RSS

L’assassinat de Nemtsov est un spectacle de l’occident pour l’occident, selon le député communiste Rachkine

01 Mar

0

L’assassinat  de Nemtsov est un spectacle monté pour l’occident, telle est l’opinion de Valery Fedorovich RACHKINE député communiste, membre du Comité central du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF), Premier secrétaire du Comité municipal de Moscou du Parti communiste, récemment visé par les sanctions européennes. Dans un édito,  il adopte un ton qui tranche sur l’universelle compassion du deuil qui semble s’être emparé de tous les éditorialistes et politiciens russes. Mais ce qu’il dit témoigne aussi de l’émotion qui semble s’être emparée de tous les politiciens, même la « cinquième colonne » qui s’aperçoit que les services occidentaux sont prêts à les sacrifier si leurs plans de déstabilisation ont besoin d’une victime à jeter en pâture à l’émotion.

http://rashkinv.livejournal.com/47919.html
KPRF RASKIN

КПРФ, Рашкин
Rachkine n’y va pas par quatre chemins et déclare : « En politique, Nemtsov était depuis longtemps fini (« le Vieux Cobra a perdu la force de son poison, » dit Kipling dans « Mowgli »), en tant qu’homme politique, il y a dix ans qu’il est mort. Nemtsov a été assassiné et son cadavre politique a été instrumentalisé, afin d’en récupérer les ultimes profits – provocations contre le gouvernement actuel.

L’action est destinée principalement aux publics occidentaux, la victime étant bien connue à l’Ouest. Nemtsov avait occupé de hautes fonctions dans le « gouvernement des réformateurs » avec un long compagnonnage avec Yeltsine. Tout dans le meurtre a été conçu pour offrir une image pour les médias de masse occidentaux :  dans la nuit sombre de Moscou, sur le large pont impérial, au pied des murs du Kremlin et de la cathédrale Saint-Basile avec leur contraste d’éclairage nocturne. »

Il faut bien mesurer la popularité réelle du personnage. Rachkine qui s’adresse à ses concitoyens n’insiste pas, il sait que dans l’immense Russie ceux qui ont œuvré aux côtés d’Yelstine, on installé le système oligarchique et créé un désordre et une baisse du niveau de vie telle que le taux de natalité s’est effondré, sont totalement impopulaires. Boris Nemtsov était ministre de l’Énergie sous Boris Eltsine, ce qui lui valait d’être régulièrement dénoncé par le Kremlin comme l’homme politique lié aux oligarques qui ont profité de la vague de privatisations des années 1990. Il suffit de lire le livre de Tania Rakhmanova pourtant à charge contre Poutine pour comprendre ce qu’a été cette période et le souvenir qu’en ont gardé les Russes. Elle explique comment Yelstine au plus bas dans les sondages et alors que Ziouganov devait être élu a été l’objet d’une campagne de propagande entièrement basée sur la défense de « la démocratie » face au retour des communistes et elle ajoute que les démocrates concentrés à Moscou et à Saint-Pétersbourg comme dans la diaspora russe à l’étranger ont été floués puisqu’ils ont au final hérité de Poutine (1). La situation n’a pas beaucoup évolué si ce n’est que Poutine connait un taux de popularité sans précédent et on ne voit pas très bien pourquoi il se serait acharné sur un rival des années quatre-vingt-dix dont différents scandales ont encore accentué la décrue.

Donc Rachkine en déduit que l’assassinat de Nemtsov est une opération à grand spectacle essentiellement destinée à l’occident, et dont la mise en scène a été élaborée par ce même occident, enfin pour être plus clair les Etats-Unis qui ne veulent pas d’une détente entre l’Europe et la Russie. .

Pour lui, les principaux objectifs de la tuerie  sont simples :

* « C’est un coup porté à l’autorité du Kremlin aux yeux de l’élite européenne, dans une situation de détente de la confrontation russo-européenne dans le contexte d’une défaite de la junte ukrainienne au Donbass. » Les accords de Minsk initiés par le président français et la chancelière allemande, l’élection d’un gouvernement grec très favorable à la Russie et un certain nombre de pays comme la Bulgarie, la Hongrie refusent l’affrontement voulu par les USA et l’OTAN. Il s’agit donc de redonner vie à l’image de la menace Poutine et de tenter de développer la paranoïa russophobe des dirigeants polonais et baltes dans un contexte général qui leur est défavorable.

* « Redonner de la puissance à la terne opposition libérale avec des émeutes et des effusions de sang tout à fait possible. »En particulier si dans toute la Russie, l’opposition libérale ne représente pas plus de 5%, à Moscou et à Saint Petesbourg, elle est beaucoup plus importante. C’est dans ces deux villes que se trouvent ceux qui considèrent avoir bénéficié de la chute de l’URSS. C’est la que se concentrent les journaux acquis aux oligarques pro-occidentaux et ce n’est sans doute pas un hasard si l’un d’entre eux a sorti une pseudo feuille de route. Donc il s’agit de provoquer dans la capitale un « maïdan ». Les deux récentes manifestations, celle du 21 février anti-maïdan et pro-poutine, avait regroupé plus de 35.000 personnes et celle du 23 février des communistes plus de 10.000. L’opposition libérale, disons de droite puisqu’il faut appeler les choses par leur nom est actuellement plus ou moins sonnée. Par parenthèse on ne voit pas l’intérêt qu’aurait eu Poutine à donner ce souffle à une manifestation contre sa politique et en faveur de l’occident qui devait se célébrer le 1 mars à Moscou.

* La démoralisation de l’élite russe à la disparition de l’« un d’entre eux », un célèbre personnage de la nomenclature de « démocratique ». ce dernier point que note Rachkine est plus compliqué à interpréter pour les Français. Rachkine explique que cet assassinat est un acte de guerre contre l’ensemble de l’élite russe. Il s’agirait d' »une démonstration avec le message ‘rien ne nous arrêtera’. Il le dépeint comme un « meurtre transnational du pool de l’élite financière basée aux Etats-Unis et il désigne Hilary Clinton en personne, ses richissimes bailleurs de fonds et ses soutiens appartenant aussi bien aux démocrates qu’aux républicains, américains comme étrangers, prêts à s’offrir un gouvernement américain capable d’intervenir là où les intérêts capitalistes l’exigeaient (2).

Rachkine souligne également les liens avec l’Ukraine, ce pays proche de la faillite totale où se sont multipliés les suicides suspects y compris au même moment celui d’un éminent homme politique de l’ancien « parti des régions » Mikhail Tchetchetov qui s’est défenestré. Et avant cela,  un autre représentant du même parti a été mis en prison. Quant au représentant patenté de la CIA à Kiev, le chef du SBU Valentyn Nalyvaichenko, avec sa spontanéité typiquement ukrainienne, il a accusé Vladislav Sourkov, d’avoir dirigé les tireurs d’élite du maïdan de l’an dernier-,  autrement dit, il a dit à Sourkov et à ses interlocuteurs de Kiev :  la CIA n’aime vraiment pas les négociations qui veulent mettre fin à la guerre civile en Ukraine.

En fait selon Rachkine le groupe en question a lancé la CIA dans le torpillage des accords de Minsk comme sur le terrain du Donbass les « punisseurs » directement financés par des oligarques comme Kolomoisky font tout pour empêcher le cessez-le-feu. Donc le meurtre de Nemstov dit à la cinquième colonne, et Rachkine cite nommément Medvedev, nous serons impitoyables avec les tièdes. Il faut la guerre.

Et il conclut :  La guerre contre la Russie n’est pas une menace, c’est un fait, c’est la réalité de nos jours.
Encore une fois. Les émeutes à Moscou sont  tout à fait possibles, car il n’y a aucune garantie que les tueurs de Nemtsov constituaient un groupe seulement formé de terroristes, à Moscou, lors de la marche libérale « , et »  l’appel de dirigeants de l’opposition en soutien  « personnel » à une procession « dans le centre de la capitale pourrait conduire à des affrontements avec la police et entraîner des bagarres de rue d’opposants politiques et des manifestants seraient abattus » par des tireurs inconnus  » . Après on filmerait le sang sur les jolies filles en blouse blanche, cela crée dans le public une bonne impression.

A la lecture de cet article dont le style direct est impressionnant, on ne peut manquer d’être frappé par l’unanimité de l’analyse face à un tel meurtre. Et il est probable que même les « libéraux » découvrent avec cet assassinat à quel point leurs alliés occidentaux ne leur feront pas de cadeaux.
Il y aura sans doute un grand défilé à Moscou pour dénoncer le crime, la manifestation des libéraux qui avait lieu dans un quartier excentré de Moscou a été remplacée par une procession funéraire de dénonciation du meurtre. Plus de 50.000 personnes sont attendues. Et nos médias occidentaux en déduiront sans doute l’immense popularité du défunt et de ses amis, elle sera sans doute une manière de les empêcher de nuire, et tout le monde y compris eux aura dans la tête qui sont les bailleurs de fond et ce qu’on peut en attendre.

Danielle Bleitrach

(1) Tania Rakhmanova, au cœur du pouvoir russe, enquête sur l’empire Poutine, La découverte, Paris 2012

(2) voir article du Washington Post sur le sujet publié ici même:

https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/02/20/washington-post-le-reseau-mondial-de-la-fondation-clinton-fait-double-emploi-avec-la-base-politique-de-la-famille/

 
8 Commentaires

Publié par le mars 1, 2015 dans Uncategorized

 

8 réponses à “L’assassinat de Nemtsov est un spectacle de l’occident pour l’occident, selon le député communiste Rachkine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :