RSS

Avis à nos lecteurs, quelques jours de vacances…

07 Fév

2

Bon vous avez de quoi lire pour plusieurs jours… Notre blog va plus ou moins être en sommeil pour une semaine, mais au retour j’aurais probablement de quoi alimenter à nouveau le débat…

Quand je pense qu’il y en a qui doivent croire que je vise à une carrière politique. Comme la plupart des membres du PCF à cette époque, l’idée d’une carrière nous était étrangère, comment aurions-nous pu penser ainsi, alors que nous rencontrions tous les jours les héros et héroïnes de la résistance, que nous avions lexemple de ces militants ouvriers qui sacrifiaient leur emploi au combat commun…Quand j’ai accepté de devenir rédactrice en chef adjointe de Révolution et membre du Comité central, j’étais membre du Comité national du CNRS. C’est-à-dire que je faisais partie des 24 sociologues qui en France jugeaient des carrières, examinaient les divers laboratoires. Les travaux faits avec Alain Chenu étaient reconnus et nous étions invités partout y compris à Berckley.  La meilleure remarque qui m’a été faite a été celle de Francette Lazare: Quel que soit ton choix, dis-toi qu’il est tien et ne le reproche jamais à personne et surtout pas au parti communiste..Je ne l’ai pas regretté, militer au sein du parti y connaître des gens inoubliables, courageux et d’une morale sans commune mesure avec l’égoïsme ambiant, mais sans hypocrisie, nous n’avions aucun pathos, nous ne pleurnichions pas, des tas de Gavroche en train de se moquer de ceux qui prétendaient les berner avec des beaux discours, , de la dignité de l »ironie, un monde divers et uni, d’Aragon à l’ouvrier, de Joliot Curie à la femme de ménage, nous étions convaincus que les cuisinières un jour gouverneraient l’Etat,  Qui a connu cela ne l’oublie jamais… En tant que Conseillère régionale, c' »tait le trésorier du parti qui récoltait ma rétribution, cela me coûtait de l’argent et du travail, je n’y tenais pas tant que ça… ..

On m »avait dit (André Still) que quitter le comité central serait terrible. Honnêtement ‘jai été soulagée et j’ai poursuivi mes voyages à travers la planète à partir de ce lieu de résistance qui était Cuba. Mais malgré ce je suis toujours en train de courir derrière ce que je n’ai pas pu réaliser. je ne regrette ni mes choix, ni ma vie, mais bien de ne pas en avoir plusieurs pour mener à bien tout ce qui me passionne. Encore aujourd’hui je me demande si la vie me laissera le temps de trois projets concernant une sociologie du cinéma. L’un est déjà en chantier, il s’agit d’écrire la préface du livre sur le cinéma français à la libération, essentiellement sur Jean Grémillon que m a laissé en mourant mon ami Armand paillet. C’est un travail sur l’identité française et y compris sur le rôle des communistes … J’aimerais également écrire un travail dans le même sens sur le cinéma soviétique. Et il y tous les voyages et compte-rendus en préparation avec Marianne , le prochain en mars en Pologne, ne croyez pas que nous avons des moyens illimités, nous sommes hébergées, nous empruntons des moyens de transport hasardeux… Avec toujours la même préoccupation: quelles sont les traces laissées par l’expérience socialiste menée par des partis communistes et en quoi elles travaillent les peuples y compris confrontés à des menaces fascistes ?. ,Fondamentalement, elle et moi, nous refusons  une guerre qui détruira l’humanité. Elle traduit et je regarde et nous discutons sur ce que nous avons recueilli, nous tentons au retour, avec votre aide de casser le mur médiatico politique que le système de propagande a bâti… 

A cette occasion, se faire accuser d’être une « stalinienne »quand simplement on a sa conscience pour soi, trop c’est trop…je ne sais pas ce qu’est être stalinien, mais s’il s’ agit de légitimer l’infaillibilité pontificale des directions je me demande qui est « stalinien’ et pas seulement chez les communistes. Mais la rumeur a été diffusée pour disqualifier … 

C’est dire si je suis peu tentée par une carrière politique, par un engagement où je suis consciente de n’avoir que des coups à prendre et avec les moyens réduits pour ne pas dire inexistants de mon action, j’en suis au même point que vous, mais c’est cette vieille dette de la victoire sur le nazisme, autant que mon refus de l’injustice et puis me dire que le pessimisme est un luxe que moi et les miens ne pouvons nous permettre… Le constat que quel soit l’état des communistes, il n’existe rien d’autre alors que nous avons un besoin urgent d’eux… organisés, rassemblés…

Je veux bien que tous nos détracteurs puisse caricaturer l’expérience soviétique, ignorer ce qu’elle a laissé dans la tête et le coeur de ceux qui l’ont vécue, mais qu’ont-ils à nous reprocher à nous communistes français? Notre combat dans la résistance qu’e le minable Hollande ose nier en refusant à l’un des nôtres l’entrée au Panthéon, la sécurité sociale, les combats pied à pied pour les droits des travailleurs, les luttes anti-coloniales, partout où la droite et le s socialistes se déshonoraient, les communistes  français étaient là … De quel passé devons nous avoir honte pour nous cacher derrière eux, pour nous faire accepter par des bobos qui ne cessent de se tromper? De leur demander leur avis et de négliger celui de ceux qui souffrent aujourd’hui, ceux que l »ont met en prison pour avoir défendu leur emploi...

On veut nous faire croire que nous poserions l’alternative : la gauche ou nous? C’est le contraire il n’y aura pas de gauche, pas de rassemblement type Front populaire sans communistes capables d’articuler les luttes qui montent avec une mobilisation à la base en faveur de véritables changements politiques… Plus nous supprimerons le parti communiste et les communistes sous prétexte de refonder quelque chose qui est déjà dans l’impasse ailleurs, plus on nous dira »ça ne marche pas alors continuos dans la même direction, moins il y aura d’issue à gauche et pour un quelconque Front de gauche conditionné par des manoeuvres de sommet voir de couloir. Voilà encore une idée simple sur laquelle où que nous soyons nous pouvons nous entendre. Le parti communiste n’est pas un obstacle à un Front populaire, il en est la condition indispensable tout autant qu’il restera communiste. 

Bref, nous allons tous faire la même chose: nous interroger sur ce que nous pouvons faire, là où nous sommes, avec nos moyens, pour qu’il existe un parti communiste sans lequel toute la société française est déporté vers la droite et l’extrême-droite… Donc à bientôt et travaillez bien. Vous n’avez rien à y gagner, moi non plus mais c’est comme ça… 

Et après avoir bien cogité, il s’agit de faire et là que vous vouliez ou non ça passe par l’unité des communistes.

Danielle Bleitrach

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le février 7, 2016 dans Uncategorized

 

5 réponses à “Avis à nos lecteurs, quelques jours de vacances…

  1. Gérard jean

    février 7, 2016 at 5:51

    voici la dernière phrase du rapport de Pierre Laurent que tu as publié sur PCF bassin:

    ‘Enfin dernière précision importante sur le Congrès. Nous devons adopter le mode de représentation du Parti. Nous proposons que chaque fédération dispose de 4 délégués plus un délégué par tranche de 300 adhérents.’

    ça signifie que la lozère et ses 50 adhérents auront 4 délégués là ou la haute garonne et ses 1200 adhérents aura 8 délégués.
    En Lozère 1 délégué représentera 13 adhérents.
    En Haute Garonne,1 délégué représentera 150 adhérents.

    C’est à dire qu’un adhérent d’une petite fédé vaut dix fois plus qu’une grosse là ou le PCF justement est le + vivant,le + fidèle à son âme,le moins Huéisé?
    C’est totalement Anti-démocratique!
    Les dés sont pipés dès le départ,INADMISSIBLE!
    Moi auusi je réadhère pour que ne soit pas enterré le PCF sous de telles pratiques!!!

    no prev 1 mail suivant

     
  2. Gérard jean

    février 7, 2016 at 5:52

    voici la dernière phrase:

    ‘Enfin dernière précision importante sur le Congrès. Nous devons adopter le mode de représentation du Parti. Nous proposons que chaque fédération dispose de 4 délégués plus un délégué par tranche de 300 adhérents.’

    ça signifie que la lozère et ses 50 adhérents auront 4 délégués là ou la haute garonne et ses 1200 adhérents aura 8 délégués.
    En Lozère 1 délégué représentera 13 adhérents.
    En Haute Garonne,1 délégué représentera 150 adhérents.

    C’est à dire qu’un adhérent d’une petite fédé représente vaut dix fois plus qu’une grosse là ou le PCF est le + vivant?
    C’est totalement Anti-démocratique!
    Les dés sont pipés dès le départ.

     
  3. histoireetsociete

    février 7, 2016 at 6:00

    merci cher camarade, j’ai placé tes deux contributions qui ne sont pas tout à fait les mêmes, je trouve que tu as bien commencé le travail, analyser les textes, en voir les conséquences d(une manière très concrète…

     
  4. pedrito

    février 7, 2016 at 10:24

    Qui a connu cela ne l’oublie jamais, écris-tu: quelle richesse que cette vie « militante », seulement tournée vers les autres, leur bien-être, celui de la classe ouvrière et des masses laborieuses, la lutte obstinée pour ce monde que nous voul(i)ons meilleur, malgré les revers, les agressions, – exemple: réveillé chez soi avec un pistolet sur la figure……et le silence des socialistes locaux !!- Nous n’avons rien à gagner, juste un sens à notre vie, une richesse que les bobos hollandistes ne peuvent comprendre et qu’ils ne connaitront jamais
    Merci Danielle pour ton courageux combat qui m’ouvre un optimisme que je croyais perdu: je rêve encore grâce à toi d’Union Populaire

     
  5. ORJOL Denis

    février 8, 2016 at 4:49

    Je partage l’essentiel de ton papier, en particulier cette phrase :
    « Voilà encore une idée simple sur laquelle où que nous soyons nous pouvons nous entendre. Le parti communiste n’est pas un obstacle à un Front populaire, il en est la condition indispensable tout autant qu’il restera communiste. »
    C’est pourquoi – selon moi – le Front de Gauche ne pouvait mener qu’à l’échec, le PCF s’étant effacer derrière Mélenchon, son parti et les différents groupuscules dont celui de Christian Picquet (GU) qui a rejoint directement le CN du PCF où il prône l’engagement total du PC pour les « primaires à gauche » … Le trotskisme mène à toutes les « audaces » (LOL) !

    Le choix de retourner au PCF est votre choix, je ne me permets pas de le juger, mais dans mon département ceci n’est absolument pas possible, le fossé est trop grand avec un PCF qui est devenu une sorte de PS-bis (depuis quelques années déjà les candidatures PC se font avec l’aval du PS et aux dernières régionales l’ancien secrétaire fédéral est parti avec Le Drian alors que la grande majorité des adhérents avaient choisi Xavier Compain pour mener la liste FDG).

    Ceci-dit, bon courage à tous.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :