RSS

Participation des jeunes du PADS au 41ème Festival KNE-ODIGITIS à Athènes

06 Fév

Les jeunes du PADS Algérie) m’envoient ce très intéressant compte-rendu du festival, ainsi que leur intervention. Une utile contribution au débat des communistes français. (note de Danielle Bleitrach)

 ogidits.jpeg

Publié le 30 Novembre 2015 par Lien-pads in Jeunesse mondiale

Initialement prévu en septembre, le 41ème Festival KNE-ODIGITIS s’est finalement tenu du 8 au 10 octobre 2015 du fait de la mobilisation de la KNE (Jeunesse communiste de Grèce) pour les élections législatives de septembre dernier. Les participants du PADS rendent compte des diverses activités qui se sont déroulées au cours de ce festival. 

Comme chaque année, la KNE organise un festival qui prend le nom de son organe central : ODIGITIS. Se tenant sur trois jours, ce festival politique et populaire vise à rassembler les jeunes et les moins jeunes en Grèce autour d’activités aussi diverses que variées. L’objectif premier est de mettre en avant les lignes politiques des communistes en Grèce (KKE/KNE) à travers les divers slogans affichés, des débats et conférences qui s’y tiennent. Dans le contexte politique, économique et social actuel qui est fait d’attaques diverses contre les droits élémentaires des peuples et des travailleurs en particulier, cet espace [le festival], est le lieu de rencontres et d’échanges où convergent les différentes couches de la société (travailleurs, étudiants, enseignants, etc.), pour la prise de conscience nécessaire de la lutte pour une société socialiste.

Le festival KNE-ODIGITIS est aussi un lieu de rencontres pour de nombreux jeunes communiste et progressistes venus du monde entier. Il est le reflet de l’internationalisme prolétarien propre à toute organisation communiste authentique. La KNE invite des organisations membres de la FMJD (fédération mondiale de la jeunesse démocratique) ainsi que d’autres organisations à venir y participer. La cité internationale qui se situe non loin de l’entrée du festival permet aux visiteurs et participants d’échanger avec les organisations du monde, et de se tenir au courant des situations politiques et économiques de leurs pays respectifs. Le programme du festival couvre toutes les sphères d’activité humaines : politique, social, sport, art, histoire du mouvement ouvrier en Grèce et dans le monde, jusqu’aux campagnes de sensibilisation contre les effets néfastes de l’alcool et autres stupéfiants (considérés comme instruments de domination chimique de la bourgeoisie). Cette année, c’est l’œuvre du poète communiste Turc Nazim Hikmet qui a été mis en avant. Divers banderoles et affiches portaient l’inscription d’une citation du poète : «Nous avons un élan qui date de plusieurs siècles… Nous émergerons victorieux si nos sacrifices sont grands».

Au-delà du programme du festival en soi, qui est somme toute très riche et varié, les invités membres des organisations communistes et progressistes du monde ont leur propre programme d’activité. Pour rythmer leur séjour, les organisateurs de la KNE diversifient les activités. Entre le temps de présence sur le lieu du festival où les délégations étrangères disposent de stands où ils exposent leurs divers slogans et campagnes politiques, des rencontres et autres visites de lieux historiques où les communistes grecs ont mené des luttes exemplaires contre l’occupation nazie et la dictature fasciste qui s’en est suivie.

Un meeting international auquel prirent part les organisations invitées a également eu lieu sous le thème : «Les associations impérialistes, les contradictions inter-impérialistes et l’attitude des communistes ». Après une intervention d’un membre du CC du KKE pour présenter les lignes politiques des communistes en Grèce sur les questions nationales et internationales, les organisations participantes ont été invitées à prendre la parole pour exposer leurs idées. Les intervenants ont tous souligné la gravité de la situation internationale. Suite à l’aggravation de la crise du capitalisme, la bourgeoisie ne cesse de redoubler d’agressivité pour la conquête de nouveaux marchés et territoires. Les jeunes communistes d’Algérie (PADS) n’ont pas manqué de rappeler que c’est en Syrie où s’aiguisent actuellement toutes les rivalités impérialistes et inter-impérialistes au grand dam des populations et des travailleurs de la région : « Avec la présence des forces de l’OTAN, d’activistes djihadistes camouflés sous l’étendard de la religion pour accomplir les plans impérialistes, et le récent déploiement des forces militaires Sino-russes, c’est toute une armada qui est mobilisée. Chaque puissance prétend intervenir en prétextant la lutte contre le terrorisme. Alors qu’en réalité, il ne s’agit ni de lutte contre le terrorisme ou même contre la tyrannie, il s’agit d’intérêts économiques stratégiques et de maintien de zones d’influences pour l’acheminement des ressources naturelles. ». Pour la plupart des participants, il a été souligné la nécessité d’aller vers plus de renforcement, et de coordination internationale entre organisations communistes et ouvrières pour la lutte contre l’impérialisme, pour l’instauration d’une société socialiste génératrice d’un mode de paix.

Une exposition photo a été organisée lors de ce festival. Les photos exposées relataient la vie de détenus communistes de 1918 à 1974 au sein de camps d’internements et d’autres lieux de détentions parfois isolés sur des petites iles. Tout en relatant les conditions de détentions très durs et des traitements inhumains affligés aux détenus, les photos montraient aussi la capacité de résistance et d’organisation des communistes. Dans ces lieux de détentions, les communistes avaient mis en place des structures sociales et éducatives, l’édition d’un journal ; ce qui leur a permis de s’attirer la sympathie des quelques villageois qui habitaient ces lieux reculés.

La clôture du festival s’est faite avec les interventions du SG du CC de la KNE et du CC du KKE, Theodoris Chionis et Dimitri Koutsoumpas. En introduction T.Chionis à fait un appel à : « pour une vaste unité populaire et une alliance parmi les travailleurs, en soulignant que « par cette voie pour renverser le système, les personnes peuvent aujourd’hui, en dépit de pour qui ils ont voté aux élections, réagir et empêcher le pire et lutter pour des mesures soulageant et améliorant leurs vies ». En laissant la parole au SG du KKE, ce dernier à déclarer que : « deux mondes différents » se sont trouvés, se trouvent et se trouveront en conflit constant et permanent. D’un côté celui du travail, qui avec ses mains et son esprit produit chaque chose et de l’autre côté le monde des exploiteurs, une poignée de parasites qui exploitent le travail, font transpirer, peiner, et tourmentent des millions de personnes. Cette contradiction est exprimée aujourd’hui et se déroule à travers l’histoire. ». Le SG du CC du KKE a terminé en disant que : « le peuple et la jeunesse n’ont qu’un choix : mettre fin au système qui généralise inévitablement l’exploitation, les crises et les guerres ; Lutter pour le renversement du capitalisme et la construction d’une nouvelle société socialiste. ».

 

Des milliers de personnes et de jeunes ont participé durant ces trois jours au 41ème Festival de KNE-Odigitis dans le parc Tritsis d’Athènes. Ce festival est en train d’émerger comme étant le plus large événement politico-culturel en Grèce. Dans chaque espace du Festival, se sont déroulées des discussions au sujet des importants aspects de la vie des jeunes, et plus généralement du peuple grec, et également des concerts, des représentations théâtrales et musicales, et des activités pour les enfants. L’organisation d’un tel évènement, démontre et reflète le sérieux d’une organisation politique capable de rassembler de mobiliser autour d’elle pour mener les luttes nécessaires pour l’avènement de la société socialiste.

 

 

 

Intervention du PADS  au séminaire  du Festival KNE-ODIGITIS : Les associations impérialistes, les contradictions inter-impérialistes et l’attitude des communistes 

Chers camarades,

C’est avec un immense plaisir que les jeunes communistes d’Algérie participent encore une fois à votre festival et à son séminaire international ; et nous remercions au nom de notre parti la KNE pour l’invitation.

Les guerres impérialistes, les guerres coloniales incluses, sont toujours déclarées pour des intérêts économiques, soit pour régler des contradictions inter-impérialistes, pour le partage de la planète ou pour occuper d’autres pays. Les complexes militaro-industriels et les multinationales impérialistes ne peuvent fonctionner sans guerres. Les guerres sont dans leur essence la conséquence naturelle du système capitaliste, système d’exploitation et d’inégalités profondes qui ne peuvent subsister sans générer la violence dans la société et le monde. Comme disait Lénine “l’impérialisme porte en
lui le germe de guerre”.

L’agressivité de l’impérialisme durant ces dernières décennies, surtout après
l’offensive de la contre-révolution et du réformisme opportuniste en Union Soviétique et les ex. pays socialistes de l’Europe de l’Est, s’est intensifiée car elle ne trouve aucune force capable de lui résister ou de calmer ses ardeurs guerrières.

Le capitalisme n’hésite devant rien, partout dans le monde, pour défendre les profits de la bourgeoisie et de l’impérialisme. Il recourt à tous les moyens, depuis les guerres déclarées ouvertement en Yougoslavie, en Irak, en Libye, en Syrie, en Ukraine, en Afrique et d’autres régions, jusqu’à de nombreuses autres méthodes. Sa machine de propagande nous a habitués au direct sur nos écrans TV à voir des villes et de pays entiers rasés, au massacre de populations innocentes, au lavage des cerveaux par les
think-tanks de la conspiration, aux agissements de toutes ses agences subversives telle que l’USAID, la NED, etc. Il s’ingère au Venezuela, à Cuba, en Amérique Latine, en Algérie où le parlement de l’UE a voté il y a quelques mois une Résolution consacrée de manière hypocrite aux « libertés et aux droits de l’homme ». Partout l’impérialisme tente de mater les aspirations et les protestations des travailleurs et des
peuples en utilisant des milices d’extrême droite et fascistes comme en Ukraine et d’autres pays de l’Europe de l’Est, des mouvements obscurantistes comme la guerre déclarée contre le peuple Syrien.

C’est en Syrie où apparaissent au grand jour les contradictions entre les différents pôles impérialistes. Avec la présence des forces de l’OTAN, d’activistes djihadistes camouflés sous l’étendard de la religion pour accomplir les plans impérialistes, et le récent déploiement des forces militaires Sino-russes, c’est toute une armada qui est mobilisée. Chaque puissance prétend intervenir en prétextant la lutte contre le
terrorisme. Alors qu’en réalité, il ne s’agit ni de lutte contre le terrorisme ou même contre la tyrannie, il s’agit d’intérêts économiques stratégiques et de maintien de zones d’influences pour l’acheminement des ressources naturelles.

C’est pour cela, chers camarades, que repose sur nous les communistes et le mouvement ouvrier et révolutionnaire du monde entier, la responsabilité d’éviter une telle fin pour l’espèce humaine, Notre responsabilité suprême serait :

– D’intensifier notre travail pour le renversement des régimes capitalistes, pour le socialisme comme seule solution véritable pour éloigner à jamais le spectre de la guerre. Sur ce point nous réaffirmons notre critique des positions consistant à dénoncer l’impérialisme en oubliant qu’il est le produit du capitalisme et qu’il ne peut y avoir de lutte anti-impérialiste conséquente sans un travail permanent de clarification, d’agitation et de propagande anticapitalistes;

– intensifier le travail de mobilisation et les manifestations (à l’exemple des citoyens grecs « Pas d’eau pour les bases de l’OTAN”) pour ledémantèlement des bases militaires de l’OTAN dans le monde.

– mener la lutte idéologique contre les mots d’ordre illusoires du genre « pour un monde multipolaire » sur le rôle des BRICS perdant de vue le caractère capitaliste monopoliste de la base économique de ces pays.

– renforcer nos tâches et programmes d’organisation dans nos pays pour mener de front les batailles de classe de la lutte anticapitaliste, contre l’impérialisme et ses supplétifs de la social-démocratie et de l’opportunisme qui sert de chien de garde à l’OTAN et aux impérialistes.

Le système capitaliste doit être renversé, il est la source de tous les maux que nous traversons. Il n’y a d’autre alternative pour nos peuples et pour toute l’humanité qui puisse nous sauver de ces maux qui n’est autre que le socialisme-communisme.

Vive l’internationalisme prolétarien ! 

Vive la solidarité anti-impérialiste des peuples du monde ! 

 
1 commentaire

Publié par le février 6, 2016 dans Uncategorized

 

Une réponse à “Participation des jeunes du PADS au 41ème Festival KNE-ODIGITIS à Athènes

  1. COTTY jean-Louis

    février 6, 2016 at 2:49

    Vive le KKE vive le PADS vive l’alliance des partis ouvriers et communistes de notre planète Terre.
    Salutations fraternelles communistes…

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :