RSS

World War Three Inside the War Room et la tentation totalitaire en Occident

06 Fév

Comme l’a déjà montré Marianne dans un article qu’elle a traduit hier du Russe,

https://histoireetsociete.wordpress.com/2016/02/05/la-diabolisation-de-la-russie-est-dangereuse-pour-le-monde-entier/

mettons que la fiction ait tous les droits, mais le danger est quand ceux qui, gorgés d’élucubrations sur un ennemi imaginaire soient prêts à s’enfoncer dans n’importe quelle aventure totalitaire, de la guerre au fascisme intérieur.Et là, il n’est plus possible de se taire. Comment se taire devant l’émergence récurrente d’éléments de totalitarisme dans notre Europe si tolérante, avec les siens. Mais prête à poser la question du massacre de millions d’êtres humains. Sans sourciller. Comment en sommes-nous arrivés là? s’interroge cette spécialiste de la Russie

war games
Image du film
Tout d’abord, il a eu Occupied, et j’ai décidé de me taire, car cette série sur l’intervention russe en Norvège sur demande de l’UE le tout sur fond de guerre énergétique contre l’écologie et d’une fausse interrogation sur un hypothétique devoir de résistance populaire, était d’une absurdité sans nom. Finalement, c’était peut-être une erreur. Il faut s’exprimer sous peine de cautionner. Mais en parler, c’est donner aussi de l’importance à l’objet de la discussion et il me débectait de donner de l’importance à ces élucubrations.
Maintenant, c’est la chaîne publique anglaise BBC 2 qui sort un film de fiction-documentaire selon lequel la Russie envahit la Lettonie et la question posée est de savoir s’il faut ou non massacrer quelques millions de russes. Encore un échelon a été franchi dans la guerre médiatique.
Et là, il n’est plus possible de se taire. Comment se taire devant l’émergence récurrente d’éléments de totalitarisme dans notre Europe si tolérante, avec les siens. Mais prête à poser la question du massacre de millions d’êtres humains. Sans sourciller. Comment en sommes-nous arrivés là?
En plein prime time, la BBC sort un docu-fiction. Vous pouvez le voir en intégralité en anglais ici: World War Three: Inside the War Room.
L’histoire de base est simple:

« D’après le scénario, la Russie envahit la Lettonie pour soutenir les séparatistes pro-Kremlin qui se sont emparés d’une vingtaine de villes le long de la frontière russe. Alors que l’Otan tarde à intervenir, le Royaume-Uni et les Etats-Unis décident d’aider la Lettonie et d’évincer les forces russes de son territoire. La Russie répond par une attaque nucléaire dans laquelle 1.200 militaires britanniques trouvent la mort. Le Royaume-Uni refuse de recourir aux armes nucléaires pour aider l’Otan à reprendre le contrôle du Latgale (région à l’est de la Lettonie), mais pas les Etats-Unis. Une Troisième guerre mondiale éclate. »

Comme l’écrit le Telegraph, le scénario est des plus réalistes depuis que la « Russie a anexé la Crimée »:

« Nato has long been worried about Russian interference in the Baltic States and senior personnel regularly take part in war games to test how Western leaders would respond to conflict there. These exercises are top secret but now the BBC has run its own such war game and a new film shows what might happen in real life. World War Three: Inside the War Room convenes a war cabinet of former military and diplomatic figures to react to a hypothetical but all too plausible confrontation in Eastern Europe, given Russia’s 2014 annexation of Crimea. « 

Ainsi, le docu-fiction commence par une réécriture de l’histoire: après que la Russie ait bombardé la Géorgie en 2008 (ce n’est plus la Géorgie qui a attaqué l’Ossétie du Sud), après que les troupes russes aient envahies l’Ukraine en 2014 (ce n’est plus Kiev qui s’est lancé contre le Donbass), ces fameuses et mystiques troupes russes arrivent dans les pays baltes et envahissent la Lettonie. Des images montées des conflits, notamment dans le Donbass, sont arrangées, mélangées à des images fictions, des prises de vues de V. Poutine avec modification des textes sont données les unes au milieu des autres pour montrer comment la population russe prend le contrôle du pays, un drapeau russe est hissé et l’armée russe est envoyée en soutien des combattants.
Quelqu’un qui prend le film en cours de route ne peut pas savoir que c’est de la fiction, car il est tourné sur fond de documantaire. D’autant plus que pour continuer à maintenir la confusion dans les esprits, les personnes qui sont assises dans le QG sont de véritables personnages de la vie politique britanique. On comptera notamment:
  • Richard Shireff, général en retraite, ancien commandant suprême adjoint des forces alliées en Europe (OTAN- SACEAUR) – on notera son voyage à la tête d’une délégation de l’OTAN en Ukraine en 2012 pour soutenir le programme de réarmement du pays;
  • Baronesse Pauline Neville-Jones, nommée en 2010 par Cameron ministre d’état pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme avec une position permanente au Conseil de sécurité, démissionne en 2011; de 1998 à 2004, elle fait partie du Comité d’audit de la BBC (coïncidence);
  • Christopher Meyer, ex-ambassadeur de Grande Bretagne aux Etats Unis (1997-2003), donc notamment à l’occasion de l’invasion américaine de l’Irak;
  • Sir Tony Brenton, ex-ambassadeur de Grande Bretagne en Russie (2004-2008);
  • Alan West, Baron West of Spithead, ministre de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme (2007-2010), membre à vie du Conseil privé de la Reine.

Ces personnes doivent répondre au début à une question simple: doivent-ils envoyer des troupes combattre contre les russes pour soutenir les lettoniens?

Réponse cynique: on ne va pas risquer une Troisième guerre mondiale pour même pas deux millions d’habitants, quelques quartiers dans une mégapole.
Mais la situation se corse lorsque, dans le scénario, la Russie menace d’envoyer une bombe sur le Parlement britanique. Finalement la décision est prise de ne pas suivre les Etats Unis et de ne pas bombarder la Russie et sa population. Ne croyez surtout pas à un sursaut d’humanisme, la raison est un argument digne des nazis:

« La question est de savoir est-ce que l’on va tuer pour rien plusieurs millions de russes. J’en aurais bien tué quelques dizaines de milliers, mais si nous s’arrivons pas à leur faire peur de cette façon, ça ne sert à rien »

Dixit Sir Tony Brenton, ex ambassadeur de Grande Bretagne en Russie
Donc si c’était utile, on aurait pu rayer de la surface du monde quelques millions d’être humains… Vous trouverez ces paroles à la minute 3.15:
Ces personnes ne jouent pas à la russophobie, ils le sont simplement. Pour eux la Russie est l’ennemi. L’ennemi total. Donc l’ennemi qu’il faut détruire. La seule chose qui leur fasse réellement peur est le souvenir de l’échec d’Hitler lors de la Seconde Guerre Mondiale, la vraie: la destruction physique des populations slaves ne fait que renforcer la rage de vaincre des populations. Plus de 20 millions de morts n’ont servi à rien pour faire plier les peuples d’URSS. En cela, c’est vrai, la Russie se distingue des autres pays européens. Mais se rendent-ils compte des paroles qu’ils prononcent?
Comment peut-on discuter de la mort de millions de personnes, d’êtres humains et ensuite faire de grands discours sur les droits de l’homme? A moins de ne pas considérer ces personnes comme humaines, justement. C’est cela qui ressort de l’argumentation totalitaire.
Ce n’est qu’un documentaire? Certes, mais comme le souligne les critiques des journaux anglais, les « experts » sont des professionnels mis en situation et doivent régler une situation comme ils la règleraient hors caméra, si cela se passait vraiment. Nous entendons donc ce que pensent réellement ces personnes qui ont occupé des postes importants. Ca fait froid dans le dos.
Deux remarques ici:
  1. Il est complètement fou d’imaginer un tel scénario réaliste, mais la propagande guerrière a atteint un tel niveau en Occident que nous en sommes arrivés là;
  2. Comme il faut un ennemi, on ravive l’image du méchant russe. Mais comme il est impossible de faire un vrai film documentaire en ce sens car les faits en confortent pas les fantasmes, on réalise un « docu-fiction » qui permet de transformer la réalité en toute liberté et d’impreigner les cerveaux en maintenant la confusion.

Les réactions des politiques en fonction ne sont pas très favorables à ce que personne ne considère comme une oeuvre d’art. Même en Lettonie, le ministre des affaires étrangères, pourtant russophobe, estime que ce scénario est totalement irréaliste. Il ne suit donc pas l’analyse de la presse britanique. Le ministère des affaires étrangères russe regrette que la Grande Bretagne en arrive à ce type de propagande qui, vu le contexte international tendu, n’apporte rien. Quant au porte-parole du Président russe, il déclare avoir autre chose à faire que de regarder les productions propagandistes mal faites que la BBC semble de plus en plus enclin à diffuser.

Que peut-on ajouter?
Je ne suis pas certaine que même à l’époque de la guerre froide, nous ne nous soyons rabaissés à ce point. Un tel niveau de médiocrité demande beaucoup de constance et d’efforts. Félicitations, nous y sommes en fin arrivé.
Par ailleurs, je n’ose imaginer les réactions du « Monde civilisé » si la Russie s’avisait de produire de genre de chose …
Pourquoi une telle haine contre la Russie?
Parce qu’elle est européenne, mais elle ne joue pas le jeu. Elle est comme nous, car elle est une partie de nous et elle veut être elle-même. C’est devenu intolérable. Au nom de la « tolérance » et des « droits de l’homme », les hommes ne doivent plus seulement être égaux, ils doivent être identiques. Etre autre est devenu un crime. Un peu comme pour un bolchévique convaincu: comment placer son moi au-dessus de l’intérêt commun? Nous avons finalement glissé du culte de l’individu sacralisé dans la société holiste, c’est-à-dire qui ne se caractérise que par référence à la totalité. Et la Russie ose remettre en cause le dogme, il faut la détruire. D’où cette haine irrationnelle de la part de milieux fortement idéologisés. Ce qui ne traduit pas, d’ailleurs, le point de vue des masses, naturellement résistantes à cette dérive. D’où cette fois la nécessité de ce genre de production: pour former « correctement » l’esprit public.
La principale caractéristique du totalitarisme est la volonté de changer l’homme de l’intérieur. Cette dérive est particulièrement inquiétante en Occident, car elle se renforce.
Publicités
 
1 commentaire

Publié par le février 6, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “World War Three Inside the War Room et la tentation totalitaire en Occident

  1. jehaislescookies

    février 6, 2016 at 5:05

    « pourquoi une telle haine contre la Russie ? » effectivement c’est une question à se poser, surtout que celle-ci parlant des USA ne remonte pas à hier, en effet :
    Qui se souvient d’un livre publié en 1898 (parmi d’ailleurs plusieurs autres titres de la même eau, c’est une année mémorable) par un certain Samuel Odell « The last War or the Triumph of the english tongue » (= La dernière guerre ou le triomphe de la langue anglaise) ?
    personne ?
    Et pourtant les phantasmes qui le nourrissent sont « vachement intéressants » .. et encore plus de nos jours … où ils jettent un éclairage troublant.

    Résumé du bouquin :

    Nous sommes en 2 600, les Etats-Unis comptent cent quatre-vingt-cinq Etats et forment une fédération mondiale de nations anglophones, qui se sont débarrassés depuis belle lurette des langues insignifiantes qu’étaient le français, l’allemand et l’Italien (c’est déjà ce qui se passe chez nous dans le fameux « enseignement des (sic) langues vivantes à l’Ecole Primaire » !). « Au commencement de l’histoire, il existait plusieurs races » explique le professeur du livre dans son cours de 2 600, « mais maintenant les chinois, les malais et les noirs se sont mis à genoux devant leurs frères blancs (il aurait pu ajouter les irakiens ! …). Ils ont disparus en tant que peuple et nous les avons laissés vivre par pitié. Certains conquérants se sont laissé abaisser à un rang inférieur en se mêlant aux vaincus. (ça ne vous rappelle rien ? vous souvenez-vous des critiques de Hitler envers les français à ce sujet ?) Mais pas les peuples anglophones ! Ils n’ont pas composé avec le MAL ; ils l’ont anéanti. » …

    Bref il ne reste que la Russie comme axe du Mal et l’opposition à la Russie a cimenté les liens entre les pays occidentaux (c.à d. anglophones, souvenons-nous) Quand ces derniers ont commencés à approcher la « perfection humaine », l’abime entre le Bien et le Mal est devenu tellement béant que la guerre s’est imposée. Une guerre qui devait se terminer par l’anéantissement des forces du Mal. Les millle cinq cent engins spaciaux des Alliés étaient équipés de bombes d’une puissance de destruction extraordinaire et d’une sorte de napalm (déjà !) -« un feu qui ne peut être éteint »

    Neuf millions de cadavres plus tard la victoire est acquise, et commence l’occupation, qui a appris à l’Europe de l’Est et a l’Extrème-Orient ce que voulaient dire exactement les mots « liberté » et « civilisation ». D’abords on a interdit les langues nationales et on a introduit l’anglais sur tout le territoire. On a parqué les indigènes dans des réserves, et le plus gros des terres ont été cédés aux immigrants du « monde civilisé ». Enfin en 2 600 après 35 ans de ce régime on a pu créer les Etats-Unis du Monde.

    (Ces faits, et bien d’autres vous les trouverez dans le livre capital de Sven Lindqvist : « Maintenant tu es mort – Le siècle des bombes »)

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :