RSS

Les enseignants russes ne le cachent pas: instruire les enfants actuels est très compliqué.

17 Fév

Afficher l'image d'origine

traduit par René gendre pour Histoireetsociete

En classe de Troisième ils lisent syllabe par syllabe. En Terminale ils ne parviennent pas à composer un texte et échouent à l’Examen d’État de fin d’études. Et ceci en dépit du fait que les épreuves comme celles de mathématique sont constamment simplifiées. Même les enseignants de Saint Petersbourg ne cachent plus ce phénomène d’abêtissement.

Lioudmila Yassoukova Docteur de 3ème cycle en sciences du psychisme est directrice du laboratoire de psychologie sociale de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg. Elle dirige le centre « Diagnostiques et développement des compétences ». Elle étudie depuis plus de vingt ans le développement intellectuel des élèves. Dans cet entretient elle explique pourquoi il est devenu si difficile d’instruire les enfants.

La rupture intellectuelle

Question: depuis la fin des années 1980 vous observez l’évolution des capacités intellectuelles des élèves de Saint Pétersbourg. Y a-t-il eu une réelle dégradation?

Lioudmilla Yasoukova – Oui. Il y a eu une forte baisse de l’intelligence de la majeure partie des enfants qui ont achevé leur scolarité. Plus une chute du niveau d’instruction et de culture. Mais cela n’a aucune relation avec une quelconque déficience d’ordre génétique. Elle est le fait de la dégradation de notre système éducatif.
Le développement de l’enfant dépend des programmes d’enseignement qu’il a suivis. S’ils se détériorent, se produit alors une baisse du niveau de l’intelligence. Un niveau élevé d’ enseignement s’est maintenu seulement chez les élèves des meilleurs lycées, des lycées où les élèves bénéficient de programmes approfondis*.

Question: Comment procédez-vous pour réaliser le suivi des capacités des enfants?

L-Y: J’ai développé mes protocoles sur la base de la batterie de tests de structuration de l’intelligence (IST) de R. Amthauer. Chaque année je réalise des mesures chez les élèves du Primaire et du Secondaire à partir de plusieurs indicateurs, incluant par exemple la formation de la pensée conceptuelle. Soit, l’ habileté à mettre en évidence l’essence des phénomènes, de percevoir leurs causes, de prévoir leurs effets, la capacité à résumer l’information, à construire une image complète d’une situation. En outre j’évalue la pensée abstraite spatiale, le niveau de culture générale, la capacité de concentration des élèves ainsi que leurs caractéristiques personnelles. En effet si l’élève bien que doté de bonnes capacités est paresseux, il peut difficilement apprendre , voire même peut régresser. Aujourd’hui, les résultats de tests sont deux fois moins bons qu’ à la fin des années 1980).

Question: Si la pensée conceptuelle de l’élève n’est pas formée, qu’est-ce que cela implique? Il ne réussira pas dans la vie?

L.Y: Les sujets dont la pensée conceptuelle est limitée croient apprécier adéquatement les situations. Mais c’est une illusion. Ils ne parviennent pas à réaliser leurs plans, leurs pronostics échouent. Et ils en rendent responsables non pas eux-mêmes mais leur entourage, s’imaginent que le pays a voulu leur jouer un mauvais tour.
La déficience de la pensée coceptuelle affecte l’instruction des élèves. L’enfant apprend correctement mais ne saisit pas, ne comprend pas le sens de ce qu’il apprend. Il a la formule sous les yeux mais ne parvient pas à l’appliquer au problème qui, du coup reste non résolu. Le problème est que la formation de la pensée conceptuelle sans un enseignement de sciences est impossible.

LE PAYS N’A PAS BESOIN DE GENS INTELLIGENTS

QUESTION/ Les sciences ne sont plus enseignées?

L.Y Nous avons changé de paradigme éducatif. Auparavant, quand les élèves étudiaient sérieusement les sciences, il était « académique ». A présent, on considère qu’il n’est plus nécessaire d’enseigner les savoirs et connaissances scientifiques. L’essentiel est que les élèves reçoivent dans leur cursus scolaire des compétences pratiques leur permettant de s’adapter à la vie. Je m’explique à l’aide d’un exemple. Autrefois on enseignait à l’école primaire les éléments d’histoire naturelle qui permettaient de jeter les bases de la pensée scientifique. A présent on aborde « Le monde environnant ». C’est là une bouillie insensée, sans aucune logique. Et qui plus est truffée d’informations erronées. Par exemple dans le programme de CE1,on étudie « les traces des animaux sauvages ». Et savez-vous pourquoi? Pour être capable de sortir par soi-même, en hiver, d’une forêt. Bon, d’accord, mais est-ce qu’un enfant de 8 ans de nos jours peut se retrouver seul dans une forêt? Et deuzio cet enfant même en suivant ces traces n’en sortira pas plus.

La biologie elle aussi est concernée. Auparavant en classe de CM2 on abordait la botanique, en 6ème et 5ème la zoologie, en 4ème l’anatomie et en 3ème pour synthétiser ces disciplines la Biologie générale. En d’autres termes le procès d’enseignement respectait une logique claire. Les nouveaux savoirs et connaissances s’inscrivaient logiquement dans un système, permettant en cas de nécessité de s’en souvenir et de les reconstruire simplement.
Ce n’est pas sans raison que le psychologue soviétique Lev Viggotski a dit que chez l’adulte ne fonctionne pas seulement la mémoire mais aussi la pensée comme processus de restructuration des connaissances. Le problème est que dans le processus de l’apprentissage contemporain la logique est absente, il n’y a plus rien à reconstruire/restructurer. Tout se mélange, se confond: à présent, dès la 6ème jusqu’à la 3ème on apprend à tour de rôle la botanique, la zoologie, la biologie générale. La situation avec la physique est encore pire. Auparavant dès la 6-ème, les élèves commençaient à étudier la mécanique et à résoudre des problèmes qui formaient la pensée conceptuelle. A présent on enseigne la physique dès la 5ème. Et en lieu et place de la mécanique on aborde avec les élèves les lois fondamentales de la nature, de l’Univers, du mouvement des planètes. Quant à la mécanique elle est abordée avec l’optique, l’électricité, le magnétisme en 4ème et 3ème. Soit pendant deux années au lieu de quatre auparavant.
Au lieu de résoudre les problèmes des enfants bien souvent on ne fait que les présenter. Et en quoi consiste cette présentation? Elle consiste en une exposition d’images, de tableaux. Ce qui signifie que la physique en tant que science formatrice de l’esprit ne joue plus son rôle. Autant dire que l’on peu faire une croix sur la formation de la pensée conceptuelle. Et sans elle on ne peut espérer par la suite travailler dans la science, la pédagogie, la médecine, l’industrie.

Question: Qui sait, notre pays n’a-t-il pas besoin de gens intelligents?

L.Y: Notre État, malheureusement, non. Nous sommes un pays de ressources de matières premières. Nous n’avons effectivement besoin de gens dotés d’une formation supérieure que dans ce secteur du gaz et du pétrole. Ce n’est pas pour rien que se met en place une politique de restructuration de l’enseignement supérieur: les Universités ferment, les places budgétaires pour les étudiants sont réduites et on licencie des professeurs. L’État n’a pas besoin de gens intelligents qui sont, par ailleurs, difficilement gouvernables. Et quant à ce que sera le pays à l’avenir, c’est le cadet des soucis.

« Malako » et  » agouriets »

Question: Un autre problème de nos élèves: le total analphabétisme. D’où cela provient-il?

L. Y: La cause en est ce qu’il est convenu d’appeler les programmes phonétiques d’enseignement mis en œuvre à partir de 1985. Il faut remercier ici le psychologue soviétique Daniel Elkonin! En russe les mots ne s’écrivent pas comme ils s’entendent ni comme ils se prononcent. Il est indispensable de connaitre et d’appliquer les règles, de se souvenir visuellement des mots correctement orthographiés. Mais avec la méthode phonétique d’apprentissage la concentration principale se porte sur les sons et la prononciation.
Pendant deux ans au jardin d’enfants, puis à l’école primaire les enfants apprennent à distinguer les mots aux sons. Pendant plus de deux ans ils ne visualisent pas l’écriture des mots, ne sont pas même initiés aux règles, ce qui conduit à la formation d’une dominante sonore. Le plus important pour eux consiste dans la matière sonore du mot.
En outre du CP jusqu’à la Sixième les exercices scolaires s’exécutent sur la base des enregistrements sonores des mots. Ainsi dans les leçons ils écrivent  » йожик » au lieu de « ёжик » (érisson au lieu de hérisson) , « малоко » au lieu de « молоко » (lè au lieu de lait), « сабака » au lieu de « собака » (chiin au lieu de chien), « тилонок » en place de « телёнок » (vau pour veau). Au fil du temps pareilles dysorthographies se reproduisent visuellement. J’étais en novembre dans une classe de CP . L’institutrice montra la lettre « a » aux élèves et leur demanda de citer des mots connus comprenant cette lettre. Et toute la classe s’écria: « огурец » (cornichon). (NB: en russe le phonème transcrit par la lettre « o » se prononce comme un « a » s’il n’est pas accentué, comme dans, ci-dessus les deux premières syllabes de молоко (malako), et la première de собака (sabaka)). Voilà comment avec cette méthode phonétique on enseigne l’analphabétisme.

Question: Il existe une version qui attribue la cause de cet analphabétisme des enfants à Internet où ils s’imprègnent de la majorité des fautes qu’ils reproduisent par la suite.

E.Y: Bêtises! Ils font des fautes sur Internet parce que dès le début ils sont « dysorthographiés ». Un sujet instruit, lettré même sur la toile écrira correctement.

Question: est-ce que l’usage des tablettes, des ordinateurs qui limite l’écriture manuscrite affecte le développement de l’enfant du fait notamment qu’il ne développe pas la motricité fine?

E.Y : Cela n’est pas très important, pour la maîtrise de la lecture et de l’écriture que les enfants écrivent à la main ou au clavier. Quand les ordinateurs n’existaient pas encore les enfants qui éprouvaient de sérieux troubles de motricité fine, apprenaient  à lire et a écrire à l’aide de machines à écrire. Ces enfants parvenaient à maîtriser ces compétences et progressivement leurs problèmes de motricité d’effaçaient.

L’avenir est dans le passé.

Question: Ces derniers temps un nombre croissant d’enfants souffre du syndrome de déficit de l’attention avec hyperactivité (SDAH). Pourquoi ces problèmes ont-ils surgi chez nous?

E:Y : 45 % des élèves qui entrent à l’école sont sujets à ces troubles fonctionnels. Auparavant, jusque dans les années 1990, il n’étaient que de l’ordre de 6 à 12%. L’une des causes est la mauvaise qualité de l’environnement qui affecte l’organisme de la future mère. C’est ainsi que dans la ville de Tcherepovtse, dans la régio de Vologda, ville où on compte de nombreuses usines métallurgiques et chimiques le taux d’enfants concernés par ce trouble atteint 70%.
En plus les femmes enceintes doivent à présent beaucoup plus travailler. A quoi s’ajoutent de mauvaises habitudes et des règles de vie incorrectes. Qui plus est les maternités se sont équipées dans les années 1990 de matériels obstétriques de sorte que les enfants qui autrefois mouraient, aujourd’hui survivent et viennent grossir le nombre d’enfants atteints de ce syndrome. Mais il est possible de lutter contre cela. Selon des chercheurs, l’une des causes de ce trouble est lié à des problèmes de colonne vertébrale. Les enfants chez qui l’artère vertébrale est compressée voient le flux sanguin des artères carotides alimentant les lobes frontaux diminuer. Le cerveau de l’enfant n’est plus suffisamment irrigué en oxygène et éléments nutritifs entravant ses capacités et performances fonctionnelles. Si bien qu’il peut travailler 3-5 minutes puis ensuite se désactive pour un certain temps. Nous sommes tous confrontés à ce problème par exemple lorsque nous assistons à une conférence ennuyeuse. Nous nous déconnectons quelques secondes et cela relativement rarement une fois par heure ou deux. Par contre les enfants atteints de ce syndrome SDAH peuvent déconnecter jusque pendant 5 minutes. Et bien sûr ils ne comprennent pas ce qui s’est dit pendant la leçon, en classe.
Je travaille depuis longtemps avec ces enfants et je peux affirmer que leurs problèmes peuvent être résolus en un semestre. Nul besoin de prendre des médicaments. Il suffit simplement de redresser la colonne vertébrale. Et pour que le déplacement vertébral ne se reproduise pas il suffit de procéder quotidiennement à des massages de renforcement, à pratiquer une gymnastique corrective.

Question: Comment aider les enfants souffrant de ce déficit de l’attention, c’est clair. Mais avez-vous une recette pour que dans notre école le niveau scolaire ne s’effondre pas pour les autres élèves?

E.Y: Il faut remplacer le programme de l’école primaire (Natchalki) et en revenir à ce qui se faisait dans les années 1960 du siècle précédent. Croyez-moi aucun effondrement ne se produira, si vous vous souvenez que l’école soviétique instruisait tout le monde. De nos jours on loue les services de répétiteurs pour les enfants dès la classe de CP.
Ensuite bien-sûr les parents peuvent eux-mêmes contribuer à l’éducation de leurs enfants. Un conseil simple: apprenez à votre enfant à lire avant même d’aller à l’école. Et inutile de lui demander de répéter oralement tel ou tel récit. Cela n’a pas de sens. Il est préférable de le questionner sur la lecture. Cela apprend à l’enfant à réfléchir et à formuler correctement ses pensées.

Auteur de l’article: Ekaterina Dementieva

*NB : L’expression « lycées à programmes approndis» fait allusion aux établissements où s’est mis en place dans les années post-soviétiques des enseignements complémentaires, d’approfondissement souvent financés par les parents eux-mêmes.
Original: http://www.online812.ru/2015/10/01/011/

ou http://www.nashideti.site/?p=747

 
1 commentaire

Publié par le février 17, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Les enseignants russes ne le cachent pas: instruire les enfants actuels est très compliqué.

  1. Shpati

    février 18, 2016 at 7:30

    Heureusement qu’ils n’ont pas vu ce qui se passait dans le Neuf-Trois, ou ailleurs. Sinon, crise cardiaque subite.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :