’action agressive et la démarche puissamment arrogante  sont ses caractéristiques.

Mais M. Erdogan, il semble, avoir  vraiment une vulnérabilité : une peau irritable. Il ne peut pas supporter la critique. La preuve réside dans les  presque 2,000 cas que les procureurs ont ouverts contre des Turcs pour avoir  insulté M. Erdogan depuis qu’ il a été élu  président il y a 18 mois.

 

Dans la liste des délinquants il y a t des dessinateurs, des journalistes, des universitaires, même des enfants. Dans un exemple assez bizarre de cette manie , un homme turc a récemment déposé une plainte contre sa femme pour avoir insulté M. Erdogan. Il est le premier cas connu où quelqu’un  a déposé une plainte pour calomnie du président dans l’intimité de sa propre maison, a rapporté Reuters .

En vertu de la loi turque, insulter le président est un crime passible de quatre ans de prison, mais la loi n’a été invoquée que rarement – jusqu’à ce jourt. «Je suis incapable de lire les insultes honteuses proférées contre notre président. Je commence à rougir aussitôt « , a déclaré Bekir Bozdag, le ministre de la Justice et membre du Parti AK de M. Erdogan,  mercredi en répondant aux questions devant le Parlement.

L’idée que M. Erdogan est si délicat qu’il serait grièvement blessé par un coup de langue est difficile à croire, et vraiment à côté de la plaque t. Il est un souverain impitoyable et intolérant qui a prouvé qu’il ne croit pas vraiment et ne peut pas respecter le système démocratique de son pays. La démocratie exige que les citoyens soient en mesure de prendre la parole si nécessaire contre leurs dirigeants.

La liberté d’expression, y compris la critique, est essentiel pour un peuple libre. A ce que nous savons: M. Erdogan n’aurait jamais été élu  par le biais de la campagne électorale américaine 2016.

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 6, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :