RSS

L’Arabie saoudite avait financé le terrorisme en Syrie et en Algérie

11 Avr

le moralisme à deux vitesses, tandis qu’il est seulement question par les USA de supprimer Cuba sur la liste des pays terroristes (on se demande en effet de que l’île a à foutre sur cette liste?) , tandis que l’UE sur ordre des USA continue à soutenir l’ignoble régime de Kiev, tandis enfin que tout ce beau monde reçoit en grande pompe Arabie saoudite et Qatari, on nous invente une vertu des pays occidentaux défendant la démocratie et combattant le terrorisme. Le pire n’est pas le caractère intrinsèquement colonialiste de l’Occident mais son éternelle hypocrisie qui déteint y compris sur sa gôche Danielle Bleitrach

http://www.ouvalalgerie.com/monde/285-L%E2%80%99Arabie-saoudite-avait-financ%C3%A9-le-terrorisme-en-Syrie-et-en-Alg%C3%A9rie.html

  • Publiée le : 09-04-2015

Bernard Squarini, ancien patron des renseignements intérieurs français, révèlait il y’a presque 2 ans : que «L’Arabie saoudite financait le terrorisme en Syrie et en Algérie»!

Ce qui était connu concernant le financement du terrorisme en Algérie, en Syrie et ailleurs par certains pays du Moyen-Orient avait fait l’objet de nombreux témoignages irréfutables. L’ancien directeur des services de renseignements internes français Bernard Squarini, ancien patron du renseignement intérieur français, avait témoigné sur le rôle du Qatar et de l’Arabie saoudite dans le financement du terrorisme. C’est dans son livre «Le renseignement français, les nouveaux enjeux», paru il y a un peu plus de 2 ans, que Bernard Squarcini avait révèlé les détails de cette relation faite au détriment de centaines de milliers de victimes.

Selon cet ancien patron des renseignements intérieurs français, les groupes djihadistes qui avaient prêté allégeance à Al Qaïda «étaient financé principalement par le prince saoudien Bandar Ben Sultan (secrétaire général du Conseil de sécurité nationale et chef des renseignements généraux d’Arabie saoudite) qui adoptait une politique régionale indépendante de ses frères et ses cousins».Bernard Squarini, assurait dans son dernier livre que «Bandar Ben Sultan, chef des renseignements saoudiens, était derrière le financement des groupes djihadistes en Afghanistan, en Syrie, au Liban, en Egypte, au nord de l’Afrique», «le Qatar, grand partenaire commercial et politique de la France, était intéressé par le financement, voire l’armement des groupes islamistes combattant en Afrique contre l’armée française».

D’après Bernard Squarini, Doha utilise les ONG (organisations non gouvernementales) pour camoufler et faire passer le soutien logistique et entraîner les groupes djihadistes. L’Arabie saoudite a un rôle dans le financement et l’entraînement des groupes extrémistes, particulièrement au nord de l’Afrique, surtout en Algérie. Il rappellait que le 22 mars 2013, les renseignements hollandais, britanniques, belges et français avaient tenu une réunion à Dublin pour tirer la sonnette d’alarme suite aux rapports faisaient état de centaines d’Européens combattant dans les rangs les plus extrémistes en Syrie. Ces renseignements craignaient leur retour vivants de Syrie, était-il noté par Bernard Squarini, qui se demandait : «Dans ce cas, comment qualifier l’Arabie saoudite et le Qatar de pays amis, au moment où ils agissaient contre les intérêts français ?»

Cet ancien patron des renseignements intérieurs français évoquait dans son livre «les profondes divergences entre le ministère français des Affaires étrangères et les services de sécurité français», expliquant que «les changements de position de la diplomatie française sur la Syrie étaient dû à ces changements». Bernard Squarini avait estimé que «la direction diplomatique française de la crise syrienne s’opposait à la logique, surtout qu’elle avait misé sur la chute inéluctable de Bachar Al Assad. Mais celui-ci est sorti plus fort après l’affaire des armes chimiques».

Bernard Squarini qui avait expliqué dans son livre que «nous savions depuis 20 ans que les banques saoudiennes, égyptiennes et koweïtiennes finançaient les groupes islamistes en Egypte et en Algérie», a également ajouté que «les renseignements français savaient que parmi ceux qui combattent Bachar Al Assad se trouvent des islamistes du Maroc, de Libye, d’Irak, d’Egypte, d’Afghanistan, du Pakistan et du Daghestan et des centaines de Français».

*Bernard Squarcini, né le 12 décembre 1955 à Rabat (Maroc), est un haut fonctionnaire français, ancien commissaire de police et préfet.Il occupe les fonctions de directeur central du renseignement intérieur du 2 juillet 2008 au 30 mai 2012. Bernard Squarcini a été notamment chargé, au cours de sa carrière, du renseignement antiterroriste en Corse et au Pays basque

 
2 Commentaires

Publié par le avril 11, 2015 dans Uncategorized

 

2 réponses à “L’Arabie saoudite avait financé le terrorisme en Syrie et en Algérie

  1. Michel Gourmel

    avril 11, 2015 at 4:54

    Le « avait » dans le titre pourrait laissé croire que c’est fini. Il n’en est rien.
    En fait, comme tous les témoignages, c’est évidemment pour le passé, mais il n’y a pas de doute que cela continue.
    L’Armée Syrienne Libre, faux nez de l’OTAN, a été anéantie le 11/12/13 selon la presse US, ce dont aucun journal français n’a jamais parlé, car on essaie de nous faire croire que ce sont eux les modérés armés par la France ; en réalité, il s’agit d’Al Nostra financé par le Qatar et membre officiellement d’Al Qeda, « qui fait du bon boulot » selon les propos de Laurent Fabius, le 12/12/12 à la conférence des « amis de la Syrie », repris par le journal Le Monde du lendemain 13/12/12.
    À partir de cette date, l’Arabie Saoudite a regroupé 7 autres mouvements jihadistes en Syrie, pendant que les USA rassemblaient une formidable armée de 50.000 terroristes : Daes’h, qui signifie que ce ne sont pas des musulmans – il n’y a pas le son de l’islam dans Daes’h – mais bien des occidentaux ; au vu et au su de tous les nombreux espions, hommes et satellites. Il fallait pour les former et les ravitailler pendant 6 mois, du 11/12/13 au 6/6/14, une intendance fantastique, que seuls les USA pouvaient fournir. Et l’expansion sans faille en 3 semaines de EI en juin dernier a prouvé que l’intendance qui suivait toujours sans la moindre faille était extraordinaire et avait été parfaitement rôdée ; sans aucun doute lors des guerres US précédentes. Il suffit de regarder les problèmes de Napoléon et tant d’autres très grands saigneurs de guerre pour comprendre qu’une pareille réussite extraordinaire ne peut en aucun cas être le fruit d’un miracle… car, en matière de terrorisme, tout nous est expliqué par la pensé unique à partir de miracles et de faits diaboliques… c’est très étrange !

     
  2. Michel Gourmel

    avril 11, 2015 at 5:32

    Le Front islamique rassemble sept groupes armés :
    • Ahrar al-Sham (Les libres du Levant), environ 10 000 à 20 000 hommes, salafiste. Anciennement dans le Front islamique syrien. Actif dans tous les gouvernorats.
    • Liwa al-Tawhid, (Armée de l’Unicité), 8 000 à 12 000 hommes vers fin 2013,, proche des Frères musulmans, également affiliée à l’Armée syrienne libre et principale brigade des rebelles d’Alep. Anciennement membre du Front islamique de libération syrien, active dans le gouvernorat d’Alep et le gouvernorat de Homs. Son chef, Abdel Qader Saleh, est tué peu avant la formation du Front. Elle est notamment financée par Jamaan Herbash, ancien député islamiste du Koweït et dirigeant de la branche locale des Frères musulmans, qui a lancé une collecte de fonds à cette fin.
    • Jaysh al-Islam ou Liwa al-Islam (Armée de l’Islam), environ 9 000 à 15 000 hommes, salafiste. Actif dans le gouvernorat de Damas. Renforcé au printemps 2013 par le Front al-Nosra.
    • Suqour al-Sham (Les Aigles du Levant), environ 9 000 hommes en 2013. Anciennement affilié au Front islamique de libération syrien et à l’Armée syrienne libre. Affaibli par la perte de plusieurs de ces brigades, début 2014. Actif dans le gouvernorat d’Idleb et d’Alep. Le 22 mars 2015, il annonce sa fusion avec Ahrar al-Sham.
    • Liwa al-Haq (Armée de la Vérité). Anciennement dans le Front islamique syrien. Actif dans le gouvernorat de Homs.
    • Ansar al-Sham (Les défenseurs du Levant). Anciennement dans le Front islamique syrien. Actif dans le gouvernorat de Lattaquié.
    • Le Front islamique kurde
    Source, ici Wikipedia. http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_islamique_%28Syrie%29
    Mais d’autres réseaux de ré-inforamtion avaient déjà donné cette info fin 2013.
    Ce Front Islamique est bien sûr le faux nez des terroristes financés par l’Arabie Saoudite.

     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :