RSS

La réflexion du jour : qu’est-ce que la réalité d’une cité marseillaise?

05 Fév

Afficher l'image d'origine

Hier je suis allée au centre médical d’une cité marseillaise considérée comme la Bricarde ou la Castellane comme une des plus dangereuses, à la seule différence près qu’elle n’est pas dans les quartiers nord. Mon frère y est dentiste depuis plus de vingt ans, je lui ai amené une amie qui débarquait de Tanger et avait besoin de soins urgents.

En sortant il fallait traverser l’espace de vente de la drogue ce qui n’avait rien de rassurant, regards hostiles, gamin en moto qui la fait vrombir à côté de nous… Mon frère a dû me raccompagner avec mon amie amie Maria jusqu’à la périphérie de la cité où nous attendait un taxi. Ceux-ci refusent de rentrer dans ladite cité. J’étais surtout frappée par la situation de ces jeunes, comment peuvent-ils y échapper?  quand il n’y a pas d’autres ressources, quand la pression des copains d’enfance s’exerce sur vous? J’aime beaucoup mon frère mais là je ne m’étais jamais sentie aussi proche de lui, de l’amitié qu’il éprouve pour ses patients… De son côté bourru et de son besoin de silence…


J’ai téléphoné après avoir écrit cela à mon frère… il s’est déchaîné,  m’a dit « tu ne comprends rien de ce qui se passe à A…, il y a plein de jeunes qui font d’excellentes études, il y a même un qui est major en médecine, d’autres de mes clients qui sont dans l’école d’excellence de Barcelonette… Çà dépend des parents, des familles et crois-moi 90% d’entre eux en ont marre des caïds… La réalité de cette cité et vous communistes vous auriez intérêt à en prendre conscience au lieu de vous intéresser aux malfrats, sans soutenir ceux qui se battent pour avoir une autre vie.

Il était très en colère, un jour m’a-t-il dit on ne pourra même plus acheter les gens avec la peur de perdre la charité qui leur est faite chaque mois, parce que les caisses sont vides alors enfin ils se révolteront contre le capital et ils changeront tout, ce pays en a besoin… Mais ce ne sera pas avec vous les communistes parce que on a vu ce dont vous étiez capables et d’ailleurs vous n’existez plus là où on aurait besoin de vous.

Là je me suis mise en colère à mon tour: Est-ce que tu sais comment les peuples qui ont vécu l’union Soviétique regrettent en fait le communisme, tu te laisses avoir par la propagande et tu dis des âneries, tu finis par te réjouir du surcroît de malheur qui attend ces gens dont tu es devenu l’ami au point d’être respecté même par les dealers, mais tu ne t’interroges même pas sur tous ceux qui réellement les oppriment, cette famille la plus riche de France, avec ses enseignes Carrefour et autres où ces gens vont donner le peu qu’ils ont et qui les méprise au point d’aller en Belgique pour leur refuser son impôt. Il te manque autant qu’à eux un parti communiste.

Hier à 14 heures,  je suis allée à la manif des Goodyears, je me suis demandée pourquoi la faire dans les beaux quartiers, presque à la sortie de la ville et puis j’ai compris, il y avait le Congrès de l’UD au parc Chanot. Joie de retrouver les copains de toujours, plus quelques retraités CGT dont les membres de la cellule de mon  quartier rencontrés dans le métro. Quelle joie de retrouver l’amie de Port de Bouc, Jo, e nous souvenir du comité fédéral, elle m’indique un groupe: « Tu as vu il y a Marcel ». J’embrasse un gars, en me disant « mon dieu comme il a changé! » A ce moment là je reçois une bourrade. marcel, c’est-à-dire Carbasse, l’ancien dirigeant de l’UD CGT est toujours un colosse à la voix tonitruante… Nous éclatons de rire et puis quelques mots sur le parti. Ne plus y être mais interdire la moindre parole contre, c’est la ligne spontanément adoptée par tous ces anciens camarades qui furent mes amis. L’une me dit « le problème c’est comme Lazarrino: pas de vague, pas de vague… et on abrutit les communistes en ne disant pas ce qu’on pense, on les considère comme des mineurs… » Nous nous quittons après force embrassades et Carbasse me lance: « Tu te souviens que nous devions écrire un livre ensemble! »

Encore un qui me prend pour le copiste de kamelott, je dois écrire la quête du Graal pour mes chevaliers de la table ronde du XXe siècle, noble tâche… Des tas de jeunes hommes et jeunes femmes viennent les embrasser, il y a même une de mes anciennes étudiantes,… Ce qui nous réunit la colère contre la répression de ceux qui luttent pour l’emploi et les salaires… Une question tout à fait d’actualité au XXIe comme d’ailleurs celle d’une force politique révolutionnaire.

Dans le fond j’ai besoin de savoir ce qu’il en est de cette société, de ses capacités de résistance, je ne vois rien surgir d’autre de crédible que les communistes, les travailleurs organisés dans ce qui fut et reste un syndicat de lutte et de classe, les forces e paix… je fais une sorte d’audit ou plutôt d’enquête participative… Quelque chose d’assez comparable à ce que nous tentons dans les ex-pays socialistes, dans l’ex-URSS avec Marianne… En espérant que nos analyses alimenteront les combats d’aujourd’hui et ceux de demain… Avec la seule finalité qui soit à ma  portée: dire aux communistes quel rôle ils peuvent encore jouer dans ce monde injuste où montent les périls..je choisis un terrain, ce n’est sans doute pas le seul mais c’est celui que je connais le mieux, là où il me semble le plus facimle de désigner le véritable adversaire.

Nous sommes entre l’insupportable et le grotesque… .

Si la bureaucratie européenne dans le très intéressant article de Georges Friedman que nous publions aujourd’hui est en train de prendre des décisions complètement inadaptées à la réalité et si la plupart des gouvernements européens prennent l’habitude de n’en tenir aucun compte, il n’en demeure pas moins et l’exemple du Portugal et de la Grèce sont là pour le prouver qu’en matière de pression sur les peuples au profit du capital, ladite Europe conserve toute sa nocivité. Comme la même Europe sur ordre des Américains est encore capable d’asphyxier la Russie par des sanctions et de porter le feu au Moyen-Orient, y compris demain encore en Libye et après-demain dans le Maghreb, Marseille au premier rang de tous les drames. En contemplant la nocivité et les incapacités européennes et pourtant le carcan qu’elle crée, j’ai tout à coup pensé au gouvernement français incapable de résoudre le problème du chômage, obéissant aux diktats patronaux, au point de mettre en prison des syndicalistes qui protestent contre la perte de leur emploi et la même bureaucratie gouvernementale  qui s’attaque à l’accent circonflexe sous prétexte de résoudre l’échec scolaire… Sa seule manière d’alléger le chômage, supprimer l’accent circonflexe sans bien sûr demander leur avis aux enseignants qui eux font tous les efforts réels pour que les enfants des cités populaires aient des diplômes…. avec ou sans accent circonflexe.

Danielle Bleitrach

 
Poster un commentaire

Publié par le février 5, 2016 dans Uncategorized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :